Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Biopolitique, biopouvoir

Biopolitique, biopouvoir

Publié le 09/12/2022

La notion de biopouvoir et celle proche de biopolitique, foucaldiennes toutes les deux (Foucault, 2004), désignent une façon d'exercer le pouvoir sur les individus en tant qu'ils sont des êtres vivants. Si le biopouvoir s'exerce sur l'individu, la biopolitique s'étend à toute la population. Michel Foucault développe la notion à partir de travaux et de réflexions successifs sur différents dispositifs : les espaces asilaires, les espaces carcéraux ou encore les politique de lutte contre la peste.

«

Le biopouvoir, c'est « l’ensemble des mécanismes par lesquels ce qui, dans l'espèce humaine, constitue ses traits biologiques fondamentaux va pouvoir entrer à l'intérieur […] d'une stratégie générale de pouvoir, autrement dit comment la société, les sociétés occidentales modernes […] ont repris en compte le fait biologique fondamental que l'être humain constitue une espèce humaine »

Michel Foucault, cours Sécurité, territoire, population, p. 3.

 

»

La notion a rencontré d’importants échos en géographie, dans la mesure où elle levait le voile sur l’un des aspects jusque-là occultés du pouvoir et de l’étude des rapports de domination sociale : leurs prolongements psychologiques et même, surtout, physiologiques jusqu’à l’échelle la plus fine : le corps des personnes, jusqu’à leur peau et leurs organes. Elle est centrale dans l’étude des pratiques spatiales et du quotidien, surtout dans une optique de géographie sociale. En géographie de la santé, la notion permet aussi d’insister sur les rapports de force qui président aux relations sociales dans le cadre des relations de soin et de santé.

Le terme est aujourd’hui réactivé dans de nombreux travaux, de l’étude de la gouvernementalité dans un régime à parti unique (Duchère, 2022), à celle des frontières biométriques (Amoore et Hall, 2009 ; Schindel, 2018), en passant par le contrôle des corps exercés sur les individus par les grandes plateformes comme les GAFAM (Bèzes et Mercanti-Guérin, 2021).

(JBB), décembre 2022. Relecture et corrections : Franck Ollivon.


Références citées
Affiner les résultats par :