Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Veille / Brèves / François Durand-Dastès (1931-2021), de l'Inde au climat, penser en système

François Durand-Dastès (1931-2021), de l'Inde au climat, penser en système

Publié le 06/01/2022
Le géographe François Durand-Dastès est mort le 28 décembre 2021, à l’âge de 90 ans.

Spécialiste de l’Inde, promoteur de la modélisation et de la démarche systémique, il a participé aux grands projets scientifiques et éditoriaux de la géographie de son époque. Il avait contribué à Géoconfluences par un article sur les hautes densités démographiques de l’Inde en 2015. Après Thérèse Saint-Julien en novembre 2021, c’est une deuxième grande figure de la géographie quantitative qui disparaît. Voir ici un résumé de son parcours universitaire.

Voici le texte d’hommage transmis par ses collègues sur la liste de diffusion Géotamtam :

 

Né en 1931, François Durand-Dastès a passé son enfance à Tarbes avant de venir faire ses études à Paris, d’abord en hypokhâgne au lycée Henri IV, puis en licence d’histoire avant de bifurquer vers la géographie. Après son agrégation, il est nommé professeur de géographie au lycée Henri IV à Poitiers en 1954 et obtient un poste d’assistant à l’Institut de Géographie en 1957. Il y entame des travaux sur le phénomène de la mousson et se passionne pour l’Inde (il a publié un Que sais-je sur l’Inde dès 1965). Par engagement, il choisit, lors de la scission de l’Université de Paris en 1969, de se joindre à l’Université Paris 7, sur le campus de Jussieu. Le projet scientifique de cette nouvelle université, associant sciences dures et sciences humaines, lui paraissait en effet représenter un enjeu essentiel sur le plan scientifique. Il a joué un rôle majeur dans le développement et la vie du département de géographie, en tant que maître de conférences puis professeur, jusqu’à sa retraite en 1999.

Ayant réalisé l’énorme potentiel de la notion de système dans ses travaux de climatologie, il développera la démarche systémique en lui apportant des fondements théoriques solides et en proposant diverses applications en climatologie et dans le domaine de la géographie humaine, tant à propos de ses terrains en Inde, dont il était un spécialiste reconnu, que sur l’espace français (notamment en géographie rurale). Il a été innovant dans le domaine de la géographie quantitative et a contribué à la diffusion de ses méthodes, tout en les associant étroitement à une réflexion épistémologique approfondie. Son apport pour la discipline est ainsi considérable et il a formé plusieurs générations d’étudiants et de doctorants, dont plusieurs membres de Géographie-cités. Il a notamment joué un rôle clé dans le DEA ATEG (« Analyses théoriques et épistémologiques en géographie ») où il a enseigné de 1986 à 2006.

François Durand-Dastès a également été très actif sur un plan institutionnel : directeur-adjoint de l’Institut de Géographie de 1968 à 1970, il est responsable du département de Géographie de Paris 7 de 1975 à 1981, puis le premier président de l’Association Française pour le développement de la géographie en 1982 et membre élu du Comité National du CNRS de 1984 à 1988. Il a co-fondé le GREMOS (Groupe de recherches sur les modèles et les systèmes) et rejoint dès 1979 le Groupe Dupont, foyer historique de diffusion de l’analyse spatiale en France et de réflexion théorique en géographie. Membre de l’UMR Géographie-cités depuis sa création (en 1986, sous le nom d’équipe P.A.R.I.S.), il y est resté actif après sa retraite. Il était également associé au Centre des Études de l’Inde et de l’Asie du Sud de l’EHESS où il fut très présent et s’attacha à développer les recherches en géographie dans une orientation très pluridisciplinaire. Il a participé activement aux comités de rédaction de L‘Espace Géographique, de Mappemonde et de Cybergeo, y compris durant cette dernière année 2021, ainsi qu'au dictionnaire en ligne Hypergeo.

Climatologue visionnaire, il avait dénoncé l’impact négatif de la production des énergies fossiles sur le climat en 1971 dans un article intitulé « La pollution atmosphérique et le climat », article repris trente ans plus tard, dans une étude publiée dans la revue scientifique Global Environmental Change, montrant que Total Énergies, bien que consciente des risques dès 1971, avait mis en doute les données scientifiques qui menaçaient ses activités. Géographie-cités a publié un entretien avec François Durand-Dastès en novembre 2021 sur ce sujet.

François Durand-Dastès a publié de nombreux travaux, des ouvrages et des articles, toujours innovants, sur la géographie de l’Inde et des climats, sur les systèmes et les temporalités, ainsi que sur les modèles. Ces travaux sont accessibles sur HAL (https://cv.archives-ouvertes.fr/francois-durand-dastes).

La géographie française perd une de ses grandes figures intellectuelles, nous perdons un collègue et un ami. Nous lui sommes infiniment reconnaissants pour son action, ses contributions toujours très riches et pour tout ce qu’il nous a transmis au cours de ces années, avec bienveillance et chaleur.

Ses collègues et amis du laboratoire Géographie-cités et de l’UFR GHES de l’Université de Paris.


 

Pour compléter

 

Actions sur le document