Vous êtes ici : Accueil Glossaire ANCT (anciennement DATAR, DIACT, CGET...)

ANCT (anciennement DATAR, DIACT, CGET...)

Publié le 27/02/2018

L'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) est un service de l’État placé sous l’autorité du ministre de la Cohésion des territoires. Sa création en 2020 résulte de la fusion du CGET (Commissariat général à l’égalité des territoires) avec d'autres organismes. Le CGET était déjà né en 2014 de la fusion de la Datar, du Comité interministériel des villes et de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances. Le siège de l'ANCT est situé à Saint-Denis, dans le nord de l'agglomération parisienne.

La Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (Datar), qui existait depuis 1962 (création) ou 1963 (décrets d'application), avait pour mission de conseiller et d'orienter la politique du gouvernement sur les questions d'aménagement du territoire. Son travail sur les scénarios d'évolution possible de la France et de ses territoires ont popularisé la démarche de la géographie prospective. La Datar était placée sous l'autorité immédiate du Premier ministre, à l'instar du Commissariat général au Plan. De 2005 à 2009 la Datar s'est appelée la Diact (Délégation interministérielle à la compétitivité des territoires).

La Datar a joué un rôle important dans la modernisation du territoire des années gaulliennes et pompidoliennes, notamment sous la direction de son premier délégué, Olivier Guichard. Elle a largement inspiré les politiques de rééquilibrage (métropoles d'équilibre), de régionalisation puis de décentralisation des années 1960-1990, tout en restant jacobine dans la verticalité de son fonctionnement et son approche des échelles nationale et infranationale. Parmi ses réalisations, on peut citer les travaux des missions interministérielles d'aménagement (MIAL) comme celle qui a conduit à l'aménagement, à la mise en tourisme (et à la bétonnisation) de la côte languedocienne. La Datar a aussi joué un rôle dans la contractualisation des relations entre l'État et les collectivités dans les années 1990 (contrats de « villes moyennes », de « pays »...)

La création du CGET en 2014 puis l'ANCT en 2020 peut être vue comme un moyen de placer la politique de la ville au coeur des missions de cette institution d'aménagement, même si l'une des premières actions de cette dernière a été destinée aux territoires ruraux (le comité interministériel aux ruralités de février 2020).

(JBB) février 2018. Dernière mise à jour : mars 2020.


Pour compléter