Vous êtes ici : Accueil Glossaire Local et localisme

Local et localisme

Publié le 15/02/2013

Plus petite échelle d'un axe qui va jusqu'au global, le local s'est imposé comme principe d'organisation de la territorialité. Paré de toutes les vertus, il a inspiré les contestations du pouvoir central, les politiques de décentralisation et les politiques de projet, selon la formule consacrée "small is beautiful" ! Il a légitimé la redéfinition du rôle de l'État, le "génie local" valant mieux que l'argent public. Le local est alors conçu comme un espace de mobilisation synergique des acteurs qui doivent "penser globalement mais agir localement". Projet local, développement local, échappant aux lourdeurs hiérarchiques et administratives, proches des "administrés", ont tous les gages de la réussite.

Mais l'idéologie du local, le localisme, poussée à l'extrême, peut trouver ses limites en favorisant l'isolement, le repli sur son pré-carré. On parle aussi de campanilisme pour désigner un attachement exclusif à sa ville d'origine. Certaines réticences à la coopération intercommunale peuvent illustrer cette attitude.

L'expression "collectivité locale" désigne officiellement, en France, les institutions gérant un territoire limité (commune, département), les "collectivités territoriales" renvoyant plutôt à la région et à des exécutifs élus au suffrage universel. Dans la pratique, il y a souvent confusion et fusion entre les deux dénominations.

Mise à jour : décembre 2013