Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Veille / Liens à découvrir / Le site cartolycée : mutualiser des productions graphiques d'enseignants

Le site cartolycée : mutualiser des productions graphiques d'enseignants

Publié le 24/03/2021
Nous ouvrons la rubrique « Liens à découvrir » au webmestre du site Cartolycée qui présente ce site de cartographie par des enseignants pour des enseignants.

Le site cartolycée.net est né en 2016 d’une volonté de mettre à disposition des collègues les constructions cartographiques et visuelles élaborées en tant qu’enseignant au lycée. Les documents partagés illustrent avant tout les programmes du lycée mais peuvent également servir au collège. Les productions répondent à plusieurs objectifs.

Partager des supports de cours

Le site propose très majoritairement des supports à exploiter dans le cadre de séquences de cours. Faut-il un site pour cela alors que l’offre des manuels et du web pourrait suffire ? Tout enseignant est confronté à cette frustration d’une carte qui fait l’impasse sur un point que l’on cherche justement à développer ou d’un espace, que l’on souhaiterait traiter en étude et dont on ne trouve pas de document satisfaisant par sa recherche.  Il s’agit de proposer des constructions originales qui peuvent aussi être personnalisées puisque chaque visuel (carte, infographie ou graphique) est accompagné, dans le cadre d’un article, par un format PDF libre de droits qui offre la reprise possible par un logiciel de dessin vectoriel. Les constructions suivent le cadre des programmes et sont guidées par l’objectif d’une exploitation pédagogique.

Dans le cadre des deux exemples suivants il s’agit de travailler la lecture et la compréhension d’une carte en centrant tout particulièrement sur la légende. L’objectif est de rédiger un développement construit.

Un exemple en histoire en classe de seconde

mer Egée Athènes Ve siècle carte 5e siècle plan

Voir en haute définition, cliquez ici.

 

Le premier thème du programme d’histoire de seconde fixe, sur Athènes, un point sur l’établissement d’un empire maritime. Les élèves produisent ici un écrit en trois paragraphes à partir de la carte proposée. Le travail est guidé en amont mais il intervient après que les élèves aient eu les repères par les séances précédentes. La légende est explicitée en soulignant la logique chronologique de l’enchaînement des trois parties (un monde grec menacé par les Perses, le rôle déterminant d’Athènes qui conduit à l’affirmation de sa puissance et la crainte que suscite cette domination sur ses rivaux). On définit des termes de vocabulaire et on explique en particulier le rôle des mines d’argent du Mont Laurion dans le financement d’une flotte de guerre. Les élèves doivent produire un écrit structuré sur ces trois temps.

Un exemple en géographie en première

Routes de la soie chine carte de synthèse planisphère

Voir l'image en haute définition, cliquez ici

 

En première, le travail sur les nouvelles routes de la soie est mené dans le cadre du programme de spécialité « histoire géographie géopolitique sciences politiques ». Il concerne le thème 2 du programme, « Analyser les dynamiques des puissances internationales », et le jalon de l’axe 2 « La maîtrise des voies de communication : les « nouvelles routes de la Soie ». L’objectif du travail est de permettre aux élèves, tout comme l’exemple en seconde, de construire une argumentation structurée. Cette argumentation peut être restituée à l’écrit tout comme à l’oral.

La carte publiée sur le site est atypique. Il s’agit d’une « carte à lire », dont la légende amène volontairement un nombre importants d’items. Les cartes tirées de manuels ne permettent pas de mener ce genre d’exercice. Elles constituent le plus souvent des documents d’appuis mais ne peuvent faire l’objet, à elles seules, d’un travail ambitieux de mise en forme d’un discours.

Dans les deux cas, la démarche induit donc un document présentant une construction spécifique, guidée par l’objectif du travail en classe. Difficile parfois de trouver ce support déjà construit qui puisse convenir.

Un tel travail de cartographie, aussi modeste soit-il, demande un temps de recherche et d’investissement qu’il est difficile de trouver. Le deuxième objectif du site est de favoriser la mutualisation des productions.

Mutualiser les productions

Le site se veut un espace de collaboration, d’échanges. Les collègues qui rejoignent le projet et qui participent à l’aventure peuvent le faire de manière ponctuelle. Patrick Buffet, Chloé Kesteloot, Marie Martine, Jean-Luc Chiavarino-Mercier et Rémi Guédon sont tous enseignants dans le secondaire et rédacteurs sur le site. Si la grande majorité des contributeurs enseigne en lycée, certains collègues sont en poste en collège. L’intérêt reste l’idée du site ouvert à tous, sans attente d’un niveau de maîtrise sur un logiciel (un certain nombre de cartes, peut-être trop peu, sont réalisées à la main). Les seules attentes demeurent le respect des exigences de contenus liées aux programmes et le fait que les propositions soient originales. Patrick Buffet, enseignant dans l’académie de Rouen propose par exemple cette cartographie, réalisée sous Philcarto de Philippe Waniez, pour illustrer le thème de l’urbanisation et du poids croissant du fait urbain en classe de première.

Le document publié peut être un support élaboré par l’enseignant mais il peut également refléter le résultat d’un travail mené par l’élève. Le site cherche aussi à rendre compte de ces expériences menées en classe et de ces productions.

Rendre compte d’une production de croquis cartographiques avec les élèves

Là encore, le partage proposé repose sur des démarches personnelles. On peut concevoir des activités très diverses : le site axe ainsi sur le travail de l’infographie ou de l’image active, supports exploités à travers les cours.

La cartographie avec les élèves repose avant tout sur un double apprentissage, celui du langage cartographique et de la démarche de travail attendue dans le cadre de la nouvelle épreuve du baccalauréat. On peut se féliciter d’une épreuve où il n’est plus question de restituer un croquis appris dans le cadre d’un programme mais de demander une construction réfléchie à partir d’un texte. Certes le document de départ offre toujours un cadre très guidant, mais l’exercice attend de l’élève une capacité à organiser un contenu à partir d’un document qu’il découvre. L’exemple ci-dessous rend compte d’un travail d’élève réalisé en temps limité (une heure) à partir d’un texte construit par l’enseignant (classe de première sur la l’étude de cas relative à la mégalopole du Nord-Est des États-Unis). Il s’accompagne d’une proposition réalisée par le professeur. La proposition ne constitue pas l’attendu et chaque croquis a été corrigé individuellement. Le texte de l’étude est accessible sur le site cartolycée.

Un exemple de croquis d’élève

mégalopole nord-américaine croquis élève mégalopolis  

La proposition réalisée par l’enseignant

mégalopole nord-américaine croquis corrigé mégalopolis  

Le travail en classe doit permettre également de découvrir et d’exploiter les ressources numériques. Le site propose la découverte de ressources avec des logiciels en ligne : Khartis, l’outil de cartographie en ligne mis au point en 2016 par l’Atelier de cartographie de Sciences Po ou Magrit, le logiciel de l’UMS Riate. Ce dernier outil a servi à mener un travail sur l’importance de la discrétisation en cartographie avec des élèves de terminale. La séance a été conduite à distance. Les élèves reçoivent un questionnaire et le fichier des données de l’IDH 2018 de l'ONU. Un tutoriel vidéo les accompagne à l’utilisation de Magrit, qui permet de réaliser de manière simple le traitement cartographique de séries de données. Le travail demande aux élèves de construire trois cartes avec des choix de discrétisation différents. Les trois productions sont confrontées, par le questionnaire fourni, à deux cartes de référence qui utilisent la même source de données et propose une discrétisation différente. La démarche pédagogique est précisée sur le site disciplinaire de l’académie de Rouen (ici).

Planisphère IDH données ONU  

Cet exemple permet d’insister sur une dernière dimension souhaitée pour le site, celle de proposer aux collègues des outils pouvant accompagner des pratiques pédagogiques.

Proposer des outils

Le travail au sein du pôle de compétences de l’académie de Rouen permet aussi de relayer des activités ou des découvertes d’outils transmises au cours de formations. Les rubriques du site « Pédagogie et outils de constructions visuelles » et « Atlas et fonds de cartes en ligne » partagent certaines de ces ressources ou outils de datavisualisations qui peuvent être utiles aux collègues. Ces rubriques sont complétées par la présence d’un pearltree qui pointe quelques supports précieux.

Cartolycée reste avant tout un site d’amateurs, passionnés de cartographie. Nous espérons simplement que les ressources partagées puissent aider les enseignants dans leurs démarches.

 

Jean-Christophe Fichet
Professeur d’histoire-géographie au lycée Porte de Normandie à Verneuil-sur-Avre, chargé de la cartographie au pôle de compétences histoire-géographie de l’académie de Rouen. Webmestre de Cartolycée.

 

Actions sur le document