Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Les "shrinking cities" anglo-américaines, un laboratoire du renouveau urbain ?

Les "shrinking cities" anglo-américaines, un laboratoire du renouveau urbain ?

Publié le 04/06/2018

Deux articles récents du Monde évoquent le renouveau des shrinkring cities, ces villes touchées par le déclin démographique, économique et social. 


Ils sont réservés aux abonnés du quotidien mais les principaux thèmes qui y sont abordés sont repris ci-dessous.

Pittsburgh a cessé de perdre des habitants, comme d'autres villes en déclin telles Glasgow. Fabien Jeannier a montré, dans une récente mise à jour de son article de 2008 consacré à la ville écossaise, que celle-ci avait recommencé à gagner des habitants depuis le recensement de 2011. Mais il faut préciser qu'à Glasgow comme à Pittsburgh, le timide retournement démographique est loin de compenser plusieurs décennies de déclin. 

Le « shrinkage », ou rétrécissement urbain, se traduit par une perte d'habitants qui accompagne souvent la désindustrialisation d'une ville lorsque son économie était basée sur un cycle industriel en déclin. Pour autant, la superficie totale de la ville ne diminue pas, au contraire : à Baltimore par exemple, la ville continue de s'étaler tout en perdant des habitants. (Voir notre brève : Baltimore, une "shrinking city" qui s'étale (septembre 2016). 

La conséquence de cette situation est la multiplication des vacants : ces friches urbaines qui entraînent certains quartiers dans un cercle vicieux : les maisons abandonnées font baisser la valeur et la demande des maisons habitées, les habitants restant ne parviennent pas à vendre et finissent eux aussi par abandonner leur maison. Voir l'article de Florance Nussbaum : « Quartiers fantômes et propriétaires invisibles. Les propriétés abandonnées, symptômes de la crise des villes américaines », 2015.

spirale du déclin des shrinking cities, Daniel Florentin
La spirale du déclin. Source : Daniel Florentin, « 
Shrinking city », Notion à la une de Géoconfluences, novembre 2016.

Le jardin, oasis au coeur de Broadway East.

Le Duncan Street Miracle Garden à Baltimore. Source : Stéphanie Baffico, « De "Charm City" à "Farm City" : la reconquête des espaces en déshérence  par l’agriculture urbaine à Baltimore », Géoconfluences, 2016, mis en ligne le 18 avril 2016

Pittsburgh semble à nouveau attractive pour les jeunes cadres de la « creative class », tournée vers les nouvelles technologies : c'est à Pittsburgh par exemple qu'est testée par la société Uber la circulation des véhicules autonomes. De plus, l'ambiance post-moderne qui y règne favorise le tourisme de friche et le tourisme industriel « Les hangars poussiéreux, encore jonchés de pièces industrielles, sont loués pour des tournages de film, des mariages, des concerts… » (Le Monde). Le coût de la vie, en particulier du logement, y est aussi beaucoup plus bas que dans les grandes métropoles ou dans la Silicon Valley.

Ces villes en déclin pensent aussi leur renouveau comme l'occasion d'essayer des politiques différentes et se voient comme des laboratoires du futur. Pittsburgh est sur la piste d'une transition écologique voulue par l'équipe municipale, en réponse à l'administration de Donald Trump, lequel a été élu grâce aux swinging states de la rust belt (les États indécis de la « ceinture de rouille », c'est-à-dire du bassin industriel. Voir à ce sujet l'éclairage de Roman Vinadia : « États-Unis : une géographie électorale à bascule », 3 novembre 2016). Les villes en déclin sont aussi à l'avant-garde du mouvement des villes en transition (voir à ce sujet la notion à la une « Transition », février 2017).

Cette transition écologique doit aussi être une transition alimentaire, notamment pour lutter contre les déserts alimentaires (au sens nord-américain : des quartiers entiers où il est impossible de trouver des aliments frais). C'est ce qu'avait étudié Stéphanie Baffico dans un article de 2015 : « De "Charm City" à "Farm City" : la reconquête des espaces en déshérence par l’agriculture urbaine à Baltimore ».

Ce renouveau n'est pas sans provoquer des tensions entre nouveaux habitants, perçus comme des gentrifieurs potentiels, et les habitants plus ancrés, qui craignent d'être les laissés-pour-compte du renouveau économique. 

 

Actions sur le document