Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Veille / Revues de presse et ressources classées / Les « vaccinodromes » : la reconversion des lieux de loisirs en infrastructure sanitaire

Les « vaccinodromes » : la reconversion des lieux de loisirs en infrastructure sanitaire

Publié le 15/04/2021
L'ouverture de centres de vaccination massive au printemps 2021 n'est territorialement uniforme qu'en apparence. L'accès aux lieux de vaccination laisse entrevoir des inégalités spatiales.

Sources | citer cette brève

Les autorités françaises déploient depuis début mars (L’Express) une vaccination massive contre la pandémie de covid-19 selon une double logique : la proximité par la médecine de ville (pharmacies incluses) et le regroupement dans de grands centres dont le potentiel d’accueil peut se compter en plusieurs milliers de patients par semaine, voire plus de mille par jour. Au-delà des questionnements sur le nom à donner à ces lieux (vaccinodromes, mégacentres ; voir Le Point), c’est bien une réorientation de leurs activités initiales qui est à l’œuvre.

Ces centres de vaccination massive (cette expression pourrait ainsi s’adapter au contexte démographique local) se présentent comme des structures de grande capacité d’accueil au regard des territoires qu’ils desservent. C’est ce que confirme la directrice de l’Agence Régionale de Santé de Corse : « Je ne parlerais pas de vaccinodrome pour la Corse, au sens où de telles structures vont effectivement se mettre en place dans des départements très denses, notamment autour d'agglomérations importantes, comme Paris ou Lyon. Dans l'île, nous sommes davantage dans une logique de centres de très grande capacité. Il faut ajuster la terminologie. » (Corse matin).

Il est effectivement difficile de comparer des agglomérations comme Vannes ou Bastia aux grandes métropoles françaises. Ces centres de vaccination ont toutefois en commun d’être des lieux très accessibles qui peuvent accueillir plusieurs centaines à milliers de patients par jour et sont présentés comme la possibilité pour la France d’accélérer l’immunisation de sa population. L’échec de la campagne de vaccination contre la grippe A en France en 2009 avait entraîné un retard dans la mobilisation de ces lieux aux jauges suffisantes pour déployer les moyens nécessaires (France info). Plusieurs élus territoriaux ont d’ailleurs prévenu début 2021 que ce n’étaient ni les structures, ni les personnels qui manquaient, mais les vaccins et la volonté des autorités (Le Point).

La communication autour des vaccinodromes évoque une trentaine de centres répartis sur le territoire. Nous avons choisi ici d’en englober davantage, pour rester dans la logique d’équipements signalés comme centres exceptionnels d’accueil de la vaccination. D’emblée, les centres hospitaliers ont été exclus de ce recensement, non pas qu’ils échappent à la campagne sanitaire mais ils comptent habituellement parmi les centres de vaccination (contre les infections tropicales par exemple) des territoires dans lesquels ils sont installés. En revanche les hôpitaux militaires ont été pris en compte, puisque d’ordinaire ils ne sont pas ouverts au public.

Ainsi, au 13 avril 2021, une soixantaine de centres de vaccination massive sont ouverts ou le seront bientôt (fin avril, mois de mai). Ces lieux viennent donc compléter l’offre classique et permettent un éclairage sur le maillage d’équipements normalement dévoués à des activités destinées à accueillir un public nombreux. La typologie des grands centres de vaccination est intéressante à observer de plus près.

Le palais des sports de Gerland à Lyon, lieu de vaccination depuis le 6 avril 2021

vaccinodrome Lyon Gerland

Photographie : Martin Charlet (2021).

En dehors de sept hôpitaux militaires mobilisés, seuls édifices habituellement sanitaires, les autres centres connaissent une reconversion temporaire. L’arrêt des grandes manifestations culturelles permet de mobiliser facilement une première catégorie de lieux habituellement dévolus à l’accueil de ces évènements. Ainsi, une vingtaines d’infrastructures de type halls d’expositions ou palais des congrès sont utilisés, dont certains qui ne l’étaient plus (hall 8 du parc des expositions de Toulouse). À cela, il faut ajouter les huit grandes salles de spectacle type Arenas ou Zénith, totalement – ou presque – à l’arrêt depuis un an.

Une autre catégorie correspond à une dizaine de grands équipements sportifs, avec deux logiques différentes. Les bâtiments fermés, type palais des sports, peuvent être utilisés comme vaccinodromes sur les aires de jeu, comme de très grandes salles permettant d’organiser le parcours vaccinal. Les stades, quant à eux, assez peu nombreux, sont davantage mobilisés pour les grands espaces intérieurs qui ne sont pas occupés par les spectateurs puisque les matchs ont lieu à huis clos. En effet, les stades continuent d’accueillir des rencontres sportives des compétitions. La communication autour de leur transformation en vaccinodrome joue d’ailleurs sur le fait de convaincre un autre public de venir (« les fans de l'Olympique de Marseille peuvent apercevoir le terrain à travers des portes vitrées », France Bleu). D’ailleurs, le parcours des patients à l’intérieur des coursives peut aussi être vu comme une visite ludique (source : Olympique lyonnais) dans des parties du stade habituellement peu accessibles au grand nombre (au Groupama Stadium, par exemple, la file passe à proximité des loges officielles de l’Olympique Lyonnais, voire à l’intérieur).

La fréquentation de tels lieux relève d’ordinaire de l’exception, ce qui n’est pas le cas des équipements publics communaux ou intercommunaux. Cette autre catégorie regroupe de grands gymnases, des équipements dédiés aux associations, voire l’hôtel du département (Strasbourg, pas encore ouvert) ou un hall de l’aéroport de Saint-Pierre/Pierrefonds à la Réunion (FranceTV La 1ère).

Enfin, des bâtiments privés sont transformés en centre de vaccination massive : un hôtel de Disneyland Paris (Le Parisien), un ancien magasin Décathlon à Saint-Dizier ou une partie de la galerie marchande du centre Leclerc d’Ajaccio-Baleone.

Quelle que soit l’échelle envisagée (grandes métropoles, villes moyennes ; France métropolitaine ou ultramarine), les points communs sont nombreux entre ces lieux choisis pour être des centres de vaccinations exceptionnels : ce sont des espaces facilement mobilisables en ces temps d’interruption des manifestations culturelles et sportives (la plupart des compétitions ont été arrêtées en dehors de celles qui impliquent les professionnels), desservis par les transports en commun, dotés de grands parkings et, ce qui n’est certainement pas anodin, bien identifiés par la population. Ce sont de grands équipements locaux, régionaux, voire nationaux. Le Stade de France est sur ce point exemplaire puisqu’il est emblématique de la réussite du sport français et situé dans un des départements les plus atteints par l’épidémie (Le Monde).

Le cas du Stade de France permet aussi d’interroger le modèle territorial des vaccinodromes. La polarisation vers des centres de grande capacité peut inquiéter les élus locaux : « faut-il craindre « l’effet aspirateur à vaccins » des vaccinodromes ? Des élus de Seine-Saint-Denis s’émeuvent que l’ouverture de la vaccination au Stade de France réduise les doses de vaccins disponibles dans les centres de proximité. Dans les Hauts-de-Seine et la Seine-et-Marne, l’ouverture des vaccinodromes est d’ailleurs reportée. » (Le Parisien). Par ailleurs, à l’échelle de la France, c’est une question de justice spatiale qui émerge, avec la demande par les élus des espaces ruraux d’une alternative à cette centralisation métropolitaine de la vaccination (Association des Maires de France). Un autre questionnement se fait jour en termes d’équipements équitablement répartis : « on s'aperçoit qu'une région très impactée par l'épidémie comme le Grand Est fait néanmoins partie des régions les moins équipées (…). Seul l'hôpital militaire de Legouest à Metz vaccine depuis ce 6 avril, quand deux vaccinodromes n'en sont qu'au stade du projet à Nancy et Strasbourg » (France Inter).

D’ailleurs, la logique de localisation n’a pas forcément été clairement établie au lancement de cette campagne de vaccination massive : « Ce sera en effet aux "différents territoires, avec les autorités régionales de santé et les préfets, de décider des emplacements et de prévoir un plan territorial de montée en charge de la vaccination", a indiqué mardi la "task force vaccin" du gouvernement » (La Nouvelle République, 24 mars 2021). La présence et la disponibilité d’infrastructures pourtant aisément mobilisables n’a donc pas suffi au déploiement de centres de vaccination massive sur l’ensemble du territoire.

Finalement, la priorité sanitaire qui guide les politiques publiques depuis un an, semble aboutir à une reconversion temporaire de certains lieux et certaines activités, comme en temps de guerre, si on reprend la terminologie utilisée par les dirigeants politiques au début des mesures sanitaires en mars 2020 (Le Devoir).

Type d'équipement
Nombre
Communes
Stades, hippodromes

5

  • Décines
  • Le Havre
  • Marseille
  • Marcq-en-Barœul
  • Saint-Denis
Palais des sports, stades couverts

7

  • Boulogne
  • Bourges
  • Le Lamentin
  • Lyon
  • Nanterre
  • Pointe-à-Pitre
  • Saint-Quentin-en-Yvelines
Salles de spectacle et de concert 8
  • Béziers
  • Brest
  • Cayenne
  • Dijon
  • Douai
  • Liévin
  • Lille
  • Rouen
Parcs des expositions, palais des congrès (halls) 21
  • Angers
  • Besançon
  • Bordeaux
  • Cannes
  • Chambéry
  • Cholet
  • Cournon d’Auvergne
  • Grenoble
  • La Roche sur Foron
  • Le Mans
  • Nancy
  • Nantes
  • Nice
  • Niort
  • Montpellier
  • Pau
  • Perpignan
  • Poitiers
  • Saint-Brieuc
  • Sarcelles
  • Toulouse
Grands équipements (inter)communaux (gymnases, maison des associations, salle des fêtes…) ou départementaux 15
  • Bastia
  • Caen
  • Dieppe
  • Lorient
  • Olivet
  • Pierrefonds
  • Pontivy
  • Rennes
  • Saint-Avertin
  • Saint-Cyr-sur-Loire
  • Saint-Étienne
  • Strasbourg
  • Valence
  • Valenciennes
  • Vannes
Autres bâtiments privés (hôtels, anciens magasins…) 3
  • Ajaccio
  • Chessy
  • Saint-Dizier
 
Équipements militaires 7
  • Bordeaux
  • Brest
  • Metz
  • Marseille
  • Paris
  • Saint-Mandé
  • Toulon

 

Martin Charlet

 


Sources

Pour compléter avec Géoconfluences

 

 

Pour citer cette brève :

Martin Charlet, « Les "vaccinodromes" : la reconversion des lieux de loisirs en infrastructure sanitaire », Géoconfluences, avril 2021.

URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/revues-de-presse/vaccinodromes

Actions sur le document