Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux (Territoriaux) La France : des territoires en mutation Le Bassin potassique alsacien, un territoire entre passé et projet

La France : des territoires en mutation

Le Bassin potassique alsacien, un territoire entre passé et projet

Publié le 23/06/2006
Auteur(s) : François Besancenot, UMR 5600, docteur en géographie,
avec la collaboration de Paul Arnould, professeur à l'ENS de Lyon

Les Mines de Potasse d'Alsace (MDPA) ont, durant près de cent années d'exploitation de la potasse (1904-2002) [2], développé non seulement une économie locale mais surtout une société ancrée dans un territoire original. Ce territoire, planifié par la mine, est caractérisé par ses paysages typés (cités, chevalements, terrils), avec tout son cortège de perceptions et de représentations propres à une communauté dite "minière", aujourd'hui orpheline de son principal référent identitaire. Ce type de paysage et de territoire appartient à la grande famille des "pays noirs" et autres pays miniers que l'on retrouve à travers toute l'Europe. Parmi les cas les plus représentatifs citons la Lorraine, le Nord-Pas-de-Calais, la Ruhr, la Sarre, la Silésie, le Pays de Galles, etc. Rappelons par ailleurs que le territoire d'exploitation de la potasse d'Alsace a pour particularité d'avoir été un territoire disputé entre France et Allemagne (guerres du XXe siècle), avec les changements de souveraineté et donc de législations que cela suppose.

Si la production des MDPA a augmenté jusqu'à la fin des années 1970, le nombre de puits, corrélativement au nombre d'emplois, a diminué constamment dès la fin des années 1960. Cette évolution s'est accompagnée d'un plan de reconversion voulu, en 1994, par les MDPA, alors filiale de l'Entreprise minière et chimique (EMC), le département du Haut-Rhin, la région Alsace et l'État. Penser le redéploiement économique du bassin est alors devenu une priorité.

Appartenant à un territoire "obligé", développé par la mine pour les habitants du bassin, les douze communes "minières" se sont regroupées en Communauté de communes (Communauté de communes du Bassin potassique, CCBP, 1995), territoire choisi mais aujourd'hui soumis à l'épreuve du temps et des contradictions. Comment assurer la transition entre un développement précaire, fondé sur l'exploitation de la potasse et lié à un système mono-activité / mono-identité, à un développement plus durable fondé sur la diversification des activités et des cultures ? Comment envisager la préservation des intérêts du territoire et son re-développement sur la durée ? C'est en repérant les éléments de cohésion et de "dé-cohésion" du territoire minier qu'il a été possible de sonder le niveau de cohérence territoriale du Bassin potassique et, par là même, d'envisager plus sereinement son redéploiement.

La situation du Bassin potassique alsacien en France et dans le département du Haut-Rhin

(cliquer sur les documents pour les agrandir)

M : Mulhouse / C : Colmar

Des territoires pour des projets successifs et emboîtés

Une reconversion attentive au territoire minier

Depuis la fin des années 1960, le Bassin potassique évolue dans un contexte de reconversion économique. Édifiés pour la grande majorité d'entre eux entre 1910 et les années 1950, c'est au cours de la seconde moitié du XXe  siècle que les carreaux de fosse ferment tour à tour. En novembre 2002, à la suite d'un incident survenu dans une galerie voisine (incendie de Stocamine, centre de stockage de déchets ultimes), le carreau Amélie, dernier puits "rescapé", cesse toute activité. L'arrêt de son exploitation, programmé pour 2003, a donc été avancé de quelques mois donnant ainsi un coup d'arrêt aux lourdes pertes financières contractées par les MDPA depuis le début des années 1980.

En termes d'effectifs et d'installations minières (non pas de production dont le pic est atteint à la fin des années 1970), l'âge d'or  se situe à la fin des années 1950. L'entreprise minière compte alors près de 13 000 salariés.  Dès lors, l'effectif salarié, corrélativement au nombre de puits, ne cessera de diminuer. Depuis 2005, il ne reste environ que 500 salariés, dont le rôle consiste à démanteler et à remettre aux normes environnementales d'anciens sites de production en vue d'une réhabilitation prochaine.

Évolution des effectifs de 1910 à 2005

L'emplacement des puits et la période de leur fermeture

Le contexte économique se lit aussi dans la transformation du paysage. Le démantèlement, première étape de la réhabilitation des sites, consiste à abattre des chevalements et des bâtiments de stockage et de production (hangars, usines de traitement du minerai brut). Les MDPA (qui doivent disparaître fin 2009) ont aussi l'obligation de prévoir la dissolution des terrils et la réhabilitation des sites. À cet effet, un grand programme a été lancé : il doit permettre de respecter les quotas de déversement de chlorures issus de la dissolution dans le Rhin [3].

Démantèlement des sites

Abattage du chevalement Ensisheim I en mars 1999 à Ensisheim (cliché : Rietsch, 1999). Plus de 16 millions de tonnes de minerai ont été extraites jusqu'en 1961, date d'arrêt de son exploitation. Le puits est remblayé en 1989. Le chevalement, photographié ici, après dix longues années de décrépitude, est finalement abattu le 17 mars 1999. "Un à un, les chevalements qui faisaient la fierté du bassin sont abattus. Dans la poussière, avec un fracas de poutres broyées, des mastodontes s'effondrent. Pour les anciens, qui viennent parfois assister à cet ultime spectacle, c'est un moment de forte émotion. Ils sont tristes, mais regrettent-ils la mort de cet univers si dur et si contraignant? Les sentiments sont partagés." (Rietsch, 2002).

Les cités Fernand et Anna* autour du terril Fernand dans les années 1980 (Wittenheim) (cliché : MDPA, 1982). Le terril s'impose dans le paysage. La proximité entre la cité et cette butte de schiste et de sel démesurée est assez unique dans le Bassin potassique.

*Afin de rendre hommage aux découvreurs et pionniers de l'exploitation de la potasse d'Alsace (Amélie Zürcher et Joseph Vogt), les toponymes des puits et cités associées proviennent des prénoms des membres des familles Zürcher, Vogt et de la famille impériale allemande. Après 1945, les carreaux prendront le nom des communes sur lesquelles ils s'établissent

Les cités  Fernand et Anna autour d'un terril aujourd'hui disparu (Wittenheim) (photo : MDPA, 2004). Débutée à la fin des années 1990, la dissolution du terril est désormais terminée. Le paysage a changé : un repère à la fois paysager et minier s'en est allé sous l'action des canons à eau. Un nouveau lotissement est d'ailleurs venu prendre la place laissée vacante au sud-est du terril.

Retour en haut de page

Après le démantèlement surviennent la réhabilitation et la ré-industrialisation. Les anciens carreaux de mine désaffectés sont alors réinvestis en zones commerciales (comme sur le carreau Anna à Wittenheim), artisanales (comme sur une friche minière en face du carreau Rodolphe à Pulversheim : Aire de la Thur) ou encore éco-industrielles (comme sur le carreau Joseph-Else à Wittelsheim : Secoia) pour ce qui est des réalisations les plus remarquées.

Réinvestissement et réhabilitation [4] des sites miniers

Un carreau reconverti en zone artisanale et commerciale (Anna, Wittenheim ) (cliché : MDPA, 2002). Depuis le début des années 1990, le carreau Anna est devenu une zone d'activité intercommunale, à l'initiative de la Communauté de communes du Bassin potassique (CCBP) et des MDPA. Il accueille désormais la société Heinrich and Bock (fabriquant de produits d'environnement : pavés, dalles, etc) et, comme on peut le voir au centre du cliché, l'enseigne Décathlon (articles de sport), qui a installé son centre logistique Grand Est. L'ancien hangar de stockage de la potasse situé le long du magasin n'a finalement pas été réhabilité par la société. Il a depuis été démoli. Depuis le 1er janvier 2004, le développement économique relève des compétences de la Communauté d'agglomération Mulhouse Sud-Alsace (CAMSA, communauté d'agglomération regroupant Mulhouse et une quinzaine de communes). C'est désormais elle qui perçoit la taxe professionnelle des zones d'activités implantées sur les anciens carreaux de mine et qui n'en sont pas exonérées.

La réhabilitation par les MDPA du carreau Joseph-Else en parc éco-industriel : SECOIA (cliché : Besancenot, 2005). En référence au conifère géant de Californie pouvant dépasser les 100 mètres de haut et vivre plusieurs millénaires, SECOIA (Sphère éco-industrie d'Alsace) se veut être un site industriel exemplaire en matière de développement durable. Créée en 1999, cette Zone d'aménagement concerté s'étend sur 42 ha. Les entreprises qui s'y implantent doivent être respectueuses de l'environnement ou intervenir sur le marché de l'environnement.

L'Aire de la Thur , une zone artisanale conçue ex-nihilo (cliché : MDPA, 2002). Elle se situe au centre du Bassin potassique, sur le lieu d'anciennes friches industrielles MDPA. Le projet initial, soutenu par la Commission européenne, a été d'attirer des entreprises afin d'assurer la reconversion du bassin minier. L'aspect social a aussi été pris en compte et le projet doit favoriser la formation professionnelle. Il a été subventionné par le FEDER, dans le cadre de l'objectif 2, pour un montant de 11 millions de francs sur 5 ans (Préfecture Région Alsace, 2005). "Par ses dimensions (45 ha), la qualité de ses aménagements et de son paysagement, ce parc d'activités s'est affirmé comme l'un des plus attractifs d'Alsace." (CAMSA, 2004).

Il s'agit d'un exemple très différent de celui du l'île Napoléon, entre Mulhouse et le Bassin potassique, qui symbolise, dans le contexte des années 1970, le remplacement de la mono-activité minière par la mono-activité de la filière automobile (début de la production en 1963).

Anna Compost : une partie du carreau Anna réhabilité en centre de compostage de déchets verts (photo : MDPA, 2002). En 1999 le SIVOM de l'agglomération mulhousienne décide d'instaurer la collecte sélective des déchets verts (tonte, branchages, feuilles,…) qui sont alors acheminés vers la plate-forme de compostage de la société Anna Compost à Wittenheim, afin d'être valorisé en terreau.

 

Dès lors, comment le Bassin potassique peut-il conserver son identité et vivre la transition entre un développement économique fondé sur la mono-activité minière et un autre, plus diversifié et plus soucieux des contraintes environnementales par exemple ? Il convient alors d'analyser la pertinence du Bassin potassique comme territoire de projet de développement durable et d'identifier les facteurs de cohésion et de "dé-cohésion" du territoire.
 

Un passé facteur de cohésion territoriale

Tout un territoire aura durant près d'un siècle été forgé par la mine. De 1904 aux premiers signes annonciateurs de la reconversion, à la fin des années 1960, une mosaïque de villages agricoles, coincés entre les villages viticoles des collines sous-vosgiennes à l'ouest et la grande forêt de la Hardt à l'est, laissent place à un espace organisé et centralisé par un seul référent économique : les Mines de Potasse d'Alsace. C'est pour satisfaire ses ambitions économiques et paternalistes que l'entreprise met tout en place pour attirer et maintenir sa main d'œuvre parfois venue de très loin : quelques milliers de travailleurs polonais sont venus prêter main forte aux mineurs alsaciens dès les années 1920. Une société minière, édifiée durant des décennies par le biais des cités, se développe. Un système d'organisation sociale très élaboré, aussi bien dans le travail, la vie dans les cités qu'au travers des œuvres sociales a ainsi forgé une identité commune à tout le Bassin.

Parmi les éléments de cohésion, on relève d'abord  l'existence du gisement de potasse exploité durant près d'un siècle sur environ 200 km². Cette réserve minière, dont les limites débordent largement sur l'agglomération mulhousienne, entre le piémont vosgien à l'ouest et le grand canal du Rhin à l'est, est à l'origine de tout un système économique et social judicieusement commandé par les MDPA. C'est son exploitation et donc le développement économique prodigieux qu'il induit (la production de potasse quintuple entre 1940 et 1975) qui a permis aux MDPA de générer une manne financière considérable  à l'échelle du Bassin comme à celle du Haut-Rhin. Précisons que dans les années 1950, les Mines réalisent 13% du chiffre d'affaires du Haut-Rhin et rapportent à la France 15 milliards de francs de devises chaque année. La production annuelle, de 3 millions de tonnes en 1940, passe à 6 millions en 1950 pour culminer à 12 millions dans les années 1970 (Rietsch, 2002).

Un gisement de potasse très étendu, support du territoire minier

Le Bassin potassique alsacien et les douze communes minières

Ces bénéfices considérables vont permettre, dès les années 1930, de satisfaire les ambitions paternalistes des MDPA, initiées par leur directeur général Pierre de Retz. La socialisation des travailleurs doit assurer leur maintien à la mine. Celle-ci va contribuer à la territorialisation du Bassin, d'abord au sein des cités puis au sein de son territoire tout entier.

Un système d'œuvres sociales initié dès les années 1930 par Pierre de Retz

Parmi les réalisations socialisantes les plus remarquées, on peut citer l'amélioration de la sécurité dans le travail, des conditions confortables de logement en cité-jardin, la création de clubs et associations, la scolarisation, les services médico-sociaux (les services pharmaceutiques et médicaux, proprement miniers étaient, de ce fait, gratuits) et la pratique religieuse (favorisée par la construction de nombreuses églises, de confession catholique pour l'essentiel, et fréquentées entre autres par l'importante communauté polonaise).

La mise en place de ces structures mais aussi l'aménagement de routes, de voies ferrées et autres installations minières, ont permis l'appropriation progressive de l'espace du Bassin potassique par ses habitants.

Retour en haut de page

Les cartes ci-dessous montrent à quel point les structures proprement minières ont transformé un territoire très rural en un territoire rythmé spatialement par la mine. Entre la carte de 1901 (carte d'État Major fournie par les Archives départementales du Haut-Rhin) et celle de 2002 (carte IGN), l'espace change profondément : apparition des cités minières concentrées sur sa partie sud  (en particulier sur Wittenheim et Wittelsheim) ; extension en surface de nombreuses communes et agglomérations (en particulier celles aujourd'hui comprises  dans l'agglomération mulhousienne) ; multiplication de nombreuses routes et disparition concomitante de certaines voies ferrées, comme les plus secondaires reliant certaines cités à des carreaux de mines dès 1959.

Évolution de l'occupation du sol dans le Bassin potassique avant, pendant et après l'exploitaton minière


Le contraste le plus spectaculaire est bien celui observé entre les cartes de 1901 et de 1939. Dès le fonçage des premiers puits en 1910 (Amélie I à Wittelsheim), l'occupation du sol évolue très rapidement. Rappelons que, mis à part les puits de Schoenensteinbach, Staffelfelden et  Berrwiller, les vingt autres ont été creusés avant 1939. C'est donc la période précédant la Seconde guerre mondiale qui voit le Bassin se transformer le plus. Après guerre, seuls trois nouveaux puits seront creusés. La construction de cités nouvelles se raréfie et l'agrandissement de cités déjà existantes, au gré de l'apport de main d'œuvre et à proximité des carreaux de mine, est privilégié. Le fléchissement de la courbe démographique des cités n'empêche pas pour autant le centre-bourg de certaines communes de se développer.

Sur la carte de 2002, la reconversion est déjà bien engagée et  des activités nouvelles diversifient la mono-activité minière. Certaines tâches mauves apparaissent de manière significative : elles correspondent à la présence de zones d'activités indépendantes des MDPA. La forêt, malgré le mitage opéré par de nombreuses zones d'habitations et infrastructures minières, a su conserver une superficie comparable à celle de 1901 (période pré-minière). En effet, le bois ayant été une ressource essentielle au maintien des galeries de mine jusque dans les années 1960 (bois de soutènement), la forêt a été constamment exploitée et renouvelée.

La dynamique identitaire se traduit depuis une quinzaine d'années par  des projets muséologiques. Les associations pour le souvenir tentent d'entretenir la mémoire de l'épopée minière par des projets, des réalisations muséologiques et des opérations de communication. À l'instar de "Kalivie" (terme issu de l'allemand : kalium signifiant potassium) ou du "Groupe Rodolphe", ces associations se composent d'anciens mineurs agissant bénévolement pour la survie du patrimoine, de la mémoire, de leur métier et tout ce qui a trait à l'activité minière. Malheureusement, selon certains mineurs concernés, l'aide des MDPA est limitée et ceux qui s'investissent sont assez peu nombreux. Néanmoins leur action est efficace. La récente intégration du carreau Rodolphe à l'Écomusée d'Alsace(à Ungersheim), diligentée par la CCBP, relève d'une réelle volonté politique, le travail de mémoire étant avant tout  une déclinaison publique d'identité. Demeure cependant  une interrogation quant à l'efficacité de ces musées dans l'entretien de l'identité minière.

Visite muséologique sur le carreau Rodolphe à Pulversheim : les étapes de la visite

Désormais intégré à l'Écomusée , le carreau de fosse Rodolphe fait revivre, le temps d'une visite, tout un passé lié à l'extraction de la potasse. Le parcours muséologique se fixe différents objectifs de transmission de mémoire :

  • l'apparition d'un monde industriel spécifique transformant le paysage et les modes de vie alsaciens ;
  • l'espace industriel en tant que lieu de production : chevalement, machine d'extraction, recette supérieure (bâtiment d'où sont gérés les flux des berlines et des mineurs à l'entrée supérieure du puits) ;
  • la disparition de ce monde industriel et l'entretien de sa mémoire, aujourd'hui, sa renaissance par la création de nouvelles activités.

 

D'après le "Groupe Rodolphe", 2003

Images du patrimoine industriel du Bassin potassique, le carreau de la mine Rodolphe 2 :www.crdp-strasbourg.fr/artsculture/techno/mines/index.php

Le patrimoine industriel, pour quoi ? :www.crdp-strasbourg.fr/archi_pat/articles/DT3_archi_indus01.php

 

La cohésion territoriale se lit aussi dans l'existence de la Communauté de Communes du Bassin potassique (CCBP) regroupant les douze communes minières. Depuis sa création en 1995, elle s'est  certes chargée de la collecte sélective des déchets, du contrat local de sécurité, de l'insertion, du soutien aux personnes âgées et de la création du Pays de la Région Mulhousienne.

Mais aussi de la gestion des enjeux liés à la reconversion : cession du patrimoine minier aux communes, gestion des points noirs liés à la désaffection minière, ré-industrialisation. Le retrait en 2001 d'Ensisheim, pour des raisons liées à la répartition de la taxe professionnelle, n'a cependant pas empêché la commune de se porter solidaire d'enjeux communs liés au départ des MDPA.

La CCBP n'aurait certainement pas vu le jour sans une sensibilité marquée des communes au projet de fédération. Alors que le projet de la MDPA n'était pas de fédérer les douze communes du Bassin au sein d'une même identité mais de structurer la société minière qui lui fournirait et qui encadrerait la main d'œuvre. Néanmoins, CCBP et MDPA ont œuvré à la mise en commun de budgets nécessaires à la réalisation de projets municipaux et à la dynamisation économique du Bassin.

Retour en haut de page

Des forces de "dé-cohésion" territoriale

Bien avant que la reconversion n'engage le Bassin vers une autre forme de territorialité, plusieurs facteurs de décohésion territoriale d'ordre structurel prévalaient. D'abord, dans la nature même de l'aménagement de l'espace, la mine a induit des distorsions, en particulier dans la configuration géographique bourg (entre ville et village) /cité et cité/cité. De plus, l'arrêt successif de l'exploitation sur différents sites a entraîné des formes d'attachement au Bassin potassique très différentes d'une commune à l'autre. Ensuite, parce que le territoire minier ne s'est pas construit sur la base d'un espace vierge de toute logique administrative ou décisionnelle, une superposition imparfaite du maillage administratif a très vite remis en question le bien-fondé de l'espace de projet (espace de décision) calqué sur le territoire d'étude (Bassin potassique). Enfin, des polarisations diverses, des déséquilibres d'aménagement et l'intégration à de nouveaux espaces de projet semblent, a priori, s'opposer à la fédération du bassin.

Un premier facteur de dé-cohésion territoriale règne certainement dans l'opposition bourg /cité minière. Malgré la présence constante des Mines, de ses infrastructures, le bourg n'a cessé de vivre indépendamment de la cité. Une sorte de déconnexion géographique a contribué à maintenir son particularisme identitaire. L'opposition bourg /cité minière ressemblerait presque à une "discrimination" ou "ghettoïsation" voulue par l'entreprise minière. Cette ségrégation sociale est la conséquence de la volonté de rapprocher les mineurs de leur lieu de travail et de les y maintenir. On observe ainsi une nette opposition entre le bourg où demeure depuis toujours une majorité de non-mineurs et la cité où la société minière s'est pleinement accomplie. La carte ci-dessous met en évidence la distance physique séparant bourgs et cités, nonobstant les éléments de connexion (routes ou voies ferrées) qui font la jonction entre ces différentes unités spatiales. Précisons que si les cités minières sont l'élément essentiel de la structuration territoriale du bassin, elles ne se sont jamais réellement côtoyées. Édifiées à proximité des puits, elles ont vécu quasiment repliées sur elles-mêmes.

Par ailleurs, toutes les communes du Bassin ne sont pas connectées à l'activité minière et elles n'ont pas toutes manifesté la volonté de se fédérer. Certaines, émancipées depuis déjà longtemps de l'activité minière ou déjà largement polarisées par Mulhouse, revendiquent moins leur attachement au Bassin potassique et au maintien de ce dernier comme territoire de projet. Des communes se réorientent vers des bassins de vie extérieurs au territoire minier. La carte, ci-dessus à droite, illustre deux éléments de déconnexion entre cités : la distance qui les sépare et la période de fermeture du ou des puits auxquels elles sont rattachées. Ce dernier aspect est à nuancer. Au cours de l'épopée minière, chaque cité n'était pas totalement rattachée à un carreau minier en particulier. Par exemple, des mineurs de la mine Marie-Louise à Staffelfelden ne résidaient pas nécessairement dans la cité Rossalmend. Ils pouvaient très bien habiter la cité Joseph-Else. Néanmoins, d'après les témoignages de la direction des MDPA, une majorité de mineurs ou ex-mineurs résidents travaillaient dans la mine la plus proche. Les mineurs de Berrwiller, quant à eux, habitaient nécessairement ou à Staffelfelden (cité Staffelfelden ou Rossalmend) ou à Bollwiller (cité Sainte-Thérèse). En tout état de cause, la carte met aussi en évidence l'effet produit par l'arrêt d'une activité minière à proximité même d'une cité. À chaque fermeture, c'est une part des MDPA qui disparaît, d'autant plus ressentie par ses mineurs, ex-mineurs et familles de mineurs, que cette désaffection ne remonte pas loin dans le temps.

On observe une corrélation positive entre le niveau d'attachement au Bassin potassique et l'importance de l'activité minière dans l'histoire communale : présence d'un carreau de fosse et activité minière n'ayant que récemment disparu. En 2001, les communes les moins attachées au bassin (entre 30 et 40% des personnes interrogées lors d'une enquête menée en 2001 [5] faisaient partie de l'agglomération mulhousienne : à savoir Kingersheim, Richwiller et Wittenheim. Soit ces communes n'ont jamais connu d'activité minière sur leur territoire (cas de Richwiller, Kingersheim), soit elles en ont été affranchies depuis plusieurs années déjà, voire plusieurs décennies (cas de Wittenheim). La commune d'Ensisheim revendiquait aussi un certain détachement vis à vis du territoire minier (28% des sondés n'y sont plus attachés) et confirmait sa situation de commune périphérique. Inversement, la commune de Staffelfelden, qui affichait la plus faible proportion de détachés (11%), demeurait très marquée par l'occupation minière. Ceci s'explique par l'existence de nombreuses cités minières et la présence encore fraîche d'une exploitation minière qui n'a pris fin qu'en 2001.

On peut aussi faire le lien avec la part de la population résidant en cité minière et le patrimoine minier. Une première commune, Wittelsheim, répond tout à fait à la corrélation. Elle fait partie des communes les plus attachées au Bassin et la plus récemment affranchie de l'activité minière. Et elle compte de plus la plus grande proportion d'habitants en cité minière par rapport à sa propre population mais aussi par rapport à celle du Bassin (5 881 habitants pour 10 300 habitants à Wittelsheim et 63 800 dans tout le Bassin potassique). C'est aussi une commune dont le patrimoine minier est conséquent (34% du ban communal c'est-à-dire de son finage, de son territoire) et dont le paysage demeure fortement marqué par la présence des MDPA. Staffelfelden et Pulversheim sont aussi des communes affranchies de l'activité minière depuis moins de trente ans et comprennent une importante proportion de résidents en cité minière par rapport à la population communale. Staffelfelden possède le patrimoine minier le plus important (46% du ban communal), ce qui se ressent dans les perceptions de ses habitants.

Un ensemble de communes sont plus moyennement attachées au Bassin potassique. Ruelisheim, qui comprend une assez forte proportion de résidents en cité minière (952 sur 2 692) mais dont l'activité minière est ancienne et ne représente que 5% du ban communal. Elle est par ailleurs assez proche de Mulhouse. Quatre communes, Ensisheim, Ungersheim, Feldkirch et Bollwiller, sont également moyennement attachées au bassin ce qui semble cohérent : elles comprennent une proportion moyenne d'habitants en cité minière (respectivement 1 843 sur 6 640, 461 sur 1 800 et 150 sur 917 et 814 sur 3 579) et ce sont des communes dont le patrimoine MDPA sur le ban communal est relativement faible (il n'excède pas 15%). La commune de Berrwiller est une commune particulière car sans cité minière, où le patrimoine MDPA est très peu présent (moins de 5% du ban communal) : elle est cependant assez attachée au Bassin potassique (c'est le cas de 70 à 80% des personnes interrogées). Cela peut entre autres s'expliquer par la présence encore fraîche d'un passé lié à quarante ans d'activité minière dans cette commune (1961-2001).

Les communes les moins attachées au bassin, Kingersheim et Richwiller, comprennent une faible part de leur population résidant en cité minière (900 et 1 044 pour une population respective de 12 098 et 3 463 habitants) et un patrimoine minier de faible importance occupant moins de 15% du ban communal. Si Wittenheim a plus du tiers de sa population en cité minière (6 630 sur une population totale de 15 159 habitants) et une emprise foncière des MDPA assez importante (23% du ban communal), son détachement peut s'expliquer par l'urbanisation galopante que cette ville connaît depuis les vingt dernières années et sa proximité de Mulhouse.  Ce qui a polarisé Wittenheim vers l'agglomération et ainsi modifié les perceptions et les représentations territoriales.

Des corrélations entre attachement des habitants au Bassin potassique, ancienneté de l'affranchissement minier, importance de l'habitation en cité minière et présence du patrimoine minier au sein de chaque commune minière

Le regroupement des communes dans ce tableau correspond à l'ordre suggéré par le texte qui précède :

  • groupe 1 = Wittelsheim  Staffelfelden  Pulversheim
  • groupe 2 = Ruelisheim Ensisheim Ungersheim Feldkirch  Bollwiller
  • groupe 3 = Kingersheim  Richwiller  Wittenheim  Berrwiller

Retour en haut de page

Conclusion

Comment le Bassin potassique fait-il encore "territoire" ? Par l'habitation : la cité minière, encore prégnante dans le paysage. Par l'appropriation et la pratique, individuelle et collective, d'un paysage spécifique (carreaux miniers) aujourd'hui transformé par des zones d'activités prometteuses telles le Bioscope (parc d'attraction sur l'environnement et la santé installé à Pulversheim). La superposition quasi parfaite jusqu'en 2004 d'un espace physique, d'un espace approprié et d'un espace de projet (Communauté de communes du Bassin potassique) a permis d'affirmer la pertinence de la gestion et des actions engagées par l'espace de décision, en l'occurrence la Communauté d'agglomération de Mulhouse Sud-Alsace.

Mais le poids de l'agglomération de Mulhouse, la situation et les projets transfrontaliers (l'Eurorégion "Regio TriRhena", ex Regio Basiliensis) ainsi que les nombreux flux de travailleurs inhérents à l'espace du Rhin supérieur tendent à exporter en dehors du Bassin potassique les bassins d'emplois, les bassins de vie et à créer des unités urbaines centrifuges.

Des divisions administratives multiples, comme le cisaillement, en 2004, du Bassin potassique par la Communauté d'agglomération de Mulhouse Sud-Alsace ou encore par le Pays de la région mulhousienne ont tendance à mettre de côté les intérêts du territoire minier au sein d'enjeux plus globaux.

La volonté de fédérer n'a pas été la même dans toutes les communes du bassin. Certaines, émancipées depuis déjà très longtemps de l'activité minière ou encore polarisées exclusivement par l'agglomération mulhousienne, ont affirmé un attachement moindre au Bassin potassique et à son maintien en tant que territoire de projet.

 

Notes

[1] Cette page est une adaptation de la présentation réalisée pour la soutenance de thèse de l'auteur le 7 mars 2006 à l'École normale supérieure - Lettres Sciences humaines : "Territorialité, durabilité : un seul enjeu ? - Réflexion sur la mise en œuvre d'un développement territorial durable à partir d'un exemple: le Bassin potassique alsacien".

[2] La potasse est un minerai formé essentiellement de chlorure de potassium et de chlorure de sodium, utilisé comme engrais indispensable à l'agriculture

[3] Les déchets des mines de potasse d'Alsace (30 millions de tonnes) doivent être traités. Ce minerai, dont l'objectif principal était la production de potasse pour la fabrication d'engrais, comporte l'extraction dans un premier temps du chlorure de potassium puis du chlorure de sodium. Le résidu issu de ce traitement fait l'objet de diverses appellations (schistes des mines de potasse, résidus R2, …). Il a l'aspect d'un sable limoneux dont la teneur en chlorure de sodium est de 5% à 10%.

L'exploitation des mines de potasse côté alsacien est la principale origine de la pollution de la nappe phréatique d'Alsace par les chlorures. Jusque dans les années 1950, le sel résultant du traitement du minerai de potasse a été stocké en terrils sur des terrains non étanches. Les eaux de pluie, lessivant ces terrils, ont entraîné progressivement dans la nappe le sel dissout, et donc les ions chlorures. Par ailleurs, et jusqu'en 1976, une partie de ce sel extrait était rejetée dans l'Ill et la Thur, deux cours d'eau qui s'infiltrent dans la nappe. Depuis 1976, la totalité du sel est rejetée dans le Rhin, par l'intermédiaire d'un saumoduc, dans le respect de la Convention internationale de Bonn visant à limiter les teneurs en chlorures dans les eaux du Rhin.

Des travaux importants ont été engagés par les MDPA pour supprimer la pollution à sa source : dissolution accélérée des terrils et reprise de la saumure dans des puits de fixation, puits de dépollution, végétalisation des terrils, etc.

Les actions de dépollution de la nappe et de traitement des terrils font intervenir divers partenaires financiers : MDPA, Agence de l'eau Rhin-Meuse, Région Alsace, Union européenne (fonds FEDER pour les procédés innovants).

[4] Dans ce contexte, le terme réinvestissement renvoie plutôt au champ de l'économie et réhabilitation à celui du patrimoine naturel et culturel. Le terme de reconversion renvoie plutôt au champ du social, réaménagement à celui du spatial.

[5] L'enquête a été menée en juillet 2001. Elle a consisté à recueillir des perceptions et des représentations des habitants du Bassin potassique vis à vis de leur territoire et de la reconversion du Bassin. Elle adopte la méthode du cabinet Enquête et Opinion, société d'enquête basée à Metz, qui nous a aidé, la direction des MDPA et moi-même, à mettre en forme le questionnaire et à traiter statiquement les réponses. Après une approche qualitative par entretiens semi-directifs, qui a permis des préciser les hypothèses et d'élaborer le questionnaire, près d'un millier de personnes (sur quelque 60 000 habitants que compte le Bassin potassique) a été consulté.

Retour en haut de page

Bibliographie interactive

  • Baudelle, Guy - Le système spatial de la mine, l'exemple du bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, HDR,   1996
  • Brunel, Sylvie - Le développement durable - Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 127 p. - 2005
  • Brunet Roger - Le Territoire dans les turbulences - Montpellier : RECLUS, coll. "Géographiques", 223 p. -   1990
  • Chassande, Pierre - Développement durable. Pourquoi ? Comment ? - Aix-en-Provence, Edisud, 191 p. -   2002
  • Debardieux, Bernard ; Vanier, Martin (dir.) - Ces territorialités qui se dessinent, préface de Jean-Louis Guigou - Paris, Éditions de l'Aube, DATAR, 268 p. - 2002
  • Di Meo, Guy - Géographie sociale et territoires - Paris, Nathan Université, Fac Géographie, 320 p. - 1998
  • Frémont ....
  • Hitter, René - Au Pays des gens de la Potasse, Colonie Langenzug - Mémoire Collective, 40 p. - 1989
  • Holz, Jean-Marc - Gérer l'espace - Presses universitaires de Perpignan - 1992
  • Miossec, Alain ; Arnould, Paul ; Veyret, Yvette - "Vers une géographie du développement durable" - Historiens et Géographes, n° 387, Union Géographique Internationale, Comité National Français de Géographie, 260 p. - 2004
  • Rietsch, Michel - Du sel et des hommes : un siècle de mines de potasse d'Alsace - Strasbourg,  Nuée bleue, 125 p. - 2003
  • Schweitzer, Sylvie (dir.) - Logiques d'entreprises et politiques sociales des XIXe et XXe siècles - 5èmes entretiens du Centre Jacques Cartier, septembre 1992, Schweitzer Sylvie dir., Lyon, Programme Rhône-Alpes, Recherches en Sciences Humaines, Montréal, Éd. par le Centre de coopération inter-universitaire franco-québécois, 255 p. - 1993
  • Saisons d'Alsace - Potasse : un bassin de savoir-faire - in n° 92, Éd. de la Nuée-Bleue - juin 1986
  • Torres, Félix - L'envol des cigognes : histoire du groupe EMC - Paris, Albin Michel, 400 p. - 1999
  • Veyret, Yvette (dir.) - Le développement durable, approches plurielles - Paris, Hatier, 288 p. - 2005
  • Wackerman, Gabriel - Le Pays de la potasse. Des lieux et des hommes - Illkirch, Le Verger éditeur, 112 p. - 1989
  • Zuindeau, Bertrand (éd.) - Développement durable et territoire - Lille, Presses Universitaires Septentrion, 289 p. - 2000

Pour compléter, pour prolonger

 

François Besancenot, UMR 5600, docteur en géographie,

avec la collaboration de Paul Arnould, professeur à l'ENS de Lyon,

Mise en page web : Sylviane Tabarly

pour Géoconfluences le 23 juin 2006

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   23-06-2006

 


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial
Actions sur le document