Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Inde et Chine

Inde et Chine

Publié le 26/02/2013

Chine et Inde, pays les plus peuplés de la planète, dépassent le milliard d'habitants. Par leur histoire, millénaire, par la richesse de leurs cultures, par leur dimension continentale, par le nombre de leurs habitants, les deux géants d'Asie, qui entretiennent depuis leur indépendance des relations fréquemment conflictuelles, appellent naturellement la comparaison. Puissances émergentes, membres des BRICS et du G20, elles conduisent leur transformation à un rythme rarement égalé et sont devenues des moteurs majeurs de la croissance mondiale. Leurs choix de développement, différents, parfois même opposés, sont-ils durables ?

D'un côté, la Chine au régime autoritaire, répressif et pyramidal, administré par 80 millions de membres d'un Parti communiste issu de la Révolution maoïste victorieuse en 1949. De l'autre, l'Inde, démocratique depuis sa naissance lors de sa décolonisation en 1947, longtemps sous influence soviétique, a une bureaucratie plutôt tatillonne et le système des castes, par lequel une petite part de la population concentre l'essentiel des pouvoirs, reste prégnant.

C'est au détour des années 1990 que les deux pays ont entrepris de se transformer, mais à des rythmes et selon des méthodes différents. En Chine, la "Loi sur les Sociétés" de 1993 marque un tournant et l'accélération du processus de libéralisation. En Inde, en 1991, le nouveau premier ministre, P. V. Narasimha Rao, commença à transformer les structures d’une économie considérée comme trop rigide en tournant le dos à la planification de type soviétique et en démantelant le licence raj, système de barrières douanières et d'autorisations administratives pour les investissements et les biens d'équipement.
Les deux pays ont des spécialisations différentes dans l'économie-monde : l'industrie principalement pour la Chine, "pays atelier" de la planète ; plutôt les services pour l'Inde profitant de l'anglophonie d'une partie de sa population, n°1 mondial dans les services informatiques, mais aussi traditionnellement très présente dans l'industrie (textile, automobile, acier, etc.).

Les goulets d'étranglement et les difficultés y sont comparables. En Chine comme en Inde les inégalités se sont creusées ... mais la pauvreté extrême a eu plutôt tendance à régresser. Les problèmes environnementaux s'imposent de plus en plus : qualité de l'eau, de l'air, catastrophes écologiques et industrielles diverses. La saturation des infrastructures de transport peut être observée dans les deux pays mais sur ce plan, l'effort de la Chine a été massif, l'État central jouant un rôle moteur, les infrastructures sont en voie de modernisation rapide. Alors qu'en Inde, État fédéral et décentralisé, le retard est patent, les infrastructures sont obsolètes. Enfin et surtout, la question des ressources énergétiques : de ce point de vue aussi l'Inde semble avoir du retard sur la Chine qui pousse ses pions diplomatiques partout à travers la planète. Les deux pays sont en concurrence et en rivalité autour du pétrole et du gaz dans leur périphérie proche et parfois commune (en Birmanie par exemple).

Dans cette rivalité Inde / Chine, la question démographique pourra peser lourd. La population active de la Chine va décroître à partir de 2015 alors que la très jeune population indienne va continuer à s'accroître. Mais le système éducatif est plus égalitariste en Chine qu'en Inde : le taux d'illettrisme n'y est que de 6 à 7 % alors qu'il atteint 35 % en Inde. La Chine forme, par an, trois fois plus d'ingénieurs que l'Inde. D'ici quelques années, le choc Inde-Chine sera frontal en informatique, en biotechnologie. Les deux entités bénéficient des transferts (technologiques et scientifiques, financiers) et des réseaux de leurs diasporas respectives, bien implantées en Occident et plus particulièrement dans le monde anglo-saxon.

Chine - Inde : un tableau comparé
(valeurs approchées pour l'année 2014 par défaut)

 
Chine
Inde
   
Chine
Inde
PIB total (milliards USD)  
10 355
2 049
 
Population (milliards)
1 364
1 296
Taux de croissance annuelle moyen du PIB (en 2014)
6,9 %
7,3 %
 
Croissance démographique annuelle
(indice de fécondité)
O,4 %
(1,55)
1,25 %
(2,51)
PIB/hab (en PPA, USD) 7.400  1 570   Âge moyen 36 27
IDE à l'étranger (milliards USD)
541
120
 
Analphabétisme
5 %
37 %
Exportations (milliards USD)
762
313
 
Coefficient de Gini
0,47
0,368
Balance commerciale (milliards USD)
+ 260
- 154
 
Taux de chômage
4,1 %
8,8 %
Part de l'industrie / PIB total
42,7 %
30,1 %
 
Population en-dessous du seuil de pauvreté (%)
11,2 %
21,7 %
Part des services / PIB total
48,1 %
52,1 %
 
Téléphones portables (millions)
1 100
893
Part de l'agriculture / PIB total
9,2 %
17,8 %
 
Usagers de l'Internet (millions)
389
61,3
Production d'électricité (milliards de KWh)
5 398
871
 
Taux d'urbanisation
50,6 %
31.3 %

Source : ONU, CIA World Factbook, Banque mondiale

Pour dépasser cette analyse en forme de "match", qu'en est-il des relations entre les deux entités et quel rôle jouent-elles dans le monde ? Le rapprochement des deux aires de développement, dans les années 1990, tient à un effet de rattrapage consécutif à la normalisation des relations économiques et politiques entre les deux pays et à leurs complémentarités sectorielles. Poursuivront-elles ces rapprochements, comme pourrait le laisser penser la récente ouverture de la frontière entre Tibet et Sikkim ? Assistera-t-on à la création d'un binôme que certains qualifient déjà de "Chindia" ? Ou, à côté de ces dynamiques de rapprochement, leur mise en concurrence et leurs rivalités l'emporteront-t-elles ?

Sur la scène internationale, leurs partitions sont distinctes. La Chine a en main la carte de son siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. Les deux États font partie du G20, groupe de 20 pays qui s'opposent aux positions européennes et américaines dans les négociations de l'OMC.



Mise à jour :  février 2016