Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Médias

Médias

Publié le 11/03/2013

Médias en Russie

Des médias indépendants sont indispensables au bon fonctionnement de toute démocratie alors que des médias inféodés au pouvoir ne peuvent que le renforcer. La liberté acquise par les médias en Russie était à mettre au crédit de la présidence de Boris Eltsine. Mais, depuis l’arrivée de Vladimir Poutine, le pouvoir central, par étapes successives, est intervenu pour museler bon nombre de médias indépendants.
Ainsi, en 2001, Media-Most, l'empire médiatique de l'oligarque Vladimir Goussinski (arrêté, puis libéré, aujourd'hui en exil en Espagne), a été démantelé et sa filiale, la chaîne NTV, appartient désormais à Gazprom sous contrôle du pouvoir. Boris Berezovski, aujourd'hui en exil à Londres, a perdu en 2002 ORT, première chaîne de télévision russe puis TV6 qui a réouvert sous contrôle du Kremlin. Désormais, toutes les chaînes de télévision sont placées, directement ou indirectement, sous le contrôle de l'État. Or, la télévision hertzienne est le seul média qui couvre tout le territoire de la Fédération.

La presse écrite, les journaux, paraissent, en apparence, avoir conservé davantage d'indépendance. Ils doivent cependant souvent composer pour conserver la possibilité de se faire distribuer et leur diffusion sur l'ensemble du territoire est limitée. Internet est devenu un moyen alternatif très utilisé pour diffuser l'information. Mais la liberté d'expression peut y être mise à mal au nom de la législation "anti-terroriste" et certains sites se trouver ainsi bloqués (voir RSF*). Selon Marie Mendras (Lettre prospective du Sénat, 2004) :

"Actuellement, nous observons une situation "d'entre-deux", ni tolérante et respectueuse des droits de l'Homme, ni systématiquement répressive. Il ne règne pas un climat de peur mais d'incertitude et de menace diffuse. Un journaliste indépendant peut certes travailler à peu près librement - certains sujets d'investigation portant sur le risque nucléaire et l'armée demeurent toutefois dangereux - tout en sachant qu'il peut, du jour au lendemain, être dissuadé d'approfondir ses enquêtes. Il en est de même pour le dirigeant d'une grande société productrice de matières premières." -

Anna Politkovskaïa, assassinée en octobre 2006, était la 42e journaliste tuée en Russie depuis l'effondrement de l'URSS. Trois journalistes ont été assassinés en 2006 ce qui porte à 21 le nombre de professionnels des médias tués dans le cadre de leur activité depuis l’élection de Vladimir Poutine en 2000. En 2007, le centre de formation des journalistes, Educated Media Foundation (ex Internews Russie), financé notamment par un programme Tacis européen et la Fondation Ford, a cessé d'exister.

- Le site de Reporters sans frontières (RSF) :  http://fr.rsf.org/
>Actualité et rapports annuels de Reporter sans frontières (RSF) sur la Russie : http://fr.rsf.org/russie.html
- Le Comité pour la protection des journalistes (Committee to Protect Journalists) : www.cpj.org/regions_06/europe_06/europe_06.html#russia

Mise à jour : septembre 2007