Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Différentiel (exploitation du)

Différentiel (exploitation du)

Publié le 08/03/2013

Le différentiel exprime le rapport entre deux grandeurs quantifiables ou la différence entre des normes juridiques ou des valeurs. L’exploitation de ce différentiel se fait de part et d’autre de la frontière en tant que discontinuité séparant des systèmes territoriaux contigus et différents. Il se manifeste par des configurations de type attraction/répulsion selon la position relative d’un espace par rapport à l’autre et il génère des flux.
Le différentiel frontalier peut être économique (différentiel de salaires, de prix), politique (différentiel de normes fiscales), démographique (main-d’œuvre disponible) ou encore d’ordre culturel (différence de pratiques ou de valeurs). Le différentiel produit des flux matériels ou immatériels avec des rayons d’action différents : produits de la contrebande distribués sur le territoire en profondeur, mobilités plus réduites de travail ou de résidence, aire de chalandise de centres commerciaux (en zone détaxée ou non).
On peut dire en ce sens que le différentiel est exploité comme une ressource par les différents acteurs à différents niveaux : les firmes délocalisent (modèle de la maquiladora), les actifs frontaliers jouent de l’avantage financier de résider d’un côté de la frontière et de travailler de l’autre, les États ou les collectivités territoriales gagnent ou perdent de la matière fiscale. Le différentiel participe aussi d’une économie frontalière spécifique : marchés, implantations d’entreprises (attirées par le coût de la main-d’œuvre, l’intérêt fiscal), économie formelle ou informelle (flux légaux/illégaux).

Voir dans ce dossier :
- un article de Valérie Morel et Sylvie Letniowska-Swiat, Entre logiques institutionnelles et pratiques spontanées de la frontière : la structuration d’un territoire périphérique autour du bas Maroni (Guyane)