Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille L’artificialisation des sols en France

L’artificialisation des sols en France

Publié le 26/01/2016

Au même moment, deux articles traitent de l'artificialisation des sols et de l'évolution de l'urbanisation à échelle fine, sur le littoral méditerranéen.

1. La revue Métropolitiques a publié le 16 janvier 2016 un article de la sociologue Madlyne Samak, « Les Alpes-Maritimes sous pression urbaine. Retour sur quarante ans de déclin des surfaces agricoles ».

Après les inondations d’octobre 2015 qui ont provoqué la mort de vingt personnes dans les Alpes-Maritimes, elle revient sur les causes démographiques, économiques et politiques du déclin des espaces agricoles et des dynamiques d’urbanisation d’un territoire sous pression. Dans les Alpes-Maritimes, les surfaces consacrées au maraîchage et à la culture florale ont diminué respectivement de 80 % et de 74 % entre 1970 et 2010. Les terres labourables ont été divisées par plus de trois et les surfaces plantées en vigne ont quasiment disparu. La part du territoire artificialisée, qui représentait 30 % de la superficie du littoral en 1970, en représente 58 % aujourd’hui. Dans le moyen pays, la progression est encore plus rapide puisqu’on passe de 10 % à 30 % du territoire artificialisé pendant la même période.
Les options politiques locales et nationales de développement économique du territoire maralpin sont venues renforcer les effets de la crise économique et sociale à laquelle les agriculteurs étaient confrontés depuis le milieu des années 1960, aboutissant in fine à un recul sans précédent de la part du territoire consacrée à l’agriculture. http://www.metropolitiques.eu/Les-Alpes-Maritimes-sous-pression.html

2. Cybergéo publie un article de Samuel Robert, « Entre étalement et densification : une approche fine de l’urbanisation littorale sur la Côte bleue, Provence », mis en ligne le 21 janvier 2016

Cet article rend compte d’une expérimentation de cartographie de l’occupation du sol à grande échelle, à partir de Corine Land Cover. Produite avec quatre millésimes (1998, 2003, 2008 et 2011), la base de données résultante permet la caractérisation de l’évolution récente de l’urbanisation de la Côte bleue entre Marseille et Martigues. L’étalement urbain et la densification urbaine peuvent alors être analysés avec précision. La transformation des territoires artificialisés apparaît ainsi bien supérieure à la production de nouveaux tissus urbanisés par étalement. Mais malgré cette densification, l’urbanisation pavillonnaire demeure majoritaire.  http://cybergeo.revues.org/27451

2. Quelles données pour l'évaluation de l'artificialisation des sols en France ?

Trois sources d’information indépendantes d’évaluation du phénomène de l’artificialisation coexistent en France :  l’enquête TERUTI du Service central des enquêtes et études statistiques (SCEES), le zonage en aires urbaines (ZAU) de l’Insee et Corine land cover (service de l’observation et des statistiques, ex-IFEN).

  • l'enquête Teruti

A l’échelle de la France entière, l’enquête Teruti-Lucas est réalisée chaque année depuis 1981 par les services statistiques du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Elle permet de suivre l’évolution des différentes catégories d’occupation et d’usage du sol à partir d’un ensemble de points constituant un échantillon représentatif du territoire national, en métropole et dans l’outre-mer. En trente ans, les terres agricoles (sols cultivés et surfaces toujours en herbe) ont reculé de près de 7 %, au profit de l’urbanisation. Les données sont aussi disponibles par département http://agreste.agriculture.gouv.fr/enquetes/territoire-prix-des-terres/teruti-lucas-utilisation-du/

Le n° 326 d’Agreste Primeur de juillet 2015, « L’artificialisation des terres de 2006 à 2014 : pour deux tiers sur des espaces agricoles » fournit en 6 p. une bonne synthèse de l’évolution récente avec la dernière série 2006-2014 de l’enquête Teruti-Lucas
Les sols artificialisés continuent de s’étendre, avec 490 000 hectares gagnés entre 2006 et 2014. Après un pic entre 2006 et 2008, leur progression se stabilise autour de 55 000 hectares par an depuis 2008. Ils constituent désormais 9,3 % du territoire métropolitain. Cette extension s’est effectuée pour deux tiers aux dépens des espaces agricoles. Les sols imperméabilisés – bâtis ou non – occupent deux tiers de l’ensemble des sols artificialisés. Près de la moitié des terres artificialisées entre 2006 et 2014 sont destinées à l’habitat individuel et 16 % aux réseaux routiers. Avec plusieurs graphiques  http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/primeur326.pdf

  • Corine Land Cover

L’édition 2015 de Corine Land Cover fournit une photographie complète de l’occupation des sols français en 2012.  « L’occupation des sols en France : progression plus modérée de l’artificialisation entre 2006 et 2012 », Commissariat général au développement durable, Le point sur – n° 219 - Décembre 2015.
Le rythme de croissance de la surface des terres artificialisées en métropole s’établit, entre 2006 et 2012, à + 0,49 % par an. Il est nettement inférieur à celui observé entre 2000 et 2006 (+ 1,30 % par an). La population métropolitaine, en comparaison, croît de 0,53 % par an.
Avec des cartes de l’occupation des sols par thèmes, de la progression des sols artificialisés, http://www.developpement-durable.gouv.fr/L-occupation-des-sols-en-France.html

La carte de l’occupation des sols en 2012, Corine Land Cover http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Donnees_en_ligne/Territoires/clc-2012/Carte-corine-land-cover-2012.pdf

3. Pour réfléchir sur les données
  • Philippe Chéry, Alexandre Lee, Loïc Commagnac, Anne-Laure Thomas-Chery, Stéphanie Jalabert et Marie-Françoise Slak, « Impact de l’artificialisation sur les ressources en sol et les milieux en France métropolitaine », Cybergeo : European Journal of Geography, document 668, mis en ligne le 28 février 2014, http://cybergeo.revues.org/26224
     
  • Actu-Environnement

- Philippe Collet, Artificialisation des sols : la crise économique limite la consommation des terres agricoles, 20 mai 2014. Après avoir fortement crû de 2000 à 2008, la consommation de terres agricoles recule compte tenu des difficultés du secteur de la construction. Mais les données disponibles doivent être améliorées si la France veut mieux évaluer le phénomène.  http://www.actu-environnement.com/ae/news/suivi-sols-agricoles-forets-espaces-naturels-artificialisation-ministere-agriculture-oncea-21699.php4
- Sophie Fabrégat, La France bétonne autour de ses centres urbains et des axes de communication, 12 janvier 2016. Comme le prévoyaient les études démographiques, les centres urbains et les axes de communication sont les zones qui se développent le plus, avec pour conséquence une artificialisation des sols. Le rythme ralentit néanmoins entre 2006 et 2012. http://www.actu-environnement.com/ae/news/artificialisation-sols-beton-france-centres-urbains-axes-transport-26026.php4

Marie-Christine Doceul et Sylviane Tabarly, pour Géoconfluences

Actions sur le document