Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Aridité, sécheresse, pénurie

Aridité, sécheresse, pénurie

Publié le 13/02/2017

Le mot « aride » qualifie un manque d'eau ; par extension, aride peut signifier stérile (Dictionnaire de l’Académie, 9e édition). Selon le géographe Jean Demangeot (2009), l’« aridité résulte de la combinaison de la faiblesse des précipitations (moins de 250 mm environ) et de la puissance de l’évaporation (plus de 2 000 mm) ». Les typologies de l’aridité sont nombreuses dans la littérature scientifique. La classification la plus diffuse est celle de W. P. Köppen. Inventée vers 1900 et remaniée tout au long du XXe siècle, elle se fonde sur le type de climat (tropical, sec, tempéré, continental ou polaire), les précipitations et les températures d’un milieu pour proposer plus de vingt classes. Demangeot (2009) distingue quant à lui quatre degrés d’aridité : la marge subhumide où le sol conserve toute l’année sa nappe phréatique, l’auréole semi-aride avec une nappe phréatique saisonnière, le noyau aride où la nappe dépend uniquement des rares averses, et enfin le désert absolu où la pluviométrie serait égale à 0 mm (cette situation est très rare). Pour déterminer chacune de ces quatre catégories il leur attribue une fourchette d’indices xérothermiques (nombre de jours secs dans une année pour un espace donné).

 

classification de Koppen planisphère

Classification de Köppen (source)

 

Parce que la « sécheresse » est difficile à définir indépendamment d’un contexte spatial, de nombreuses définitions co-existent dans la littérature ; il n’est pas aisé de proposer une définition précise du terme. On retrouve toutefois plusieurs éléments dans l’ensemble des définitions (Pigram 1986): (1) une sécheresse correspond à une période de manque d’eau, (2) ce manque est lié (au moins en partie) à un déficit en termes de précipitations, (3) les activités humaines, et notamment l’agriculture, participent à la sécheresse. Par ailleurs, la caractérisation des périodes de retour des sécheresses est souvent chose délicate (Blanchon 2013).

Depuis plusieurs années, le terme « pénurie » est de plus en plus diffusé pour désigner une situation « temporaire ou structurelle, [qui] résulte d’une insuffisance quantitative et/ou qualitative de la ressource hydrique disponible par rapport à la demande » (Honegger et Bravard 2006, p. 3). Deux numéros de la revue Géocarrefour publiés en 2006 proposent une riche discussion autour de cette notion « qui est loin de constituer une évidence et encore moins de faire l’unanimité » (Honegger et Bravard 2006, p. 3). Par ailleurs, la pénurie en eau fait l’objet de nombreux discours et représentations, et ce faisant, il peut être intéressant pour les géographes de questionner son usage et sa dimension stratégique comme le rappelle Romain Garcier (2010) : « toute pénurie est susceptible de faire l’objet d’une utilisation politique destinée à reconfigurer les jeux d’acteurs impliqués dans l’exploitation de la ressource » (p. 169).

Pour compléter :

  • Blanchon, David. 2013. Atlas mondial de l’eau. Défendre et partager notre bien commun. Paris, Autrement.
  • Demangeot, Jean. 2009. Les milieux«  naturels » du globe. Paris, Armand Colin.
  • Garcier, Romain. 2010. « Du bon usage de la pénurie en eau ». Géocarrefour, 85(2): 169‑80.
  • Honegger-Rivière, Anne, et Jean-Paul Bravard. 2006. « La pénurie d’eau : donnée naturelle ou question sociale ? ». Géocarrefour  81(1): 3‑4.
  • Pigram, John J. J. (John Joseph James). 1986. Issues in the management of Australia’s water resources. Melbourne: Longman Cheshire.

 

définition proposée par Silvia Flaminio
février 2017