Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille La concentration des richesses dans le monde en 2014

La concentration des richesses dans le monde en 2014

Publié le 19/01/2015
L’ONG Oxfam a publié le 19 janvier un rapport intitulé : « Insatiable richessse : toujours plus pour ceux qui ont déjà tout »

Oxfam est une confédération internationale de 17 organisations qui, dans le cadre d’un mouvement mondial pour le changement, travaillent en réseau dans plus de 90 pays à lutter contre la fabrique de la pauvreté. www.oxfam.org

Ce rapport mis à jour pour 2014 à partir des données du Crédit suisse (octobre 2014) montre la concentration des richesses mondiales : en 2014, les 1 % les plus riches détenaient 48 % des richesses mondiales. 80 % de la population mondiale doit se contenter de seulement 5,5 % des richesses. L'année 2010 marque un tournant dans le sens de plus de concentration.  Les richesses des 80 personnes les plus riches du monde sont désormais équivalentes à celles détenues par les 50 % les moins bien lotis de la population mondiale. Autrement dit, 3,5 milliards de personnes se partagent les mêmes richesses que ces 80 personnes extrêmement fortunées.

Le rapport présente les milliardaires à partir de la liste Forbes (mars 2014). En 2014, Forbes répertoriait 1 645 milliardaires. La répartition géographique de ces individus est loin d'être homogène. Environ 30 % (492 personnes) sont des citoyens américains. Plus d'un tiers des milliardaires sont issus d'une famille riche, 34 % d'entre eux ayant hérité d'une partie ou de la totalité de leur fortune. Ce groupe se compose à 90 % d'hommes et à 85 % de personnes de plus de 50 ans. Quelques secteurs économiques importants ont contribué à l'accumulation des richesses de ces milliardaires. 20 % d'entre eux auraient des intérêts ou des activités dans les secteurs de la finance et de l'assurance. Dans ces secteurs, les richesses cumulées des milliardaires sont passées de 1 010 milliards à 1 160 milliards de dollars en seulement un an, soit une augmentation de 150 milliards de dollars (15 %). Mais ce sont les milliardaires ayant des intérêts ou des activités dans les secteurs pharmaceutiques et des soins de santé qui se sont les plus enrichis entre 2013 et 2014 : + 47 %. 

Le rapport insiste ensuite sur l’importance du lobbying conduit par ces entreprises afin d'établir un environnement réglementaire qui protège et renforce leurs intérêts. Aux États-Unis, les activités de lobbying les plus prolifiques se concentrent sur les questions fiscales et budgétaires.

En octobre 2014, Oxfam a lancé sa campagne" À égalité !", appelant les États, les institutions et les entreprises à lutter contre les inégalités extrêmes.

Avec des graphiques sur la concentration des richesses et des tableaux présentant les milliardaires les plus riches dans les secteurs de la finance et de la santé. 

 

Les sources du rapport Oxfam
  • Le Global Wealth Report 2014 du Crédit Suisse (octobre 2014).

- résumé en français https://www.credit-suisse.com/fr/fr/news-and-expertise/news/economy/global-trends.article.html/article/pwp/news-and-expertise/2014/10/fr/world-wealth-rises-at-fastest-rate.html
- rapport en anglais https://www.credit-suisse.com/ch/en/news-and-expertise/research/credit-suisse-research-institute/publications.html

 

Les limites de l'étude d'Oxfam

« 1 % les plus riches » : les limites de l'étude d'Oxfam, Le Monde, les Décodeurs, 21 janvier 2015, http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/21/1-les-plus-riches-les-limites-de-l-etude-d-oxfam_4560443_4355770.html#RwehtOwzJZJCKbDo.99

Actions sur le document