Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Territoires européens : régions, États, Union Identités plurielles en Europe : des points de vue

Territoires européens : régions, États, Union

Identités plurielles en Europe : des points de vue

Publié le 07/06/2004
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie retraitée, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Langues et nationalités : pages portail de l'Europe à 25

Europa, le site de la Commission http://europa.eu/

Le site du Parlement européen :http://europarl.eu.int

En 2004, les deux portails web de deux institutions essentielles de l'UE, le Parlement et la Commission, affichent la diversité linguistique communautaire. Avec le dernier élargissement, neuf nouvelles langues, de statut égal, se sont officiellement ajoutées aux 11 langues antérieures. Chaque document officiel est traduit dans chacune des 20 langues officielles et plus d'un fonctionnaire de l'UE sur cinq est affecté au service linguistique ! Il est loisible au citoyen de correspondre avec les institutions de l'Union dans la langue officielle qu'il désire.

Au Parlement européen, il est difficile de trouver des interprètes capables de traduire n'importe quel binôme de langues. Aussi, pour les sessions parlementaires, la méthode de la "langue pivot" - l'anglais, le français et, parfois, l'allemand - est pratiquée. Et, de fait, davantage encore avec le dernier élargissement, l'anglais semble s'imposer. En 1997, 40% des documents de la Commission étaient rédigés originellement en français, ce taux est passé à 30% en 2004.

Voir le glossaire.

Sur les paysages linguistiques, quelques références en ligne :

  •  L'aménagement linguistique et les langues dans le monde - Hébergeur : Trésor de la langue française au Québec (TLFQ) - Université Laval : www.tlfq.ulaval.ca/axl/index.shtml
  • Mercator, réseau de recherche et service d'information des langues régionales et /ou minoritaires de l'UE avec le soutien de la Commission européenne www.mercator-central.org/index-fr.htm Une base de données réalisée par le CIEMEN (International Escarré Centre for Ethnic Minorities and Nations). Elle rassemble les documents juridiques, légaux sur le paysage linguistique européen. Site en anglais :www.ciemen.org/mercator/index-gb.htm
  • Par le Conseil de l'Europe, les Droits de l'homme et les minorités (> liens internes) :www.coe.int/T/F/Droits_de_l%27Homme/minorites

 

Retour en haut de page

Des comportements culturels, individuels et collectifs, diversifiés

Grands ensembles linguistiques et religieux en Europe

Cliquer pour agrandir

Réalisation J. Lévy et P. Mitrano - Cartothèque de Sciences Po : www.sciences-po.fr/cartographie/index.html

D'après l'ouvrage de Jacques Lévy : Europe, une géographie - Hachette, 1997

 
Les dimensions nationales des comportements, points de vue anthropologiques

Les cultures nationales se manifestent aussi par des comportements et des valeurs partagés, qui leur sont propres. Des travaux de nature anthropologique se sont efforcés de les mettre en évidence, ceux d'Edward Hall, de Geert Hofstede, par exemple. Or, dans une nation, la culture n'évolue qu'assez lentement, d'autant plus que le contenu des esprits s'est cristallisé dans les institutions, les structures sociales : gouvernement, systèmes juridique et éducatif, organisations de travail, vie associative.

Geert Hofstede s'est livré à une étude comparative des valeurs liées au travail (les pratiques directoriales, la motivation des salariés) d'une grande société multinationale (IBM) dans une cinquantaine de pays. Une enquête au long cours y a été entreprise : 116 000 questionnaires ont été traités statistiquement (analyse factorielle multivariée) permettant de quantifier les résultats en indices. Une classification selon quatre "dimensions" largement indépendantes les unes des autres :

1 - individualisme / collectivisme : à l'une des extrémités de l'échelle (100), des sociétés dans lesquelles les liens entre individus sont extrêmement lâches, situation possible par la très grande liberté que ce type de société accorde à chacun de ses membres ; à l'autre extrémité de l'échelle (0), des sociétés dans lesquelles les liens entre les individus sont extrêmement forts.

2 - distance hiérarchique : le degré d'inégalité est mesuré par l'échelle des distances hiérarchiques qui va également de 0 (faible distance) à 100 (grande distance) ; dans une organisation, le degré de distance hiérarchique est lié au degré de centralisation de l'autorité et au degré d'autocratie de la direction. Les sociétés aussi bien que les organisations sont dirigées de manière aussi autocratique que le permettent leurs membres. L'autocratie existe autant chez les membres d'une société que chez ses dirigeants: les systèmes de valeur des deux groupes sont généralement complémentaires.

3 - contrôle de l'incertitude : l'incertitude à l'égard de l'avenir est plus ou moins bien vécue et supportée ce qui a des conséquences sur l'attitude à l'égard de la prise de risque ; les "sociétés a faible contrôle de l'incertitude" ont une tendance naturelle à se sentir en sécurité relative ; les sociétés "à fort contrôle de l'incertitude" cherchent à créer la sécurité et à éviter les risques.

4 - masculinité / féminité : toutes les divisions de rôle d'origine sociale sont plus ou moins arbitraires et ce qui est considéré comme typiquement masculin ou féminin peut varier d'une société à l'autre ; il est possible de classer les sociétés selon qu'elles cherchent à minimaliser ou à maximaliser la division du rôle des sexes ; on peut appeler "masculines" les sociétés qui ont maximalisé la division du rôle social des sexes et "féminines" celles où cette division est relativement peu marquée.

Comparaison des dimensions culturelles. Distances culturelles en Europe et en comparaisons internationales
 
Distance
hiérarchique (PDI)
Contrôle de
l'incertitude (UAI)
Individualisme (IDV)
Masculinité (MAS)
Allemagne
35
65
67
66
Autriche
11
70
55
79
Belgique
65
94
75
54
Danemark
18
23
74
16
Espagne
57
86
51
42
Finlande
33
53
63
26
France
68
86
71
43
Grèce
60
112
35
57
Irlande
28
35
70
68
Italie
50
75
76
70
Pays-Bas
38
53
80
14
Portugal
63
104
27
31
Royaume-Uni
35
35
89
66
Suède
31
29
71
5
Hongrie*
45
79
83
55
République Tchèque *
35
60
60
45
Pologne*
55
78
60
65
Norvège
31
8
50
69
Suisse
34
58
68
70
Turquie
66
85
37
45
États-Unis
40
46
91
62
Japon
54
92
46
95

L'étude de G. Hofstede peut être, aujourd'hui, dans l'Europe du XXIe siècle, complétée et nuancée. En 1997, Franck Bournois (Université de Paris II et Directeur des études à l'l'Institut des hautes études de défense nationale - IHEDN) a été chargé par la Commission européenne de réaliser une étude sur les comportements et les valeurs des dirigeants européens. Existe-il une homogénéisation des comportements et des valeurs en Europe ? Une centaine de questions fermées, réparties en six thèmes, furent posées à un nombre significatif de managers de six pays en Allemagne, France, Grande-Bretagne, Bulgarie, Pologne et République tchèque. Un logiciel d'analyse statistique des données, permit de positionner ces six pays pour chaque question.

Les résultats mirent en évidence les proximités des réponses entre les différents pays. Certains stéréotypes ont pu être relativisés, tels que la ponctualité des Allemands ou l'ultralibéralisme des Anglais. Il conclut à l'existence probable d'un modèle de management européen, les pays étudiés présentant davantage de similitudes que de différences. La proximité la plus forte se situe entre les Allemands et les Français, suivie d'autres proximités importantes à l'intérieur du groupe de l'Europe de l'ouest (Allemagne, France, Grande-Bretagne) et de celui de l'Europe de l'Est (Bulgarie, Pologne, République tchèque).

Bibliographie :
  • Hofstede G. - Cultures and Organization : intercultural cooperation and its importance for survival - New York - McGraw Hill - 1997
  • Hofstede G. - Vivre dans un monde multiculturel - Les Éditions d'Organisation - 1994
  • Suleiman E. et Mendras H. - Le Recrutement des élites en Europe - La Découverte - 1995

 

Un exemple de différence comportementale : les suicides.

La cartographie de la mortalité par suicides révèle des tendances nationales

Au niveau européen, le suicide a un impact important sur la mortalité prématurée. Il constitue la deuxième cause de mortalité des jeunes entre 15 et 24 ans, après les accidents de la circulation. Trois quarts des décès par suicide concernent une population âgée de moins de 65 ans. Les taux masculins et féminins varient respectivement dans un rapport de 1 à 20 et de 1 à 50, selon les régions et on observe, dans la plupart des régions européennes, une corrélation entre les taux masculins et les taux féminins.

La Finlande est le pays européen le plus touché présentant des taux élevés pour l'ensemble de ses régions. Il s'agit du seul pays européen où le suicide constitue la première cause de mortalité des jeunes de 15 à 24 ans, avant les accidents de la route. L'ensemble des régions autrichiennes et françaises (surtout la moitié nord-ouest) affiche également des taux élevés. L'interprétation de ces très fortes disparités est délicate, les données collectées n'étant pas toujours comparables et homogènes. La plupart des études concluent à une sous-estimation des décès par suicide dans les statistiques officielles. Cependant, les différences de niveau de mortalité sont telles que les écarts observés ne peuvent être uniquement expliqués par des biais de déclaration.

D'après l'Annuaire statistique des régions 2003 - Office statistique des Communautés européennes - REGIO

 

Sélection, mise en page web : Sylviane Tabarly

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   07-06-2004


Copyright ©2002 Géoconfluences - Dgesco - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial

 

 

Actions sur le document