Vous êtes ici : Accueil Glossaire Câbles sous-marins

Câbles sous-marins

Publié le 06/07/2014

Un câble sous-marin est un câble de télécommunication déposé au fond des mers et des océans par un navire câblier.

Les besoins mondiaux en capacité de transmission de données sont exponentiels. La bande passante internationale utilisée a plus que décuplé entre 2011 et 2018, et a plus que doublé rien qu'entre 2016 et 2018. En 2018, elle était de 989 Tbps, soit 989 000 milliards de Terabits par seconde.

Le premier câble sous-marin téléphonique date de 1858. La révolution est venue de l’essor des télécommunications mondiales et de la mise au point récente des câbles à fibre optique : 99 % du trafic intercontinental, Internet comme téléphone, transitait en 2014 par quelque 250 câbles sous-marins. Quelques lieux sont des points nodaux du réseau de câbles Internet, comme la station d'atterrissage de Bude, sur la côte occidentale du Royaume-Uni, qui accueille pas moins de 6 câbles. L'île de Hawaii occupe une place centrale dans l'organisation des réseaux transpacifiques. Tous les câbles sous-marins ne sont pas transocéaniques, car beaucoup d'entre eux relient deux points d'un même continent, comme dans l'Atlantique entre Fortaleza, Salvador et Rio de Janeiro au Brésil, ou un continent à une île, comme entre Toulon et Ajaccio.

Ce réseau est fragile. Les ruptures de câbles et les incidents sont fréquents, obligeant les opérateurs à entretenir une flotte de navires de réparation. Ces ruptures peuvent entraîner des dysfonctionnements d'internet et potentiellement des conséquences économiques graves dans les espaces les moins bien reliés. Un seul câble assure par exemple les deux tiers du trafic de l'Algérie, et des travaux de maintenance suite à une tempête ont entraîné deux jours de coupure partielle d'internet en 2017. L'archipel des Tonga a subi une panne de treize jours suite à une rupture de câble en février 2019.

Les câbles sous-marins intercontinentaux sont donc aujourd’hui un enjeu géopolitique pour les États, c’est ainsi que l’administration américaine a fait échouer en 2013 le déploiement d'un nouveau câble transatlantique New York-Londres, fabriqué par l’entreprise chinoise Huawei, jugée trop proche du gouvernement chinois. Ils sont aussi un enjeu pour les entreprises transnationales. La firme française Alcatel Submarine Networks (ASN) fait partie des firmes qui maîtrisent la chaîne de fabrication de ces câbles. Les GAFAM possèdent également leurs propres câbles. 

Pour compléter

 

(MCD) juillet 2014, mise à jour : (JBB) février 2019