Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (transversaux) Mobilités, flux et transports Des outils pour étudier les transports maritimes à travers l'exemple de la mer Baltique

Mobilités, flux et transports

Des outils pour étudier les transports maritimes à travers l'exemple de la mer Baltique

Publié le 31/05/2013
Auteur(s) : Nicolas Escach, allocataire-moniteur Ecole Normale Supérieure de Lyon, UMR-5600 EVS
Arnaud Serry, maître de conférences en Géographie, Université d’Orléans, CEDETE, chercheur associéau CIRTAI (UMR 6266 – IDEES)
Marie-Christine Doceul, DGESCO-ENS Lyon

Cette sélection de termes du domaine des transports maritimes est accompagnée d'un corpus de documents en lien avec l'espace baltique. Pour comprendre le fonctionnement du système, voir l'article scientifique de Nicolas Escach et Arnaud Serry, Les ports de la mer Baltique entre mondialisation des échanges et régionalisation réticulaire.

Armateur / armement | Autoroute de la mer | Avant-pays / arrière-pays | Conteneur / conteneurisation | Corridor de transport  | EVP |   Façade maritime / rangée portuaire | Feeder/feedering | Ferry (ou car ferry) | Gateway | Hub and spoke | Hub | Ligne régulière | Marchandises | Range / rangée | Roulier / ro-ro / ro-pax | Terminal | Tirant d’eau et tirant d’air | Train-bloc | Tramping | Vrac / vraquier
 

Armateur / armement

L'armateur est celui qui "arme" et exploite le navire. C'est en général une société de capitaux. Les trois plus grands armateurs mondiaux de porte-conteneurs sont le danois APM-Maersk, le suisse Mediterranean Shipping Company et le français CMA-CGM.
L'armement, c'est l'ensemble du personnel et du matériel nécessaires pour qu'un navire puisse naviguer en conformité avec les règles internationales. Par exemple, en plus du personnel, l'armement peut comprendre les provisions, les cordages, les moteurs, les gilets de sauvetage, les médicaments, etc.

Source : www.maersk.com

Le groupe danois Maersk avec sa filiale Maersk Lines est le plus grand armateur de porte-conteneurs du monde : il arme près de 550 navires pour une capacité de 2.2 millions de conteneurs en 2013.

Autoroute de la mer

L'autoroute de la mer, concept de l'Union européenne, représente une alternative maritime au transport terrestre pour relier différentes régions européennes. Elle vise au transfert massif de fret vers le trafic maritime, par la régularité, la fréquence, l'efficacité et l'intégration dans la chaîne logistique, tout en offrant un coût compétitif par rapport au transport routier.
 

Avant-pays / arrière-pays

L'avant-pays (foreland) désigne l'ensemble des pays desservis par les lignes ou dessertes régulières qui touchent un port.
L'arrière-pays (hinterland) est l'aire d'attraction et de desserte continentale d'un port ou en termes économiques son aire de marché continentale. Son extension est fonction de l'avant-pays du port, des qualités et de la densité des réseaux de dessertes terrestres, de la qualité de ses services portuaires ou aéroportuaires L'extension continentale d'un arrière-pays, sa profondeur, déterminent directement l'étude des façades maritimes. La qualité d'un avant-pays ou d'un arrière-pays est déterminée par les relations fonctionnelles existant entre le point considéré (port, aéroport) et ses zones de desserte. Leurs limites ne sont ni rigides ni intangibles. C'est le géographe français André Vigarié qui a proposé, dans les années 1960, la notion de tryptique arrière-pays, avant-pays et port en position d'interface physique et organisationnelle.
 

Depuis le port de Kiel (Allemagne), des camions la région de Moscou acheminent par la route les marchandises vers l'hinterland russe.

L'avant-pays du port de Hambourg représenté sur un globe situé dans le centre commercial Hanseviertel.

Conteneur / conteneurisation

Les conteneurs sont des boîtes métalliques de dimensions normalisées, de 20 et 40 pieds de long (6 et 12 m) dont l'utilisationpour le groupage de marchandises a été imaginée par l'américain Mac Lean en 1956. Leur usage s'est étendu à tous les modes de transport et il en existe aujourd'hui différents types, en fonction de leur utilisation : conteneur standard, conteneur réfrigéré, conteneur citerne. Leurs normes techniques répondent à des conventions douanières internationales. Les grands ports, les plates-formes multimodales ont dû s'adapter aux normes imposées par la conteneurisation : systèmes de manutention, aires de stockage suffisantes.
La tendance est depuis 30 ans à la conteneurisation du transport des marchandises diverses, mais aussi de certaines marchandises traditionnellement transportées en vrac, avec un rythme de croissance de 7 à 8 % par an. Aujourd'hui, la plupart des lignes régulières sont des services conteneurisés. En effet, la conteneurisation offre trois avantages décisifs : une très forte productivité lors des manutentions portuaires, des économies d'échelle permises par la taille croissante des navires et l'intermodalité qui consiste à transporter la marchandise de porte à porte à l'intérieur du même conteneur sans rupture de charge. La conteneurisation est devenue l'épine dorsale de la mondialisation.

Sur le port de Copenhague, conteneurs EVP des compagnies Hanjin (Corée du Sud), APL (Singapour), Evergreen (Taïwan), et GE Seaco (Chine)

Les corridors de transport transeuropéen sont des grandes infrastructures de transport visant à l'interconnexion des réseaux nationaux.

Corridor de transport

Un corridor, au sens général, est un espace géographique dans lequel les régions sont parfaitement interconnectées par des liaisons terrestres ou maritimes plurimodales.
Un corridor est aussi une voie de transit au régime administratif particulier facilitant le passage des marchandises lorsque les conditions géopolitiques sont défavorables et/ou les territoires enclavés. Les corridors de transport sont des outils indispensables à l'ouverture des économies de certains pays enclavés.
Un corridor de fret (freightway ou freeway) est une infrastructure exploitée en commun par plusieurs gestionnaires pour permettre la circulation sur un même itinéraire.
L'UE a mis en place des corridors ferroviaires réservés au fret transeuropéen. Ils sont destinés à renforcer, en commun, le recours au transport ferroviaire des marchandises par l'attribution de sillons – périodes durant laquelle une infrastructure donnée est affectée à la circulation d'un train entre deux points du réseau ferré – sur le mode du guichet unique (une agence européenne interlocutrice). Ces corridors sont totalement ouverts à la concurrence et les sillons peuvent être attribués à n'importe quel opérateur agréé.
En milieu maritime, les rails sont des couloirs de navigation mis en place au sein d'espaces maritimes très fréquentés afin de limiter les risques de collision et de pollution accidentelle. Leur officialisation par l'Organisation maritime internationale (OMI) date de 1979. De tels rails reposent sur l'organisation de dispositifs de séparation du trafic (DST).
 

EVP

Abréviation française pour Equivalent Vingt Pieds (TEU en anglais). Unité de mesure pour exprimer une capacité de transport en multiple du volume standard occupé par un conteneur 20 pieds. Par exemple, un PC de 1500 EVP désigne un navire porte-conteneurs d'une capacité équivalente à 1500 conteneurs de 20 pieds (6 m).

Sur le port de Copenhague, des conteneurs standard de 20 pieds ou 1 EVP à droite, et de 40 pieds ou 2 EVP à gauche

La part de la Northern Range et des autres façades européennes dans le trafic conteneurisé européen, d'après T. Notteboom, Concentration and the Formation of Multi‐Port Gateway Regions in the European Container Port System : an Update Journal of Transport Geography, 2010, n°4

Façade maritime / rangée portuaire

Une façade maritime peut être définie comme un ensemble de ports faisant interface entre un avant-pays maritime et un arrière-pays terrestre. Cet espace est avant tout fonctionnel et ne peut se réduire à des limites arbitrairement fixées.
Les ports, notamment les main ports (Anvers, Rotterdam, Singapour, etc.) jouent un rôle clef dans l'interface terre-mer des façades et constituent des points nodaux incontournables des échanges internationaux et domestiques. Leurs infrastructures ont dû s'adapter, au fil du temps, aux évolutions économiques et technologiques. Leurs performances dépendent de la qualité et de l'étendue de leurs avant-pays et arrière-pays.

Cet ensemble fait système et peut être appelé « rangée portuaire » (ou parfois « rangée maritime ») quand certaines conditions sont réunies, comme le recouvrement au moins partiel des aires de desserte continentale, l'insertion dans des services communs de lignes régulières à escales multiples intra-régionales, l'harmonisation des régimes douaniers et des rythmes de trafic portuaire entre les ports ; l'ensemble témoignant d'un processus d'intégration régionale (Vigarié, 1979).

On peut identifier quelques grandes façades maritimes dans le monde.
Dans l'Atlantique :
- la Northern Range ou range nord-ouest ou range nord-européen, façade maritime de la mer du Nord de Dunkerque à Hambourg dans laquelle on englobe parfois Le Havre. L'Europe rhénane, qui inclut différents États (Suisse, Allemagne, France, Benelux), cœur économique de l'Union européenne, constitue l'essentiel de son arrière-pays. Cette façade est distancée aujourd'hui par la façade de l'Asie de l'Est et du Sud-Est,
- la façade orientale de l'Amérique du Nord, du Saint-Laurent au golfe du Mexique, est une autre interface importante.
Dans le Pacifique :
- la façade occidentale de l'Amérique du Nord, du Puget Sound à la Californie,
- la façade d'Asie de l'Est et du Sud-Est qui développe à un rythme élevé son potentiel, sa puissance. De Singapour à la Corée, en passant par les grands ports chinois, taiwanais, japonais, son avant-pays est d'échelle mondiale et son arrière-pays gagne peu à peu la Chine continentale en profondeur.

Feeder / feedering

Le feedering est une action de transbordement entre les grands navires de ligne (navires-mères) qui font escale dans un nombre limité de grands ports (hubs), et les plus petits navires (feeders) qui acheminent les marchandises vers des ports de plus petite taille que les armateurs ne desservent pas en ligne directe.
Le feeder est un navire de petit tonnage, permettant l’éclatement, sur différents ports à courte distance, d’une cargaison apportée dans un port principal par un gros navire faisant peu d’escales. Inversement, il assure la collecte de marchandises vers le port principal. Le feeder assure des rotations de courte distance complémentaires des services au long cours.

Feeder dans le port de Klaipėda (Lituanie)

Ferry de la compagnie danoise DFDS Seaways qui relie Copenhague à Oslo

Ferry (ou car ferry)

Le car ferry est un navire roulier transportant les passagers et leurs véhicules. Les véhicules entrent dans le navire par une porte ouvrant directement sur le garage.

Gateway

Un gateway est une porte d’entrée principale d’un continent ou d’un pays. Les marchandises sont diffusées à partir du gateway selon des modes différents. La polarisation de flux très importants sur le gateway a un impact sur le territoire environnant.

Hub and spoke

Terme emprunté à la mécanique : hub and spoke signifie moyeu et rayons. Le hub ou moyeu est le point vers lequel convergent les différentes lignes, assimilées à des rayons. Le réseau en hub and spoke privilégie un trafic en étoile autour d’un nœud. Par rapport au réseau totalement maillé, ce système a l’avantage de permettre des économies d’échelle dans un contexte de massification des flux.
La technique du hub and spoke a d’abord été employée par le transport aérien. C’est la compagnie de fret express FedEx qui l’a d’abord expérimentée pour les colis aux Etats-Unis en utilisant le hub de Memphis.
Le système s’est largement diffusé dans les années 1980. Le système a été adopté par le transport maritime dans les années 1990.

Le système du hub and spoke

Hub

Un hub est le noyau pivot d'un système de transport.
Le terme s'applique aux aéroports et il désigne la plate-forme de correspondance ou de regroupement des compagnies aériennes. Un hub aérien peut être de taille modeste : Clermont-Ferrand par exemple pour les lignes intérieures transversales en France, ou il peut avoir des dimensions considérables, internationales et domestiques : Atlanta en Amérique du Nord par exemple.
Le terme peut qualifier également les grands hubs maritimes ou ports-pivots qui servent de centre d'éclatement pour le transport des marchandises, en général conteneurisées. Le terminal à conteneurs est le lieu du transbordement des conteneurs entre les navires-mères engagés sur les grandes lignes transocéaniques et les navires feeder engagés sur des lignes régionales qui desservent des ports secondaires. Les transbordements peuvent se faire aussi entre navires mères. L’armateur danois Maersk a joué un rôle précurseur avec son premier hub d’Algésiras (Espagne).
Les hubs maritimes sont situés à l’intersection des grandes routes est-ouest et des routes nord-sud. Les hubs de transbordement n’ont pratiquement pas de trafic d’hinterland : Algésiras, Gioa Tauro, Marsaxlokk en Méditerranée, Salalah, Colombo, Singapour dans l’Océan Indien. Les hubs de la Northern Range sont des hubs de transbordement et des ports d’hinterland : Rotterdam, Anvers, Hambourg, Le Havre.

Ligne régulière

Une ligne régulière est un service régulier assuré par une compagnie maritime à des dates préétablies et selon un itinéraire fixe. Le navire prend dans chaque port d'escale les marchandises qui se présentent pour les destinations qu'il dessert.

Il existe plusieurs modes d'exploitation des lignes régulières :
- le service "tour du monde" (est-ouest) qui permet la couverture complète des marchés régionaux par les opérateurs globaux.
- le service pendulaire entre grandes régions : Europe du nord et Japon par exemple.
- le service feeder qui redistribue vers des ports secondaires. Les lignes régulières s'opposent au tramping.

Marchandises

Le trafic maritime de marchandises se décompose généralement en trois grandes masses :
− les marchandises diverses : conteneurs, remorques, palettes, fûts, caisses, tubes, sacs, colis, produits manufacturés…
− les vracs : marchandises non emballées et non arrimées constituant généralement la cargaison homogène d'un navire. Il existe deux sortes de vracs. Les vracs liquides sont principalement des produits pétroliers et chimiques, du gaz, ou des liquides alimentaires. Les vracs solides ou vracs secs sont principalement représentés par des céréales, du charbon ou des minerais...

Du vrac solide : bois dans le port d’Heltermaa dans l’île de Hiiuma (Estonie)

Range / rangée

Voir façade maritime

Roulier / ro-ro / ro-pax

Le navire roulier est conçu pour le chargement et le déchargement rapide par roulage de véhicules. Il est né lors de la Seconde Guerre mondiale. Il est particulièrement adapté à une géographie des détroits, des bras de mer, des îles.

Ro-ro est un accourci utilisé pour roll on-roll off, technique de manutention horizontale des navires. Les véhicules sur roues empruntent une rampe d'accès aux portes arrière ou latérales et des rampes intérieures fixes ou mobiles vers les différents ponts.

On appelle ro-pax de l'anglais roll on-roll off-passenger-ship, le navire roulier mixte capable de transporter des marchandises et des passagers.

Navire roulier dans le port de Klaipėda (Lituanie)
 

Navire ro-pax qui assure la liaison conteneurs et passagers entre Klaipėda (Lituanie) et Kiel (Allemagne) pour la compagnie DFDS

Terminal

Espace constitué d'un quai et d'un terre-plein qui permet la manipulation, le stockage et l'expédition ou la réception des marchandises et des voyageurs.
La spécialisation des terminaux s'adapte à la spécialisation des trafics et donne lieu à des investissements importants : appontements, entrepôts, engins de levage…

Le terminal vrac du port de Klaipėda (Lituanie)

Le terminal pétrolier (Klapėdos nafta) du port de Klaipėda en Lituanie

Le terminal roulier du port de Klaipėda (Lituanie)

Tirant d'eau et tirant d'air

Le tirant d'eau est la distance verticale entre la ligne de flottaison et le niveau inférieur de la quille. Le tirant d'eau varie selon le type de navire, selon son chargement et ses ballasts.
Le tirant d'air est la distance verticale entre la surface de l'eau et le point fixe le plus élevé du navire, à savoir la hauteur du bateau au-dessus de l'eau.

Train-bloc

Un train-bloc ou block train est un train complet de marchandises acheminé directement du point de départ au point de destination, sans remaniement intermédiaire.

 

Le train-bloc Viking stationné sur le port de Klaipėda (Lituanie) en partance pour Vilnius, Minsk, Kiev et Odessa

Vraquiers du port de Klaipėda chargeant du vrac sec à partir du terminal minéralier.

Tramping

Le tramping (de l'anglais tramp, vagabond) est un service de navigation qui, contrairement aux lignes régulières, n'est pas planifié d'avance. Le navire affrété transporte à la demande des marchandises en vrac. En général, ces chargements sont complets et ne comprennent qu'une sorte de marchandises, principalement du vrac, solide ou liquide : céréales, charbon, minerai, soufre, phosphates, bois, pétrole…

 

Vrac / vraquier

Le vrac est une marchandise chargée sans emballage, directement dans les cales des navires. On distingue deux sortes de vrac : le vrac liquide, principalement des produits pétroliers et chimiques, du gaz, ou des liquides alimentaires, et le vrac solide (ou sec) principalement des céréales, du charbon ou des minerais.
Le vraquier est un navire polyvalent capable de charger plusieurs types de vrac.


Sources et ressources en ligne

- Géoconfluences, glossaire
- Miossec, A. (sous la direction de), 2012, Dictionnaire de la mer et des côtes, PUR, 550 p.
- Rodrigue, J-P et al.,2012, The Geography of Transport Systems, Hofstra University, Department of Global Studies & Geography, http://people.hofstra.edu/geotrans/eng/glossary.html
- Port de Rouen http://www.haropaports.com/fr/rouen/grand-public/lexique-maritime
- Armateur Delmas http://www.lomag-man.org/glossaire%20dico/glossaires-dico-transport-maritime/glossaire-transport-maritime-fr-54553611.pdf
- Eurostat, International Transport Forum, 2009, Glossaire illustré, 4ème édition http://www.internationaltransportforum.org/Pub/pdf/09GloStat.pdf
- Port de Klaipėda http://www.portofklaipeda.lt

 

Actions sur le document