La frontière, discontinuités et dynamiques

Des frontières et des géographes

Publié le 16/10/2008
Auteur(s) : Hélène Velasco-Graciet, Laboratoire Ades-Dymset, Université de Bordeaux

L'intérêt porté aux frontières fut tout d'abord géopolitique, géostratégique, utilitaire pourrait-on dire car il répondait, en un premier temps, à des besoins politiques. Cet intérêt s'est ainsi manifesté assez précocement dans les sphères proches du pouvoir et s'est construit bien plus sur une compilation de cas particuliers que sur de quelconques essais de conceptualisation. Les savoirs et les savoir-faire qui en ont résulté ont été, selon Paul Claval, dans ces premiers temps, transmis oralement de génération en génération, au sein des familles proches du pouvoir.

Ces préoccupations relatives aux frontières sont récentes car ces dernières sont devenues de façon effective un objet de questionnement au moment de la formation des États. Ce sont les traités de Westphalie qui, à partir de 1648, imposeront progressivement un nouvel ordre géopolitique au sein de l'Europe, une Europe voulue comme un ensemble d'États, disposant de frontières précises et reconnues, et sur lequel le pouvoir exerce sa pleine et entière souveraineté.  Ces règles relatives à la mise en place d'un ordre géopolitique ont été pensées dès le XVIe siècle et se fondaient, entre autres, sur une idéologie plaçant en son centre la paix plutôt que la guerre, les processus de négociation plutôt que de conquête [2]. Antérieurement au XVIe siècle, de façon générale, la spatialisation des entités politiques sont vagues et les limites de leur exercice de pouvoir floues.

Née de préoccupations essentiellement politiques et stratégiques, l'étude des frontières s'est néanmoins constituée scientifiquement. Ainsi, les géographes qui s'y sont intéressés à partir du milieu du XIXe siècle, ont élaboré des méthodes, et ont initié une réflexion, à travers l'étude des frontières, sur les notions de territoire politique et de pouvoir. Ils ont progressivement dépassé ces seules préoccupations pratiques d'ordre stratégique et se sont dégagés, avec plus ou moins de bonheur, des relations ancillaires qu'ils entretenaient avec la sphère politique.  Leurs préoccupations sont alors apparues de facture spéculative.

C'est donc à la fin du XIXe siècle qu'une géographie des frontières se constitue. Elle est portée en Allemagne par Friedrich Ratzel (1844-1904), en France par Jacques Ancel (1879-1943) et en Angleterre par Halford J. Mackinder (1861-1947). Deux conceptions s'opposent alors. La première, portée par les penseurs français, définit la frontière comme un construit politique pouvant ou non s'appuyer sur un élément naturel (une montagne, un fleuve). Elle est conceptualisée notamment par J. Ancel comme la ligne de rencontre de deux forces politiques contradictoires, celles de deux États territorialement concurrents.

La conception allemande se fonde, quant à elle, sur le lien entre peuple et espace. La frontière est, pour ces géographes, vivante et mouvante dans le temps. Elle est considérée comme la marque spatiale de l'action géopolitique d'un État entre deux phases d'expansion. L'étendue d'un État et la forme (marge ou ligne) de ses frontières dépendent, toujours selon ces auteurs, de son degré de "civilisation" (du développement de sa culture, de son potentiel économique, etc.).

Le développement théorique du géographe allemand F. Ratzel sera repris après sa mort et connaîtra l'instrumentalisation politique mortifère qu'on lui connaît. D'ailleurs, le glissement de cette conception scientifique vers la sphère politique contribua à ce que la géopolitique reste attachée à l'image du régime nazi et qu'elle soit frappée d'un durable discrédit. Malgré tout, en France, quelques auteurs comme André Siegfried (1875-1959), Yann-Marie Goblet (1881-1955) ou Jean Gottman (1915 - 1994) persistèrent dans cette réflexion de facture politique et proposèrent des conceptions scientifiques renouvelées.

Des avancées à la fois théoriques et méthodologiques sont à retenir de cette première période dans les études consacrées aux frontières s'étalant schématiquement de la fin du XIXe siècle jusque dans les années 1970.

D'un point de vue théorique, il fut acquis très précocement que la frontière ne relève en rien de la nature, elle est au contraire un "construit" politique dont les formes matérielles peuvent être diverses (tout autant une montagne qu'une muraille). Dans une visée organiciste, elle est aussi considérée comme vivante, plus ou moins étanche, plus ou moins stable, mais jamais figée et pérenne. Pour les auteurs, et de façon générale, la frontière est à la fois une ligne (qui sépare et crée de la discontinuité) tout en étant zone (permettant toutes sortes d'échanges à la fois symboliques, matériels, pacifiques ou violents).

Mais les approches diffèrent quant à la temporalité accordée tant à la ligne qu'à la zone. Pour les géographes français, les deux formes coexistent, la ligne est coexistante de la zone. Dans la conception allemande, la zone précède la ligne au motif invoqué que plus un État sera fort et plus il marquera avec vigueur ses frontières jusqu'à une linéarité parfaite.

L'objectif en creux qui sous-tendait ces conjectures théoriques était de définir, ou du moins de cerner, ce que pourrait être une "bonne frontière". Aucune définition ne sera donnée ou du moins retenue car finalement donner une réponse ce fut immédiatement quitter la sphère de la connaissance scientifique et entrer dans la sphère du politique et de l'engagement avec tous les risques qui lui sont liés. Nous ne retiendrons ici et sans plus de commentaires, que les propos de Jacques Ancel : "la nature ne trace pas des bornes toutes faites à l'activité d'un groupe d'hommes ; il n'y a pas de bonne ou de mauvaise frontière : le qualificatif dépend des conjonctures".


Retour en haut de page

À côté de ces prémisses théoriques, ce sont les approches méthodologiques qui sont à relever et notamment un recours quasi systématique par les auteurs aux typologies. En effet, ces derniers s'attachent à en construire pour introduire chacun à leur manière un ordre dans la multiplicité des formes de frontières rencontrées. Ainsi, plusieurs typologies vont émerger. Certaines privilégient l'ancienneté des frontières (frontières ébauchées : en cours de traçage, vivantes : non stabilisées et enfin mortes). D'autres s'appuient sur les fonctions qui leur sont attribuées (frontière de contact ou frontière de séparation, frontière militaire, économique, etc.), sur leur statut juridique (frontière internationale, intra-étatique, etc.) ou encore sur l'intensité des relations socio-économiques qu'elles permettent (relations complètes, relations non significatives, etc.). Ce genre scientifique ne fut jamais vraiment abandonné même s'il correspond en règle générale à une période pré-paradigmatique d'ordonnancement de la réalité.

C'est à partir des années 1970, que de nouvelles perspectives de recherches apparaissent. Les recherches sur les frontières et plus généralement les recherches entrant dans le champ de la géopolitique vont alors sortir progressivement de la gangue de discrédit dans laquelle elles se trouvaient. La parution du premier numéro de la revue Hérodote paru en 1976 sous la houlette d'Yves Lacoste participera de ce large mouvement de décomplexion.

De plus, cette renaissance se situe dans un contexte politique et culturel bien particulier. Au sein des milieux intellectuels de l'époque, la crainte d'une uniformisation économique, sociale et culturelle mondiale émerge. L'étude des zones frontalières occultées par les politiques d'État, notamment dans le cadre des politiques d'aménagement du territoire, deviennent alors pour certains géographes des objets de recherche pertinents et capables de révéler des phénomènes socio-spatiaux qui avaient été écartés des analyses qui se concentraient bien plus au centre qu'aux marges.

Ainsi, étudier les frontières devient une façon opératoire d'approcher les sociétés et de déceler leurs rapports à l'espace. On pourrait, en ce sens, avancer l'idée que, dans les années 1970, c'est la mort de la frontière de facture moderne et géopolitique qui est annoncée. C'est dans ce sens que l'invitation proposée par le géographe québécois Jean-Paul Lacasse à l'ensemble de la communauté scientifique se place. Ce dernier propose enfin d'opérer une mutation du regard : "la frontière : de ligne, elle deviendra zone, de physique, elle deviendra culturelle, d'horizontale, elle deviendra verticale, de politique, elle deviendra régionale". D'ailleurs cet auteur et son collègue Henri Dorion proposeront de créer ce qu'ils appelleront la limiologie (une sémiologie des limite) car pour eux, "l'étude des frontières dans leur contexte régional reflète des concordances et des discordances entre, d'une part, les limites politiques et, d'autre part, les limites ethniques, linguistiques, économiques et historiques".

La proposition est donc d'analyser l'impact social des frontières nationales sur les populations locales et les économies régionales. Il s'agit en fin de compte de ne plus considérer les frontières comme le simple résultat de rapports de pouvoirs et de forces entre deux États concurrents. Approcher les frontières par les populations qui peuplent leurs abords permet ainsi de mesurer les phénomènes d'appropriation et de représentation d'une norme spatiale imposée (la frontière) par les individus.

C'est sûrement au finlandais Anssi Paasi (1996) que l'on doit le virage tant espéré. En travaillant sur la frontière sino-russe, il va adopter une double perspective croisée : mettre en perspective la frontière comme discontinuité politique entre deux États et observer les conditions d'appropriation de cette frontière par les populations locales c'est-à-dire les façons dont les populations frontalières expérimentent, produisent, reproduisent et transforment la frontière donnée et imposée. En analysant les traits et les processus structuraux d'une frontière nationale et en les rapprochant de leur signification dans les contextes quotidiens locaux, cet auteur élargit la perspective géographique classique et l'oriente vers une direction qu'il dit plus sensible aux méthodes anthropologiques et à l'histoire.

Il y a donc dans cette proposition théorique la volonté d'analyser les jeux d'échelle, du national au local, de dépasser une simple perspective d'emboîtement pour envisager des systèmes d'alliances et d'interpénétration plutôt que de superposition. D'ailleurs, ce changement de perspective a nécessité l'emprunt de notions nouvelles et peu usitées dans le champ disciplinaire comme celles de conscience socio-spatiale, de pratiques et de représentations quotidiennes sous contrainte (d'une idéologie nationale) définissant des critères particuliers d'appartenance.

Ce que l'on peut retenir de ces vingt dernières années dans les approches proposées par les géographes, c'est qu'ils envisagent la frontière comme un objet complexe permettant aussi de cerner les grandes mutations contemporaines comme : la suppression des frontières au sein de la Communauté Européenne ; l'apparition de nouvelles frontières entre pays riches et pays pauvres ; le surgissement de nouvelles discontinuités linguistiques, culturelles ; les frontières à l'épreuve des mobilités des individus, bien sûr, mais aussi des mobilités virtuelles via internet. Ces mutations invitent finalement à décentrer le regard des seules frontières nationales, internationales et à aller vers d'autres frontières, discontinuités plus floues, moins pesantes car moins institutionnalisées (Christian Bromberger).

Et c'est parce que le monde change, et avec lui les sociétés qui le composent, que le regard géographique sur les frontières connaît une belle transformation. Ces approches renouvelées des frontières et des zones frontalières se nourrissent avec fécondité tour à tour de travaux issus de disciplines connexes et de travaux géographiques menés sur des terrains lointains. Les géographes et les anthropologues ont en effet longtemps menés des travaux communs sur des terrains non occidentaux. Les uns et les autres, intéressés aux pays lointains et aux sociétés longtemps qualifiées de traditionnelles ont montré, dès les années 1950, que celles-ci avaient un rapport aux frontières extrêmement distinct de celui des sociétés occidentales.

En effet, les frontières, dans les sociétés traditionnelles, ne sont jamais fixes et linéaires. Elles sont au contraire, de manière générale, des marges floues, aboutissement d'une sorte d'emboîtement d'espaces allant d'un espace fortement approprié (l'espace cœur) vers des zones étranges et souvent considérées comme dangereuses. Loin d'être ignorées, refoulées, ces zones de marges sont au contraire incluses dans l'imaginaire des populations autochtones. Elles sont, dans le même sens, à la fois des lieux de pratiques, d'échanges et de conflits permettant une vitalité du social, de la connaissance de l'autre, du renforcement de l'identité et un espace propice à la diffusion cultuelle possédant une forte valeur symbolique. De plus les fonctions attribuées par ces sociétés aux zones frontière montrent qu'elles fonctionnent en réseau et qu'elles ne connaissent pas de véritables ruptures spatiales.

De plus, les recherches menées par les géographes, encore qualifiés d'africanistes, sur les zones frontière entre États africains (frontières tracées par les empires en 1885 lors du congrès de Berlin), en parallèle aux travaux transdisciplinaires relatifs aux discontinuités entre sociétés traditionnelles, dévoilent la difficulté de ne traiter la frontière que selon une seule perspective géopolitique.

En effet, les frontières internationales et imposées sont ourlées de zones de flux illicites, qui encouragent les échanges de tous ordres. Elles permettent aussi la mise en réseaux qui favorisent tant les relations entre groupes de part et d'autre de la frontière (échelle micro-locale) qu'entre pays (échelle nationale voire continentale). Il apparaît que la multiplicité des échanges licites et surtout illicites soit une adaptation des populations frontalières qui leur permet de vivre dans un contexte de crise économique et sociale sans précédent en temps de paix.

L'idée qui surgit aujourd'hui est que les populations transfrontalières, par leurs pratiques ordinaires, jouent avec, et de, la frontière qu'elles réinventent et dont elles adaptent les fonctions (de séparation ou de contact) qui lui sont attribuées. On voit par là que l'étude d'une frontière ne peut en aucun cas faire l'économie d'une analyse des territorialités des populations qui la côtoient.

Retour en haut de page

Notes

[1] Hélène Velasco-Graciet, Laboratoire Ades-Dymset, Université de Bordeaux

[2] Voir le site du Ministère des affaires étrangères :www.diplomatie.gouv.fr/archives/dossiers/westphalie/visite/visitd.html

Renvois bibliographiques

  • Ancel J. - Géopolitique, Paris, Bibliothèque d'Histoire et de Politique, 1936
  • Ancel J. (préfacé par André Siegfried) - Géographie des frontières, Paris, Gallimard, 1938
  • Bouquet C. et Velasco-Graciet H. (sous la direction de) – Regards géopolitiques sur les frontières, Paris, L'Harmattan, 2007
  • Bromberger C. et Morel A. (sous la direction de) - Limites floues, frontières vives, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, 2001
  • Claval P. et Sanguin A-L. - La géographie au temps de la chute des murs, Essais et études, Paris, L'Harmattan, 1993
  • Dorion H. - La frontière Québec-Terre-Neuve, contribution à l'étude systématique des frontières, Québec, Presses Universitaires Laval, 1963
  • Dorion H. et Hamelin L-E. - Contributions à une terminologie propre de la géographie politique : le cas des frontières internationales, Québec, Presses Universitaires Laval, 1974
  • Dorion H. et Lacasse J.-P. - "La notion d'intégrité territoriale et les problèmes des régions frontière du Québec", Cahiers de géographie du Québec, 18, n° 43, p. 137-157, 1974
  • Fourny M.-C. et Velasco-Graciet H. - "L'Eurorégion Aquitaine Euskadi Navarre, un espace frontalier émergent", p. 71-85, in Sud-Ouest Européen, n° 19, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005
  • Goblet Y.-M. - L'Irlande dans la crise universelle (1914-1920), Paris, librairie Félix Alcan, 1918, 2e édition, 1921.
  • Gottman J. - La politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin, 1952
  • Mackinder Halford J. - "The Geographical Pivot of History", Geographical Journal, London, p. 421-444, April 1904
  • Paasi A. - Territories, boundaries and consciouness. The changing geographies of the finish-russian border, Chischester, Editions Wiley, 1996
  • Ratzel F. - Géographie politique, Paris, Economica, 1988 (1897)
  • Siegfried A. - Tableau politique de la France de l'Ouest, Armand Colin, 1913
  • Velasco-Graciet H. – La frontière, le territoire et le lieu. Norme et transgression dans les Pyrénées occidentales, Pau, Thèse de doctorat, 1998
  • Velasco-Graciet H. - Territoires, mobilités, sociétés. Enjeux et contradictions géographiques, HDR, Laboratoire Ades-Dymset, Université de Bordeaux, 2006
  • Velasco-Graciet H. et Bouquet C. (sous la direction de) – Tropisme des frontières. Approche pluridisciplinaire, Paris, L'Harmattan, 2007
  • Velasco-Graciet H. – "La frontière, le douanier et le contrebandier", in Pyrénées Frontières, Pau, Editions du Pin à Crochets, p. 5-18, 2006

 

Hélène Velasco-Graciet,

Laboratoire Ades-Dymset, Université de Bordeaux

pour Géoconfluences le 11 mars 2008

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   16-10-2008

 


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial
Actions sur le document