Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux (Territoriaux) La France : des territoires en mutation La forêt ardéchoise : une ressource territoriale à révéler et à gérer, une nouvelle organisation de l'espace

La France : des territoires en mutation

La forêt ardéchoise : une ressource territoriale à révéler et à gérer, une nouvelle organisation de l'espace

Publié le 04/10/2010
Auteur(s) : Clément Dodane, université de Lyon, UMR 5600, EVS,
université Jean Monnet Saint-Etienne
  Retour à l'introduction générale et à la première partie : Les nouvelles forêts françaises. L'exemple ardéchois.

1. Quand l'arbre cache la forêt : les résineux dans le paysage, un problème d'entretien et de gestion des forêts

2. Les fragilités de la filière forêt-bois

3. Vers une nouvelle organisation de l'espace

Si en France le potentiel forestier existe, de nombreux indicateurs attestent de cela (ministère de l'Agriculture et de la Pêche, 2005), la ressource forestière fait défaut. Elle résulte d'un processus d'élaboration complexe dont les acteurs ont un rôle central. La récolte de bois en France est largement inférieure à la centaine de millions de mètres cubes de bois qui poussent chaque année dans les forêts françaises.

En effet, rien ne garantit actuellement qu'un propriétaire forestier privé se décidera à récolter du bois sur sa propriété. Les obstacles à la gestion forestière, ou à la récolte de bois, sont nombreux, qu'il s'agisse des difficultés liées à la desserte forestière ou à l'émiettement de la propriété. La question du devenir des espaces forestiers dans un département comme l'Ardèche, où le processus de reforestation a été particulièrement vif et rapide reste ouverte. Dans un contexte sociétal changeant, une nouvelle organisation de l'espace, quels sont les ressorts sur lesquels les territoires peuvent s'appuyer pour faire émerger la ressource forestière ?

Quand l'arbre cache la forêt : les résineux dans le paysage, un problème d'entretien et de gestion des forêts

Dans les Boutières ardéchoises (document ci-contre), en ce début du mois de mai, le vert tendre des jeunes feuilles dont se parent les feuillus tranche avec le vert foncé, sombre, des plantations de douglas visibles dans le paysage et dont les contours sont clairement identifiables. Malgré tout, si ces conifères (appelés aussi résineux) attirent particulièrement l'œil, ils ne couvrent pas tout l'espace laissant la part belle aux feuillus. Mais pour peu qu'ils aient été plantés à proximité d'un hameau, ils sont fréquemment l'objet de controverses et accusés de tous les maux (fermeture du paysage, non entretien et risque d'incendie, acidification des sols). Ils sont perçus comme une erreur aujourd'hui par ceux qui sont extérieurs aux lieux et qui consomment du paysage mais ils représentaient l'espoir de jours meilleurs à l'époque où ils furent plantés par ceux qui vivaient dans un monde paysan en déclin.

Cliché : C. Dodane, mai 2005

Mais ce que montre cette photographie c'est que, plantations de conifères ou non, la forêt a été partout hyper conquérante et dans la plupart des cas, les feuillus aussi bien que les conifères arrivent aux portes des habitations. De plus, qu'il s'agisse d'un boisement feuillu ou résineux, il n'est pas systématique de dire que l'un est mieux géré ou mieux entretenu que l'autre.

Les résineux en procès : une passion française ?


Si au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la forêt feuillue s'est développée sur des surfaces bien plus importantes que la forêt résineuse, l'accroissement de la proportion des conifères durant cette période est en revanche principalement due aux plantations résineuses réalisées avec les aides du FFN. En effet, les premiers boisements et reboisements financés par le FFN étaient très majoritairement composés d'espèces résineuses : 87% des surfaces mises en plantation de 1955 à 1979 (Cottin, 1995). De 1980 à 1989, l'engouement pour les résineux demeurait encore très vif puisque la proportion de résineux utilisés avoisinait les 75%. Elle était encore de 64% de 1990 à 1999 (...)

... la suite à lire

Les controverses à propos des résineux dans le paysage sont en réalité un problème en trompe l'œil. Qu'ils durent ou qu'ils disparaissent, les problèmes de gestion et d'entretien des espaces boisés continueront de produire les mêmes effets. Au fil des ans, les boisements résineux de petite superficie, de l'ordre de quelques ha, disparaîtront. C'est ce que constatent les techniciens de la forêt privée [2] : bien souvent après exploitations des arbres, la parcelle n'est pas replantée. Mais, il ne faut pas s'y tromper, le propriétaire qui fait réaliser une coupe à blanc-étoc (ou coupe rase) de quelques ha de conifères, ne replantant pas après, tendra plutôt à se désengager, à se désintéresser de son bien forestier, hormis chez quelques propriétaires forestiers ayant la maîtrise technique de la régénération naturelle (Pro Silva, 1995 ; Schütz & Oldeman, 1996 ; Schütz, 1997), qui leur permet d'assurer la continuité de leurs peuplements à moindre coût même sur de petites parcelles et de petites propriétés. Il ne s'agit certainement pas en soi d'un travail paysager.

La résultante de tout cela, n'est-ce pas l'apparition d'une "forêt-friche" (Léonard, 2003) ? Cette "forêt-friche" est-elle meilleure que le boisement de conifères ? Les arbres issus de la reconquête spontanée grandiront eux aussi, l'entretien sera encore moins assuré faute de rentabilité économique. Ainsi, dans un territoire comme l'Ardèche, les enjeux forestiers sont avant tout ceux de la gestion et de l'entretien de ces espaces boisés qui cumulent un grand nombre de handicaps. Ceux-ci sont responsables de l'inertie des propriétaires forestiers et de la filière forêt-bois, avec pour conséquences une économie liée à l'exploitation du bois très réduite et des coûts d'entretien et de gestion des forêts ardéchoises toujours plus lourds. À qui incombera la charge de ces coûts ? La question reste en partie ouverte.

Le dernier grand feu de forêt en Ardèche, au cours de l'été 2003 dans le Haut-Vivarais (1 300 ha parcouru sur 2 300 ha incendiés en Ardèche en 2003), est là pour rappeler les problèmes auxquels doit faire face la collectivité, le coût exorbitant de la prévention et de la lutte contre les incendies de forêt. En Ardèche, cela se chiffre annuellement en millions d'euros. Rapporté à l'unité de surface forestière, il peut être égal à la rentabilité économique moyenne de la forêt. Les facteurs d'aléa (sécheresse, canicule, tempêtes) aggravent toujours plus la situation. L'augmentation des vulnérabilités liées aux faibles densités humaines laisse penser qu'en l'état le coût de la prévention (à la charge du département) et de la lutte (à la charge de l'État) contre les incendies de forêt devrait croître dans les années à venir.

Des obstacles à la gestion forestière : infrastructures de transports ...

La mobilisation des bois grâce aux équipements de desserte est une problématique en soi, à laquelle le Fonds forestier national (FFN) [voir l'article associé] n'a pas apporté de réponse suffisante lors de la mise en œuvre des boisements et reboisements. Pourtant, elle est maintenant devenue incontournable pour mobiliser des bois en forêt. C'est un problème crucial pour le devenir de la gestion forestière en France, quand actuellement l'essentiel des ressources financières d'un propriétaire provient de la vente des bois (Cinotti, 2003) ; qu'il s'agisse de l'État (forêt domaniale), des communes (forêt communale) et des particuliers (forêt privée).

Dans  le  cas  de la forêt privée ardéchoise, l'aménagement  de  dessertes forestières  a  souvent  été  relégué  à  l'avenir  et  rarement  prévu  lors  des  opérations  de boisement  et  de  reboisement. De 1953  à  1999,  tous  types  de  propriétés confondues (une piste en forêt domaniale ou communale pouvant desservir des bois privés), seuls 660 km de pistes et de routes forestières, y compris les pistes de Défense forestière contre l'incendie (DFCI), ont bénéficié d'aides spécialement affectées à leur création.

Rapporté à la superficie totale des forêts de production, 242 000 ha, cela représente 0,27 km pour 100 ha. À titre d'exemple, le CRPF du Limousin avance quelques données chiffrées sur la densité de pistes (débardage) et de routes  forestières  (transport)  pour  des  conditions  de  desserte  suffisante (document ci-contre).  Ces chiffres  sont  à  considérer  comme  des  minima  aux  100 ha  (=  1 km²).  Cet  exemple illustre les efforts considérables qu'il reste à faire sur le long terme.

Les conditions d'une desserte suffisante
Conditions de débardage / accessibilité
Piste forestière (km/100 ha)
Route forestière (km/100 ha)
Bonnes
1
0,4
Difficiles (terrain de montagne)
3
2,5

Source : CRPF Limousin,
"L'organisation de la desserte au sein de la propriété

www.crpf-limousin.com/pdf/.../20desserte.pdf

Le pari consistait à croire qu'au bout de trente ans la récolte de bois de valeur motiverait la mise en place des dessertes nécessaires. Il est vrai que la part dédiée à ces équipements dans les aides du FFN était plafonnée, du moins dans les premières années, ce qui a eu pour conséquence néfaste l'absence de réalisations. Or les prévisions se sont avérées fausses de telle sorte que des bois de valeur restent sur pied actuellement faute de desserte pour être mobilisés. Il eut été préférable d'organiser les conditions d'une bonne accessibilité avant de planter et non l'inverse.

Aujourd'hui, il est pratiquement impossible pour un propriétaire forestier de financer la desserte sur la seule vente des bois. Les Association syndicales libres ou autorisées sont un cadre approprié pour la réalisation collective de pistes ou de routes forestières. Toutefois, chaque création nécessite souvent un délai de plusieurs années entre le projet formulé par certains propriétaires, l'étude, l'animation, le montage des dossiers, les phases de terrain et l'achèvement des travaux. Autrement dit, les progrès en la matière ne sont envisageables que sur le long terme et à condition que des budgets publics importants (crédits de l'État ou des collectivités territoriales) soient affectés à la création d'infrastructures de transport sans lesquelles il est impossible de mobiliser des bois à destination des industries.

En Ardèche certains territoires s'approprient le problème et tentent de le résoudre pour faire du bois qui se trouve en forêt une véritable ressource territoriale. Les équipements de desserte qui ont été aidés sont des routes, des pistes forestières, des pistes de DFCI et des améliorations de route ou de piste. La courbe qui présente les longueurs annuelles des équipements de desserte réalisés en Ardèche (document ci-dessous) est issue du dépouillement des archives du FFN et du rapport Bros (1993) [3].

Avant l'intervention de l'Europe, à partir de 1980, les créations de desserte ont été pratiquement inexistantes dans le département. Mais dès les premiers programmes forestiers européens, les investissements en la matière ont pu être subventionnés à hauteur de 50%, lorsqu'ils étaient complémentaires d'un boisement entre 1980 et 1991, puis librement jusqu'en 1999. Ainsi, de 1958 à 1999, 660 km de dessertes ont été créées ou améliorées grâce aux aides du FFN, de l'État et des subventions de l'Europe. La desserte forestière est un élément clé de la révélation d'une ressource forestière à l'échelle d'un territoire. C'est aussi un élément central pour l'attribution des aides en faveur de la forêt actuellement.

La desserte forestière aidée

Que révèle aussi le manque de pistes et de routes forestières dans les sylves ardéchoises ? Tout d'abord, cela reflète la jeunesse des forêts de ce département. Dans leur évolution, de nombreux peuplements forestiers en sont juste au stade des premières éclaircies ou des premières coupes de bois. Il ne pouvait donc pas, de fait, exister de desserte forestière adaptée, quand 50 ans auparavant l'on était en présence d'un pré ou d'un champ (avant boisement), dont l'accessibilité par les bêtes de somme n'avait rien à voir avec celle des engins forestiers actuels.

Un deuxième élément de réponse, permet de souligner un manque de tradition forestière en Ardèche. En plantant, peu de propriétaires anticipaient le moment venu où ils devraient vidanger (amener des bois abattus sur une piste forestière) leurs premières coupes de bois. En effet, les raisons qui ont poussé certains propriétaires fonciers à boiser n'étaient pas déterminées par une logique de gestion. Toutefois, et c'est un élément très important, il a fallu attendre en réalité qu'un technicien embauché à la direction départementale de l'Agriculture et de la Forêt (DDAF) s'en occupe particulièrement pour que la situation évolue. Ce n'est véritablement qu'à partir de ce moment là que des réalisations importantes ont été mises en chantier en Ardèche, en moyenne 32 km par an de 1980 à 1999 (tous types d'aides confondus, créations et améliorations). Ainsi, il est possible de considérer ce chiffre comme une référence moyenne pour estimer la desserte qu'un technicien peut initier annuellement. Combien donc de techniciens faudrait-il mobiliser pour créer annuellement le double, voire le triple, de dessertes et atteindre les normes de densité souhaitables (voir document supra) ?

Vers un projet de territoire : rendre accessible la ressource forestière. L'exemple du Schéma de mobilisation des bois de la haute vallée de l'Ardèche

Le Schéma de mobilisation des bois de la haute vallée de l'Ardèche concerne un vaste ensemble boisé (versant nord du Serre de la Croix de Bauzon) d'environ 4 000 ha. répartis sur trois communes (Astet, Barnas, Mayres). La phase d'étude (terminée en 2007), associant les organismes de la forêt publique et privée (ONF et CRPF) et le Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, a permis de concevoir un schéma concerté et planifié de desserte forestière.

Dans un premier temps, le croisement des types de station forestière [4] et des types de peuplement a permis de dresser la cartographie des potentialités forestières. Un premier secteur est situé sur la commune d'Astet. Il combine, en position de plateau principalement, une partie de la forêt domaniale (FD) de la Chavade ainsi que deux groupements forestiers privés (GF d'Astet et GF de la forêt de Bauzon) pour lesquels les potentialités forestières sont moyennes ou bonnes. Le deuxième secteur, sur la commune de Barnas, correspond essentiellement aux peuplements de pins du GF de Barnas, sur plus de 500 ha, avec des potentialités forestières intéressantes.

Dans un deuxième temps, la desserte forestière et les conditions techniques d'exploitation (largeur des pistes, longueur de câblage) ont été étudiées. La première carte (ci-contre en haut) présente l'état de la desserte forestière à l'échelle du versant. La longueur des pistes forestières existantes permet de calculer un indicateur de densité par hectare. Dans de mêmes conditions topologiques, une même densité de pistes ne reflète pas toujours la pertinence de ces aménagements. À l'inverse, cela peut révéler le contexte dans lequel de nombreux boisements et reboisements ont été mis en place, sans souci de leur accessibilité future et néanmoins nécessaire pour garantir une gestion durable de ceux-ci.

Enfin dans un troisième temps, les résultats déjà obtenus ont été croisés entre eux (enjeux forestiers et contraintes d'accessibilité). Ainsi, 1 700 ha ont été identifiés comme productivement intéressants, dont 900 ha sont actuellement desservis.

Il reste donc 800 ha susceptibles d'être rendus exploitables (potentialités forestières moyennes ou bonnes / accès aux engins forestiers de débardage impossible). Au final, 26 projets de dessertes ont été proposés et discutés, puis hiérarchisés avec l'aide de modèles mathématiques. .../

Infrastructures et accessibilités

Zones forestières exploitables

/... Le cas du GF de Barnas est le plus représentatif des enjeux liés à ce Schéma de mobilisation des bois. Les 500 ha du GF ont été boisés dans les années 1960 et 1970 grâce aux aides du FFN sous la forme d'un contrat de travaux géré par la DDAF de l'Ardèche. Le remboursement des créances concédées par l'État devait se faire au prorata des ventes de bois futures. Or, les premières éclaircies n'ont pas encore pu être réalisées faute de piste forestière. La carte montre bien que dans ce secteur de pente, la très grande majorité des zones à potentialité forestière moyenne ou bonne est à rendre exploitable. Inversement, sur la commune de Mayres, il apparaît qu'une route utilisable par les grumiers de 19 tonnes traverse à flanc de coteau des peuplements forestiers au potentiel limité. Sur la base des hypothèses du FFN de l'époque, la création de cette route dans les années 1980 (l'infrastructure motivera les propriétaires), se révèle avoir peu ou pas d'intérêt sur ce versant en raison de son potentiel forestier moindre, hormis la lutte contre les incendies.

Comme le nom de ce Schéma l'évoque (Schéma de mobilisation des bois, ci-dessus), il ne s'agit plus de considérer tout l'espace de façon homogène vis-à-vis de son accessibilité. L'idée de mobilisation est intéressante parce qu'elle détermine la suite donnée à chaque projet et qu'elle n'est pas exclusive. Les solutions techniques envisagées pour mobiliser les bois depuis une piste sont multimodales, à l'aide d'un tracteur, d'un câble [5], d'un hélicoptère ou de chevaux, en fonction de la valeur des produits et des contraintes. Cependant, chaque solution de mobilisation concerne potentiellement plusieurs propriétaires (publics ou privés) ou groupements de propriétaires, dont la motivation à gérer leurs forêts dépend aussi de paramètres sociologiques qu'il est nécessaire de prendre en compte. S'il s'agit de petites forêts privées, une entente doit exister en amont entre les parties pour que le projet puisse être mené à terme.

... et structure de la propriété forestière

Le processus de reforestation (voir l'article associé), en engendrant des nouvelles forêts par millions d'ha, a conduit au développement spectaculaire du nombre de propriétés forestières et, par voie de conséquences, de nouveaux propriétaires forestiers qui se comptent en centaines de milliers à l'échelle du Massif Central (Scees, 1987, 2002). Les recherches entreprises montrent que le FFN n'a pas été utilisé uniquement pour satisfaire les objectifs fixés par la loi. Tant en France, qu'en Ardèche, la moitié des surfaces aidées par le FFN sont de petites plantations de moins d'un ha à quelques ha, installées sur d'anciennes terres agricoles en landes, en friche ou déjà arborées. Celles-ci sont l'œuvre de petits paysans ou de leurs héritiers. Les centaines de milliers d'ha aidés par le FFN à l'échelle du Massif Central ont donc pour principale raison d'être un "pansement" face aux transformations que la société paysanne subissait : difficultés des hommes et des exploitations, exode rural, déprise agraire, mutations de l'agriculture française (Fel, 1962 ; Bonnamour, 1966 ; Gachon, 1967 ; Mendras, 1967).

L'émiettement des parcelles et des propriétés forestières

Sur la photographie ci-contre, trois plans se distinguent. Au centre du dernier plan, le Suc de Sarra, plein ouest, permet d'orienter la vue. Le second plan, qui nous intéresse, est limité par la route départementale 204 de Mézihlac au Cheylard en position de crête. Elle se devine au pied d'une frange forestière composée de pins sylvestre (de couleur foncée au centre de la photographie), entre le Sommet de Queyrol et le Sommet de la Peyre. En contrebas de ce versant, sur lequel se situe le hameau de La Peyre, coule le Talaron. Au premier plan,  la  conformation  des  cimes  des  conifères  atteste  que  le  vent  souffle  fort  sur  ces hauteurs.

À gauche des habitations du hameau de La Peyre l'on identifie un certain nombre de taches foncées de très petites surfaces. Il s'agit pour la plupart de boisements réalisés grâce   aux   bons-subventions   du   FFN,   composés   de   douglas ou d'épicéa   commun. L'implantation de chaque bons-subventions est en réalité bien délimitée. Chaque boisement correspond à un numéro de parcelle cadastrale en particulier, voire à plusieurs numéros (ou parcelles) les uns à côté des autres. La concordance établie entre les boisements visibles sur la photographie et l'extrait de la feuille cadastrale du lieu le montre. Il est d'ailleurs fort probable, bien que nous n'ayons pas consulté la matrice cadastrale dans ce cas, que ces boisements  souvent  appelés  en  "timbre  poste" (voir l'article associé) appartiennent  à  plusieurs  propriétaires différents.  Combien ?  2,  3,  4,  5  ou  10 ?  Pour  quelle  surface  moyenne ?  En  Ardèche,  les archives du FFN permettent de chiffrer à 10 700 le nombre de bons-subventions distribués entre 1949 et  1999 pour  une  superficie de 20 000 ha  (presque  uniquement  à  des particuliers),  soit  un  peu  moins  de  2  ha  en  moyenne.  Mais les  extrêmes  varient  de quelques ares à quelques hectares. Ainsi, le nombre de comptes propriétaires répertoriés, de moins de 1 ha, par le cadastre s'élève-t-il à un peu plus de 30 000 en Ardèche.

Cela représente  la  moitié  de  tous  les  propriétaires  particuliers  d'un  bien  boisé.  C'est  déjà beaucoup,  mais  très  largement  sous-estimé  puisque  l'écart  entre  les  surfaces  boisées comptabilisées  par  le  cadastre  et  l'IFN  est  de  43% [6]. En  termes  de  gestion  de  ces  petits boisements,  il  n'est  pas  évident  par  exemple  que  des  opérations  classiques  d'éclaircies puissent  être  réalisées  en  même  temps  sur  chacune  de  ces  parcelles.  Pourtant,  cela permettrait de mutualiser les coûts et d'augmenter les revenus, aussi bien pour l'entreprise qui aurait en charge le chantier, que pour les propriétaires qui pourraient en bénéficier. Fréquemment, des bois qui auraient besoin d'être éclaircis restent sur pied, faute de contact ou d'accord, alors que les hommes et les machines sont là, prêts à intervenir !

 

Ces nouvelles forêts résineuses sont donc régies dans l'ensemble par des principes étrangers aux modèles sylvicoles canoniques. À celles-ci peuvent être associées les nouvelles forêts spontanées qui, plus encore, échappent à toute norme sylvicole (Brédif & Arnould, 2004). De plus, la convergence du désengagement des agriculteurs vis-à-vis de la forêt et des modes de transmission de la propriété forestière ont pour effet de concentrer celle-ci chez les retraités et rien ne laisse penser que cette tendance s'inversera dans un avenir proche. Elle s'inscrit dans une tendance de diminution constante de la rentabilité de la propriété forestière. C'est donc par héritage ou donation que l'on devient propriétaire forestier et rares sont ceux qui souhaitent l'être réellement. En règle générale, la propriété forestière en France est plutôt subie que désirée et cela vaut aussi dans les nouvelles forêts résineuses. Les nouvelles forêts s'inscrivent donc dans un autre répertoire que celui de la production de bois.

Au demeurant, même si certains propriétaires conservent cet objectif, des héritages font qu'ils en modulent l'application. De nombreux groupements forestiers de petits propriétaires sont des créations ad hoc encouragées et aidées par l'Administration forestière d'État. Ces groupements forestiers concentrent de façon manifeste les difficultés de gestion, qui se retrouvent d'ailleurs uniformément dans l'ensemble des petites et des moyennes propriétés forestières. Or, les hommes, en tant que décideurs, sont au cœur de la gestion durable des nouvelles forêts.

Les fragilités de la filière forêt-bois

À côté de géants de l'industrie du bois en France ou ailleurs en Europe (de 1 million de m³ de bois ronds sciés en France à 15 millions de m³ en Allemagne), les unités de première transformation en Ardèche font pâle figure. Bon an, mal an, la trentaine de scieries ardéchoises produisent 80 000 m³ de sciages. Quatre entreprises seulement ont une production supérieure à 4 000 m³. On ne produit même pas sur tout le département 1 000 m³ de sciages de châtaignier [7], le feuillus le plus scié, alors que c'est un bois qui possède de très grandes qualités techniques, surtout en termes de durabilité et de mise en œuvre. Or, dans l'inventaire forestier départemental de 1995, l'IFN estime à 3,7 millions de m³ le volume sur pied de châtaignier en Ardèche. Les Ardéchois n'ont pas encore pris conscience des richesses qui abondent dans leurs forêts. Ainsi, 99% des sciages produits en Ardèche sont-ils résineux.

Ce constat suggère deux points de vue différents. D'un côté, à l'échelle des territoires, ces entreprises de petite taille prennent toute leur importance parce qu'elles s'insèrent dans un tissu économique local. À l'avenir, à condition de maintenir leur nombre (concentration et cessation d'activité ne cessent de le faire diminuer) et leur répartition géographique, elles pourraient participer à transformer le potentiel bois ardéchois, notamment celui du châtaignier, en ressource territoriale [8]. Ce point de vue est en partie celui des élus locaux. D'un autre côté, les industriels de la filière forêt-bois ne peuvent que souligner la faiblesse de la première transformation (entreprises d'exploitation forestière et scieries) dans le département. En soi, les petites scieries n'ont pas réellement d'avenir. Leurs coûts de sciage sont beaucoup plus élevés que ceux d'autres concurrents, ne serait-ce que Rhône-alpins (3 à 6 fois plus), sans compter que la concurrence en la matière est en réalité internationale. Elles ne sont pas toutes en mesure, non plus, d'offrir l'ensemble des services qui passent actuellement pour une norme standard : séchage, traitement, tri par dimensions et par qualités.

De plus, elles n'ont pas les capacités financières suffisantes pour investir dans de nouveaux outils de production, ce qui d'ailleurs nécessiterait qu'elles quittent leur implantation historique pour de nouveaux sites afin de mieux organiser leur chaîne de production, du parc à grumes à l'aire d'expédition. En Ardèche, l'on trouve encore de petites scieries dans certains fonds de vallée, en partie insérées dans le tissu urbain, à l'étroit, sans possibilité d'agrandissement, ni de réorganisation. On pourrait imaginer de nouvelles unités de sciage à proximité de la vallée du Rhône afin d'éviter les problèmes de desserte que connaît l'Ardèche intérieure, le site serait plus facilement accessible à port de camion. Mais rien ne garantirait que les bois consommés proviendraient des forêts ardéchoises, ce qui ne servirait pas la problématique d'une récolte de bois, faible en Ardèche.

Pendant longtemps, les scieries sont allées "au bois" pour mobiliser la ressource dont elles avaient besoin pour alimenter leur activité. La ou les personnes préposée(s) aux achats de bois se rendaient en forêt pour estimer les coupes de bois mises en vente et faire une offre de prix [9]. Ce mode d'approvisionnement est encore utilisé par de nombreuses scieries, surtout lorsqu'elles s'approvisionnent localement. Dès lors qu'elles se sont développées et que la ressource locale n'était plus suffisante pour alimenter leur consommation, les scieries ont progressivement dû organiser la venue des bois à elles. Maintenant, les plus importantes d'entre elles ont passé des contrats d'approvisionnement avec des opérateurs forestiers pour des volumes précis, aux dimensions et aux qualités connues, livrés en temps et en heure sur leur parc à grumes. Seules les coopératives forestières pour la forêt privée et l'ONF pour la forêt soumise au régime forestier sont en mesure d'honorer ces contrats d'approvisionnement, forts des propriétés qu'ils ont en gérance.

Quant à la seconde transformation, elle utilise plus couramment les bois du Nord pour leur rapport qualité / prix, que les bois ardéchois. Il y a peu encore les produits sciés en France n'offraient pas de services comparables à ceux de nos voisins scandinaves (aboutage des bois, tri par qualité, séchage, marquage, emballage). Il est en effet frappant de voir une entreprise locale de seconde transformation utiliser des bois du Nord, alors que son environnement forestier laisse présager d'un potentiel important en matière première bois. Cette situation paradoxale a été observée dans une menuiserie en Ardèche (mais elle se retrouve fréquemment ailleurs aussi) : devant l'entreprise en question un stock de bois attirait l'œil et avait fière allure. Il s'agissait de madriers empaquetés sous un film plastique. Les bois avaient tous la même dimension, ils étaient aboutés et chaque madrier était marqué, à son extrémité, à la peinture (document ci-dessous à gauche) renseignant sur sa provenance : la scierie de "Alholma" à Pietarsaari en Finlande. Alors que ces bois avaient parcouru 2 500 à 3 000 km par voie de mer et près de 1 000 par route, derrière la menuiserie, le versant boisé porte de jolis peuplements de douglas d'une quarantaine d'années qui, une fois transformés, auraient peut-être été une bonne alternative.

Coopératives forestières et approvisionnements en bois en France

Les deux lettres majuscules "PM" entre deux couronnes renseignent sur la marque (UPM-Kymmene) la provenance (scierie de "Alholma" à Pietarsaari en Finlande), l'essence ("Whitewood Spruce", de l'épicéa), et la qualité des bois ("U/S" : haute qualité, avec un grand pourcentage de bois clair et de petits nœuds serrés).

Note - Deux grandes coopératives œuvrent dans le quart nord-est de la France (F&BE et Coforet) qui représentent 17 000 adhérents pour 130 000 ha de forêt en gestion, 850 000 m³ exploités annuellement, 158 emplois et un CA de plus de 57 millions d'€ (données 2008)

Mais après le Programme forestier national de 2006 (Maapar, 2006) qui scande que le temps de la récolte est venu, ne se dirige-t-on pas vers une fin progressive des aides de l'État à destination de l'investissement forestier ? Est-ce aux communes, aux PNR, aux départements, aux régions qu'incombera dorénavant le rôle d'investir dans les espaces boisés qui composent leur territoire ? Seront-ils les seuls ? L'idée que les différents acteurs de la filière forêt-bois-papier doivent contractualiser entre eux est de plus en plus forte. Par exemple, la coopérative forestière Coforet qui œuvre en Ardèche illustre bien cette nouvelle tendance (carte ci-dessus à droite). Elle a récemment investi dans deux unités de sciage de petits bois résineux d'éclaircie, en Saône-et-Loire et dans le Doubs, afin d'améliorer sa compétitivité et d'offrir à ses adhérents la possibilité d'écouler des bois d'éclaircie à faible valeur individuelle.

Si à leur début les coopératives forestières se sont contentées de vendre du bois sur pied, elles ont développé, à partir des années 1990, une offre de bois abattus et façonnés bord de route qui est devenue majoritaire dans leur mode de commercialisation. Dorénavant, elles passent des contrats d'approvisionnement avec des industries de première transformation pour la livraison de milliers de m³ de bois. Depuis peu, elles prennent des parts seules ou aux côtés des industriels dans la création de nouvelles unités de sciage au plus près des ressources forestières de leurs adhérents. Elles sont devenues des acteurs incontournables de la gestion des forêts privées et de la représentation de leurs adhérents auprès des instances administratives et politiques. À l'avenir, les acteurs des territoires devront donc savoir susciter et attirer à eux les initiatives privées en complément des leurs. Ils doivent travailler de pair avec les acteurs de la filière forêt-bois, et réciproquement, pour bâtir des projets innovants.

Vers une nouvelle organisation de l'espace

La reforestation qui s'est opérée depuis un siècle en Ardèche a engendré une nouvelle organisation de l'espace. L'exemple développé ici est caractéristique des pentes ardéchoises. Ailleurs, où l'agriculture occupe une part plus importante du territoire, les espaces maintenus ouverts ne se concentrent pas uniquement autour des habitations ou en fond de vallée. Malgré tout c'est bien souvent l'impression de terres agricoles au milieu de la forêt qui ressort plutôt que l'inverse.

Le hameau du Villaret : un exemple type d'organisation de l'espace dans la Cévenne ardéchoise

En s'inspirant de l'exemple du hameau du Villaret sur la commune de Laviolle dans la Cévenne ardéchoise, nous proposons la lecture suivante de l'organisation de l'espace (document ci-contre) :
1) La forêt domaniale du Pradou (505 ha au total sur 6 communes). Elle est issue de la Restauration des terrains de montagne de la fin du XIXe siècle. (...)
... la suite à lire

2) Les forêts privées. Apparues après la Seconde guerre mondiale, elles sont de deux types, naturelles et anthropiques. Elles couvrent dorénavant pratiquement tout l'espace entre la forêt domaniale du Pradou et la Volane qui coule en contrebas du hameau du Villaret. (...)
... la suite à lire

3) Le "conservatoire". Il correspond à l'habitat autour duquel sont maintenus des espaces cultivés et ouverts. C'est là que se concentrent les hommes et l'agriculture. ... la suite à lire

 

Cet autre exemple (photographie ci-dessous à gauche) d'un paysage du centre de l'Ardèche depuis le Serre-en-Don (1 199 m), celui des Boutières, montre comment passer du terrain, de l'analyse de données statistiques et de la carte, à la lecture paysagère et in fine à la révélation des enjeux sociétaux et territoriaux. Au premier plan de la photographie, dans les pentes du Serre-en-Don, jusqu'à la vallée de La Dorne, en contre-bas, les plantations résineuses d'épicéas et de douglas, mises en place dans les années 1980, appartiennent au GF de Ranc Bardon. Au centre, dans le plan médian, on peut identifier la petite vallée de la Cornuscle qui se jette dans La Dorne. Cet espace est en grande partie situé sur la commune de Mariac. L'espace agricole (1) se concentre en fond de vallée et sur le bas des pentes. Les terrasses qui structuraient tout l'espace agricole des pentes, au XIXe et au début du XXe siècle, ont complètement disparu sous la végétation. Quelques prés restent ouverts autour de certaines fermes en haut des pentes. La forêt, la friche et les landes couvrent pratiquement les 3/4 de la superficie communale. L'évolution est récente au point que les données cadastrales donnent un taux de boisement proche de la moyenne nationale (27%) pour les communes concernées, alors que la réalité est tout autre. La principale caractéristique du paysage réside dans l'abondance des nouvelles forêts résineuses que l'on repère à leur couleur foncée (2).

Pointeur kmz sur la vallée de la Dorne, image Google Earth ci-contre, 44°52'48.46"N, 4°21'8.07"E

Elles appartiennent, à plus de 95% de leurs surfaces, à des propriétaires privés à qui revient l'initiative de leur gestion. De la micro plantation à la grande propriété, chaque entité a une histoire, liée à celle de son propriétaire. Régulièrement, la forêt change de propriétaire et la passation de témoin entre générations est un élément déterminant qui conditionne l'évolution des peuplements forestiers. Un propriétaire absent est généralement le corollaire d'une forêt non gérée. Certaines plantations de douglas, réalisées grâce aux aides du FFN, sont maintenant devenues de véritables forêts de production de bois d'œuvre après le regroupement des parcelles en unités de gestion de plusieurs dizaines d'ha, la création de pistes de desserte et une gestion soutenue (éclaircie, élagage). Les taches vert olive (3) révèlent quant à elles l'existence de la forêt feuillue. Celle-ci est en fait l'agrégation de plusieurs autres types, qu'il est difficile de caractériser. Il peut s'agir d'anciennes châtaigneraies abandonnées qui portent encore les troncs gigantesques d'arbres multiséculaires, dont les sous-bois ne sont plus entretenus et les châtaignes non ramassées, tout comme d'accrus forestiers s'étant développés sur d'anciennes parcelles agricoles abandonnées, ou encore un boisement lâche lorsque le couvert forestier n'est que partiel. Quelques pins sylvestres apparaissent ça et là. Suivant l'altitude et l'exposition, on trouve plutôt le chêne, le hêtre, le châtaignier ou le frêne. Au dernier plan, le Suc de Sarra (à l'extrême gauche) qui culmine à 1 520 m et le Mont Mézenc (au centre avec quelques taches blanches de neige) d'une altitude de 1 753 m, marquent le début de la Montagne ardéchoise et son prolongement en direction de la Haute-Loire. Les pourtours de ces sommets sont couverts de forêts domaniales, de Bonnefoy, de Borée et du Mézenc, faisant partie du domaine privé de l'État. La forêt domaniale de Bonnefoy s'organise autour des ruines de l'abbaye du même nom. Elle a été acquise à la révolution française à la suite de la dépossession de l'Église de ses biens. C'est une vieille forêt de sapins pectinés qui a toujours été conservée depuis que l'homme s'est installé en ces lieux vers l'an 1000, dans ce qui était un désert forestier. La forêt domaniale du Mézenc est composée de nombreuses plantations d'épicéas, subventionnées par le FFN et seulement d'un petit reliquat de vieille forêt.

Le paysage, par ce qu'il dit, mais aussi par ce qu'il ne dit pas, peut être un révélateur des enjeux, sociétaux et territoriaux, liés au territoire. La prédominance des formations boisées par rapport aux espaces agricoles pose à la fois des questions sur le devenir de l'agriculture, sur la fermeture du paysage qui se poursuit et sur l'entretien de l'espace dans un territoire où la ressource humaine mobilisable est de moins en moins nombreuse.

L'existence, côte à côte, de grandes propriétés qui recèlent des nouvelles forêts résineuses gérées activement et durablement et de vastes surfaces composées d'une mosaïque forestière diverse et variée, doit permettre de s'interroger sur la durabilité des différents modèles de gestion et de non-gestion des espaces boisés en Ardèche. La présence de vieilles forêts domaniales (gérées elles aussi durablement mais sur un modèle plus "naturel" en apparence, qui ménage des peuplements mélangés, plus ou moins irréguliers, avec la présence de gros bois) rappelle qu'il n'y a pas que de la propriété privée et suscite des coopérations en matière forestière. De même, la présence du châtaignier, de boisements et de reboisements du FFN, l'existence de dessertes forestières, la vue d'opérations d'éclaircies et d'élagages, fait référence à plusieurs acteurs du territoire et de la filière forêt-bois (Parc naturel régional des monts d'Ardèche / PNRMA, DDAF, CRPF, coopératives). Il reste donc à trouver des éléments fédérateurs et à construire des projets de territoire pour apporter des réponses aux problématiques de la gestion forestière en Ardèche.

Faire émerger la ressource territoriale

Depuis quelques années, les inventaires de la forêt française conduits par l'IFN montrent que la pénurie de bois résineux qu'a connu la France tout au long du XXe siècle, faute de potentiel  suffisant,  pourrait  se  trouver  résolue  avec  l'arrivée  à  maturation  de  millions d'ha de conifères plantés grâce aux aides du FFN à partir de 1950, dotant la France d'un potentiel forestier intéressant [10]. Cependant, malgré ce potentiel, la ressource forestière  fait  défaut. Or, c'est la  résultante  d'un  processus  d'élaboration  complexe. Un acteur central de construction de la ressource forestière est le propriétaire dont le rapport à l'objet  forêt  est sous-tendu par des systèmes relevant du biologique, du  social,  du psychologique, du naturel, du géographique, de l'économique, du politique et du législatif (voir le document "la forêt au cœur des systèmes", page associée). En effet, rien ne garantit actuellement qu'un propriétaire forestier se décidera à récolter du bois sur sa propriété. Les études montrent que pour les petits et moyens propriétaires, la compréhension des politiques forestières est loin d'être  évidente  tout  comme  le  fonctionnement  de la filière  forêt-bois (Didolot, 2003 ; Marty, 2004 ; Afomac, 2008).  Pourtant ces propriétaires  forestiers auraient dû alimenter "l'offre" et les millions d'ha plantés grâce au FFN auraient d'ores et déjà  dû  produire  leurs  effets,  ce qui n'est pas encore la réalité. L'enjeu  est  donc  de  trouver  les  voies,  les  conditions  et  les  moyens pour que ce potentiel devienne une ressource territoriale [8].

Comment  passer  des  notions  de  potentiel  et  de  territoire  à  celle  de  ressource territoriale ? Est-ce la ressource qui délimite le territoire ? Peut-il exister des ressources sans acteurs et des acteurs sans ressources ? Du point de vue de l'économiste, la ressource est une  dotation  préexistante,  à  combiner  pour  produire  des  valeurs.  Mais la  ressource territoriale se construit et n'est donc pas préexistante. Elle relève  à  la  fois  de  discours  et  de  jeux  d'acteurs,  d'économie  et  de technique forestière, de dimensions territoriales et historiques, de stratégies et d'élaboration de contrats multiacteurs (Coll., 2004). Ce sont les travaux engagés sur la ressource qui vont permettre de faire émerger le territoire "support" qui conditionne la spécificité de la ressource (en fonction de critères  d'appropriation  et  de  contextualisation)  ainsi  que  son  dynamisme,  dès  lors  que d'autres territoires lui feraient perdre sa spécificité par imitation.

Pourquoi la ressource que constituent les nouvelles forêts n'est-elle pas révélée à l'échelle locale lorsque la composante forestière est forte ? En Ardèche, la forêt passe plutôt pour être non entretenue et être aussi un foyer potentiel pour les incendies. Sa jeunesse est certainement un élément d'explication puisqu'elle engendre des structures forestières complexes et difficiles à lire. Inversement, les vieilles forêts qui portent de hautes futaies correspondent plutôt à l'image que l'on se fait d'une forêt productive. Or, sauf à rentrer à l'intérieur de certains massifs (forêts domaniales dans la Montagne ardéchoise par exemple), il n'en existe que trop peu d'exemples en Ardèche, pour que l'association forêt / ressource forestière émerge chez les élus. Ils pensent plus facilement à la forêt envahissante ou à la forêt qui brûle, du moins dans certains secteurs du département.

Quel processus permet de révéler la ressource territoriale ? Prenons l'exemple des ressources territoriales révélées par la création, en 2001, du Parc  naturel régional  des  monts  d'Ardèche  (PNRMA). C'est  sur  l'espace  des  pentes  et  sur l'aire  du  châtaignier  que  s'est  construit  en  Ardèche  le territoire  du  PNRMA (carte supra).  La généalogie de cette identité territoriale ardéchoise correspond peu ou prou à la dynamique d'évolution  de  la  châtaigneraie. Les  premières  manifestations  de sauvegarde de la  culture du châtaignier et de la châtaigne datent des années 1990. En une décennie, l'idée de créer  un  PNRMA,  avec une  châtaigne comme logo, germera  chez  les  castanéiculteurs. Certains propriétaires forestiers ardéchois s'intéressent à nouveau au châtaignier comme essence forestière, en raison notamment des aides allouées au balivage [11] par le PNRMA. Avec l'obtention   de   l'AOC   "Châtaigne   d'Ardèche" en   2006,   les   castanéiculteurs ardéchois  regardent  vers  l'avenir avec cette  ressource  territoriale redécouverte : la châtaigne d'Ardèche, longtemps supplantée par sa cousine  italienne,  revient  à  l'honneur pour  la  fabrication  du  marron glacé, transformé, notamment, dans  la  région  d'Aubenas  par  les Établissements Sabaton, la Maison Imbert et la Société Sanofruit.

Autour de la châtaigneraie, la promotion du territoire

La promotion du Parc naturel régional des monts d'Ardèche (PNRMA) s'appuie, entre autre, sur les caractères identitaires du territoire : châtaigneraies, terrasses, etc. le châtaignier, arbre emblématique, et les terrasses, finement aménagées  depuis  des  siècles,  constituent  le  paysage  caractéristique  de  cette  partie centrale et méridionale du département de l'Ardèche.

Ce sont ces paysages, si particuliers, qui justifient la création du PNRMA par arrêté ministériel en 2000, sur 136 communes du département. Dans sa Charte constitutive, le  PNRMA  insiste  sur  l'importance  et  le  rôle  des  paysages  sur  tout  son  territoire,  "qui forment l'atout majeur de son développement" (PNR des Monts d'Ardèche, 2002).

Des événements comme la fête de la Castagnade témoignent de cette construction et participent à fonder l'identité de ce territoire.


Les Castagnades d'automne organisées par le PNRMA, www.castagnades.fr

Voir : www.decouverte-monts-ardeche.fr et, des acteurs : www.parc-monts-ardeche.fr/.../article=1768

Les  nouvelles  forêts  qui  appartiennent  désormais  à  des  dizaines  de  milliers  de propriétaires forestiers privés concentrent les difficultés en matière de gestion. La politique forestière  de  soutien  à  la  forêt  privée,  lancée  en  1963  (loi  Pisani [12]),  ne  répond  plus  à  la situation actuelle. Elle n'est plus en mesure de stimuler suffisamment la gestion durable des forêts privées, à mettre en perspective de nouvelles influences sur les sylves en provenance d'une  société  majoritairement  urbaine (Schmithüsen, 1999 ; Barthod, 2005).  Il  est  donc  nécessaire  de  trouver  d'autres  moyens d'action et de nouveaux cadres territoriaux d'application qui sont au cœur de la démarche de réflexion territoriale (Dodane, 2008).

Les prémices d'une reconquête agricole ?

L'espace habité est visible au centre de la photographie. Quatre groupes d'habitations se distinguent : La Roche, Les Abattus, Les Mouriers et La Blache des abattus (de gauche à droite, de haut en bas). Autour, des surfaces en herbe maintiennent le milieu encore  ouvert. 

... lire la suite

La photographie met en scène un pré de fauche nouvellement gagné sur la forêt. À  l'été  2004, les lignes d'ensemencement de l'herbe sont encore visibles. La tempête de 1999 a eu raison d'un boisement de douglas installé au début des années 1960 par le grand père du jeune agriculteur qui vient de s'installer sur la ferme du hameau de Bouton.

... lire la suite

Dans  le  même  temps,  l'émergence  locale  de  nouvelles  structures  territoriales  (PNR, Communautés  de  communes,  Pays)  pose  à  leurs  acteurs  la  question  des  ressources et d'un dessein  commun  à  la  société vivant sur ces territoires.  Quels rôles peut jouer la forêt pour une société rurale renaissante (Kayser, 1990)  ?  Les propriétaires forestiers privés seront-ils les seuls concernés par la gestion durable de leurs forêts ? La  réflexion  territoriale,  à  tous  les  stades (état  des  lieux, négociation, choix  des  projets  retenus) peut  permettre une meilleure mobilisation de la ressource bois dans certaines zones et avoir pour corollaire son abandon dans d'autres. C'est une conception du devenir des espaces  boisés  qui  a  de  plus  en  plus  droit  de  citer.  Interrogé  sur  l'avenir  des  forêts  en Ardèche, certains acteurs des territoires pensent que : "Sur les plantations et l'animation des groupements forestiers, on  a  investi  de  l'argent  et  il  faut  continuer  à  en  investir  pour  rentabiliser  ces opérations.  Ailleurs,  où  il  n'y  a  pas  de  pistes,  pas  de  plantations,  il  ne  faut  pas  ou  plus investir. Il faut se diriger vers une nouvelle façon de concevoir la gestion, où l'inaction serait une forme de gestion à part entière." [13]. Mais  n'est-ce  pas  se  priver  d'éventuelles  ressources  liées  à  ces  espaces  boisés ?  Les acteurs d'un territoire le peuvent-ils ? Est-ce réaliste pour une collectivité qui, en souhaitant la non-gestion d'une partie de son territoire, devra aussi en assumer la charge, à défaut de leur propriétaire ?

L'espace rural, d'une logique productive à une logique résidentielle, de loisir et de nature

Si la tendance d'un basculement de la forêt des champs à la forêt des villes est à l'œuvre dans de nombreux espaces ruraux plus ou moins proches des villes, il n'en est pas ainsi partout. Il reste en effet de nombreux espaces interstitiels qui, au contraire de la tendance actuelle d'un repeuplement généralisé continuent de perdre des habitants (voir la carte des évolutions démographiques en Ardèche de 1962 à 2006, page associée). C'est notamment le cas de la Montagne ardéchoise où une dynamique de boisement des terres agricoles est encore à l'œuvre au début des années 2000. L'analyse historique et spatiale de laréglementation des boisements en Ardèche montre qu'elle a accompagné le phénomène de reforestation. N'est-ce pas l'apparition d'un "désert forestier" (Lévy, 1994 ; Léonard, 2003) en référence aux faibles densités de  population [14] (documents ci-dessous) à laquelle on assiste dans la Montagne ardéchoise alors que l'espace cultivé y avait mieux  résisté  jusqu'à  présent à  la  dépopulation ? Les  derniers agriculteurs qui ne peuvent prendre en charge la gestion de tout l'espace agricole continuent de  boiser ou de laisser de côté une partie de leurs terres soumises à une dynamique de boisement naturel.

Un "désert forestier" ardéchois ?

Ce basculement est d'autant plus en marche que l'on est aux prémices d'une analyse économétrique de la valeur de la biodiversité et tout particulièrement des services rendus par les écosystèmes forestiers. C'est l'objet d'un rapport au Premier Ministre réalisé par un groupe de travail présidé par Bernard Chevassus-au-Louis (inspecteur général de l'agriculture), récemment publié (avril 2009) : "Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes".

Les auteurs proposent de retenir 970 €/ha/an comme valeur de référence moyenne pour l'ensemble des services rendus par les écosystèmes forestiers (document ci-contre). Dans cette analyse, la production de bois en tant que telle représente moins de 10% de la valeur  globale  des  différents  services  rendus  par  les  écosystèmes  forestiers  français  (75 €/ha/an en moyenne sur le total de 970). Les valeurs relatives au stockage du carbone (Dodane, 2007) et aux usages récréatifs représentent respectivement 530 et 260 €/ha/an. Bien que ces valeurs soient très largement supérieures à celles mesurées par le Laboratoire d'économie forestière (LEF), unité mixte de recherche ENGREF/INRA (Peyron, 2008), les conclusions  sont  les  mêmes :  la  valeur  globale  d'un  écosystème  forestier  est  beaucoup moins  déterminée  par  celle  des  bois  à  récolter  que  par  tous  les  autres  avantages  qu'il suscite, stockage  du  carbone,  récréation  y  compris  chasse,  biodiversité,  eau,  protection, etc.

Estimations de la valeur des divers services de la forêt française

Il  est  fort  probable  que  notre  société  change  son  mode  d'appréciation  de  la  valeur d'une forêt. Cette nouveauté puise principalement ses fondements dans les espaces urbains et dans la quête de nature des citadins (Hervieu & Viard, 1996). En  effet,  la  plupart  des  services  environnementaux  répertoriés  dans  le  rapport  cité précédemment existent déjà dans les espaces ruraux, mais en tant que ressource naturelle, aucune valeur monétaire et marchande ne leur étant encore allouée.

 

Conclusion générale

L'origine et les fondements des nouvelles forêts résineuses du Massif Central se trouvent dans l'analyse de la paysannerie, de sa vie, de son rapport à la terre, au travail, au temps et de son système de valeur. Ces hommes, dont beaucoup étaient des ruraux et des paysans, ont choisi de boiser certaines terres agricoles qui n'étaient plus cultivées, préférant voir l'arbre remplacer la friche. Quittant définitivement la terre et leur pays, d'autres ont également fait le choix de l'arbre. Les centaines de milliers d'hectares aidés par le FFN à l'échelle du Massif Central avaient donc pour principale raison d'être un "pansement" face aux transformations que la société paysanne subissait.

La mise en œuvre du FFN révèle un âge d'or (seconde moitié du XXe siècle) où l'argent à disposition des investissements forestiers ne manquait pas. Les milliers d'ha de résineux plantés en Ardèche grâce aux aides du FFN témoignent de la façon dont les forestiers d'État se sont appropriés l'outil, ainsi que de l'ardeur et de l'ingéniosité dont ils ont véritablement fait preuve dans sa mise en œuvre locale. Les forestiers préoccupés de boiser firent un véritable travail de promotion, voire de propagande du FFN, pour convaincre des propriétaires à se lancer dans l'aventure forestière. Mais, cette propagande, si elle a permis de donner au FFN l'ampleur qui fut la sienne, n'en est pas moins à l'origine de difficultés en matière de gestion. En Ardèche, comme sur tout le territoire national d'ailleurs, la moitié des surfaces aidées par le FFN sont de petites plantations de moins d'un hectare à quelques hectares. Celles-ci sont l'œuvre de petits paysans ou de leurs héritiers. Cette portion des nouvelles forêts est donc régie dans l'ensemble par des principes étrangers aux modèles sylvicoles classiques. À celles-ci peuvent être associées les nouvelles forêts spontanées qui, plus encore, échappent à toutes normes sylvicoles de part leur nature. Le Fonds Forestier National a davantage agit en transformant le visage des sylves françaises et in fine des paysages ruraux, qu'il n'a permis de résoudre le déficit chronique de la ressource ligneuse résineuse en France.

Le désengagement des agriculteurs de la forêt et les conséquences des modes de transmission de la propriété forestière (essentiellement par héritage ou donation) tendent à la concentrer chez les retraités. Cette tendance ne semble pas devoir s'inverser dans un avenir proche. La propriété forestière est plutôt subie que désirée. Au demeurant, même si certains propriétaires forestiers conservent pour objectif la production de bois, la transmission d'un patrimoine reste un des principaux objectifs des propriétaires âgés.

Des pistes existent pour faire accéder au stade de ressource territoriale les nouvelles forêts françaises. Dans les campagnes renaissantes, l'arrivée de nouveaux habitants, tels les retraités et les urbains, marque la différence avec l'ancienne société paysanne. Une évolution s'opère petit à petit, qui privilégie des sylves créatrices de patrimoine, productrices de paysages de campagne comme contrepoids à la ville, à des espaces boisés dédiés à la valorisation économique du bois. En même temps, certains acteurs locaux refusent le fatalisme d'une forêt non gérée qui ne servirait pas les intérêts d'une communauté sur son territoire, mais pour ce faire les paradigmes traditionnels devront être dépassés.

Le grand bond en avant de la récolte de bois en France auquel laissait croire les 2,3 millions d'ha aidés par le FFN, n'a toujours pas eu lieu. Au lieu de cela, elle stagne depuis près de 20 ans. Le passage des forestiers d'État à la forêt privée dans le cadre de la loi Pisani a montré que les principaux modèles sylvicoles issus des vieilles forêts n'étaient pas applicables en forêt privée dès lors qu'il s'agissait de petites et de moyennes propriétés non tenues de réaliser un plan simple de gestion et peu soucieuses de rentabilité forestière. C'est certainement une erreur d'appréciation que de concevoir les nouvelles forêts, les nouveaux propriétaires et les nouvelles territorialités qui se sont dessinées, comme fonctionnant sur les mêmes principes que les vieilles forêts. Les propriétaires de ces dernières étaient les héritiers d'une tradition forestière, dans des territoires où la forêt et le bois étaient, historiquement, des éléments moteurs de l'économie locale et plus généralement de la vie au pays. Ce raisonnement peut s'appliquer au discours repris par tous et élevé au rang de pensée unique sur l'insuffisance de la récolte de bois dans les forêts françaises. En définitive, l'on gagnerait à penser les nouvelles forêts comme un objet relativement autonome, qui n'a pas encore trouvé sa juste place dans ce qui est couramment appelé la forêt française. Leur intégration ne peut s'envisager que sur la durée et en comptant sur la résilience de leur propriétaire. Il importe de réfléchir, d'ores et déjà, à de nouvelles formes de durabilité pour les nouvelles forêts.

Notes

[1] Clément Dodane, post-doctorant, université de Lyon, UMR 5600, EVS / université Jean Monnet Saint-Etienne. Ces deux pages reposent sur des documents et des extraits sélectionnés et aménagés (présélection et organisation générale : Sylviane Tabarly) à partir de la thèse de doctorat en géographie de l'auteur, soutenue le 4 décembre 2010 : Les nouvelles forêts du Massif Central, enjeux sociétaux et territoriaux. Ces hommes qui plantaient des résineux pour éviter la friche [en ligne]. Thèse . Lyon : École normale supérieure Lettres et sciences humaines, 517 p., 2009.
Disponible sur : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00466263/fr

[2] : "La forêt privée est définie par opposition à la forêt relevant du régime forestier, c'est-à-dire la forêt appartenant à l'État, aux collectivités publiques et à certains établissements publics. Elle comprend donc la forêt appartenant aux personnes physiques ou morales privées et aux organismes publics hors régime forestier" (SCEES, 2002).

[3] : Bros Pierre (1993). Rapport au comité de suivi du PIM. Les actions forestières réalisées avec l'aide du FOEGA. Privas : Direction Départementale de l'Agriculture et de la Forêt, 9 p.

[4] : "Une station est une étendue de terrain de superficie variable (quelques m² à plusieurs dizaines d'ha), homogène dans ses conditions physiques et biologiques : mésoclimat, topographie, géomorphologie, sol, composition floristique et structure de la végétation spontanée. Une station forestière justifie, pour une essence déterminée, une sylviculture précise avec laquelle on peut espérer une productivité comprise entre des limites connues. Un type de station est un résumé et une synthèse des caractères d'un ensemble de stations analogues selon les critères précédents." (Source : Inventaire Forestier National (2010). IFN : Définitions relatives à la typologie des stations [en ligne]. Disponible sur :
www.ifn.fr/spip/spip.php?article20 (Consulté le 27/09/2010)).

[5] : Le débardage par câble consiste à équiper temporairement une parcelle d'une ligne de câbles, d'une longueur variant de 300 à 400 m (dépassant même les 1 000 m. en montagne), à laquelle seront suspendues les grumes, ce qui permet d'éviter la construction et l'entretien d'un voie d'accès et la circulation des tracteurs.

[6] : Les données du cadastre en Ardèche répertorient 159 500 ha de terrain dont la nature de culture est le bois (base de 2002), alors que l'IFN donne pour les forêts privées une superficie de 227 700 ha (inventaire de 1995).

[7] : La loi Pisani (du nom du ministre de l'agriculture de l'époque), oblige, depuis 1963, chaque propriétaire de plus de 25 ha d'un seul tenant à faire adopter un Plan Simple de Gestion (PSG). Cependant, un propriétaire peut posséder un ensemble forestier de 30 ha et ne pas être soumis à PSG si celui-ci est composé de deux sous-ensembles d'un seul tenant de 15 ha chacun. Les propriétaires forestiers devant faire agréer un PSG sont actuellement 21 500 (source : Centre National Professionnel de la Propriété Forestière / CNPPF, au 31 décembre 2006) à l'avoir fait pour une superficie de 2,5 millions d'ha environ. C'est presque le quart des forêts privées qui sont déjà soumises à PSG. Les propriétés qui devraient être dotées d'un PSG et qui n'en ont pas sont soumises au Régime spécial d'autorisation administrative de coupe (RSAAC).

La situation se complique avec les propriétés d'un seul tenant de moins de 25 ha. La loi d'orientation forestière (LOF) de 2001 préconise l'abaissement du seuil à 10 ha au-delà duquel un propriétaire forestier privé doit réaliser un PSG. Cette mesure, si elle était obligatoire, concernerait près de 100 000 ensembles cadastraux d'un seul tenant, répartis dans 65 000 propriétés forestières d'un seul tenant, pour seulement 1,5 millions d'ha (15%).

La réalisation des premiers PSG n'a réellement débuté qu'au cours de la décennie 1970. Il aura fallu pratiquement quarante ans aux Centres régionaux de la propriété forestière (CRPF) pour asseoir un quart de la forêt privée française dans une dynamique de contractualisation sur des objectifs de gestion. La nouvelle tâche que la LOF de 2001 sous-tend est irréalisable du strict point de vue des organismes d'État en charge de l'animation de la forêt privée. En dessous de 10 ha, le nombre de propriétés d'un seul tenant explose littéralement pour atteindre 1,3 millions d'unités. Loin d'être insignifiant, cette catégorie de propriétés représente tout de même 3,5 millions d'ha soit 35% des surfaces forestières privées françaises. Les propriétés forestières de moins d'1 ha d'un seul tenant atteignent pratiquement les 4 millions d'unités pour une surface de seulement 1,5 millions d'ha (15%). Cette catégorie de propriétés pose problème si l'on attend d'elle une éventuelle gestion forestière. En règle générale, plus la taille de la propriété est petite plus le morcellement du parcellaire forestier est déterminant pour la mise en œuvre d'une éventuelle gestion forestière, que ce soit en termes d'accès, de mobilisation des bois et surtout de motivation du propriétaire à gérer son bien.

[8] : Sources : DRAF, SERFOB, SRSA. Enquête Annuelle de Branche - Production des branches - Exploitation forestière et scierie - Rhône-Alpes, 1996, 2001, 2005, 2006.

[9] : "On admettra qu'il s'agit d'une caractéristique construite d'un territoire spécifique et ce, dans une optique de développement. La ressource territoriale renvoie donc à une intentionnalité des acteurs concernés, en même temps qu'au substrat idéologique du territoire." (Coll., 2004)

[10] : En France, selon les régions, les départements, les pays et plus généralement en fonction des pratiques de chaque opérateur, les modes de ventes et d'achats des bois (en bloc et sur pied, à l'unité de produit) sont différents : grandes ventes d'automne de l'ONF aux enchères descendantes à la bougie, petit propriétaire forestier qui négocie ses bois sur pied au quart (méthode de cubage, d'estimation du volume) avec le marchand de bois local.

[11] : À l'échelle française, la récolte annuelle de bois d'œuvre issue des boisements et reboisements aidés par le FFN devait augmenter fortement, si l'on se réfère aux documents d'évaluation officiels, pour atteindre 10 millions de mètres cubes entre 2010 et 2020, avant de redescendre vers 8 millions de mètres cubes vers 2030 en raison de la baisse des surfaces reboisées à partir des années 1970 (Cottin, 1995 ; Ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation, 1996). À l'échelle du Massif Central, le potentiel que représentent les nouvelles forêts résineuses se compte en millions de mètres cubes de bois sur pied, et au niveau départemental, en centaines de milliers de mètres cubes. Mais depuis le milieu des années 1980, la récolte globale de bois commercialisés en France stagne et ce sont plutôt les précautions d'usage qui s'avèrent être vraies plus que les hypothèses de récolte sous-tendues par les calculs de disponibilité en tout genre. Les années 2000 et 2001, post tempêtes de 1999, n'ont été qu'un épiphénomène en matière de récolte de bois en France, elles n'ont pas été le signe annonciateur d'un sursaut concernant la récolte de bois dans les forêts françaises. Les tempêtes, à l'instar de la nouvelle qui a touché le Sud-Ouest au début de l'année 2009, semblent plus à même d'augmenter la récolte de bois que les préconisations des grands rapports sur la forêt et les politiques forestières mises en œuvre depuis bientôt trente ans.

[12] : Sélection de tiges d'avenir dans un taillis.

[13] : Entretien réalisé en Ardèche en novembre 2006, encadrement technique d'une collectivité territoriale.

[14] : La plupart des communes de la Montagne ardéchoise ont une densité de population en 2006 inférieure à 10 habitants au km².

Bibliographie
  • Agreste - L'occupation du territoire en 2008 – Teruti-Lucas. Collection Chiffres et données chiffrées, Série Agriculture, n°208, octobre 2009
  • Alphandéry P., Bitoun P., Dupont Y. - Les champs du départ. Une France rurale sans paysans ? Paris : La Découverte, 268 p., 1989
  • Ammon C., Arnould P. - Modes et forêts. La Forêt Privée, n°197, pp. 70-88, 1991
  • Arnould P. - Histoire et mémoire des aménagements forestiers. Ingénieries, 2002
  • Arnould P. - Les nouvelles forêts françaises. L'Information Géographique, vol. 60, pp.141-156, 1996
  • Arnould P. - La forêt française entre nature et culture. Thèse d'habilitation à diriger des recherches. Paris : Université de Paris IV – Sorbonne, ENS Fontenay/Saint-Cloud, 375 p, 1994
  • Arnould P., Dérioz P., Hotyat M. - Chapitre 3 : La forêt, volume n°6 : Milieux et ressources. In : Brunet R., Auriac F. (dir.). Atlas de France. Paris : GIP RECLUS, Montpellier/La Documentation Française (avec le concours de la DATAR). pp 53-72, 1995
  • Arnould P. - Forêts : nouvelles forêts et vieilles forêts. In : Corvol A. La Forêt. Actes du 113e Congrès national des sociétés savantes (Strasbourg 1988). Paris : Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, pp. 13-30, 1991
  • Association FOrêts du MAssif Central - Étude des motivations des propriétaires forestiers du Massif Central [en ligne]. Second rapport d'étape, 15 mai 2008. Disponible sur :
  • www.foretpriveefrancaise.com/data/info/668413-Etude_motivations_AFOMAC_mai_08.pdf
  • (Consulté le 12/05/2009).
  • Bancel J.-L. - La culture de la châtaigne dans le Haut-Vivarais « Hier et Aujourd'hui ». Lyon : Éditions Bellier, 108 p., 2002
  • Barthod C. - L'homme, la nature et la forêt : les grands débats d'idées en cours. Actes du colloque franco-américain "Gérer la forêt des deux côtés de l'Atlantique, hommage à Gifford Pinchot". Nancy : Engref, 13 p., 2005
  • Béteille R. - La France du vide. Paris : Librairies techniques, 252 p., 1981
  • Blanc J.-F. - Terrasses d'Ardèche – Paysages et patrimoine. Le Cheylard : Imprimerie Jean Chevalier, 155 p., 2001
  • Bonnamour J. - Le Morvan – La Terre et les Hommes. Paris : Presses Universitaires de France, 454 p., 1966
  • Bozon P. - La vie rurale en Vivarais. Thèse. Clermont-Ferrand : Faculté des lettres, 647 p., 1961
  • Brédif H., Arnould P. - Évaluer n'est pas gérer. Considération pour rompre le pouvoir des critères et des indicateurs. Revue Forestière Française, Tome LVI-5, 2004, pp. 485-502, 2004
  • Brunet R. - La France réinvestie par ses villes [en ligne]. Mappemonde, n°3, 2001. Disponible sur :
  • www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M301/Brunet.pdf (Consulté le 20/06/2007).
  • Buttoud G. - Les propriétaires forestiers privés en France : anatomie d'un groupe de pression. Thèse. Nancy : École Nationale du Génie Rural des Eaux et Forêts, 521 p., 1979
  • Cavailhes J., Normandin D. - Déprise agricole et boisement : état des lieux, enjeux et perspectives dans le cadre de la PAC. Revue Forestière Française, Tome XLV-4, pp. 465-482, 1993
  • Chevassus-au-Louis B. (Coord.) - Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes [en ligne]. Rapport au Premier Ministre, 2009. Disponible sur :
  • www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_bio_v2.pdf (Consulté le 13/05/2009).
  • Cinotti B. - Une gestion non rentable peut-elle être durable ? Revue Forestière Française, LV-1, pp. 7-24., 2003
  • Cinotti B., Normandin D. - Exploitants agricoles et propriété forestière : où est passée "la forêt paysanne" ? Revue Forestière Française, Tome LIV-4, pp. 311-328, 2002
  • Cinotti B. - Évolution des surfaces boisées en France : proposition de reconstitution depuis le début du XIXe siècle. Revue forestière française, Tome XLVII-6, pp. 547-562, 1996
  • Coll. - La notion de ressource territoriale. Actes du colloque des 14 et 15 octobre 2004, 10 ans du Cermosem. Montagnes Méditerranéennes, n°20, 207 p., 2004
  • Coll. - Le Fonds Forestier National à 40 ans. Revue Forestière Française, n° spécial 1987, Tome XXXIX, pp. 3-176., 1987
  • Coll. - Le Fonds Forestier National. Revue Forestière Française, n° spécial 1972, Tome XXIV, pp. 497-752., 1972
  • Cornu P. - Déprise agraire et reboisement. Le cas des Cévennes (1860-1970). Histoire et Sociétés Rurales, n°20, pp. 173-201, 2003
  • Corvol A. - L'arbre en occident. Paris : Fayard, 369 p., 2009
  • Cottin C. - Bilan quantitatif et impacts de l'action du Fonds Forestier National. Réflexion sur l'évaluation du Fonds Forestier National. Rapport de stage ENGREF. Paris : Direction de l'Espace Rural et de la Forêt, Bureau de la Production Forestière, 57 p. + annexes, 1995
  • Dérioz P. - Les conséquences spatiales de la déprise agricole en Haut Languedoc occidental : l'éphémère victoire de la friche. Revue de Géographie de Lyon, n°66-1, pp. 47-54, 1991
  • Dérioz P. - Friches et terres marginales en basse et moyenne montagne. Revers sud-oriental du Massif Central. Thèse de doctorat en Géographie. Avignon : Faculté des Lettres et des Sciences Humaines ; Fontenay-Saint-Cloud : École Normale Supérieure, 330 p., 1994
  • Dérioz P. - Comment quantifier le phénomène du boisement spontané : inventaire des inventaires à l'échelle nationale. Ingénieries – EAT, n°spécial Boisements naturels des espaces en déprise, pp. 11-23, 1999
  • Didolot F. - Forêt et propriétaire forestier : entre ressource potentielle et renouvellement. L'exemple du limousin. Thèse de géographie, Université de Limoges, 371 p., 2003
  • Dodane C. - Les nouvelles forêts du Massif Central : enjeux sociétaux et territoriaux. Ces hommes qui plantaient des résineux pour éviter la friche [en ligne]. Thèse de doctorat en géographie. Lyon : École normale supérieure Lettres et sciences humaines, 517 p., 2009. Disponible sur : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00466263/fr
  • Dodane C. - Les cartes au service de la réflexion territoriale. Considérations sur le devenir des forêts du Massif Central et du Morvan. In Les Cahiers scientifiques du Parc, hors-série n°6, Bourgogne Nature, pp. 54-72, 2008
  • Dodane C. - Bois, forêts et carbone en France : enjeux et perspectives climatiques et énergétiques [en ligne]. Géoconfluences, 2007 Disponible sur : http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/transv/DevDur/DevdurScient6.htm (Consulté le 30/11/2007).
  • Fel A. - Les Hautes terres du Massif Central, tradition paysanne et économie agricole. Paris : Presses Universitaires de France, 340 p., 1962
  • Fottorino E. - La France en friche. Paris : Lieu Commun, 208 p, 1989
  • Gachon L. - La vie rurale en France. Que sais-je ? Paris : Presses Universitaires de France, 128 p., 1967
  • Giono J. - L'homme qui plantait des arbres. Paris : Éditions Gallimard, 33 p., 1983
  • Hervieu B., Viard J. - L'archipel paysan. La fin de la république agricole. La Tour d'Aigues : Éd. de l'Aube, 124 p., 1998
  • Hervieu B., Viard J. - Au Bonheur des campagnes (et des provinces). La Tour d'Aigues : Éditions de l'Aube, 155 p., 1996
  • Inventaire forestier national (IFN) - La forêt française en 2005 : résultats de la première campagne nationale annuelle [en ligne]. L'IF, n° spécial, 2006. Disponible sur : www.ifn.fr/spip/IMG/pdf/IFspecial.pdf , consulté le 09/03/2007
  • Journal officiel de la République française - Loi n°2001-602 du 9 juillet 2001 d'orientation sur la forêt [en ligne]. JORF n°159, 11 juillet 2001. Disponible sur :www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000223691&dateTexte,  consulté le 05/01/2006
  • Jouvenel B. - Vers la Forêt du XXIe Siècle. Rapport au Premier ministre. Revue Forestière Française, n° spécial, 152 p, 1978
  • Kayser B. - La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental. Paris : Armand Colin, 316 p., 1990
  • Koerner W., Cinotti B., Jussy J.-H., Benoît M. - Évolution des surfaces boisées en France depuis le début du XIXe siècle : identification et localisation des boisements des territoires agricoles abandonnés. Revue forestière française, Tome LII-3, pp. 249-269, 2000
  • Le Floch S., Devanne A.-S., Deffontaines J.-P. - La "fermeture du paysage" : au-delà du phénomène, petite chronique d'une construction sociale. L'Espace Géographique, n°1, pp. 49-64, 2005
  • Léonard J.-P. - Forêt vivante ou désert boisé ? La forêt française à la croisée des chemins. Paris : l'Harmattan, AFOCEL, 311 p., 2003
  • Lévy J. - Oser le désert ? Des pays sans paysans. Sciences Humaines, hors série n°4, février-mars, pp. 6-9, 1994
  • Marty P. - Forêts et sociétés. Logiques d'action des propriétaires privés et production de l'espace forestier. L'exemple du Rouergue. Paris : Publications de la Sorbonne, 379 p., 2004
  • Mendras H. - La fin des paysans : innovations et changement dans l'agriculture française. Paris : Sédéis, 358 p., 1967
  • Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires Rurales (Maapar) - Le programme forestier national [en ligne], 2006. Disponible sur : http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/pfn_010606.pdf (Consulté le 23/02/2006).
  • Ministère de l'Agriculture et de la Pêche - Les indicateurs de gestion durable des forêts françaises. Édition 2005 [en ligne]. Disponible sur : www.ifn.fr/spip/IMG/pdf/IGD2005_fr.pdf (Consulté le 03/07/2007).
  • Ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation - Un demi-siècle d'expérience au service de la forêt et du bois. 50e anniversaire du Fonds Forestier National. Paris : Ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation, 35 p., 1996
  • Monza (De) J.-P. - L'atlas des forêts de France. Poitiers : Éditions Ligugé Poitiers, 240 p., 1991
  • Moriniaux V. - Les Français face à l'enrésinement : XVIe-XXe siècles. Thèse de Géographie. Paris : Université Paris-Sorbonne, 2 vol., 568, 348 p., 1999
  • Peyron J.-L. - Enjeux économiques de la protection des forêts. In : Vallauri D. (coord.). Livre blanc sur la protection des forêts naturelles en France : forêts métropolitaines. Paris : Éditions Tex & Doc, 261 p., 2008
  • Pitte J.-R. - Terres de Castanide. Hommes et paysages du Châtaignier de l'Antiquité à nos jours. Paris : Fayard, 479 p., 1986
  • Pro Silva France - Principe d'une sylviculture irrégulière, continue et proche de la nature (SICPN), 1995 [en ligne]. Mise à jour 2005. Disponible sur : www.prosilva.fr/brochures/brochure_Brochure%20Saumon%20PS.pdf (Consulté le 03/02/2009).
  • Poujol O. - L'invention du Massif Central. Revue de Géographie Alpine, n°3, pp. 49-62, 1994
  • République française - Loi n°85-30 du 9 janvier 1985. Relative au développement et à la protection de la montagne [en ligne], 1985. Disponible sur :www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006068895&dateTexte=20091006,  consulté le 02/03/2009
  • Rivière M. - La Politique française de restauration et d'extension forestières, de 1946 à 1966. Thèse en Sciences économiques. Paris, 658 p., 1968
  • Schmithüsen F. - Percevoir la forêt et la gestion forestière. Annales de Géographie, n° 609-610, pp. 479-508, 1999
  • Schütz J.-P. - Sylviculture 2 – La gestion des forêts irrégulières et mélangées. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 178 p., 1997
  • Schütz J.-P., Oldeman R.-A.-A. - Gestion durable par automation biologique des forêts. Revue Forestière Française, Tome XLVIII, n° spécial, pp. 65-74, 1996
  • Service Central des Enquêtes et Etudes Statistiques - Structure de la propriété forestière privée en 1999. Agreste Chiffres et Données Agriculture, n°144, novembre, 94 p., 2002
  • Service Central des Enquêtes et Etudes Statistiques - La propriété forestière privée : Résultats nationaux de l'enquête statistique sur les structures économiques de la sylviculture ESSES 1976-1983. Collections de statistique agricole, Étude n°268, décembre, 91 p., 1987
  • Stevenson R.-L. - Voyages avec un âne dans les Cévennes. Édition de 2005. Riom : De Borée, 223 p., 1879
  • Tarrago L. (dir.) - Massif Central : l'esprit des hautes terres. Collection France n°15. Paris : Éditions Autrement, 213 p., 1996
  • Terrasson F. - Vive la friche ! La nature ne disparaîtra pas si les paysans s'en vont. Courrier de la Cellule environnement, n°5, pp. 12-13, 1988 (La Croix l'Evénement, 31 janvier-1er février 1988)

 

 

Clément Dodane, université de Lyon, UMR 5600, EVS,
université Jean Monnet Saint-Etienne

édition de la page web : Sylviane Tabarly,

pour Géoconfluences, le 4 octobre 2010

Retour haut de page

Mise à jour :  04-10-2010

 


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial
Actions sur le document