Vous êtes ici : Accueil Glossaire Oligarques

Oligarques

Publié le 11/03/2013

La période eltsinienne a fait apparaître de nouveaux acteurs politiques et économiques. Parmi eux, figurent ceux qu'on appelle les "oligarques", véritables barons de l'économie russe, tous issus des ex-komsomols (jeunesses communistes), ils sont apparus sur le devant de la scène en finançant la campagne de Boris Eltsine en 1995. Ils obtinrent en échange des joyaux de l'industrie ex-soviétique et des ressources naturelles du pays (gisements pétroliers, secteur des métaux, de l'automobile, etc.) et ils sont devenus les patrons de groupes financiers et industriels, principaux bénéficiaires de la transition et des vagues de privatisation des années 1990. Sur les onze premiers groupes oligarchiques de Russie, cinq sont nés de la transition et des privatisations "prêts contre actions" menées sous Boris Eltsine au milieu des années 1990. Auparavant les directeurs d'usines avaient pu bénéficier des "privatisations par coupons" lancées dès 1992.
Depuis, trois célèbres de ces oligarques ont été évincés de la scène russe : Mikhaïl Khodorkovs, arrêté en 2003 (holding Menatep / groupe pétrolier Ioukos) et détenu depuis, Boris Berezovski et Vladimir Goussinski qui ont pris les chemins de l'exil.
Malgré les démonstrations d'autorité à l'égard des oligarques, on constate que la concentration de secteurs importants de l'économie entre les mains d'un petit nombre de groupes s'est accentuée depuis 2000 et, en 2005, on comptait une cinquantaine de milliardaires en dollars à la tête de l'économie russe, dont dix figuraient dans la liste des cinquante plus grandes fortunes mondiales.

Ne s'agirait-il alors que de changements de mains, les grands groupes passant sous le contrôle direct de réseaux issus de l'appareil d'État ? Un rapport de la Banque mondiale fait valoir que la domination des oligarques entrave la compétition et l'éclosion de PME capables de revitaliser l'espace économique russe et que leurs performances économiques sont inférieures à celles des investisseurs étrangers. Au début du XXe siècle, l'activité des "robberbarons" américains auxquels les oligarques russes sont parfois comparés, a été fortement limitée par des lois anti-trust. Or, en Russie, le ministère anti-monopoles a été dissous.
Enfin, face aux incertitudes d'un pouvoir susceptible de spoliations arbitraires, peu se risquent désormais à investir sur le long terme et la Russie paraît cantonnée pour longtemps à l'économie de rente. Les capitaux qui ont quitté le pays ne reviennent que prudemment se réinjecter dans l'économie nationale en privilégiant avant tout l'exploitation des matières premières.

Mise à jour : février 2005