Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Brèves Un important gisement de terres rares découvert dans la ZEE japonaise

Un important gisement de terres rares découvert dans la ZEE japonaise

Publié le 30/05/2018

Un article publié dans la revue Scientific Reports le 10 avril 2018 a donné aux Japonais l'espoir d'une possible émancipation de leur dépendance à leur fournisseur chinois en matière de métaux stratégiques.

  • Yutaro Takaya et al., “The tremendous potential of deep sea mud as a source of rare-earth elements”, Scientific Reports, 10 avril 2018. Version web | version pdf


L’article, signé par vingt chercheurs de plusieurs universités japonaises, est publié dans la revue Scientific Reports, du groupe Nature. Son titre peut se traduire par « Le gigantesque potentiel des boues sous-marines profondes comme source de terres rares ». Le Larousse nous apprend que le mot « tremendous » a le sens d’énorme, vertigineux, monumental, ce qui témoigne d’une emphase à laquelle l’édition scientifique nous a peu habitués.

Voici les premières lignes de l’article en version originale et en français :

Rare-earth elements and yttrium (REY) are critical materials to many leading-edge technologies due to their unique physical and chemical properties. Applications of REY span a wide range, including hybrid vehicles, rechargeable batteries, wind turbines, light emitting diodes, compact fluorescent lamps, screen display panels, and many medical and military technologies. The industrial utility of REY, especially in renewable energy technologies and electronics, has driven up the demand for the essential metals in recent years. Amid rapidly increasing global demand for REY, Kato et al. reported the discovery of REY-rich mud, which has a high total REY content (up to 2,230ppm) and is widely distributed on deep-sea floor in the Pacific Ocean. Subsequently, in 2013, highly to extremely REY-rich mud (deep-sea sediments containing 2,000ppm to more than 5,000ppm REY) was found within the Japanese exclusive economic zone (EEZ) around Minamitorishima Island (Marcus Island) during the KR13-02 cruise of the deep-sea research vessel KAIREI operated by the Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology (Fig. 1).

Extrait de Yutaro Takaya et al., “The tremendous potential of deep sea mud as a source of rare-earth elements”, Scientific Reports, 10 avril 2018. Version web | version pdf

Carte ZEE japonaise et réserves de terres rares

Cliquez pour voir l'original accompagné de sa légende.

Les éléments rares et l’yttrium (ou terres rares) sont des matériaux stratégiques pour de nombreuses technologies de pointe en raison de leurs propriétés physiques et chimiques uniques. Les applications des terres rares touchent de nombreux domaines comme les véhicules hybrides, les batteries rechargeables, les éoliennes, les diodes électroluminescentes, les lampes fluorescentes compactes, les écrans, ou encore de nombreuses technologies médicales ou militaires. L’utilité des terres rares, en particulier dans les énergies renouvelable et l’électronique, a fait augmenter fortement la demande pour ces métaux stratégiques au cours des dernières années. Dans ce contexte, Kato et al. rapportent la découverte de boues sous-marines riches en terres rares, représentant d’importantes quantités totales (jusqu’à 2 230 ppm) et largement distribuées dans les sols sous-marins profonds de l’océan Pacifique. Ensuite, en 2013, des gisements des boues extrêmement riches en terres rares (des sédiments sous-marins profonds contenant de 2 000 à plus de 5 000 ppm de terres rares) ont été découverts dans la Zone Économique Exclusive (ZEE) du Japon autour de l’île Minamitorishima (île Marcus) pendant l’expédition KR13-02 du Kairei, le navire de recherche en eaux profondes, menée par la Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology (fig. 1). 

Extrait de Yutaro Takaya et al., “The tremendous potential of deep sea mud as a source of rare-earth elements”, Scientific Reports, 10 avril 2018. Version web | version pdf. Traduction : Géoconfluences.

>>> Qu’est-ce que les terres rares exactement ? Voir le glossaire : Terres rares, métaux stratégiques
Revue de presse

Le point de vue japonais et notamment le spectre d’une rupture de l’approvisionnement : « Le monde dépend fortement de la Chine pour les terres rares, car elle produit l’essentiel de ces éléments mis sur le marché. Mais Pékin a sévèrement restreint ses exportations dans les périodes de tensions diplomatiques. En 2010, par exemple, les manufacturiers japonais ont affronté une grave pénurie suite à une limitation des exportations chinoises. »

L’article convertit les quantités exprimées en ppm (parties par million) dans l’article de Yutaro Takaya et al. et aboutit à 16 millions de tonnes terres rares pour le gisement découvert (la demande mondiale était d’environ 160 000 tonnes pour l’année 2016).

L’article cite un extrait du South China Morning Post : « Les chercheurs ont défini une zone de 400 km² de fonds marins qu’ils estiment contenir 16 millions de tonnes d’oxydes de terres rares, y compris suffisamment d’yttrium pour satisfaire 780 années de demande intérieure, 620 années d’europium, 420 années de terbium et 730 années de dysprosium ».

Tous ces articles insistent sur la grande profondeur du gisement découvert (entre 5 000 et 6 000 mètres sous la surface). Les technologies nécessaires pour exploiter des gisements à telle profondeur ne sont pas encore au point. Il est toutefois vraisemblable que le Japon cherche à les mettre au point dans un futur proche.

Pour compléter sur les terres rares
Actions sur le document