Vous êtes ici : Accueil Glossaire Culture et représentation du risque

Culture et représentation du risque

Publié le 28/02/2013

La culture du risque désigne la place occupée par le risque dans les représentations mentales collectives d'une population. Elle repose à la fois sur la mémoire du risque (la transmission de la connaissance collective des catastrophes ou des aléas passés) et sur la connaissance du risque (par l'expérience ou par la transmission, l'information, la prévention). 

Plus strictement, la connaissance du risque désigne les modes de connaissance ou de communication du risque par ses principaux acteurs : décideurs économiques et politiques, formateurs, associations, simples citoyens, etc. Cette connaissance implique la prise en compte rationnelle : de l’incertitude liée au phénomène ; de la gravité de ses conséquences ; des mesures de prévention existantes (information, réaction en cas d’alerte, secours) ; de la répartition des responsabilités.

Les différences dans les représentations individuelles ou collectives du risque induisent des comportements variés en matière de prévention et d'acceptabilité. Certains groupes sociaux ont des attitudes plus fatalistes que d'autres à l'égard des catastrophes qui les frappent et qu'elles attribuent à la fatalité ou à des punitions divines. Des aléas similaires peuvent donc avoir des effets très inégaux (et par conséquent entraîner des catastrophes de gravité très inégale) selon les groupes socio-spatiaux qui y sont confrontés. Ces différences, aux facteurs socio-économiques et technologiques, s'expliquent aussi par les différences de culture du risque.

Le décalage entre « risques perçus » et « risques réels » par le public est, en partie, la conséquence de défauts de sensibilisation, d'information et de communication. Il influe sur les degrés d'acceptabilité du risque.

(ST) mai 2005 ; mise à jour (JBB), novembre 2019

Pour compléter