Vous êtes ici : Accueil Glossaire Nature et culture

Nature et culture

Publié le 12/03/2013

L'étude des relations entre les hommes et le milieu est aussi ancienne que la géographie, qui a parfois été définie comme la sciences chargée de les étudier, sous des expressions variées (Hommes-nature, nature-culture, nature-sociétés, etc.). L'appellation nature et culture renvoie à deux catégories de pensée d'ordre philosophique mobilisées, outre en géographie, dans toutes les sciences humaines et sociales, notamment l'anthropologie. L'interrogation sur la pertinence d'une frontière tangible entre ces deux catégories n'est pas nouvelle, et Élisée Reclus a pu écrire au frontispice de L'Homme et la Terre (1905) : « L'homme est la nature prenant conscience d'elle-même »

Selon certaines approches naturalistes voire fixistes, la nature préexiste à l'homme, elle désigne un état primitif par opposition aux effets de l'anthropisation. Mais la nature est pour d'autres un concept à fort contenu culturel : selon Augustin Berque, « la nature est forcément traduite en termes propres à une culture ; elle est intégrée au monde que l'homme est capable de concevoir, de percevoir et d'aménager. Dans ce cas, la nature ne se définit pas sans ou contre l'homme mais par l'homme. ». Une telle approche repose sur les apports théoriques du constructivisme

Parmi les penseurs ayant le plus contribué à renouveler l'appréhension de ces deux catégories de pensée, il faut citer Philippe Descola, par exemple dans sa leçon inaugurale au Collège de France : « Anthropologie de la nature », prononcée le 29 mars 2001. « En apparence, en effet, l’anthropologie de la nature est une sorte d’oxymore puisque, depuis plusieurs siècles en Occident, la nature se caractérise par l’absence de l’homme, et l’homme par ce qu’il a su surmonter de naturel en lui. Cette antinomie nous a pourtant paru suggestive en ce qu’elle rend manifeste une aporie de la pensée moderne en même temps qu’elle suggère une voie pour y échapper. » À partir du cas des relations entre hommes et oiseaux (tribus Nungar d’Australie avec le cacatoès et le corbeau, Indiens Otomi du Mexique avec le vautour noir, Jivaros Achuar avec le toucan, ou encore les interrogations de Descartes, Locke et Leibniz à propos du perroquet), Descola relativise la dichotomie entre nature et culture dans la pensée occidentale comme une « manière parmi d’autres de classer les entités du monde en fonction des propriétés que l’on choisit de leur attribuer, et non comme l’étalon absolu par rapport auquel doivent être mesurées les variations culturelles. »

Références

 

(ST, JBB) dernière mise à jour : mars 2018