Vous êtes ici : Accueil Glossaire Diagonale des faibles densités

Diagonale des faibles densités

Publié le 17/05/2017

La diagonale des faibles densités est une représentation commode des territoires moins peuplés que la moyenne française, formant une bande traversant le pays du Nord-Est au Sud-Ouest.

L’inquiétude pour une France « du vide » date de la fin du XIXe siècle, et elle est restée vive même après la fin de l'exode rural avec des ouvrages comme La France du vide de Roger Béteille (1981). Dès les années 1970, cependant, des géographes s’opposent au discours alarmiste et péjoratif sur les faibles densités (Oliveau, Doignon, 2016), et l’expression « diagonale du vide », qui a connu une grande fortune dans la géographie scolaire, est aujourd’hui abandonnée par les géographes.

Cette diagonale relierait une succession de territoires allant de la forêt des Ardennes aux Landes de Gascogne en traversant la Champagne, le Gâtinais, la Puisaye, le Sancerrois, le Berry, la Sologne, le Bourbonnais, la Marche, les Combrailles, le Limousin, le Périgord, et le Quercy. On note que pour certains de ces espaces, la faible densité n'est pas incompatible avec une certaine centralité : les maisons de Champagne sont fortement connectées à l’Europe et au monde via la commercialisation d’une production agricole renommée. On remarque également que la diagonale englobe des agglomérations non-négligeables comme Reims ou Limoges, qui disposent par exemple de services de haut niveau comme une université.

Cependant, certains des territoires cités précédemment sont bien en déprise. Alors que beaucoup d’espaces ruraux ont connu un retournement démographique bien documenté depuis la « Renaissance rurale » (Bernard Kayser 1990), de nombreux cantons connaissent encore un solde démographique négatif, moins à cause des départs qu’à cause des décès : la population âgée meurt progressivement, et le nombre de nouveaux arrivants susceptibles de faire des enfants ne suffit pas à la remplacer. D’autant que la faiblesse de l’emploi dans ces espaces limite les arrivées d’actifs au profit des retraités. Ce qui explique l’apparente contradiction entre un solde migratoire positif et un solde naturel négatif. La diagonale des faibles densités correspond, dans certains cas, aux campagnes fragiles identifiées par Pierre Pistre dans sa thèse de 2012. 

Pour autant, on trouve aussi des territoires de faible densité ailleurs que dans ladite diagonale, par exemple la partie occidentale du Bassin parisien, dans des départements comme l’Orne, ou encore en Lozère, département métropolitain ayant la plus faible densité de population. 

Pour compléter

 

(JBB), mai 2017