Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Ségrégation

Ségrégation

Publié le 02/07/2015

La ségrégation (du latin segregare = ôter du troupeau, disjoindre) désigne à la fois :
- un état : la séparation physique des lieux de résidence des groupes sociaux ds l’espace urbain. Le sens du mot est alors voisin de division sociale de l’espace. La ségrégation résidentielle se mesure par différents indices. L’indice de dissimilarité, défini par Duncan en 1955, compare la distribution de deux groupes à travers des unités spatiales (quartiers, unités de recensement) et mesure leur séparation spatiale de 0 (intégration complète) à 1 (ségrégation complète).  L’indice d’isolement ethnique mesure de 0 à 1 la probabilité qu’un membre d’un groupe partage la même unité spatiale avec un membre de son propre groupe. La valeur varie de 0 à 1 (du moins au plus grand isolement) ;
- un processus de mise à l’écart de groupes sociaux, résultant de stratégies spatiales concernant les lieux de résidence, mais aussi les lieux d’éducation, les lieux de travail, les lieux de loisirs, le mode de sociabilité. Cette différenciation socio-spatiale peut se faire sur des bases ethniques, culturelles, socio-économiques. Elle implique à la fois des mouvements subis de relégation et des mouvements choisis de l'entre-soi : un espace ségrégé peut être habité par des pauvres ou par des riches. Elle s'alimente aux lois du marché et aux politiques urbaines.

- une perception : les représentations qu’ont les groupes sociaux vis-à-vis de l’espace urbain et des autres catégories sociales permettent de légitimer la séparation spatiale.

La ségrégation s'observe à plusieurs échelles, de l'État (bantoustan) à l'immeuble (micro-ségrégation verticale selon l'étage). L'enclave résidentielle à l'échelle du quartier, de l'îlot ou de l'immeuble de grande hauteur est aujourd'hui un mode privilégié de développement de l'habitat dans les métropoles des pays riches et des pays émergents. Les limites des espaces ségrégués sont bien marqués dans l'espace (murs, grlles, voies de circulation, buffer zone) et dans les représentations, et l'accès en est contrôlé par des moyens de filtrage.
 

Pour compléter, voir dans Géoconfluences

- aux États-Unis : « La fin des ghettos noirs ?  Politiques de peuplement et recompositions socio-ethniques des métropoles américaines », David Giband, 2015.
- en Turquie : « Istanbul : de la mégapole à la métropole mondiale », Antoine Fleury, 2010
- en France : « Nouveaux territoires de l'habiter en France : les enclaves résidentielles fermées », François Madoré, 2006

Mise à jour : juillet 2015