Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille Les murs-frontières dans le monde : présent, passé.

Les murs-frontières dans le monde : présent, passé.

Publié le 12/11/2014

À l'occasion de l'anniversaire de la chute du Mur de Berlin, ont été publiés des recensements des murs existant dans le monde et des articles réfléchissant sur leurs fonctions.

 
1. Les murs dans le monde d'aujourd'hui
  • Courrier International – « La carte des murs du monde », Thierry Gauthé, 7 novembre 2014.

La construction des barrières de séparation s’est accélérée après la fin de la guerre froide : on en recense une cinquantaine déjà érigées ou en cours d’édification. Elles rendent parfois les frontières incompréhensibles, comme au Bangladesh. http://www.courrierinternational.com/article/2014/11/07/la-carte-des-murs-du-monde

  • Dans le cadre du dossier "Frontières" du Ceriscope, une autre carte représentant les murs, 2010,

http://ceriscope.sciences-po.fr/content/murs-contemporains
in Michel Foucher, « Chroniques de la scène frontalière contemporaine », Ceriscope Frontières, 2011, http://ceriscope.sciences-po.fr/content/part1/chroniques-de-la-scene-frontaliere-contemporaine

  • Ouest-France, L’édition du soir : « Des murs repoussent partout dans le monde », novembre 2014

- 20 000 kms de murs, de sable ou de béton. Barbelés, fils hérissés de lames de rasoir, béton, grillages d’acier truffés de capteurs… Il y aurait plus de 20 000 km de murs dans le monde, dont la moitié construits depuis dix ans. Une galerie de photos commentées
- La frontière des Corées, attraction touristique. Reportage accompagné de photos
http://kiosque.leditiondusoir.fr/data/361/reader/reader.html?utm_source=neolane&utm_medium=lienarticle&utm_campaign=editiondusoir#preferred/1/package/361/pub/362/page/5

  • MIgreurop, Toujours plus de murs dans un « monde sans frontières, carte de Nicolas Lambert, extraite de l'Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires européenne, 2012. http://www.migreurop.org/IMG/pdf/map_4.5_murs_dans_le_monde.pdf
     
  • Diploweb - « Les "murs" en l’an 2009, 20 ans après l’ouverture du mur de Berlin », Stéphane Rosière, 9 novembre 2009.

Au total, et selon nos calculs (Ballif et Rosière, 2009), nous recensons 39 692 km de frontières effectivement « fermées » ou dont la fermeture est prévue (exemple : Inde-Bangladesh ou Etats-Unis-Mexique). Ce chiffre important représente environ 16 % du linéaire mondiale de frontières et près du double du chiffre proposé par M. Foucher (2007). La localisation de ces frontières résulte de plusieurs phénomènes : globaux (essentiellement corrélés à la mondialisation) ou régionaux (tensions régionales spécifiques). http://www.diploweb.com/Les-murs-en-l-an-2009-20-ans-apres.html

Les murs reflètent le besoin qu’ont les États de se « sanctuariser » (comme l’Inde, l’Arabie saoudite ou encore la Chine dont les tendances à s’emmurer s’affirment de plus en plus) ou de redéfinir leur souveraineté (comme la Russie qui a annoncé — en septembre 2013 — la construction d’une double barrière le long de sa frontière… avec la Norvège !). Dans ce contexte, la frontière devient alors un objet qu’il faut surveiller, filmer, bétonner, blinder, armer. http://blog.mondediplo.net/2013-11-29-Et-la-frontiere-devint-un-marche-prospere-et

  • France Culture, Les enjeux internationaux - « Pourquoi cette multiplication des murs interétatiques et sont-ils efficaces ? », Elisabeth Vallet, 25 mars 2014.

Avec une sélection d'exemples et de liens. http://www.franceculture.fr/emission-les-enjeux-internationaux-relations-internationales-pourquoi-cette-multiplication-des-murs-

  • L'Espace Politique – « Barrières frontalières » - Sous la direction de Laetitia Rouvière, 2013.

Les murs, clôtures, et plus généralement les barrières frontalières sont des figures anciennes et classiques de délimitation territoriale ; le limes romain ou la grande muraille de Chine (édifiée à partir de 700 av. J.-C. sur plus de 2000 ans) avaient des fonctions militaires et migratoires. Ils défendaient le territoire des attaques potentielles et, se situant prioritairement aux confins ou sur les lignes de front, assuraient la sécurité en filtrant les entrées et sorties (...). Dans les trois décennies suivant la très symbolique chute du mur de Berlin, la relative pacification des relations internationales n’a pas signifié pour autant l’abandon de ces instruments de délimitation : depuis les événements du 11 septembre 2001 notamment, force est de constater un véritable « Retour des murs » en relations internationales (Vallet, David, 2012). Selon les estimations, les barrières frontalières s’étendent potentiellement sur 18 000 à 25 000 km, soit 7 à 10% du linéaire mondial de frontières internationales. Si les barrières de séparation ne sont pas une nouveauté, elles apparaissent, dans un monde qui se veut « ouvert », comme un paradoxe. http://espacepolitique.revues.org/2624

  • Cultures & Conflits n° 73, printemps 2009.

- « Logiques de marquage : murs et disputes frontalières » - Didier Bigo, Riccardo Bocco et Jean-Luc Piermay, printemps 2009.
Dans le registre des frontières, le thème des marquages et des disputes fait référence à des situations chaudes, sinon brûlantes, souvent fortement médiatisées. Il évoque Israël et la Palestine, le Moyen-Orient, Berlin, l’Irlande du Nord, les ruptures entre le Nord et le Sud de la planète auxquelles se heurtent les migrants internationaux. Le Mur (sous-entendu, c’était une évidence, celui de Berlin) fut l’archétype de ces frontières vives. Peut-être n’a t-il été que le précurseur d’une forme spatiale renouvelée s’inscrivant de manière très novatrice dans la vie des sociétés. Les enjeux terminologiques et taxinomiques, souvent de véritables « appellations contrôlées », sont en tout cas multiples, à la fois juridiques et symboliques, comme l’ont bien révélé le débat sémantique entre « mur » et « barrière » dans les Territoires palestiniens occupés, ou celui sur les softening strategies à Belfast – formes de banalisation des dispositifs de séparation – qui a finalement permis d’étiqueter ces derniers comme « peacelines ». http://conflits.revues.org/17484
- « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Evelyne Ritaine. Le blindage contemporain de la limite territorialisée apparaît comme une réponse asymétrique à la perception d’un péril asymétrique. En se préoccupant d’« enfermer dehors » les indésirables, c’est-à-dire de prévenir un danger asymétrique, cette politique du Mur crée un espace public asymétrique. http://conflits.revues.org/17500

 

2. Quelques exemples de murs actuels
  • Rfi.fr, L’Arabie saoudite s’est dotée d’un mur anti-jihadistes, 7 septembre 2014.

L'Arabie saoudite a achevé la construction d'une épaisse clôture qui sépare désormais son territoire de l'Irak et doit le protéger au nord des infiltrations d'hommes, d'armes et de marchandises. Long de 900 km, il est équipé d’un matériel ultrasophistiqué. http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140907-mur-djihad-djihadistes-arabie-saoudite-terrorisme-ryad-etat-islamique-ei-isil-/

  • France Info, La grande muraille de l'Inde, Sandrine Marcy, 14 septembre 2014.

Pour combattre l'immigration clandestine, l'Inde a trouvé un remède spectaculaire, le pays achève la construction du mur le plus long du monde, sur sa frontière avec le Bangladesh. Un mur de presque 3.300 kilomètres de long, avec une double clôture de poteaux noirs, hérissés de barbelés…et tous les 110 mètres, un poste de garde. Le podcast de l’émission et quelques photos du photographe du magazine Géo. http://www.franceinfo.fr/emission/planete-geo/2014-2015/la-grande-muraille-de-l-inde-15-09-2014-05-50

 

3. Géo-histoire des murs, un archétype, le mur de Berlin

et les ressources classées sur ce sujet http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/eclairage-allemagne-ressources-classees

 

4. Avec Géoconfluences

 

Sylviane Tabarly et Marie-Christine Doceul, pour Géoconfluences.

Actions sur le document
Veille : dernière publication