Vous êtes ici : Accueil Glossaire Conflits frontaliers

Conflits frontaliers

Publié le 10/02/2020

Selon Y. Lacoste, la frontière est politique car elle marque la limite territoriale entre deux pouvoirs politiques et parce que cette limite s’établit dans un rapport de force entre les deux entités. Il s’agit donc d’envisager les types de relations qu’il peut y avoir entre des espaces frontaliers. La frontière est ici une zone de contact, de frottements où s’exercent des tensions, des rapports de force qui peuvent conduire à des conflits entre deux entités territoriales. Ces conflits peuvent aboutir à une fermeture de la frontière. Cependant, ces situations conflictuelles évoluant rapidement, il y a divers degrés de fermeture de la frontière.

La frontière chaude renvoie à un conflit ouvert entre deux systèmes territoriaux. La frontière est contestée, l’espace frontalier est par conséquent instable. Il y a des tensions et des heurts. Une frontière chaude peut conduire à une redéfinition du tracé de la frontière. Ainsi, les frontières qui séparent la Turquie du Kurdistan irakien, l'Inde du Pakistan, peuvent être qualifiées de frontières chaudes.

Une frontière froide est marquée par l’absence de relations entre les espaces situés de part et d’autre de celle-ci. Il y a conflit mais ce n’est pas un conflit avec affrontement direct. L’intensité du conflit peut être importante mais celui-ci est gelé. Les deux systèmes territoriaux sont dans une stratégie de séparation ou de fossilisation. Les angles morts sont multipliés aux limites externes du système territorial. Il peut ainsi y avoir un no man’s land entre les deux espaces autour de la ligne frontière (frontière Corée du Nord/Corée du Sud jusque récemment). La frontière est alors une barrière, c’est une frontière fermée.

(ST)