Vous êtes ici : Accueil Glossaire Xinjiang

Xinjiang

Publié le 26/02/2013

Le Parti communiste chinois exerce un contrôle étroit sur l'administration de la "région autonome ouïgoure" du Xinjiang ("nouvelle frontière" selon la désignation chinoise de l'ancien Turkestan oriental) située aux confins nord-ouest de la Chine et dont l'autonomie est largement fictive. La présence des Chinois d'ethnie han sur le territoire est passée de 6% à la fin des années 1940 à 41 % aujourd'hui, ils représentent une forte majorité dans certaines villes, dont Urumqi la capitale et ils détiennent l'essentiel du pouvoir. Les Ouïgours, turcophones musulmans, sont soumis, en particulier sur le plan culturel, religieux, depuis le durcissement de l'encadrement politique au cours des années 1990 et la sinisation accélérée du territoire.
Aussi, certains, parmi la population ouïgoure, sont-ils tentés par le nationalisme indépendantiste (le courant le plus connu et réprimé par les autorités est le Mouvement de libération du Turkestan oriental, ETIM) et aussi par des courants salafistes fondamentalistes. Des phases d'émeutes et de violences, souvent instrumentalisées par le pouvoir, font périodiquement parler de cette région des confins. Depuis 2001, exploitant la situation internationale consécutive aux attentats du 11 septembre et au nom de la lutte antiterroriste, plusieurs rafles ont eu lieu. En juillet 2009, les affrontements entre les deux communautés ont été particulièrement violents et meurtriers et la répression déterminée. Les attentats attribués aux séparatistes ouïgours se multiplient comme en mai 2014 où des véhicules ont foncé dans la foule d'un supermarché d'Urumqi et tué 39 personnes plus les 4 assaillants.
Aux revendications à base souvent religieuse et aux mouvements séparatistes du Xinjiang, les autorités de Pékin répondent par une politique de répression (conduite avec les Etats voisins dans le cadre de l'Organisation de coopération de Shanghai), de colonisation et de développement, en particulier dans la partie nord, en raision des enjeux géopolitliques qu'elle représente. C'est ainsi qu'ayant bénéficié d'importants investissements de la part du gouvernement central et du rapprochement entre la Chine et ses voisins centrasiatiques (route de la soie), le Xinjiang connaît un taux de croissance supérieur au reste du Grand Ouest chinois.


Pour compléter :
- Alain Cariou, "Le nouveau Xinjiang : intégration et recompositions territoriales d’une périphérie chinoise", EchoGéo n° 9, 2009
Alain Cariou, "Le Xinjiang : une nouvelle frontière pour la Chine : sinisation et ouverture d'une périphérie chinoise", diaporama, Réseau Canopé, 2013.
- Thierry Kellner, "Xinjiang : les émeutes interethniques de juillet 2009 : décryptage et commentaires", sur le site Diploweb 

Mise à jour :  janvier 2016