Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / OGM (Organismes génétiquement modifiés)

OGM (Organismes génétiquement modifiés)

Publié le 10/01/2023

Un OGM (organisme génétiquement modifié) est, selon le ministère de l’Agriculture français, un organisme vivant (végétal, animal, bactérie) dont le patrimoine génétique a été modifié par une technique dite de « génie génétique ».

Il s’agit notamment de semences de plantes cultivées modifiées par l’adjonction d’un gène leur donnant par exemple une meilleure résistance à une maladie, un parasite ou encore au stress hydrique.

Cette technique s’est développée depuis une trentaine d’années : la première tomate OGM fut commercialisée dès 1994 (tomate flavr savr, conçue pour rester ferme plus longtemps). Depuis le début des années 2000, les quatre plantes les plus cultivées en OGM sont le coton, le soja, le maïs, et le colza. Elles représentent la quasi-totalité des terres cultivées en OGM, soit environ 190 millions d’hectares (10 % des surfaces totales cultivées mondiales).

Ce type de culture pose de nombreuses questions :

  • des incertitudes sanitaires et environnementales sur le long terme, soulignées par les associations environnementales, les Forums sociaux mondiaux et des syndicats agricoles (Confédération paysanne en France). À l’inverse, les partisans des OGM évoquent la diminution corollaire des pesticides liée aux OGM. Ces derniers auraient donc, selon eux, un rôle écologique.
  • Les OGM entraînent, selon leurs détracteurs, une « privatisation du vivant » qui contribuerait à une destruction de l’agriculture traditionnelle. En effet, de nombreux plants d’OGM sont des hybrides qui ne se réensemencent pas. Les agriculteurs, qui gardaient des grains de leur récolte passée pour réensemencer, doivent désormais acheter des plants aux firmes détentrices des brevets, telles que la FTN allemande Bayer (qui a absorbé en 2018 la FTN américaine Monsanto, pionnière dans le domaine des OGM) ou encore la firme pharmaceutique suisse Novartis. Le risque est donc celui d’un appauvrissement, voire d’une disparition programmée de variétés locales.
  • la diffusion de ces semences renforce la domination de quelques pays producteurs et notamment des États-Unis (40 % des surfaces mondiales plantées en OGM en 2016). Le Brésil, l’Argentine, l’Inde et le Canada sont les autres grands producteurs.

En France, l’utilisation d’OGM dans un but commercial est interdite ; les cultures expérimentales sont autorisées sous condition d’un accord de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) et du ministère de l’Agriculture.

(ST) 2005, entièrement réécrit en septembre 2022 (SB et CB).


Pour compléter avec Géoconfluences
Liens externes
Affiner les résultats par :