Vous êtes ici : Accueil Glossaire ZAD (zone d'aménagement différé ; zone à défendre)

ZAD (zone d'aménagement différé ; zone à défendre)

Publié le 03/09/2020

Sens premier : Zone d'Aménagement Différé. La ZAD est employée en aménagement pour constituer une réserve foncière susceptible d’être préemptée pour de futures réalisations. L’article L.300-1 du code de l’urbanisme précise qu’elle permet de « mettre en œuvre un projet urbain, une politique locale de l’habitat, organiser le maintien, l’extension ou l’accueil des activités économiques, favoriser le développement des loisirs et du tourisme, réaliser des équipements collectifs ou des locaux de recherche ou d’enseignement supérieur, lutter contre l’insalubrité, permettre le renouvellement urbain, sauvegarder ou mettre en valeur le patrimoine bâti ou non bâti et les espaces naturels » (cité par Egon et Laslaz, 2020).

Sens second : Zone À Défendre. Le sens premier a été détourné par les militants s'opposant à des projets d'aménagement. L'acronyme est devenu le symbole des grands chantiers d'aménagement rencontrant une opposition forte sur le terrain, au point d'occulter le sens premier. Les ZAD sont des exemples de conflits (souvent à dimension environnementale) entre acteurs pour des usages contradictoires de l'espace. Les caractéristiques de la ZAD sont la présence permanente de militants sur le site visant à empêcher le début des travaux. Cette stratégie cherche à gagner du temps pendant lequel les opposants aux projets peuvent mettre en oeuvre d'autres moyens de lutte (notamment les recours juridiques). Le cas de la ZAD de Roybon dans l'Isère, un projet de Center Parcs finalement abandonné, a été étudié par Axelle et Egon et Lionel Laslaz (2020).


Source
Pour compléter