Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Rural (mutations des territoires ruraux)

Rural (mutations des territoires ruraux)

Publié le 15/02/2013

Pour l'INSEE, les espaces ruraux sont tous ceux qui ne sont ni urbains, ni périurbains. Tels qu'ils apparaissent, à l'aube du XXIe siècle, ces territoires résultent de mutations qui se sont succédées au cours des dernières décennies.

Aux lendemains de la Deuxième guerre mondiale, les campagnes étaient encore largement organisés en fonction des activités agricoles. Leur mutation s'est engagée, à travers des réformes socio-économiques, dès les années 1940 et 1950 : réforme des statuts du métayage et du fermage et création de l'INRA (1946) ; création, en 1940, de l’Office national interprofessionnel des céréales (ONIC), régularisant les prix aux producteurs par des politiques d'achat et de stockage, à la suite de l'l’Office national interprofessionnel des céréales (ONIB), créé en 1936 ; création de la Société interprofessionnelle du bétail et des viandes (SIBEV) en 1954.

Mais c'est surtout à partir des années 1960 que la mutation s'est accélérée, d'abord sous l'effet de réformes nationales. Ainsi, les grandes lois d'orientation agricoles de 1960 et 1962 avaient pour objectif d'accroître la productivité et de moderniser les exploitations en favorisant, à la fois, l’exode rural et l’installation des jeunes. Elles ont donné naissance aux Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (SAFER, articles L141-1 et R141-1 et suivants du code rural) chargées d'agir sur les structures agricoles et sur l’aménagement foncier rural en régulant les flux d'achat et de vente des terres. 

Parallèlement, la Communauté européenne, cinq ans après la signature des Traités de Rome, décida, en 1962, une Politique agricole commune (PAC). Il s'agissait alors, non seulement de relever le défi de l'autosuffisance alimentaire, mais de partir à la conquête de marchés mondiaux.

Le monde agricole s'est donc engagé, le plus souvent, dans la voie de la productivité. La concentration progressive des terres sur un plus petit nombre d'exploitations et le déclin démographique des agriculteurs (Henri Mendras, La fin des paysans, 1967), l'évolution des techniques agricoles, avec, entre autres, le développement de la mécanisation et la nécessité croissante d'irriguer, ont justifié des politiques d'aménagement rural. Ces dernières se sont imposées, au cours des années 1960, prenant aussi en compte le développement des activités non agricoles (tourisme, industrie en milieu rural) afin de limiter la désertification, l'exode rural, et de maintenir la continuité territoriale des services publics. De grandes opérations d'aménagement ont été engagées ou poursuivies, par exemple : les aménagements hydrauliques du Rhône, de la Provence, du Bas Rhône-Languedoc ; les aménagements régionaux de la Corse, du Grand Sud-Ouest.

En 1967, un Fonds national de rénovation rurale (devenu en 1979, le Fonds d'intervention pour le développement et l'aménagement rural - FIDAR) permettait d'engager des opérations de rénovation et de conversion rurale dans des régions comme la Bretagne, le Massif Central. Ces opérations reposaient sur l'aménagement foncier : remembrement, réalisation d'infrastructures (le Plan routier breton, par exemple). En 1970, l’État met en place les Plans d’aménagement rural. À la fin des Trente glorieuses aboutit à l'électrification de l'habitat rural et au goudronnage des routes.

À partir de 1976, les Contrats de pays engageaient l'aide de l'État pour mener à bien diverses opérations de revitalisation rurale. La procédure a été régionalisée, puis décentralisée à partir de 1983 (Charte intercommunale d’aménagement et de développement).

En 1995, la loi Pasqua relance la notion de pays et le FIDAR fusionne au sein du Fonds national d'aménagement et de développement du territoire (FNADT). La définition et les modes d'élaboration des pays seront précisés par la loi Voynet de 1999. En 1996, des Zones de revitalisation rurale (ZRR) et les Territoires ruraux de développement prioritaire (TRDP) incitent au développement par le biais de mesures fiscales et de l'aide à l'investissement dans les résidences de tourisme. Ces ZRR concernent 40% du territoire français, 4,5 millions d'habitants (recensement de 1999).
L'aménagement rural a pu aussi bénéficier des dynamiques de l'intercommunalité.

Au début du XXIe siècle, quel bilan peut-on faire des mutations des territoires ruraux ? Le monde agricole, une de ses composantes essentielles jusqu'à nos jours, s'est rapidement modernisé mais doit revoir son modèle sous l'effet de différentes contraintes. Environnementales d'une part. La gestion de l'eau et de l'air cristallisent tout particulièrement les enjeux. Économiques, financières d'autre part. L'UE s'interroge, à plus ou moins court terme, sur son "modèle agricole" : hésitation entre la poursuite du soutien des prix agricoles ou une redistribution des aides en faveur du développement rural global) et d'autres financements, qui pourraient devenir prioritaires, entrent en concurrence avec le financement de la PAC. Ensuite l'UE, comme d'autres producteurs des pays développés, est invitée à revoir sa politique agricole par une coalition de pays en développement (négociations du cycle de Doha dans le cadre de l'OMC). La question se pose donc de définir le rôle de l'agriculture, des agriculteurs dans le monde rural. Pourrait-il y avoir "des pays sans paysans" selon une formule de la FNSEA ? Les accords européens de Luxembourg de 2003 prévoient, pour la période 2005 - 2007, le découplage entre les aides d'une part, les volumes produits et les surfaces d'autre part, sous condition du respect de règles agro-environnementales de développement durable. Une première étape vers une réforme en profondeur de la PAC qui ne sera pas sans effet sur les territoires ruraux.

Le découplage entre monde rural et monde agricole s'est accentué. En 2003, on dénombrait, en France, 589 000 chefs d'exploitation en activité, ils étaient 2,3 millions en 1955. Les actifs agricoles représentent 3,5% de la population active française, soit un peu moins d'1 million de personnes. Les agriculteurs, deviennent largement minoritaires dans les campagnes française, ne représentant plus que 12% des ruraux.
Mais les statistiques montrent que les tendances au déclin démographique du monde rural sont souvent enrayées, voire inversées. Depuis 1975, la population rurale a cessé de reculer en chiffres absolus. Les résultats du premier recensement "en continu" de l'INSEE, en 2005, montrent que des régions autrefois emblématiques de l'exode rural, l'Auvergne et le Limousin, commencent à regagner de la population. Mais c'est souvent sous l'effet de la rurbanisation, de l'arrivée de citadins en mal de campagne, voire d'investissements étrangers (actifs ou retraités d'autres pays de l'UE). Reste ce que l'on appelle parfois le "rural profond", ces espaces en marge des grandes infrastructures, frappés par la déprise, fortement déstabilisés par les fermetures des services des secteurs marchand ou non marchand.

Le 23 février 2005, une Loi relative au développement des territoires ruraux a été promulguée. Elle vise à adapter les modes d’intervention de l’État aux évolutions récentes du monde rural en prenant en compte la diversité des situations, des campagnes traditionnelles à dominante agricole et à faible peuplement jusqu’aux zones périurbaines à dominante résidentielle. Pour renforcer l’attractivité des territoires ruraux, trois grand axes sont privilégiés : encouragement à l’emploi, relance du logement et amélioration des services au public. Des dispositions particulières sont prévues pour la préservation et la mise en valeur d’espaces spécifiques : zones de montagne, forêts, zones humides, espaces périurbains. Des dispositions concernent également la chasse.

Pour compléter : 

 


juillet 2005 ; mise à jour : 2017