Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Et ailleurs... La République Socialiste du Vietnam est-elle autoritaire ?

La République Socialiste du Vietnam est-elle autoritaire ?

Publié le 12/06/2017
Auteur(s) : Yves Duchère, docteur en géographie et chercheur associé à l'université Paris Descartes, Centre Population et Développement (CEPED, UMR 196)
L’article s’intéresse aux modalités de l’exercice du pouvoir au Vietnam, notamment en questionnant l’autoritarisme et la domination politique de l’État-parti sur la société dans un contexte général d’ouverture économique et de réformes politiques. L’étude des rapports État-société met au jour l’existence d’un autoritarisme légitimé et couplé à des mécanismes de concertation et de compromissions. Ces mécanismes confirment la transition politique dans laquelle est engagée le Vietnam depuis les années 1990 et contribuent à améliorer la compréhension de l’exercice du pouvoir au Vietnam.

Le Vietnam((De multiple graphies existent pour le nom du pays. La Commission nationale de toponymie accepte deux graphies : Vietnam ou Viêtnam, tout en signalant que l'ONU utilise Viêt Nam en deux mots, sans trait d'union. Le Wiktionnaire, le dictionnaire ouvert de la fondation Wikimedia, confirme cette hésitation : « L’IGN (Institut géographique national [de France]) reconnaît Vietnam et Viêt Nam. La Division francophone du Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques (GENUNG) recommande Viêt Nam. Les autres formes se retrouvent dans divers ouvrages à diverses époques. L’écriture vietnamienne est Việt Nam. » L'Atlas du 21e siècle écrit Viêt-Nam. Le ministère des affaires étrangères utilise Viêt-Nam sur une carte et Vietnam sur la page consacrée à ce pays. Géoconfluences fait le choix de la graphie la plus simple en français. Voir aussi notre Guide de la graphie des toponymes.)) est un État communiste dirigé par un parti unique, le Parti Communiste du Vietnam, héritier de la lutte pour l’indépendance nationale. Ce pays, peuplé de 92 millions d’habitants, a emprunté dès la fin des années 1980 la voie du socialisme de marché et a su libéraliser son économie au point de devenir, en 2015, le premier pays de l’ASEAN en matière d’attraction de capitaux étrangers (11,8 milliards de dollars d’IDE en 2015)((Banque Mondiale, 2015)). Malgré les récentes réformes administratives et économiques entreprises par l’État-parti, la RSV (République Socialiste du Vietnam) présente encore des atours de pays autoritaire et policier dans lequel certaines libertés fondamentales sont bafouées, où l’armée est toute-puissante et où le centralisme démocratique confère au centre politique toute latitude en matière d’exercice du pouvoir. Cependant, malgré cet état de fait, les récentes évolutions du système politique et des rapports État-société interrogent le caractère supposé non-démocratique de ce régime où l’autoritarisme((« L’autoritarisme caractérise un mode d’exercice du pouvoir qui interdit l’expression publique du désaccord et, ce faisant, pratique un abus constant d’autorité. De la sorte, l’autoritarisme désigne un rapport entre gouvernants et gouvernés qui repose de manière suffisamment permanente sur la force plutôt que sur la persuasion. Plus perceptiblement, l’autoritarisme pratique un mécanisme de recrutement des dirigeants reposant sur la cooptation et non sur des élections pluralistes. On peut donc parler d’un véritable monopole du pouvoir par les gouvernants, à la nuance près que ceux-ci, contrairement au totalitarisme, n’exigent pas des citoyens qu’ils partagent intimement l’idéologie des gouvernants et peuvent très bien s’accommoder d’un pluralisme qu’ils contrôlent étroitement. » (G. Herbert in Grawitz et Leica, 1985))) est couplé à des mécanismes de négociation et de concertation aboutissant le plus souvent à un consensus.

Pour tenter d’apporter des éléments de réponse à notre interrogation((Docteur en géographie et chercheur associé CEPED (UMR 196), Yves Duchère a soutenu une thèse de doctorat (2015) intitulée : Métropolisation, gouvernance de l’environnement et enjeux de pouvoir. Le cas de trois clusters de villages de métier de Hanoi et Bac Ninh (Việt Nam). Actuellement il travaille sur la recomposition du politique, sur l’autoritarisme de l’Etat-parti vietnamien et sur les rapports Etat-société au Vietnam. À ce titre, il prépare la publication d’un ouvrage intitulé : Hà Nội. Une géographie du compromis en régime autoritaire. Cet article est une synthèse de ses observations et recherches menées pendant cinq ans dans le périurbain de Hanoï sur les enjeux fonciers et environnementaux. Une partie de cette recherche a été permise par le partenariat IRD/CASRAD et la participation au programme de recherche PERISUD.)), nous nous intéresserons dans un premier temps aux stratégies et mesures déployées par l’État-parti pour conserver le pouvoir tout en satisfaisant les attentes et l’appétit d’une société en ébullition. La nécessaire légitimation du régime, le clientélisme, la corruption, la répression policière et le monopole politique du parti sont des clefs de lecture pour analyser la nature du régime vietnamien.

Cependant, comme l’ont montré de nombreux auteurs s’intéressant aux régimes autoritaires (Dabène, Geisser, Massardier, 2008 ; Scott, 2009), la domination et l’autoritarisme ne signifient pas l’éradication du pluralisme, ce dernier parvenant souvent à se déployer malgré les tentatives d’étouffement conduites par le haut. Ainsi, on observe de plus en plus un processus de torsion et de réappropriation des normes et valeurs prônées par le parti. Des espaces de libertés se créent et sont parfois tolérés par les autorités. Certains observateurs parlent même d’ « everyday politics » (Kerkvliet, 1995) pour qualifier les actes de résistance quotidiens émanant de la société et participant largement du changement et de la recomposition du politique.

1. « Le parti guide, le peuple maîtrise, l’État administre » (Constitution de 1992)

Le Vietnam est dirigé par un parti unique qui, malgré la nouvelle orientation socialiste de marché, continue d’être la seule force dirigeante du pays. 

1.1. Le parti communiste vietnamien de 1930 aux réformes économiques de la fin des années 1980

Les origines du Parti communiste du Vietnam remontent à l’année 1930. Cette année-là, le Parti communiste vietnamien s’impose face aux partis nationalistes et organise la lutte pour l’indépendance en recevant dans un premier temps, pendant la première guerre d’Indochine, l’aide de la Chine puis, dans un second temps, celle de l’URSS. En 1951, le parti des travailleurs vietnamiens est créé. À partir de cette date, une politique marxiste-léniniste inspirée en partie du maoïsme est mise en place (épuration du parti, réformes agraires, lutte contre le « féodalisme », émergence du concept d’ « homme nouveau », etc.). À la suite des accords de Genève, le pays est séparé en deux États, au nord une République socialiste dirigée par Hô Chi Minh et soutenue par l’Union Soviétique et au sud un gouvernement népotiste dépendant de l’aide américaine. Après la guerre qui opposa le régime du Nord à son homologue du Sud et aux États-Unis, et après que le pays eu été réunifié en 1975, la pensée Hô Chi Minh – qui se situe dans la droite lignée de la morale confucéenne – est imposée à tout le pays. En 1986 sont engagées d’importantes réformes économiques (Doi MoiĐổi mới en vietnamien((Dans un souci de lisibilité, Géoconfluences a fait le choix d'orthographier les mots vietnamiens de cet article en employant la transcription simplifiée, et par conséquent de ne pas reproduire les signes diacritiques utilisés dans le texte original – NDE))) semblable par de nombreux aspects à l’ « économie socialiste de marché » initiée par Deng Xiaoping en 1978 en Chine. Mais à la différence de la Perestroika soviétique (1985-1991), ces réformes ne s’accompagnent pas d’une refonte du politique et encore moins d’un renoncement idéologique.

 
Date Événements marquants
3 février 1930 Fondation du Parti communiste vietnamien par Hô Chi Minh à Hong Kong
Janvier 1941 Retour de Hô Chi Minh au Vietnam après 30 ans d'exil
19 mai 1941 Création du front Vietminh
16 août 1945 Début de l'insurrection Vietminh
2 septembre 1945 Capitulation du Japon ; proclamation de la République démocratique du Vietnam (RDV) à Hanoi
1er octobre 1949  Proclamation de la République populaire de Chine (RPC)
Février 1951 Fondation du Parti des travailleurs Vietnamiens (PTV)
5 mars 1953 Mort de Staline
19 décembre 1953  Promulgation de la loi de réforme agraire en RDV
7 mai 1954 Reddition des troupes françaises à Dien Bien Phu
21 juillet 1954 Signature des accords de Genève actant la partition du Vietnam
janvier 1959 Décision du PTV de reprendre les hostilités au Sud-Vietnam
2 et 4 août 1964 Incidents dans le golfe du Tonkin et déclenchement des hostilités entre l'armée américaine et la RDV
30 janvier 1968 Offensive du Têt
2 septembre 1969 Mort de Hô Chi Minh
27 janvier 1973 Signature des accords de Paris
30 avril 1975 Renversement du régime Sud-vietnamien
2 juillet 1976 Réunification des deux Vietnam et fondation de la République Socialiste du Vietnam
Décembre 1976 IVe Congrès du parti, rebaptisé Parti Communiste Vietnamien (PCV)
Février 1986 Lancement de la Perestroika en URSS
Décembre 1986 Vle Congrès du Parti communiste vietnamien et lancement de la politique de réformes (Doi Moi)
15 avril 1992 Adoption de la 4e constitution et abandon de la dictature du prolétariat

1.2. Parti unique et centralisme démocratique

Le régime vietnamien fonctionne sur un principe collégial avec, au sommet de la pyramide politico-administrative, le bureau politique du Parti communiste vietnamien (15 membres élus par le bureau politique et le comité central du PCV). Le Comité central, qui compte 180 membres (et 20 suppléants), est sous l’autorité directe du bureau politique.

L’exécutif et le législatif sont représentés respectivement par les comités populaires et les conseils populaires. Malgré ce partage apparent de la pratique du pouvoir à tous les échelons du territoire (province, district, commune), dans les faits, les décisions finales sont toujours soumises à validation par les responsables du Parti.

Dans les villes et les provinces, tous les postes de direction sont détenus par des membres du parti, il en va de même pour les ministres qui sont systématiquement membres du Comité central. Par ailleurs, depuis 2010, les postes de bi thu (secrétaire du Parti communiste) et de Chu Tich (président de Comité populaire) des districts et communes d’une dizaine de provinces ont fusionné et les conseils populaires de ces mêmes niveaux ont été supprimés. C’est ici la manifestation du renforcement du poids du parti dans le processus de prise de décision au niveau local.

Notons également que le PCV est ancré à tous les niveaux du territoire et compte plus de six millions de membres (7 % de la population adulte), ce qui traduit sa mue et sa volonté d’intégrer en son sein les nouvelles classes moyennes émergente. Par ailleurs, le Vietnam continue de souscrire au principe léniniste du centralisme démocratique. La verticalité du pouvoir reste de mise et, en dépit de certaines réformes administratives entamées dans les années 2000, il est préférable de parler de déconcentration plutôt que de décentralisation du pouvoir.

Pouvoirs et niveaux d’administration au Vietnam

Organisation politique du Vietnam par échelon administratif

D’après P. Papin, D. Albrecht et H. Hocquard, 2010

2. Produire du bien-être et de la sécurité pour se maintenir au pouvoir

L’exercice de domination politique du PCV passe aussi par la recherche de conformité et de légitimité. Le désir d’État, de protection, de sécurité et de consommation est, au Vietnam, parfaitement entendu par le pouvoir central qui par ce biais renforce sa légitimité et justifie ses pratiques politiques.

2.1. Urbanisation autoritaire et légitimité politique du pouvoir central

Artisan de la libération nationale, le communisme d’État a longtemps fait reposer sa légitimité sur sa victoire contre l’impérialisme et l’occupation coloniale, sur la propagande, l’agitation de masse et la socialisation de la jeunesse. Mais, suite à la situation catastrophique des années 1970/1980 (famine, boat people, désengagement de l’URSS, échec du collectivisme, endettement, guerre au Cambodge), le Vietnam est contraint de faire preuve de pragmatisme et d’engager de profondes réformes économiques de son système qui participent, pour une part, au processus de normalisation du pouvoir.

Avec le développement économique consécutif des réformes du Doi Moi et l’élévation des conditions d’existence générées par cette nouvelle orientation, l’État-parti s’assure, pour un temps (avant que la montée des inégalités ne devienne trop menaçante pour le régime), une forme de stabilité et son maintien au pouvoir. En échange de la possibilité donnée à la population d’accéder à davantage de biens de consommation de plus en plus importants, l’État-parti vietnamien acquiert une légitimité et une assise qui lui permettent encore aujourd’hui d’obtenir l’allégeance, ou plutôt la passivité, d’une large partie de la population. De la capacité de l’État-parti à proposer une ville répondant aux attentes de « normalité » et de « modernité » de la population dépend également sa légitimité. 

L’ouverture économique s’accompagne d’une évolution incontestable du régime. Cependant, dans de nombreux domaines, la place de l’État-parti dans le processus décisionnel reste peu changée, par exemple dans le cas de la fabrique urbaine. Le Vietnam poursuit ses politiques de réformes et confirme le rôle de l’urbanisation (taux d’urbanisation de 34 % en 2016) comme moteur de l’économie. Avec un taux de croissance urbaine de 3 % par an((Banque Mondiale, 2016)), le Vietnam se situe en tête des pays les plus dynamiques sur le plan urbain. Le croît urbain vietnamien conjugue les effets d’une forte croissance naturelle et ceux d’une croissance migratoire positive par l’arrivée de migrants depuis les campagnes notamment pour travailler dans les parcs et zones industriels des périphéries de Hanoi. Cette urbanisation devient le vecteur et le mode opératoire de la transition économique vers l’économie de marché.

La production de la ville est un segment clef de l’exercice du pouvoir au Vietnam, et son contrôle passe par la production de discours visant à légitimer son caractère autoritaire. Ainsi, comme le rappellent Ségard et Gibert (2015), les termes de « civilisation urbaine » (van minh do thi) et d’ « urbain civilisé » se sont substitués à la rhétorique de l’ « homme nouveau ». Ce nouveau leitmotiv des tenants de la métropolisation permet de justifier le caractère autoritaire des mesures prises en matière d’urbanisation et de planification. La volonté d’assurer une vie « décente » à la population est en effet un vecteur de légitimité classique. L’exemple de l’élargissement de la province de Hanoï est à ce titre très instructif.

 
Extension métropolitaine de Hanoï et projet d’aménagement du Grand Hanoï et périphéries rurales

Carte Extension métropolitaine et schéma directeur de Hanoi Vietnam

Réalisation : Yves Duchère pour Géoconfluences, 2013, 2017.

 

Les Hanoïens ont appris pour la première fois le 1er décembre 2007 que l’élargissement de la ville-province était au programme de l’année 2008((Tuoi Tre, 1er décembre 2007.)). La lenteur avec laquelle les autorités ont communiqué sur le sujet nous rappelle que l’élargissement de Hanoï était une mesure autoritaire non destinée à être débattue et que le manque d’informations à son sujet cachait d’importantes tractations politico-foncières dont profitaient une poignée d’initiés. Néanmoins, dans les mois qui précédèrent l’élargissement, de nombreux débats ont été lancés par les journaux et sur internet. L’étalement urbain et ses conséquences paysagères et environnementales ou encore la question de la récupération des terres agricoles et de leurs compensations sont autant de dimensions concrètes du projet urbain qui divisent la population mais aussi la classe dirigeante. L’élargissement du territoire de la ville-province de Hanoï (voir carte ci-dessus) marque le début d’une phase d’accélération de l’urbanisation de la deuxième couronne périurbaine. Ces nouvelles terres fraîchement intégrées sont autant de réserves foncières pour le développement urbain de la ville-province, seule la partie inondable située dans le corridor vert voit son développement limité. Ainsi, l’émergence d’un marché foncier depuis les années 1990, la participation d’acteurs privés nationaux ou étrangers à la fabrique urbaine et la multiplication des dispositifs financiers de type BOT (Built Operate Transfer, terres contre infrastructures) ne doit pas laisser croire à un désengagement total de l’État qui est le seul capable de changer les terres agricoles en territoires urbains et surtout qui reste le seul propriétaire de la terre « au nom du peuple tout entier ». C’est en partie à cause de la non-reconnaissance de la propriété privée foncière que la région de Hanoï est émaillée de conflits((Par exemple en avril 2017 : protestant contre les modalités de la confiscation de leurs terres, les intimidations et les arrestations successives, des paysans du village de Dong Tam, dans le district de My Duc (province de Hanoï) ont pris en otage pendant sept jours une vingtaine de policiers avant de les relâcher et de finir par obtenir un « rendez-vous » avec le maire de la capitale. (Source : VN Express, 22 avril 2017))) plus ou moins violents opposants paysans dépossédés de leurs terres et autorités locales en charge de la récupération et des compensations des terres avant leur revente 40 à 50 fois plus cher aux forces du marché.

 
Affiche du Parti communiste vietnamien : « Tout pour un peuple riche, un pays fort, une société égalitaire, démocratique et civilisée ». 

Affiche de propagande actuelle vietnamienne

Sur cette affiche de propagande récente on peut voir différents représentants de la société vietnamienne posant devant un paysage urbain en construction où percent des immeubles de bureaux et d’habitations. Une même affiche est utilisée pour différents slogans dans différentes villes. Celle-ci a longtemps été exposée dans les rues de Hô-Chi-Minh-VilleLa ville, autrefois repère de la « bourgeoisie comprador », est dorénavant perçue comme le nouveau moteur de l’économie… (Traduction du slogan : Yves Duchère)

 

2.2. Paternalisme du PCV et répression au nom de l’union et de la paix nationale

Si les revendications et contestations liées aux litiges fonciers sont nombreuses et représentent 70 % des revendications des populations contre l’État et son administration sont relatifs aux problèmes fonciers((Rapport du Gouvernement N° 304/BC-CP)), les conflits ouverts et violents sont quant à eux moins fréquents et il n’est pas pour l’instant possible de parler de contre-pouvoirs et d’oppositions politiques qui se cristalliseraient autour de la question foncière. Cette situation peut s’expliquer par la manière dont, le pouvoir central se construit une image de gardien de la paix nationale et de garant du développement économique en faisant usage d’une violence symbolique (paternalisme du parti, nationalisme, etc.). Ainsi, dans les discours officiels, anticipant l’exaspération des citoyens consécutive à l’absence de pluralisme politique, l’État-parti met en garde contre les risques de troubles et de remise en cause de la paix durement acquise que représenteraient l’ouverture et la démocratisation de la vie politique. Au Vietnam, empêcher le débat démocratique est présenté comme la condition à la paix permettant d’éviter le conflit interne.

Selon le professeur émérite Carl Thayer de l’Australian Defence Force Academy, 6,7 millions de Vietnamiens, soit un sixième de la population active, travailleraient pour les différentes agences de sécurité du pays((Source : BBC news)). Le régime pratique encore très largement les arrestations et emprisonnements de cyberactivistes accusés le plus souvent de « propagande contre l’État », « menace contre la société vietnamienne », subversion » ou encore de « terrorisme ». Selon le CPJ (comité de protection des journalistes), il y aurait, en 2013, 84 prisonniers d’opinion dont 18 journalistes et 34 cyberactivistes((Pour plus de détails sur la déshumanisation qui s’opère dans les prisons vietnamiennes : Rapport d’Amnesty International (2016) « Des prisons à l’intérieur des prisons. La torture et les mauvais traitements des prisonniers d’opinion au Viet Nam » 14 p. Synthèse du rapport (pdf))). Avant le XIIe congrès du parti communiste qui s’est tenu en janvier 2016, le nombre d’arrestations a explosé. Ces arrestations sont présentées par les autorités comme une nécessité pour garantir la paix nationale et la prospérité du pays.

Affiche Amnesty International Vietnam

Campagne d’Amnesty International accompagnant le rapport de 2016 « Des prisons à l’intérieur des prisons. La torture et les mauvais traitements des prisonniers d’opinion au Vietnam »

Mais l’exercice du pouvoir politique au Vietnam ne repose pas uniquement sur la propagande, la répression policière ou sur la violence symbolique. D’autres mécanismes sont à l’œuvre comme le clientélisme et un important système de compromissions à toutes les échelles qui assouplissent l’autoritarisme du régime et lui confèrent un meilleur ancrage.

3. Clientélisme et corruption

Que ce soit au niveau de l’appareil d’État ou au niveau infra-étatique (la balbutiante société civile, les populations, le secteur privé), le contournement des lois, les torsions faites aux règlements ou encore la corruption sont autant de marges de liberté concédées aux populations. Par ailleurs, le régime vietnamien n’étant pas un bloc monolithique, ces mécanismes concernent également les membres de l’administration qui, du niveau central au niveau local, s’affrontent pour le partage des richesses. Mais, encore une fois, ces évolutions qui peuvent être identifiées comme une forme de normalisation du pouvoir ne doivent pas occulter la volonté de l’État-parti de maintenir son emprise et son total contrôle de la vie politique, quitte à s’adonner à des pratiques opaques. 

3.1. Le clientélisme dans l’administration

Avec la montée des inégalités générée par l’intégration à l’économie de marché, le risque de scission et de revendication des marges peut constituer une menace pour la pérennité du régime. Les revendications liées aux conflits fonciers et les velléités d’autonomie de certaines provinces sont aujourd’hui une composante majeure du dialogue centre-périphéries. Le clientélisme, les petits arrangements et collusions entre l’administration locale et les populations, s’ils ne constituent pas une nouveauté, deviennent une condition essentielle de l’exercice du pouvoir au Vietnam. Au niveau central par exemple, le XIIe congrès du parti communiste vietnamien de 2016 s’est distingué des autres par le conflit entre Nguyên Phú Trong((En vietnamien, les noms sont généralement composés de trois mots monosyllabiques. Le premier, le ho, est le patronyme. Le second, le tên dêm, est le nom intercalaire. Le troisième est le prénom (le tên).)), secrétaire général du PCV et le premier ministre Nguyên Tân Dung. Des rumeurs internes à l’appareil font état d’une tentative de passage en force de Nguyên Tân Dung pour occuper le poste de secrétaire du PCV. Nguyên Tân Dung est souvent perçu, en opposition à son rival Nguyên Phú Trong, comme étant plus conciliant envers les États-Unis. Même si cette analyse apparaît simpliste, la récente actualité montre que la Chine a pris très au sérieux cette menace au point de faire édicter, en 2014, par le PCV, le décret 244 formalisant l’impossibilité pour le premier ministre de briguer un mandat de secrétaire du PCV (disposition déjà inscrite dans la constitution de 1992). Craignant une riposte armée de la Chine suite à un éventuel passage en force de Nguyên Tân Dung, d’importantes forces armées vietnamiennes ont été déployées à la frontière chinoise pendant le congrès. Le 22 janvier 2016, des navires et des avions de chasse chinois sont signalés au-dessus des îles Spratley et Paracels, comme un avertissement de la Chine à son voisin…

Cet exemple, outre le fait qu’il témoigne de l’emprise de la Chine sur la politique vietnamienne, met en exergue une fois de plus la toute-puissance du PCV sur le reste de la structure politico-administrative vietnamienne. Au niveau du Comité Central du PCV, on observe que les positions de leadership sont le plus souvent fondées sur des bases de pouvoir institutionnelles (un ministère) ou géographiques (une province) dont les réseaux, qui s’apparentent à de véritables factions, assurent un soutien aux apparatchiks du pouvoir. Ses membres sont certes subordonnés au bureau politique, mais ils sont surtout une clientèle pour ce dernier, particulièrement s’il souhaite éviter la montée de la dissidence et les revendications d’autonomie des provinces. Lorsque le clientélisme est insuffisant pour contrôler les provinces, des purges, reposant principalement sur des accusations de corruption ou de morale déviante, peuvent être effectuées. La pratique du redécoupage du territoire administratif constitue également le moyen pour le pouvoir central de réaffirmer son autorité ou de satisfaire l’appétit de certaines factions, comme l’annexion par Hanoï de la province de Hà Tây en 2008.

L’observation du rapport entretenu entre les provinces et les collectivités locales inférieures (district, commune) met également au jour des luttes de pouvoir, notamment pour attirer la manne de l’État. 

3.2. Corruption : entre fléau social et régulation du politique

La question de la corruption, de ses représentations et de son utilité sociale et politique est également importante pour comprendre le fonctionnement du régime et les modalités des rapports entre État et société. De nombreux Vietnamiens sont exaspérés par le développement sans précédent de la corruption qui gangrène la société jusqu’aux plus hautes sphères de l’État. La corruption concerne quasiment tous les domaines de la vie quotidienne et administrative : en 2016, le Vietnam occupait la 112e place sur 168 (116e en 2015) dans le classement établi par l’ONG Transparency International. Dans de nombreuses communes, pour profiter des aides aux foyers pauvres, il est préférable d’être généreux envers son administration. Pour obtenir un poste dans l’administration, mais également dans le secteur privé, il faut être prêt à débourser des sommes allant de quelques milliers de dollars à des centaines de milliers de dollars. Les dettes contractées pour les achats de postes, l’opacité générale du système qui est encore marqué par le culte du secret, les bas salaires, les réseaux et imbrications entre population et administration participent au développement de la corruption.

Les champs d’application de la corruption sont nombreux et il est impossible d’en faire la liste exhaustive (code de la route, permis de construire, droit d’usage du sol, formalisation du statut des entreprises, amendes aux infractions environnementales, etc.). Si les revendications et plaintes émanant de la balbutiante société civile se multiplient au sujet de la corruption, nombreux sont les Vietnamiens qui intègrent ce paramètre dans leur quotidien, allant même jusqu’à percevoir la corruption comme un système de redistribution permettant l’ascension sociale.

Par ailleurs, en plus de la dimension économique et sociale que recouvre la corruption, son usage répété permet également d’adoucir les règles, les normes et même la mise en place des politiques nationales. Elle est un mécanisme de régulation du social et du politique qui participe au maintien du régime et à l’instauration d’une sorte de statu quo entre la population et ses structures d’encadrement. La thèse de la régulation politique par la corruption est également validée par Benoît de Tréglodé (2015) qui rappelle que la Chine verse régulièrement des « sommes importantes au cas par cas aux dirigeants, en échange d’un soutien attendu ». Et d’ajouter que le coût d’une voix à l’Assemblée nationale vaudrait 100 000 dollars, quant à « l’obtention d’un poste au bureau politique, puisqu’il nécessite un vote du Comité Central, serait dès lors estimé à plus d’un million de dollars » (ibid.).

4. Recomposition du politique et systèmes de compromission

Alors que le régime tente de se parer des habits neufs de la social-démocratie, les recompositions récentes du système politique semblent davantage être la conséquence d’un dialogue entre l’État et la société marqué de plus en plus par le consensus et la concertation.

4.1. Une normalisation du pouvoir en trompe l’œil

Au Vietnam, la situation des droits de l’Homme reste encore un sujet extrêmement tabou pour lequel d’importants efforts restent à faire. L’ONG internationale Amnesty International pointe du doigt la situation alarmante en matière d’accès à l’information et de liberté d’expression. Relativement à la question de l’accès et de la diffusion de l’information, le gouvernement a édicté en 2013 le décret 72 interdisant aux bloggeurs et médias sociaux le partage d’articles de presse en ligne. Dans la même veine, de nombreux sites d’information continuent d’être censurés par le pouvoir qui perçoit les quarante millions d’internautes (un Vietnamien sur deux) comme une menace.

Pour autant, le gouvernement tente de se parer d’un corpus législatif qui augure, peut-être, de progrès politiques et sociaux en matière de libertés fondamentales. Ainsi, en mars 2016, deux projets de lois sur la liberté de la presse et le droit à l’information ont été soumis à l’assemblée nationale. Ces amendements s’inscrivent dans la lignée de la constitution de 2013 et confèrent aux citoyens le droit d’accéder aux informations « qui ne sont pas interdites par l’État » ou de participer aux activités journalistiques « sous la protection de l’État » (Courrier du Vietnam, 28 février 2016). Le Vietnam, sixième sur la liste des pays qui exercent la censure la plus forte d'après le Comité de Protection des Journalistes, produit régulièrement des lois s’affichant comme démocratiques et préservant la liberté et les droits de l’Homme à l’intérieur de ses frontières tout en continuant d’incarcérer certains de ses citoyens pour « abus de libertés démocratiques » (article 258 de la loi relative aux activités contre l’État).

Le droit de manifester est soumis à la même évolution en trompe l’œil. Ce droit est inscrit dans la constitution et fait l’objet de mises à jour, d’amendements et de « débats » à l’Assemblée nationale. Dans les faits, la liste des manifestations violemment réprimées est longue. Au premier chef sont concernées les manifestations relatives au droit à la terre et au refus des conditions d’expropriation, les indemnités versées aux habitants expropriées étant jugées injustes au regard du prix auquel les terres seront revendues après « viabilisation ». Si la presse ne relate pas les issues tragiques des manifestations, les internautes, sans qu’ils soient nécessairement des bloggeurs avisés, postent de plus en plus sur internet des vidéos ou des photos capturées lors de ces évènements((Lesquelles sont parfois relayées à l’international, par exemple sur LCI/Metronews : « Une manifestante écrasée par un bulldozer », 2015.)).

Par ailleurs, lors des manifestations portant sur les différends fonciers, on voit apparaître depuis une dizaine d’années, dans les rangs des manifestants, des activistes se définissant comme défenseurs de la justice. Généralement âgés de plus de 70 ans, ces individus ont dans le passé exercé d’importantes fonctions dans l’appareil d’État, ce qui leur confère une aura particulière ainsi qu’une liberté de ton fort appréciée des manifestants en quête de soutien politique et moral. Mais, là encore, cette évolution est sujette à discussion puisque si le débat public présente ces individus comme des interlocuteurs légitimes avec qui il est envisageable de négocier, ces derniers n’en restent pas moins victimes de pressions et d’attaques (pneus crevés, jets de cocktails Molotov sur les habitations, colle dans les serrures, etc.) menées à leur encontre par les hommes de main du régime.

Encadré. Affrontements et prise d’otage au printemps 2017 à Dông Tâm (district de My Duc, Hanoï)

En matière de confrontation physique on peut, en plus du cas Duong Nôi (Hà Dông, Hanoï), citer les récents événements de Dong Tâm (district de My Duc, Hanoï) durant lesquels des affrontements violents ont opposé des habitants aux forces de l’ordre le 16 avril 2017. Suite à la confiscation de leurs terres par l’armée, les villageois, dénonçant un « cướp chính quyền » (vol à l’arraché de l’État) ont tenu des barricades avant de prendre en otage une vingtaine de policiers qu’ils pensaient utiliser comme monnaie d’échange pour libérer leurs camarades arrêtés pendant les émeutes. L’affaire se dénoue pacifiquement le 22 avril après des négociations à Dong Tâm avec le président du Comité populaire de Hanoï. 

Cet épisode pré-insurrectionnel, opposant une paysannerie dépossédée de ses terres à un État délinquant entretenant d’obscures relations avec le monde de la pègre et des seigneurs fonciers, ne pouvait pas en rester là. C’est ainsi qu’en dépit de la promesse faite par Nguyên Duc Chung, président Comité populaire Hanoï, de ne pas poursuivre les paysans en justice, le 13 juin a été ouverte une enquête judiciaire à l’encontre des villageois de Dong Tâm qui risquent jusqu’à 10 ans de prison, de lourdes amendes, l’interdiction d’assumer certaines fonctions, ainsi que la disgrâce et le déshonneur. Le régime stalinien de Hanoï a pour habitude de qualifier les forces démocratiques de « réactionnaires », de « traîtres envers la nation » ou, au mieux, de « révisionnistes ».

Comme le rappelle Lê Huu Khoa (2014), l’expression môt cô ba tròng (un cou de trois nœuds étouffants), qui était autrefois utilisée pour désigner les trois oppressions contre les paysans à l’époque coloniale (le colonialisme français, le féodalisme national et la bureaucratie régionale), reste aujourd’hui en grande partie valide dans le monde rural. Elle prend aujourd’hui des formes variées : incohérence verticale de l’État-parti, planification imprévisible, bureaucratie régionale et corruption locale, ou encore abus de pouvoir des cadres locaux.

Yves Duchère

Que ce soit en matière de liberté d’expression, d’information ou de manifestation, la récente actualité souligne que l’État-parti vietnamien fait montre d’un pragmatisme habile et de l’usage systématique d’une double stratégie de gestion des tensions qui met une fois de plus en lumière sa capacité à faire preuve d’un art consommé de la dissimulation.

En écho aux travaux de Guy Hermet, il semble que la liberté de ton concédée aux personnes âgées frondeuses donne à voir un autoritarisme qui pratique un « relâchement contrôlé de sa domination dans certaines sphères de la vie sociale » afin de « fournir une échappatoire à l’emprise du régime » (Hermet in Grawitz et Leica, 1985). Ces individus alimentent malgré eux la stratégie de légitimation et de renforcement du pouvoir en élargissant de manière contrôlable l’assise de ce dernier « au prix de l’acceptation d’une opposition en quelques sortes consentie » (ibid.).

Même si la réforme du politique au Vietnam s’apparente à une stratégie de conservation du pouvoir, l’étude des rapports entretenus entre la société et l’État-parti met au jour d’importants systèmes de compromissions et un réel dialogue entre les deux camps qui ne sont d’ailleurs pas deux blocs monolithiques.

4.2. Le dialogue État-société et l’exemple des conflits fonciers 

Les études menées au niveau local, notamment dans les villages de métier, (Duchère, 2012, 2015) montrent que malgré la fermeté de certaines orientations politiques et l’existence d’un corpus législatif fourni, la société vietnamienne ne semble pas fonctionner sur le régime de la contrainte. Prenons l’exemple des conflits fonciers s’opérant dans les périphéries de Hanoï.

Dans le cadre du processus de métropolisation dans lequel s’est engagée la ville de Hanoi au début des années 1990, de nombreux projet urbains et industriels sont financés par le secteur privé qui, en échange de la construction des infrastructures publiques (écoles, routes, hôpitaux, etc.) reçoit des terres (système « terres contre infrastructures »). Les projets se développent sur les finages de villages millénaires, ce qui crée d’importants conflits entre les habitants refusant d’abandonner leurs terres, en échange d’indemnisations jugées trop faibles, et les acteurs publics et privés en charge de l’aménagement et de la construction.

La posture adoptée par les populations villageoises face aux conflits fonciers qui se développent sur les finages est variée et dépend autant de paramètres géographiques (la capacité à négocier en périurbain éloigné est plus importante qu’en périurbain proche), sociaux (qualité des réseaux et des relations avec le pouvoir local) qu’économiques (dans les villages de métier, l’adaptation des artisans à la concurrence et à l’évolution du marché passe par leur capacité à accéder à la ressource foncière afin d’agrandir et intensifier leur espace de production.

D’une manière générale, les stratégies déployées par les villageois pour se maintenir dans le processus de production urbaine font écho à ce qu’on observe dans de nombreux autres domaines en ce qui concerne la relation des Vietnamiens à leurs structures d’encadrement. Ces derniers ont en effet su se réserver un espace de liberté, résultat de leur expérience et de leur rapport à la machine politico-administrative dont ils connaissent les rouages et les mécanismes. Que ce soit au niveau des collectivités locales, de type district et commune, ou au niveau de la société civile naissante, le contournement, la ruse et le rapport oblique aux lois de l’État est la règle. Mais dans certains cas, la résistance du quotidien ne suffit pas et la colère et le sentiment d’injustice l’emportent sur les arrangements et négociations au coup par coup.

Au Vietnam, les droits d’usage du sol dont dispose la population prennent la forme de baux emphytéotiques de 20, 50 ou 90 ans. Depuis la fin des années 1990, la terre est devenue un levier d’enrichissement pour le pouvoir et une petite classe moyenne qui, en collaborant ensemble, accumulent du capital en dépossédant les campagnes.

Avant de céder les terres aux forces du marché il faut les récupérer aux paysans... C’est précisément sur ce point que se cristallisent de nombreuses tensions, notamment à Duong Noi, commune périurbaine située à 12 km du centre-ville de Hanoi : sur la photographie ci-contre on peut lire « Plutôt mourir que perdre nos terres ». Dans cette commune, 40 ha de terres sont concernés par un projet de zone résidentielle privée. Les compensations proposées sont en 2008 de 57 millions de Dong par sao (2 195 euros/sao ; 1 sao = 360 m²). Après s’être renseignés, les villageois ont découvert que ce montant correspondait dans la province de Hanoi aux « expropriations » pour des projets d’intérêt public. Les projets privés entraînant des compensations plus importantes, les responsables locaux ont tu ce détail dans l’espoir de détourner la différence. C’est grâce à l’implication de la militante anti-corruption Le Hien Duc((www.lehienduc2013.blogspot.fr)) que les villageois sont parvenus à s’organiser et à obtenir des compensations plus élevées (3 735 euros/sao). Il est toutefois intéressant de noter que les terres une fois récupérées sont revendues 40 à 50 fois plus cher aux acteurs de la promotion-construction. Par ailleurs, le montant des compensations qui est fixé par l’échelon provincial distingue les terres rurales et les terres urbaines. Puisque le montant des compensations des terres rurales est plus faible, certaines communes sont maintenues au statut rural alors qu’elles présentent toutes les caractéristiques de territoires urbains.

Les actes de résistance, notamment toutes les « everyday politics » (Kerkvliet, 2006, p. 291), recouvrent en fait un large panel allant de la participation au marché foncier, au conflit ouvert en passant par la négociation, les petits arrangements, la corruption et les occupations illégales.

"Plutôt mourir que perdre nos terres" cliché Yves Duchère Vietnam

Inscription en rouge : « Plutôt mourir que perdre nos terres ».
Cliché Yves Duchère, 2013.

D’ailleurs les habitants et les collectivités locales ne peuvent pas être considérés comme deux blocs distincts n’entretenant pas de relations entre eux. Les cadres de l’administration communale sont le plus souvent issus des villages qu’ils doivent administrer. Les conflits d’intérêts et la nécessité de faire appliquer « en douceur » les lois de l’État conditionnent alors leur légitimité mais également le respect qu’on accordera à leur famille et à leur lignage au sein du village. 

Les villageois peuvent choisir de résister au quotidien mais ils peuvent aussi faire le choix de la démonstration de force (photo ci-dessus) ou du recours en justice. Trois manières de le faire existent : l’accusation (tô cao), la plainte (kiên) et le recours gracieux (khiêu nai). Le rapport 304/BC-CP précise qu’entre 2003 et 2009, les différents bureaux en charge de la gestion foncière ont « résolu » 624 512 dossiers sur 723 938. 4817 hectares, représentant 1850 milliards de dongs, ont été récupérés par l’État. La terre a été restituée à 6 921 citoyens, 6 650 ont été sanctionnés et 380 enquêtes (diêu tra) impliquant 665 personnes (membres de l’administration et citoyens) ont été ouvertes. Le rapport 2333/BC-TTCP souligne quant à lui qu’entre 2006 et 2009 près de 583 recours de citoyens ont été enregistré à Hanoï principalement au sujet des compensations foncières, des réinstallations et du nettoyage des terrains.

 

"terres libérées" photographie Yves Duchère

« Terres libérées » (expropriées) pour lesquelles aucune indemnité n'a pour le moment été versée aux anciens utilisateurs. Cliché : Yves Duchère, 2013.

"Femmes au combat contre les ennemis du peuple". Cliché Yves Duchère

« Femmes au combat contre les ennemis du peuple. Tirons les enseignements de l'affaire Doan Van Vuon et anéantissons les voleurs de terres ! ». Clichés et traduction : Yves Duchère, 2013.

 

Enfin, l’émergence progressive d’une petite classe moyenne urbaine et périurbaine, notamment dans les villages d’artisans les plus performants, modifie considérablement le rapport entretenu entre l’administration et ces nouveaux partenaires économiques qui prennent de plus en plus part aux projets locaux en tant qu’investisseurs. De nouvelles relations s’établissent alors entre les investisseurs et les représentants politiques locaux cherchant à négocier leur place dans le développement économique et territorial. Ne recevant pas d’incitations suffisantes de la part des échelons supérieurs et n’étant pas consultés au sujet des projets qui se développent sur leur territoire, les administrateurs communaux se tournent de plus en plus vers les acteurs de la promotion-construction avec qui ils traitent directement. Ainsi, progressivement se met en place une géographie traduisant localement les implications entre des acteurs privés souhaitant avoir davantage accès au foncier et des administrateurs communaux zélés et prenant de la distance avec leur hiérarchie politico-administrative. Ces collusions qui altèrent l’opérationnalisation de la planification prévue par le district et la province participent d’un creusement des inégalités sociales et génèrent des revendications portant sur la légalité et la légitimité des projets qui naissent de ces ententes.

Conclusion

Depuis la fin des années 1980, le Vietnam a amorcé de profondes réformes de son système économique dont le but principal était de libéraliser l’économie en autorisant les activités commerciales privées et en accueillant les investisseurs étrangers. Si la manœuvre n’était pas censée s’accompagner de restructurations politiques et administratives, l’engagement du pays sur la voie du socialisme de marché a de fait imposé à l’État-parti de se repositionner et de se renouveler face aux multiples restructurations sociales et économiques conséquentes de cette ouverture. Ainsi, sous la pression des bailleurs étrangers et de la classe moyenne émergente, la RSV tente de plus en plus de se légitimer, engage des réformes administratives et renforce son image d’ « État de droit ». Tout ceci dénote la volonté du pouvoir central de normaliser sa domination politique en se positionnant comme garant de la sécurité nationale et du développement économique du pays.

La « douceur insidieuse » (Michel Foucault, 1975) avec laquelle l’État-parti installe sa domination nous rappelle que, dans les régimes autoritaires, la domination politique ne s’exerce pas systématiquement d’en haut, mais joue également sur les rapports de force, les échanges économiques, les rapports sociaux, la diffusion de systèmes de valeurs, le quotidien des populations et la production des territoires. L’autoritarisme et la domination sont donc permis par une forme d’adhésion de la population qui, en échange d’espaces de liberté, de petits arrangements, de compromis et de sécurité tolère la violence avec laquelle s’exerce sur elle le pouvoir politique.

Au Vietnam, l’autoritarisme du parti unique et de son appareil administratif met au jour une relation ambivalente partagée entre des pratiques coercitives, l’usage de la violence symbolique ou physique (la peine de mort est encore en vigueur) et des réponses apportées aux nouvelles aspirations de la population (désir d’État, de sécurité, de paix, de prospérité).

 

Pour compléter

Bibliographie de référence
Ressources complémentaires
  • Gouvernement vietnamien, Rapport n° 304/BC-CP, 26 octobre 2012, Việc thực hiện chính sách, pháp luật trong giải quyết khiếu nại, tố cáo của công dân với các quyết định hành chính về đất đai, [Réalisation de la politique et des normes en matière de résolution des recours administratifs et des plaintes de la population vis-à-vis des décisions administratives portant sur le foncier].
  • Foucault, Michel, 1975, Surveiller et punir, Gallimard, 360 p.
  • Grawitz, Madeleine et Leica, Jean, 1985, Traité de sciences politiques, Presses universitaires de France, 752 p.
  • Kerkevliet, Benedict, 1995, “Village-State Relations in Vietnam: The Effect of Everyday Politics on Decollectivization”, Journal of Asian Studies, 54: 396-418.
  • Kim, A. M., 2009, “Land Takings in the Private Interest: Comparisons of Urban Land Development Controversies in the United States, China, and Vietnam.” Cityscape 11.1 19- 32 p.
  • Maclean, K., 2013, The government of mistrust. Illegibility and bureaucratic power in socialist Vietnam . University of Wisconsin Press, 300 p.
  • Nancy L. and Post, R. C., Civil Society and Government, Princeton and Oxford : Princeton University Press, pp. 334-359.
  • Wells-Dang, A., 2010, “Political space in Vietnam : a view from the ‘Rice-roots’”, The Pacific Review, Vol. 23, n° 1, p. 93-112.

 

 

 

Yves DUCHÈRE
docteur en géographie et chercheur associé à l'université Paris Descartes, Centre Population et Développement (CEPED, UMR 196)

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :

Yves Duchère, « La République Socialiste du Vietnam est-elle autoritaire ? », Géoconfluences, 2017.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/ailleurs/vietnam-regime-autoritaire

 

Actions sur le document