Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Pratiques spatiales et quotidien en géographie

Pratiques spatiales et quotidien en géographie

Publié le 03/02/2021

Les pratiques spatiales sont les gestes habituels, les trajets réguliers, et plus généralement l’ensemble des microdécisions opérées par les groupes et les individus dans l’espace. L’attention portée aux pratiques insiste sur les individus et sur les échelles les plus fines, ce en quoi elle se rattache à la microgéographie qui est une géographie des microterritoires. Elle se place dans la continuité de la réflexion des anthropologues ou des philosophes qui ont analysé la façon dont les individus composent avec les contraintes imposées par les grands systèmes (État, pouvoir, société, institutions, groupes sociaux…), parmi lesquels Pierre Clastes, Michel Foucault et Michel de Certeau. Ce dernier écrit : « Mais à ces appareils producteurs d’un espace disciplinaire [décrit par Foucault dans Surveiller et Punir], quelles pratiques de l’espace [c’est l’auteur qui souligne] correspondent, du côté où l’on joue (avec) la discipline ? Dans la conjoncture présente d’une contradiction entre le mode collectif de la gestion et le mode individuel d’une réappropriation, cette question n’en est pas moins essentielle, si l’on admet que les pratiques de l’espace trament en effet les conditions déterminantes de la vie sociale. » (p. 146).

L’étude des pratiques spatiales vise donc à comprendre par quels arrangements, quels accommodements, de Certeau dirait « bricolages » ou « braconnages », les individus se forgent une existence spatiale, ou pour le dire autrement se ménagent un territoire, malgré les contraintes extérieures, ou en jouant avec ces contraintes. Cela revient à affirmer le quotidien comme temporalité légitime pour la compréhension des sociétés, et l’anecdotique comme un matériau digne d’être étudié. La déambulation piétonne et la collecte des traces imperceptibles sont des démarches possibles pour saisir cette temporalité : « l’acte de marcher est au système urbain ce que l’énonciation (speech act) est à la langue ou aux énoncés proférés » (ibid., p. 148).

Les recherches en géographie des marges, l’étude des « spatialités de l’individus » (Lussault, 2007), ou de l’habiter, mais aussi la géographie du tourisme ou la géographie culturelle, relèvent au moins en partie de l’étude des pratiques spatiales.

→ Voir aussi : pratiques touristiques

(JBB) février 2021


Références
  • Pierre Clastres, La Société contre l’État, 1974
  • Michel Foucault, Surveiller et Punir, 1975
  • Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire, 1980, réed. 1990 chez Folio essais.
  • Lussault, Michel. L’Homme spatial, 2007.
Pour compléter

Actions sur le document

Affiner les résultats par :