Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Brèves Le Parc national de forêts devient le 11e parc national terrestre en France

Le Parc national de forêts devient le 11e parc national terrestre en France

Publié le 22/11/2019
Auteur(s) : Alice Nikolli, Agrégée et docteure en géographie - ENS de Lyon, Université de Lyon
Le projet de « Parc national des forêts de Champagne et de Bourgogne » s’est concrétisé sous la dénomination de « Parc national de forêts » par le décret n° 2019-1132 du 6 novembre 2019. Les précédentes créations de parcs dataient de 2012 (Calanques) et 2007 (Guyane et Réunion).

Compléments | citer cet article

Avec la création du Parc national de forêts en novembre 2019, la France compte désormais 11 parcs nationaux terrestres (dont deux ont une partie marine) et 6 parcs marins.

 
Chiffres-clés

Superficie totale : 241 089 ha, sur 127 communes, environ 30 000 habitants (12,5 hab./km²). Zone cœur : 56 614 ha ; sur 60 communes. Projet d’une réserve intégrale de 3 100 ha laissée en libre évolution.


 

Ce projet remontait au Grenelle de l’environnement, dans l’objectif de diversifier les types de milieux faisant l’objet d’un Parc national, qui ont longtemps été limités aux seuls milieux montagnards. Parmi les milieux identifiés, on trouve les littoraux (d’où la création du Parc national des Calanques en 2012), les milieux forestiers de plaine, qui justifie le Parc de forêts, et les zones humides. Cette création confirme que la politique des Parcs nationaux ne concerne plus uniquement des espaces de haute montagne très faiblement peuplés.

Objectifs du Parc d’après le décret :
«

 « Le classement de ce territoire habité et exploité a pour objectif, outre la protection d'un patrimoine naturel exceptionnel (le cœur, principalement forestier est composé de près de 90 % de forêts anciennes), la protection d'un patrimoine culturel riche et ancien, et l'accompagnement à l'innovation en matière de développement durable de ce territoire rural. »

Source : décret n° 2019-1132 du 6 novembre 2019.

»

Sur le plan écologique, le Parc compte des forêts anciennes, des marais tufeux (liés à la présence de tuf, une roche calcaire), des pelouses calcaires, et il abrite des espèces remarquables comme le chat sauvage et la cigogne noire.

Conflit d’acteurs

Le Parc concerne un territoire peuplé, approprié et productif, bien que marqué par une déprise importante. Pendant le montage du projet, un certain nombre d’oppositions se sont fait sentir, par exemple de la part des chasseurs et des agriculteurs, ou encore du secteur de la sylviculture. Pour ce dernier, le manque à gagner représenté par la réglementation de la zone cœur est estimé à environ 330 000 €/an par un rapport du CGEDD (Conseil général de l'environnement et du développement durable) de 2014.

À l’inverse, les associations de défense de l’environnement et le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) jugent le niveau de protection insuffisant. Si le CNPN a émis un avis favorable au printemps 2019, lors d’un vote très serré, il l’a assorti de nombreuses recommandations. Le décret autorise par exemple la chasse dans le cœur du parc, ainsi que les activités agricoles et pastorales existantes au moment de son entrée en vigueur.

La carte des parcs nationaux et des parcs naturels régionaux en 2019

Carte parcs naturels nationaux et régionaux en France

 
Pour aller plus loin
Dans Géoconfluences

 

 

Alice NIKOLLI
agrégée et docteure en géographie, ATER à l’ENS de Lyon, Université de Lyon

 

Mise en web et cartographie : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Alice Nikolli, « Le Parc national de forêts devient le 11e parc national terrestre en France », brève de Géoconfluences, novembre 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/breves/creation-parc-national-de-forets

 

Actions sur le document