Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (transversaux) Le développement durable, approches géographiques Énergies et développement durable dans le monde : une cartographie interactive

Le développement durable, approches géographiques

Énergies et développement durable dans le monde : une cartographie interactive

Publié le 08/01/2009
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, Dgesco ENS Lyon

La raréfaction d'une ressource provoque des tensions entre les besoins et sa production, ce qui n'est pas sans conséquences économiques et géopolitiques.

La croissance de la population mondiale, les effets du décollage économique accéléré de pays émergents tels que l'Inde et la Chine, vont immanquablement provoquer des tensions sur les ressources en matières premières dans le monde, en particulier dans le secteur énergétique. Dans ces conditions, marier développement et durabilité est un défi majeur pour l'humanité du XXIe siècle.

En 1992, l'Agenda 21 de Rio consacrait son chapitre 4 à la nécessaire modification des modes de consommation grâce à une meilleure utilisation de l'énergie et des ressources. En 1997, l'Assemblée générale des Nations unies proposait "de multiplier par 10 la productivité des ressources à long terme et de quadrupler la productivité des ressources dans les vingt ou trente prochaines années dans les pays industrialisés". La diminution, en deux ou trois décennies, d'un facteur quatre des consommations d'énergie et de matières premières pour le même service (Matière entrante par unité de service, MIPS) devrait permettre de doubler le niveau de vie tout en diminuant par deux les pressions sur l'environnement et les ressources. Facteur 4 ou facteur 10 sont à mettre en relation avec les concepts d'éco-efficience (ou éco-efficacité) et d'Analyse de cycle de vie (ACV - écobilan). Voir la rubrique "Géographie vivante" du dossier et le glossaire.

Énergies et développement durable dans le monde : une cartographie interactive

Une analyse en cartographie thématique (cartes choroplètes et figurés proportionnels) :

  • à l'échelle mondiale, les productions et les consommations énergétiques, les émissions de CO2,
  • à l'échelle européenne seulement, efficacité, intensité et dépendance énergétiques, place des énergies renouvelables.

 

Cette application de cartographie interactive permet une analyse en cartes choroplètes et en figurés proportionnels. Réalisée par Hervé Parmentier, cartographe à l'ENS de Lyon (UMR 5600 Environnement, ville et société), avec le logiciel de webmapping Geoclip, cette application permet de réaliser des cartes au format flash  et de les éditer.

Pour lancer l'application : (nouvelle fenêtre)

Pour pouvoir utiliser ce logiciel, vous devez, au préalable et si nécessaire, installer le plug-in lecteur flash d'Adobe :www.adobe.com/shockwave/download/.../Version=shockwaveFlash&Lang=French

Pour une prise en main initiale, consulter ce document

La base de données a été complétée le 6 janvier 2009 par de nouveaux items, à l'échelle européenne uniquement, autour des thèmes de l'efficacité, l'intensité et la dépendance énergétiques, la place des énergies renouvelables.

Un tableau synthétique (fichier excel) des items et des cartes réalisables

N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions en vue de son amélioration : Herve.Parmentier@ens-lsh.fr

 

Quelques précisions sur les notions et les unités

L'efficacité énergétique est, à l'origine, une notion à caractère plutôt technique (thermodynamique) dont la mesure exprime le rapport entre l'énergie sortante et l'énergie entrante consommée par une machine, c'est-à-dire sa productivité énergétique.

L'efficience énergétique est une notion à caractère plutôt économique dont la mesure désigne l'énergie nécessaire pour aboutir à des produits générant de la valeur ajoutée. Une meilleure efficience énergétique vise à diminuer la quantité d'énergie nécessaire pour fabriquer un matériau, de l'énergie ou un produit. Il arrive que les deux termes, d'efficacité et d'efficience énergétiques, soient confondus.

L'intensité énergétique est la consommation d'énergie primaire par unité de Produit national brut (richesse produite), elle est calculée comme le rapport de la consommation d'énergie et de la production. Plus un process de fabrication a une grande efficience plus il a une faible intensité énergétique. L'augmentation de l'efficience énergétique permet de réduire les consommations d'énergie, à service rendu égal, entraînant la diminution des coûts environnementaux, économiques et sociaux liés à la production et à la consommation d'énergie.

L'énergie finale ou la consommation finale d'énergie consiste à cumuler toutes les formes intermédiaires d'énergie nécessaire à la livraison d'un bien au consommateur (essence à la pompe, électricité au foyer). Elle tient donc compte des pertes d'énergie par les processus de transformation, de distribution.

Les unités courantes utilisées dans la base de données pour la cartographie Géoclip sont les suivantes :

  • Unités de volume, gaz : 1 trillion de m³ = 1018
  • Unités de volume, pétrole : en milliers de barils. Un baril de pétrole équivaut à 42 gallons américains (3,785 litre le gallon), soit environ 159 litres. L'énergie contenue dans un baril de pétrole équivaut à celle de 170 m³ de gaz.
  • Des équivalences énergétiques approchées, pour permettre bilans et comparaisons :
    • 1 tonne équivalent pétrole (tep) correspont à 7,33 barils de pétrole ; 1,5 tonne de charbon de haute qualité ; 1 100 Normal m³ (Nm3)* de gaz naturel ; 2,2 tonnes de bois sec.
    • d'une manière inverse : 1 tonne de houille = 0,619 tep ; 1 tonne de lignite = 0,405 tep ; 1 stère de bois = 0,147 tep ; 1 tonne de plaquette forestière = 0,4 tep

 

Pour convertir l'électricité dans les bilans d'énergie primaire, on utilise (en France depuis 2002) les conventions de l'Agence internationale de l'énergie : 1 MWh d'électricité d'origine fossile = 0,26 tep ; 1 MWh d'électricité d'origine nucléaire = 0,26 tep ; 1 MWh d'électricité d'origine géothermique = 0,86 tep.

* Pour le gaz naturel, le volume de référence ou "Normal mètre/cube" est souvent caractérisé par l'abréviation m³(n) ou (Nm3) qui, à une température de 0° Celsius et sous une pression atmosphérique ramenée au niveau de la mer (1 013 hectopascals), occupe un volume de 1 m³. Mais l'énergie produite est différente si l'on déduit la chaleur dégagée par la condensation de la vapeur d'eau contenue dans le gaz (Pouvoir calorifique inférieur / PCI) ou pas (Pouvoir calorifique supérieur / PCS).

 

Sources et ressources

 

Quelques exemples de production de cartes sur un ou deux items

Voici quelques exemples d'analyses choroplèthes ou d'analyses par symboles. Il est possible d'éditer des cartes par sélection de sous-ensemble, ci-dessous sur l'espace européen. Mais l'analyse choroplèthe reste calculée sur la totalité des objets de la série, ici les États de la planète pour lesquels les données sont disponibles.

Les principales sources de la base de données

Propositions de démarche pour exploiter les cartes produites

  • Comparaison, à différentes époques, de la répartition des producteurs et des consommateurs. Noter les évolutions et les mettre en relation avec la géopolitique des énergies des dernières décennies.
  • Zoom sur une année : consommation totale, consommation par habitant.
  • Réflexion sur les relations entre les rejets de dioxyde de carbone et les consommations énergétiques de pays ou groupes de pays. On rappellera que différens facteurs expliquent ces rejets : modes de consommation énergétique domestique, niveau de vie général, modes d'industrialisation, vétusté des établissements industriels, etc.
  • Réflexion sur l'état des réserves d'hydrocarbures à l'échelle mondiale.
  • Les efforts de diversification en énergies renouvelables : comparaisons internationales.
  • Croisement avec d'autres documents tels que la répartition de la population mondiale, les rythmes de croissance économique et les niveaux de développement.
  • Réflexion sur la relation entre détention des ressources et niveau de développement.

 

Sélection documentaire et mise en page web : Sylviane Tabarly

 

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour partielle :   08-01-2009

 


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial

Actions sur le document