Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Afrique(s) : dynamiques régionales Articles scientifiques Roses d'Afrique, roses du monde

Afrique(s) : dynamiques régionales

Roses d'Afrique, roses du monde

Publié le 11/09/2017
Auteur(s) : Léa Benoît, Bernard Calas, Sylvain Racaud (UMR LAM)
Olivier Ballesta et Lucie Drevet-Demettre (UMR Passages)
Membres de l’axe Lieux du projet RosesMonde, financé par l’ANR.
Le marché mondial de la rose fonctionne sur le principe du « juste à temps » qui doit répondre à des pics de consommation annuels tout en produisant à contre-saison. Le Kenya s’est spécialisé dans une rosiculture à hauts rendements, intensive en capital et en travail. Ses atouts sont une main d'œuvre formée, un aéroport de fret important à Nairobi et des conditions agronomiques propices. Une politique de gestion de l’eau s’est toutefois avérée nécessaire pour traiter les effets environnementaux de cette monoculture.

Bibliographie | citer cet article

Le regard des enseignants
 

photographie Bernard Calas, zèbres devant une serre florale

Bila Shaka farm, dans la Rift Valley kenyane. Cliché : Bernard Calas.

 

Impeccables, orthogonales, alignées, ces serres plastifiées devant lesquelles broutent tranquillement des zèbres dans la lumière matinale du Rift africain contredisent l’image habituelle de l’agriculture africaine. Cet insolite oblige à s’interroger sur l’activité qui y règne, les raisons de ces investissements coûteux à cet endroit – en l’occurrence les rives du lac Naïvasha, au Kenya, à 1800 m. d’altitude, sur l’équateur exactement – et les enjeux géographiques, c’est-à-dire sociaux-spatiaux, de cette agriculture.

En écho, à 7 000 km de Nairobi, en Suède (ce qui explique que le prix soit indiqué en couronnes, qui équivaut à 20 €), ces bottes présentées chez un fleuriste (et dont l’origine est indiquée, chose rare), par –18°C en plein février rappellent que la production horticole kenyane est une production de contre-saison, destinée principalement aux marchés européens, ce qui insère les bassins de production africains dans une circulation mondiale.

Comment sont produites ces roses africaines, pourquoi sont-elles produites là, quels enjeux géographiques – c’est-à-dire socio-spatiaux – ces productions soulèvent-elles en Afrique, en Europe et pour le Monde ?

photographie : fleuriste à Stockholm, Bernard Calas 2011

Fleuriste à Stockholm en février 2011. Cliché : Bernard Calas.

1. La production de roses en Afrique, une « industrie horticole »

Cette horticulture reprend les principes de l’agriculture industrielle.

1.1. Une horticulture du « juste à temps »

D’abord, il s’agit d’une quasi-monoproduction puisque dans leur majorité, les fermes ne produisent que des roses. Certes, certaines cultivent aussi des légumes, des fleurs de saison avec l’objectif de minimiser les risques financiers et biologiques liés à la monoproduction mais ces associations restent rares. Ces roses sont produites la plupart du temps dans des serres ultramodernes qui ne produisent que des roses, souvent la même variété, sur plusieurs hectares, en rangées, denses (7 à 8 plants au m²). En fonction des variétés, les production managers (responsables de production) visent environ 6 à 7 floraisons par an pour chaque rosier, avec une récolte de 3 tiges par floraison et par plant, en moyenne. Ainsi, cette production de masse, standardisée, permet-elle d’atteindre, pour certaines variétés, 1 400 000 tiges par hectare et par an !

Ensuite il s’agit d’une industrie très capitalistique puisque ces serres coûtent cher : entre 100 000 et 400 000 euros par hectare selon le degré de sophistication technologique. Telles des parapluies, elles protègent les rosiers des pluies et des épisodes de grêle ; telles des parasols, elles les protègent d’un soleil trop fort et maintiennent une température idéale, comprise entre 12 et 29°C. Outil premier du forçage des rosiers, les serres permettent une artificialisation du milieu et une maîtrise des conditions de production. Le but est d’augmenter la floribondité des rosiers en diminuant l’intervalle entre deux floraisons (entre 50 et 70 jours en moyenne en fonction des variétés et des situations topographiques). 

 

Photographie serre rosicole Bernard Calas

Intérieur d'une serre rosicole à Naivasha, à 50 km au nord-ouest de Nairobi. Cliché : Bernard Calas.

 

L’investissement n’est pas seulement en capital fixe, il est aussi en fonctionnement et surtout en intrants. En effet, la production repose sur l’utilisation certes mesurée mais importante d’intrants chimiques, injectés dans l’eau d’irrigation ou appliqués en aspersion par des ouvriers. Néanmoins, au lieu d’utiliser systématiquement des insecticides, de plus en plus de fermes optent pour la lutte biologique intégrée contre les invasifs en ayant recours, par exemple, à des insectes prédateurs des pucerons.

Cependant, il s’agit aussi d’une activité à haute intensité de main d’œuvre. En effet, ces serres africaines emploient environ 19 personnes à l’hectare quand le nombre d’employés en Équateur n’est que de 10 personnes à l’hectare et de 3 dans les fermes hollandaises. C'est donc une industrie de main d’œuvre qui ne recourt pas aux technologies mécanisées les plus modernes mises en œuvre en Europe ou aux USA. Cette main d’œuvre est à 70 % féminine mais le travail est très genré. Les femmes occupent les fonctions subalternes (coupeuses, empaqueteuses) ; les hommes, les fonctions d’encadrement, les fonctions techniques (comme scout pour détecter les pestes et maladies) les mieux payées. À Mahee farm, sur le plateau du Kinangop, les ouvrières qui coupent les roses dans les serres gagnent 5 000 shillings kenyans par mois (environ 50 €). D’abord employées pour des contrats courts lors des pics de production comme la Saint Valentin, elles cumulent ensuite des CDD de 6 mois avant d'obtenir le statut de permanent employee. La gestion du personnel répond souvent aux techniques du new management qui tente de responsabiliser les employés à des fins de qualité et de profitabilité : chaque employée est responsable d’un certain nombre de rangées de rosiers et la qualité de son travail peut ainsi être évaluée précisément. Chaque matin, les employées passent dans les rangées pour couper les roses arrivées à floraison.

Enfin, il s’agit d’une agriculture de précision, à plus d’un titre puisque chaque apport est mesuré, réfléchi, pesé, le microclimat des serres contrôlé. C'est le cas par exemple des apports en eau : en effet la rose est constituée à 75 % d’eau. Aussi le rosier consomme-t-il beaucoup d’eau : entre 3 et 9 litres d’eau par m² selon la saison. Dans le cadre d’une fertirrigation très contrôlée, cette eau est totalement retravaillée : décantation, passage aux UV, ionisation pour détruire les bactéries, acidification du Ph jusqu’à 5,9, adjonction d’engrais, etc. Les quantités apportées sont très surveillées, souvent grâce au goutte à goutte chronométré. Ces apports varient – en quantité comme en qualité – en fonction des dates de floraison ciblées et en fonction de la météo.

Diaporama : la filière rose dans la région de Naivasha au Kenya

Clichés de Mathilde Fautras, 2009 et 2010, avec l'aimable autorisation de l'auteure.
Cliquer sur l'image pour démarrer le diaporama en mode automatique.

 

C'est aussi une agriculture de précision dans la mesure où il s’agit d’un just in time business et ce à deux échelles de temps.

À l’échelle du calendrier annuel, en produisant toute l’année, les serres répondent à la demande hivernale européenne, demande de contre-saison. Cependant, la grande variabilité journalière de cette demande pose un défi permanent aux responsables de fermes et leur imposent une attention particulière au « timing ». En effet, la floraison dans les serres, c’est-à-dire la production, doit répondre exactement aux commandes des clients, elles-mêmes souvent directement liées aux fêtes calendaires européennes. Les serres permettent d’adapter au plus près la production aux calendriers des fêtes calendaires occidentales, russes ou japonaises (Noël (25 décembre) 1er Janvier, Saint-Valentin (14 février), Journée internationale de la Femme (8 mars), fêtes des mères et des grands-mères à des dates différentes dans toute l’Europe, rentrée scolaire en Russie, fête des secrétaires au Japon). Mais le timing de la floraison dépend assez étroitement de la variété de rose et des conditions météorologiques, les production officers disposent cependant de quelques recettes pour, dans une certaine mesure, accélérer ou ralentir la maturation des rosiers et l’apparition des boutons. En ouvrant les serres, ils augmentent à l’intérieur la teneur en oxyde de carbone, la température et la lumière avec pour effet d’accélérer ou de ralentir la photosynthèse et donc la floraison.

À l’échelle d’un calendrier pluriannuel, l’horticulture s’apparente à l’industrie de la mode, elle-même affaire de timing. Chaque variété produite est l’aboutissement de plusieurs années d’effort (entre 4 et 8 en moyenne) sanctionnées par le dépôt d’un brevet, donnant lieu à redevances des producteurs aux obtenteurs (1 à 3 centimes par tige). L’invention variétale est soumise à la mode des consommateurs et les variétés passent de mode comme les vêtements, ce qui oblige les fermiers à arracher 20 % de leurs surfaces chaque année et à replanter de nouvelles variétés. Dans l’ensemble les nouvelles variétés sont plutôt cultivées dans les pays du Nord et les variétés déjà plus communes dans les pays du Sud.

1.2. Différents modèles économiques

La taille des exploitations kenyanes varie grandement : de quelques hectares – 13 à Mahee farm – à plusieurs centaines d’hectares voire 5 000 hectares pour la plus grande Oserian. Aussi ces fermes n’ont-elles pas toutes les mêmes modèles d’affaires (business models)

Certaines, les plus grandes souvent mais pas toujours, fondent leur profitabilité sur la quantité. Elles produisent une gamme assez réduite de variétés communes (intermediate ou TH) de petite taille et à petits boutons pour un petit nombre de grossistes ou de centrales d’achat, souvent à la faveur de contrats annuels qui soutiennent une production de masse. Les marges unitaires sont faibles. 

D’autres combinent une production de roses et une production de légumes ou de fleurs des champs (chardon par exemple). Cette combinaison fonctionne comme une sécurité. Une des deux productions constitue une production spéculative risquée ; l’autre participe de l’économie contractuelle et assure aux fermes une certaine sécurité financière, couvrant les coûts de fonctionnement de l’ensemble.

Enfin, un nombre réduit mais de plus en plus grand de fermes produisent une très large gamme de variétés différentes, généralement de grande qualité esthétique, phénotypique et relativement chères sur le marché. Elles visent des marchés de niche et fonctionnent principalement aux enchères ou en special sales. Elles s’orientent les premières vers les produits de qualité (spray et premium TH).

2. Une filière mondialisée

Cette production est principalement destinée aux pays européens où, en février, elles constituent la moitié des roses offertes à la vente.

2.1. Une production destinée à l’Europe

L’exportation fait que la rosiculture est encore affaire de timing à une troisième échelle de temps, correspondant à la durée de vie en vase de la rose.

En effet, la coupe engage une course de vitesse contre la sénescence pour que les tiges atteignent les consommateurs le plus rapidement et dans le meilleur état. Aussitôt coupées au moyen d’un sécateur plongé dans une solution stérile, les roses sont déposées dans un seau rempli d’eau froide et solutionnée dans lequel elles sont transportées vers le hangar de conditionnement. Là, des ouvrières les effeuillent, vérifient leur conformité aux exigences des consommateurs, les classent en fonction de la longueur, les assemblent en bottes homogènes de 10 à 20 tiges, entourent le bouton d’un carton protecteur. Entreposées dans des seaux d’eau froide alignés dans des racks dans une chambre froide à 4°C, elles attendent ensuite d’être conditionnées dans des boîtes de taille standardisée pour être transportées par camion réfrigéré vers la zone fret de l’aéroport de Nairobi où des entreprises spécialisées procéderont aux formalités de dédouanement et aux contrôles phytosanitaires, puis les placeront dans des avions cargos à destination de l’Europe ou secondairement des pays du Golfe. Atterries en Europe, le plus souvent à Amsterdam, plaque tournante aéroportuaire réputée pour son savoir-faire logistique, elles passent les contrôles douaniers et phytosanitaires, et sont dirigées soit vers les enchères dans des racks qui défilent devant les acheteurs potentiels soit vers des camions qui les conduisent à leur destination finale. 

L'aéroport de Nairobi, de la serre à l'avion

Plan carte aéroport de Nairobi, Jean-Benoît Bouron

Pour plus de précisions sur la localisation des zones de rosiculture au Kenya, voir cette carte tirée du dossier paru dans Carto (Calas, 2013).

Il y a quarante ans, la quasi-totalité de ces fleurs produites en Afrique étaient vendues aux enchères descendantes à Aalsmeer en Hollande((Voir la page du guide Michelin consacré à cette institution)). Certes encore prédominantes (50 % des fleurs passent devant les cadrans), celles-ci perdent leur hégémonie au profit d’autres filières de commercialisation. D’abord de grandes centrales d’achat ou de groupes de la grande distribution (Tesco, M&S, Carrefour, etc.) ont mis sur pied un système contractuel dit direct sale. En signant des contrats annuels d’approvisionnement avec de grandes fermes qui court-circuitent les enchères, ils sécurisent des approvisionnements, participant ainsi à la mise sous tutelle de l’agriculture africaine dans le cadre d’une agriculture contractuelle de plus en plus courante, notamment pour les produits périssables de contre-saison.

Plus récemment, l’arrimage logistique de plus en plus étroit de l’Afrique au reste du monde et le développement du e-commerce facilitent les ventes dites special sales qui lient non plus de grandes centrales d’achat mais directement des détaillants aux fermes, sur une base non plus annuelle mais ponctuelle. De ce point de vue ce système s'apparente aux circuits courts, car sans intermédiaire, mais... sur une distance très grande.

2.2. La relocalisation de la rosiculture en Afrique

La consommation de roses augmente régulièrement d’environ 10 % entre 1990 et 2008 pour progresser ensuite à un rythme plus lent à cause de la crise financière et de ses conséquences. L’ouverture du bloc de l’Est, l’émergence des nouvelles classes moyennes aux Suds expliquent l’augmentation la production globale depuis les années 1980. Celle-ci s’est accompagnée d’une redistribution spatiale importante.

En effet si dans les années 1960, l’essentiel de la production de roses coupées était localisé au Nord, notamment en Hollande, ou les régions au climat méditerranéen – en Italie, en Californie, sur la Côte d’Azur – mais aussi autour de la plupart des grandes métropoles occidentales comme Paris, depuis les années 1970, un vaste mouvement de relocalisation a été impulsé. D’abord à partir des États-Unis vers le Mexique puis la Colombie et surtout l’Équateur, puis à partir des années 1980, à partir de la Hollande. À leur tour, les floriculteurs hollandais ont délocalisé une partie de leurs unités de production dans les hautes terres tropicales : Équateur, Kenya, Éthiopie principalement. Ce mouvement de relocalisation participe pleinement de la nouvelle division internationale du travail.

Dans les années 1970, en Hollande et ailleurs en Europe, l’augmentation des coûts de l’énergie nécessaire au chauffage hivernal des serres, l’augmentation des salaires, le renforcement des législations environnementales ont joué comme facteurs répulsifs. Cependant, le moment clé a été la levée de l’interdiction de commercialiser des fleurs autres que néerlandaises dans les marchés aux cadrans des Pays Bas. Ces enchères coopératives, qui ne sont rien d’autre que des bourses où sont fixés les cours mondiaux des fleurs, étaient jusque-là réservées aux producteurs hollandais. La levée du monopole a incité certains producteurs hollandais à délocaliser certaines de leurs unités de production au Sud et a autorisé les producteurs étrangers à utiliser les facilités logistiques hollandaises rodées par plusieurs siècles de commerce horticole.

L’attractivité africaine s’explique par un certain nombre de facteurs. En s’installant, les entrepreneurs transforment des caractéristiques de ces hautes terres tropicales en aménités voire en avantages comparatifs par rapport aux conditions de production européennes. Au-dessus de 1 700 m. dans la plupart des cas et jusqu’à 2 700 m., en situation d’abri par rapport aux flux dominants (versant sous le vent du Mont Kenya, climat d’abri du bassin de Cayembe en Équateur, Rift valley en Éthiopie ou au Kenya), les hautes terres équatoriales offrent, gratuitement, la qualité de la luminosité (56 Klux), la régularité de l’insolation et l’alternance journalière de températures (entre 12° et 19° la nuit et 25° et 30° le jour) requises pour une photosynthèse idéale des rosiers et donc pour la production de masse de roses droites, colorées et aux boutons larges, correspondant aux attentes du marché. Seul le parfum manque, parce que le gène du parfum est antagoniste de celui de la durée de vie en vase, qualité essentielle à de ces roses qui doivent voyager. Les caractéristiques de la tropicalité altitudinale ont donc été converties en aménités productives par des entrepreneurs en quête de sites alternatifs.

En outre, les sites choisis ont privilégié les lieux qui offraient la disponibilité d’eau nécessaire à l’irrigation. Les premiers sites kenyans ont été autour du lac de Naïvasha ; les premiers sites éthiopiens à proximité du lac de Debré Zeit. Désormais, les entrepreneurs ont diversifié les localisations en quittant les berges des lacs pour conquérir d’autres localisations, plus hautes. Cependant, la contrainte de la disponibilité en eau – torrents du Mont Kenya, nappes profondes – demeure et il est difficile de s’en affranchir.

À cette tropicalité, il faut ajouter de relativement bons équipements et infrastructures de transport, notamment aéroportuaires, pour relier directement et rapidement les bassins de production équatoriaux aux marchés. La rose voyage relativement bien et, contrairement à d’autres fleurs moins robustes, possède une durée de vie en vase, critère fondamental de la qualité des fleurs coupées, relativement longue, comprise entre 11 et 17 jours pour les plus résistantes. L’aéroport de Nairobi, le Jomo Kenyatta International Airport, et celui de Bole à Addis sont parmi les plus performants d’Afrique et disposent d’une importante zone fret, orientée notamment vers le transport de produits périssables de contre saison (voir le plan de l'aéroport ci-dessus).

Enfin, la disponibilité de terrains agricoles laissés vacants par la transition postcoloniale au Kenya ou ouverts par le « développementalisme thermidorien » éthiopien((Le développement éthiopien repose sur une marche forcée vers la modernité libérale appuyée sur une rhétorique démocratique masquant un autoritarisme politique renouvelé.)), et surtout la présence d’une main d’œuvre nombreuse, peu chère, peu revendicative et relativement bien formée ont été des facteurs essentiels de cette attractivité.

Les premiers investisseurs dans ce secteur furent des Hollandais, parfois implantés au Kenya depuis longtemps comme Zwager, propriétaire d’Oserian, la plus grande ferme rosicole du Kenya, et initiateur de la première ferme de roses au début des années 1980. D’autres producteurs bataves ont suivi ; aussi les Hollandais restent-ils très influents dans le secteur. Ils ont été rapidement rejoints par des Kenyans blancs descendants des colons, voire des Sud-Africains et des Zimbabwéens, mais aussi par des hommes politiques kenyans tels l’ancien président Moi (Sian Roses, 100 hectares) ou l’ancien ministre Nyachahe (Simbi farm) ou la famille de l’ancien médecin personnel de Jomo Kenyatta (Magana flowers). Enfin, troisième groupe, des sociétés transnationales, souvent mais pas exclusivement indiennes parfois des filiales de firmes géantes comme Unilever, participent au dynamisme du secteur.

 
Le marché mondial des roses

Carte mondialisation roses JB Bouron

Carte libre de droits pour l'usage pédagogique en classe.

 

3. Des effets induits pour les espaces de production

Les serres créent des emplois directs (environ 90 000 pour le Kenya, 80 000 pour l’Éthiopie), des emplois indirects (500 000 au Kenya, 180 000 en Éthiopie) et procurent aux pays de précieuses recettes d’exportation (respectivement 600 et 200 millions de dollars) qui participent à la transformation structurelle de l’économie en diversifiant les sources de revenus. 

3.1. Des effets d’intégration à toutes les échelles

La différence entre ces deux États est intéressante en ce qu’elle étaye la vision du développement comme la maturation progressive d’une innovation économique. L’industrie rosicole éthiopienne est plus récente (1997) que l’industrie kenyane (1980), moins rentable (200 millions de dollars pour 280 000 emplois directs et indirects contre 600 millions de dollars pour 590 000 emplois directs et indirects), moins étoffés (80 entreprises contre 180 entreprises). Plus précoce, l’industrie kenyane a construit un cluster rosicole alors que la production éthiopienne est dominée par de grands groupes qui cherchent une main d’œuvre docile à moindre coût. L’intégration technico-productive de l’industrie rosicole kenyane est donc plus achevée que celle de l’Éthiopie. « L’exclave productive » éthiopienne diffère donc du cluster kenyan, relais africain de la chaine de valeur européenne.

Au-delà de ces impacts macroéconomiques et nationaux, localement, les serres ont également induit une série de transformations spectaculaires. En effet, l’afflux de main d’œuvre attirée par les salaires distribués (70 euros pour les ouvriers) a provoqué l’explosion de la construction de logements, de l’activité commerciale, de l’offre de services publics comme privés, des transports, etc. Nouveaux marchés, nouvelles boutiques, éclosions incessantes d’écoles, de dispensaires, de maternité, de postes de police, d’églises, etc. contribuent à créer autour des serres des agglomérations parmi les plus dynamiques des pays. Naivasha a vu sa population multiplier par 4 en 20 ans. Évidemment, cela pose des contradictions graves en termes d’équipements, de santé, de sécurité mais, progressivement, des partenariats entreprises-État, des projets de développement impliquant des bailleurs internationaux, des ONG comblent les lacunes.

Enfin, si au début les conditions de travail dans les serres étaient déplorables et si les entrepreneurs n’hésitaient pas à rejeter leurs effluents dans la nature indifférents à la pollution, sous la pression de la société civile, des ONG, des associations de consommateurs, des organismes de certification, sous la menace médiatique, les pratiques ont évolué vers plus de responsabilité, plus d’éthique et plus d’écologie. Certes il s’agit d’un travail difficile et inachevé mais la présence de cette industrie contribue ainsi à arrimer idéologiquement le Kenya aux normes et prescriptions contemporaines. Enfin, le salariat contribue à la construction d’une classe ouvrière et à l’émancipation féminine.

3.2. La question de l’eau au cœur de la controverse environnementale

Rapidement après l’implantation des premières fermes, la question de l’impact de la floriculture sur l’environnement a pris l’eau comme indicateur de la nocivité de l’activité. Des débats passionnés ont pointé du doigt la responsabilité supposée des fermes dans la baisse du niveau du lac et dans la dégradation de la qualité de ses eaux. La sensibilisation croissante de la société civile kenyane aux paradigmes de la durabilité a nourri de violentes polémiques autour du coût du prélèvement hydrique de l’eau et les fermes ont adapté leurs pratiques. Les rosiers ne consomment environ que 60 % de l’eau qui leur est apportée ; aussi, après une première période pendant laquelle les rosiculteurs ne se préoccupaient guère des coûts « écolonomiques » de leurs effluents, procèdent-ils désormais à la récupération et au recyclage de l’eau d’irrigation non consommée par les fleurs. L’objet du recyclage est double : économiser l’eau et économiser les intrants injectés dans l’eau.

Pour réduire les factures d’eau, alors que l’État kenyan – suivant en cela le consensus de Washington et les prescriptions des bailleurs – introduit toujours plus la marchandisation de l’eau, les fermes répondent en appliquant des mesures de récolte de l’eau de pluie (rain harvesting). Ainsi une ferme de Naivasha de 25 hectares parvient-elle à récolter l’équivalent de 3 mois de sa consommation en récoltant l’eau de pluie qui tombe sur ses serres.

Outre une attention de plus soutenue aux problématiques hydro-politiques, les fermes – surtout les plus grandes – ont également de plus en plus recours à la géothermie ou à l’énergie solaire pour couvrir certains de leurs besoins en énergie. Cette activité très consommatrice d’intrants, potentiellement très polluante, archétype du forçage agricole de la planète, contribue à diffuser en Afrique un certain nombre de technologies « écolonomiques » de pointe. C'est l'un des paradoxe de la political ecology kenyane (Rouillé et al., 2015).

 
Le traitement des eaux dans la rosiculture kenyane

Traitement des eaux David Blanchon schéma

D'après David Blanchon, avec les conseils et l'aimable autorisation de l'auteur.

 

Conclusion : Quelles évolutions dans les pays producteurs européens ?

La diminution de la production européenne de fleurs coupées résulte en partie de la compétition des unités de production du Sud plus compétitives. Néanmoins, la production européenne ne disparaît pas totalement et des rosiers fleurissent encore dans la banlieue d’Amsterdam, la RandstadtHolland, sur les rives de la Méditerranée voire autour de certaines métropoles européennes. Elle se concentre sur les créneaux les plus rentables du marché grâce aux variétés les plus récentes, les plus à la mode, les plus parfumées. Elle abonde le marché entre avril et septembre.

Si les pays africains ont réussi à accroître de manière spectaculaire leurs parts de marchés globales, la résilience de l’hégémonie européenne dans le domaine de la création variétale prouve que la chaine de valeur de la rose n’échappe pas à la règle de la DIT qui veut que si les activités de production et certaines opérations de valorisation peuvent être délocalisées, les activités d’innovation, à haute valeur ajoutée, demeurent concentrées dans les pays développées, surtout quand il s’agit d’innovations régies par les droits internationaux de la propriété intellectuelle.

 


Bibliographie

  • Anseeuw W., Freguin-Gresh S., Gamba P. (2008). « Une nouvelle politique agricole au Kenya : nécessaire, mais suffisante ? ». In Devèze J.-C. (dir.), Défis agricoles africains. Paris, Éditions Karthala, Agence française pour le développement, p. 209-229.
  • Becht R. (2007). Environmental effects of the floricultural industry on the Lake Naivasha basin, unpublished paper, ITC Naivasha Database, Enschede, The Netherlands
  • Calas Bernard, 2011, « La rose coupée entre tropiques, hors-sol et mondialisation », in F. Bart (dir.) Natures tropicales, Actes des XIIIèmes journées de géographie tropicale, Espaces tropicaux n° 20, PUB, Pessac, p. 239-252
  • Calas Bernard, 2014, « Le marché florissant et mondialisé de la rose », in Bautzmann A. (dir.), Atlas géopolitique mondial, p.174-177
  • Calas Bernard, 2013, « La rose mondialisée », Carto n° 17, p. 41-44. (Notamment cette carte)
  • Calas Bernard, « Mondialisation, Clusterisation et recyclage colonial », EchoGéo, 26 | 2013
  • Chenntouf Tayeb, « L'Afrique face à la mondialisation », Présence Africaine, 1/2006 (N° 173), p. 213-224.
  • Calas Bernard et Fautras Mathilde, 2009, « Fermes de roses du lac Naïvasha », Mambo, n° 8, IFRA-Nairobi, 6 p. 
  • Dubresson Alain, Moreau Sophie, Raison Jean-Pierre et Steck Jean-Fabien, L’Afrique subsaharienne, une géographie du changement. Paris, A. Colin, 2011
  • Fouéré M.-A., Maupeu H. (dir.), 2015, « Une nouvelle Afrique de l’Est », Afrique contemporaine 253, p. 13-129.
  • Hornberger K., et alii, 2007. Kenya’s Cut-Flower Cluster. Harvard Business School, 30 p.
  • Cahiers des IFRE, n° 2, 2015, « L'Afrique dans la globalisation »
  • Rouillé Gaële, Blanchon David, Calas Bernard et Temple-Boyer Élise, « Environnement, écologisation du politique et territorialisations : les nouvelles politiques de l’eau (gire et pse) au Kenya », L’Espace géographique, 2/2015 (Tome 44)
Le projet RosesMonde

 

 

 

 

Léa BENOÎT, Bernard CALAS, Sylvain RACAUD (UMR LAM)
Olivier BALLESTA et Lucie DREVET-DEMETTRE (UMR Passages)
Membres de l’axe Lieux du projet RosesMonde, financé par l’ANR.

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :
Léa Benoît, Bernard Calas, Sylvain Racaud, Olivier Ballesta et Lucie Drevet-Demettre, « Roses d'Afrique, roses du monde », Géoconfluences, septembre 2017.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/afrique-dynamiques-regionales/corpus-documentaire/roses-afrique-mondialisation

 

Actions sur le document