Les auteurs ont vu, ont lu, et vous conseillent...

Publié le 09/01/2017
Quelles œuvres aimeriez-vous conseiller aux lecteurs de Géoconfluences ? C'est la question que nous avons posée aux universitaires qui ont participé au dossier « Afrique(s) : dynamiques régionales ».

1. Livres

1.1. Romans

La ferme africaine, de Karen Blixen, 1ère édition 1937 au Danemark. Le livre dont Out of Arica est l'adaptation au cinéma. Conseillé par Alain Gascon.

Le Désert des Tartares, de Dino Buzzati, 1940 (en Italie), 1949 en France. Buzzati fut reporter de guerre en Éthiopie, en 1941. Film de Valerio Zurlini, 1976. Le roman raconte l'attente d'une invasion qui ne vient pas. Conseillé par Alain Gascon. 

Le lion, de Joseph Kessel, Gallimard, 1958. Une petite fille se lie d'amitié avec un vieux lion. Conseillé par Alain Gascon.

Mon coeur de traître, de Rian Malan, 1990. Récit autobiographique d'un jeune journaliste pendant l'apartheid, ce livre présente un récit très poignant de la société sud-africaine, des contradictions inhérentes à la politique de ségrégation et des difficultés individuelles à se positionner dans un pays déchiré. Parfois très dur, ce roman permet de mieux comprendre la complexité des structures sociales et institutionnelles mises en place pendant l'apartheid et déjà existantes, et les difficultés existantes pour les dépasser. Conseillé par Solène Baffi.

L'œuvre romanesque remarquable de Nuruddin Farah, la meilleure introduction à la Somalie : Née de la côte d'Adam, 1987, Du lait aigre-doux, 1995, Sardines, 1996, Sésame, ferme-toi, 1998, Territoires, 1994, Dons, 1998, Secrets, 1999, Hier, demain. Voix et témoignages de la diaspora somalienne, 2001, Une aiguille nue, 2007, Exils, 2010. Conseillé par Alain Gascon.

Le Pays sans ombre, d’Abdourahman Waberi, Éd. du Rocher, 1994. « Des textes très courts pour un portrait saisissant d'un pays terrassé par ses fièvres, ses famines et ses guerres » (Le Matricule des Anges). Conseillé par Alain Gascon.

Sozaboy, de Ken Saro-Wiwa, Actes Sud pour l'édition française, 1998. Traduction : Samuel Millogo et Amadou Bissiri. Traduit du « rotten English » (l'anglais dit « corrompu » ou dialectal des colonies britanniques), le récit à la première personne d'un enfant soldat nigérian. Conseillé par Cristina D'Alessandro. 
Allah n'est pas obligé, d'Amadhou Kourouma, Le Seuil, 2000. L'histoire sombre et crue d'un enfant-soldat. Prix Renaudot et Goncourt des lycéens. Conseillé par Cristina d'Alessandro. 

Chroniques abyssiniennes, de Moses Isegawa, 2000. Traduction : Anita Concas. Ougandais établi aux Pays-Bas, Moses Isegawa raconte les horreurs de la guerre civile en Ouganda et les débuts de l'épidémie de sida. Conseillé par Alain Gascon.

Les girofliers de Zanzibarde Adam Shafi Adam, Le Serpent à plumes, 2000 (éd. traduite en français du swahili (Tanzanie), édition originale 1978). Un tableau de Zanzibar au tournant de la révolution de 1964. Une excellente immersion dans la culture swahili. Conseillé par Jean-Fabien Steck. 

Dans le ventre d'une hyène, de Nega Mezlekia, Actes Sud, 2001. À Harär sous Haïlé Sélassié Ier. Conseillé par Alain Gascon.

Les nuits d'Addis Abeba, de Sebhat Gèbrè Egziabher, 2004. La prostitution avant la Révolution. Conseillé par Alain Gascon.

La vue éclatée, de Ivan Vladislavic, 2004. Ce roman très court présente les déambulations de plusieurs personnages dans la ville et les faubourgs de Johannesburg. Cela donne lieu à des descriptions précises de paysages urbains composites, des rapports entre individus et des défis de la période post-apartheid. Conseillé par Solène Baffi.

L'autre moitié du soleil, de Chimammanda Ngozi Adichie, Gallimard, 2006. Histoire d'amour croisée dans la guerre d'indépendance du Biaffra contre le Nigéria. Conseillé par Cristina D'Alessandro.

L'Alliance, de James Michener, 1998-2008, en plusieurs tomes. Proche d'une saga familiale, Michener retrace le parcours d'une famille immigrée en Afrique du Sud du 17ème siècle jusqu'à aujourd'hui. Ce faisant, il aborde l'histoire de l'Afrique australe et de l'Afrique du Sud en particulier, qui permet de mieux comprendre par exemple les rapports entre colons Boers et Européens et la mise en place de la ségrégation, bien avant l'apartheid. Conseillé par Solène Baffi.

Aux États-Unis d'Afrique, d’Abdouramahan Waberi, Actes Sud, 2008. La florissante fédération qu'est l'Afrique ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Née en Normandie, une petite fille blanche adoptée par un bon docteur éthiopien recherche la trace de son passé. Conseillé par Cristina D'Alessandro.

Poulet-bicyclette et cie, nouvelles, de Florent Couao-Zotti, Gallimard, 2008. Un recueil de nouvelles qui se déroulent sur le littoral du Golfe de Guinée et en zone frontalière au Bénin contemporain. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Black bazar, d'Alain Mabanckou, Le Seuil, 2009. « Un roman à la verve endiablée, tournant le dos aux convenances et aux idées reçues, par l'une des voix majeures de la littérature francophone actuelle » (note de l'éditeur). Conseillé par Cristina D'Alessandro.

Chambre 207, de Kgebetli Moele. Yago, 2009 (éd. traduite en français de l'anglais (Afrique du Sud), édition originale 2006). Un des jeunes romanciers noirs sud-africain post-apartheid. Un roman sombre qui décrit le quotidien de marginaux à Hillbrow, l'un des quartiers réputés les plus dangereux du centre de Johannesbourg. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

La huitième vibrationde Carlo Lucarelli, 2010. L’Érythrée avant et après Adwa, une reconstitution fidèle. Albergo Italia, même auteur, 2016. Un meurtre à Massawa après Adwa. Conseillés par Alain Gascon

Voyage en Éthiopie, de Curzio Malaparte, 2013. Un témoignage sur l’occupation italienne. Conseillé par Alain Gascon

Congo Inc., le testament de Bismark, de In Koli Jean Bofane, Actes Sud, 2014. Un roman congolais autour de l'Afrique dans la mondialisation, à l'heure d'internet et de la Chinafrique. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Petit pays de Gaël Faye, Grasset, 2016. Une écriture limpide narre une enfance au Burundi, rattrappée par les évènements politiques qui secouent le pays dans les années 1990. (prix Goncourt des lycéens). Conseillé par Géoconfluences.

Zoo City, de Lauren Beukes, Pocket, 2016 ( éd. traduite en français de l'anglais (Afrique du Sud), édition originale 2010). Roman de science-fiction qui dépeint un Johannesbourg peuplé de criminels. A mettre en parallèle avec le film District 9 pour l'imaginaire du chaos qu'inspire la métropole sud-africaine. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Les romans de François Devenne : Trois rêves au mont Mérou (2003), La Traversée des contes (2006), La Nuit d'ivoire (2011). François Devenne, auteur d’une thèse sur le Kilimandjaro, est devenu romancier. Conseillé par Alain Gascon.

Les polars de Deon Meyer. L'intérêt de ces romans policiers hautement addictifs vient des descriptions faites de la ville du Cap, où se situent la plupart des intrigues. Deon Meyer fait naviguer ces personnages dans des quartiers très différents, et montre la société contemporaine dans sa complexité tout en analysant l'évolution de la police nationale, institution en pleine mutation depuis la période post-apartheid. Conseillé par Solène Baffi.
L'œuvre littéraire de J. M. Coetzee, récompensée par le prix nobel de littérature en 2003 ; notamment En attendant les barbares et Disgrâce. Ambigus et énigmatiques, les romans de Coetzee mettent en scène la violence de la société sud-africaine, parfois transposée dans des espaces imaginaires, à travers le regard de personnages impuissants ou désabusés. Conseillé par Géoconfluences.

1.2. Lettres, essais, témoignages

Les lettres de Rimbaud au Harär, in Œuvres complètes, d’Arthur Rimbaud, la Pléiade. Conseillé par Alain Gascon.

Au pied du mont Kenya, de Jomo Kenyatta, 1938. Première étude ethnographique réalisée par un Africain. Traduit de l'anglais et publié chez Maspéro en 1967 (titre original : Facing Mount Kenya). Préface éclairante de Georges Balandier. Conseillé par Alain Gascon.

L'étau : l'Afrique dans un monde sans frontières, de Aminata Traoré,  Arles : Actes Sud, 1999. Un réquisitoire contre les programmes d'ajustement structurel. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Africains si vous parliez, de Mongo Beti, 2005. « Ce recueil d’articles parus entre 1978 et 2001 [...] donne une idée assez précise et juste de ce que fut le combat acharné de Mongo Beti contre la domination coloniale et néocoloniale en Afrique. Dénonçant l’impérialisme français et la complicité des pouvoirs africains, l’intellectuel camerounais militait pour la résistance et la liberté des peuples noirs. » (Le Monde diplomatique). Conseillé par Cristina D'Alessandro.
African Train. Un Train en Afriqued’Hugues Fontaine, 2012. L'histoire du train Djibouti-Addis Abeba, décidé à la fin du XIXème siècle par Ménélik II et inauguré trente-six ans plus tard par Haïlé Sélassié Ier. Conseillé par Alain Gascon.

Le polar africain, de Bernard de Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari (éds),  Nancy, Université de Lorraine, 2013, collection « Littératures des mondes contemporains », série Afrique n° 8. Une très riche analyse de la production policière dans les littératures africaines. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

1.3. Contes

Contes d’Omdurman, Contes du Soudan, de Viviane Yagi, 1981. Quatorze contes qui ont été entendus par la narratrice dans un quartier d'Omdurman. Conseillé par Alain Gascon

2. Films

Fabrice Folio, qui outre ses articles pour Géoconfluences a également travaillé sur le cinéma africain et notamment sud-africain, propose le découpage suivant, fondé sur le regard porté sur le continent dans les films : 

  • 1. La vision édénique ou rousseauiste : une nature vierge et sauvage : King Kong, les Tarzan, plus récemment Greystoke ou Gorille dans la brume.
  • 2. L'age d'or du film sur l'Afrique, exotisme, aventure et romantisme : Les neiges du Kilimandjaro, Mogambo, Hatari, The African Queen, plus récemment Out of Africa ou White hunter, Black heart.
  • 3. Une Afrique magnifiée mais violente, poussant à l'interventionnisme : La chute du faucon noir, Les larmes du Soleil, éventuellement Casino Royal et Sahara.
  • 4. le renouveau contemporain empreint d'ingérence et d'indignation : la fiction engagée (The Constant gardener, Lord of war, Blood diamond), et le film-mémoire à grand spectacle (Le dernier roi d'écosse, Hotel Rwanda)

 

2.1. Films de fiction

L'Odyssée de l'African Queen, de John Huston, 1951. La 1ère Guerre mondiale au Tanganyika. Conseillé par Alain Gascon. 

Khartoum, de Basil Dearden, 1966. Hollywood débarque au siège de Khartoum. Conseillé par Alain Gascon.

La moisson de 3000 ans, de Haile Garima, 1975. Une famille paysanne en Éthiopie. Téza, du même auteur, 2010. Un cinéaste majeur, conseillé par Alain Gascon.

Lettres d'amour en Somalie, de Frédéric Mitterrand, 1982. La Somalie de Siyaad Barre avant la guerre civile. Conseillé par Alain Gascon

A Dry White Season (Titre français : Une saison blanche et sèche) de Euzhan Palcy, 1989. Tiré du livre éponyme, ce film montre très bien les abominations du régime d'apartheid et ses répercussions à l'échelle des individus, aussi bien Blancs que Noirs. ce film est d'autant plus poignant qu'il a été réalisé pendant l'apartheid. Conseillé par Solène Baffi.

Out of Africa, Sydney Pollack, 1985. D’après Karen Blixen, avec Robert Redfort et Meryl Streep. Conseillé par Alain Gascon et Fabrice Folio.

Farendj, de Sabine Prensczina, 1990. Le mythe de Rimbaud revisité. Conseillé par Alain Gascon.

Bronx Barbès, les guerriers des grandes cités, de Éliane de Latour, 2000. Éliane de Latour est une cinéaste anthropologue qui a réalisé de nombreux films, y compris de fiction, dans des villes africaines. Bronx Barbès est l'un de ceux-là et met en scène des jeunes abidjanais qui cultivent une forme de culture de la violence. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Hotel Rwanda, de Terry George, 2005. Un propriétaire d'hôtel sauve des Rwandais pendant le génocide qui a déchiré le pays en 1994. Conseillé par Cristina D'Alessandro. 
The constant gardener, de Fernando Meirelles. 2005. Thriller passionnel autour du meurtre d'une femme au Kenya. Conseillé par Cristina D'Alessandro et par Fabrice Folio.

Va, vis et deviens, de Radu Mihaileanu, 2005. Le sort des Bétä Esraél, les juifs éthiopiens. Conseillé par Alain Gascon.

Bamako, de Abderrahmane Sissako, 2006. Une pièce de théâtre dans une cour de Bamako représente un procès fictif de la société civile malienne (et africaine) contre le FMI et la Banque mondiale. À mettre en parallèle avec l'essai cité plus haut d'Aminata Traoré (qui joue son propre rôle dans le film), L'étau. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Lord of war, de Andrew Niccol, 2006. Avec Nicolas Cage, Ethan Hawke, Jared Leto... Un ukraino-américain profite de l'aubaine de l'effondrement de l'URSS pour s'enrichir grâce au trafic d'armes en Afrique, jusqu'à être rattrappé par sa conscience. Conseillé par Fabrice Folio.
Mon nom est Tsotsi, de Gavin Hood, 2006. L'intérêt principal de ce film réside dans la vision de la vie dans les townships qui est montrée, et la confrontation entre différents mondes, particulièrement représentative de la société sud-africaine. Conseillé par Solène Baffi.
Blood diamond, de Edward Zwick, 2007. La quête d'un diamand rose dans une Afrique ravagée par la guerre et l'exploitation des minerais précieux. Conseillé par Fabrice Folio. 
Le dernier roi d'Écosse, 2007. Un médecin écossais en Ouganda est engagé par Idi Amin Dada et plonge au coeur de son régime despotique. Conseillé par Fabrice Folio.

District 9, de Neill Bloomkamp, 2009. Une métaphore surréelle de la ségrégation transposée dans un futur dystopique. Cette fois ce sont des créatures extra-terrestres qui sont ségrégées dans la ville de Johannesburg. L'originalité de ce film tient en grande partie au fait qu'il donne à voir la ville de Johannesburg et qu'il fait directement référence à l'histoire sud-africaine, puisque le quartier de District 6, situé au Cap, a été l'un des premiers quartiers cosmopolites où les populations ont été expulsées et relogées dans les townships peu après la mise en place du gouvernement d'apartheid. Conseillé par Solène Baffi.

Nairobi Half Life de David "Tosh" Gitonga, 2012. Ce film kenyan nominé aux Oscars retrace le parcours de Mwas, jeune vendeur de DVDs dans une petite ville de province, arrivant à Nairobi dans l’espoir d’y devenir comédien. Voir l'article de J.-B. Lanne sur Géoconfluences « Portrait d’une ville par ceux qui la veillent. Les citadinités des gardiens de sécurité dans la grande métropole africaine (Nairobi, Kenya) ». Conseillé par Jean-Baptiste Lanne.

La Pirogue, de Moussa Touré, 2012. Ce film est un huis clos au sein d'une pirogue chargée d'émigrants qui quittent le Sénégal pour les Canaries. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Timbuktu, de Abdherramhane Sissoko, 2014. Le film, tourné en Mauritanie, aborde l'imposition de l’islam radical au Mali, en partant du point de vue des populations concernées. On suit à la fois le parcours d’un éleveur touareg face aux conflits pastoraux locaux, et ceux des habitants de la ville de Timbuktu qui doivent adapter leurs pratiques urbaines quotidiennes dans un nouvel ordre religieux. Ainsi, les jeunes du village qui n’ont plus le droit de jouer au ballon se retrouvent ils à mimer un match de football en imitant les joueurs des grands clubs mondiaux dans une scène d'une grande pure poésie. Conseillé par Natacha Gourland.

Lamb, de Yared Zeleke, 2015. Un jeune Éthiopien tente de sauver son agneau. Conseillé par Alain Gascon.

Difret, de Zeresenay Berhane Mehari, 2015. Le procès d’une jeune Éthiopienne qui a tué son violeur a provoqué des discussions en Éthiopie. Conseillé par Alain Gascon.

2.2. Films documentaires

Le cauchemar de Darwin de Hubert Sauper, 2004. La dénonciation du trafic d'armes organisé autour du commerce de poisson dans la région des Grands Lacs. Conseillé par Cristina D'Alessandro.

Katanga Business, de Thierry Michel 2009. Ce film constitue, avec Mobutu Roi du Zaire (1999) et Congo River (2005) une trilogie congolaise d'une très grande richesse documentaire et cinématographique. Katanga Business décrit la région minière du Katanga, ses enjeux économiques, politiques et sociaux et la violence qui les caractérise. Conseillé par Jean-Fabien Steck. 
Un site accompagne le film et propose des pistes pédagogiques : http://katanga-lefilm.com/

3. Bandes dessinées

Toutes les bandes dessinées de Hugo Pratt dans leur ensemble : Éthiopiques, Corto Maltese, Ballade de la mer salée, Mémoires… Conseillé par Alain Gascon.

Bittercomix, une revue alternative de bande-dessinée sud-africaine. Fondée dans les années 1990, cette revue a toujours eu un ton très acerbe et cynique, en particulier pour critiquer la population blanche sud-africaine. Conseillé par Solène Baffi.
Droit du sol, de Charles Masson, Casterman, 2009. Une œuvre superbe dont les dessins à l'encre de Chine illustrent la pluralité des profils migratoires qui se croisent à Mayotte, depuis les expatriés métropolitains jusqu’aux immigrés comoriens. On suit plusieurs personnages et les raisons de leur départ, on découvre avec eux la situation insulaire et économique particulière de Mayotte, et une réalité parfois bien éloignée de l’exotisme à laquelle ils s’attendaient. Conseillé par Natacha Gourland.

4. Photographie

Des tambours sur l'oreille d'un sourd / Burundi, photographies de Teddy Mazina, Africalia Editions, 2015. Photographies en noir et blanc d'un artiste engagé pour le débat démocratique dans un pays « balloté entre espoir et déception ».

5. Musique

Musique « traditionnelle » et religieuse : La collection Ocora Radio France. 
Conseillée par Alain Gascon.

La collection « Ethiopiques » (Buda Music). Conseillée par Alain Gascon.

La playlist africaine de Radio France Internationale, de bonne qualité, est conseillée par Jean-Fabien Steck.

Francis Bebey. Musicien et écrivain camerounais, Francis Bebey est une référence classique de la chanson d'Afrique francophone des années 70-80. Conseillé par Jean-Fabien Steck. 

Alpha Blondy, le célèbre chanteur reggae ivoirien. Conseillé par Jean-Fabien Steck. 

Magic System, le groupe le plus célèbre de zouglou, un genre musical urbain ivoirien. Leurs clips sont assez réussis et peuvent donner lieu à des analyses paysagères et géographiques intéressantes. http://www.magic-system.fr/. Album : Radio Afrika. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Sur le zouglou et son émergence, voir : Yacouba Konate, « Génération zouglou », Cahiers d’études africaines [En ligne], 168 | 2002.

Tous les albums de Miriam Makeba, chanteuse sud-africaine symbole de la lutte contre l'apartheid, réfugiée pendant de longues années à Conakry (Guinée) de 1969 à 1985. Conseillé par Jean-Fabien Steck.

Hugh Masekela, trompettiste et jazzman sud-africain. Son morceau Coal Train, une évocation musicale de l'immigration des mineurs d'Afrique australe vers le Gauteng est sans doute son morceau le plus célèbre et, accessoirement, le plus intéressant pour tenter une analyse géographique d'une œuvre musicale (http://www.mahala.co.za/art/curse-of-the-coal-train/ avec les paroles). Conseillé par Jean-Fabien Steck.
Boubacar Traoré, Kar kar, 1992. Conseillé par Géoconfluences.

 

Actions sur le document