Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux États-Unis : espaces de la puissance, espaces en crises Géographie appliquée Visites virtuelles de quelques lieux de la puissance américaine

(Dossier) États-Unis : espaces de la puissance, espaces en crises

Visites virtuelles de quelques lieux de la puissance américaine

Publié le 07/07/2015
Auteur(s) : Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon

La distance est grande entre la France et les États-Unis : la distance euclidienne (5 800 km pour Paris-New York et 9 10 km pour Paris-Los Angeles), la distance-temps (environ 8 h de vol entre Paris et New York et 13 h entre Paris et Los Angeles) et la distance-coût (au moins 700 € pour un aller-retour à New York et 1000 € pour un aller-retour Paris-Los Angeles en juillet 2015 d'après les sites comparateurs de billets d'avion), pour se limiter à ces distances-là.

La visite virtuelle permet de s'affranchir des contraintes de la distance pour accéder à un site. La visite des lieux de la ville peut s'effectuer aisément avec Google Street View, service de visite virtuelle panoramique interactive lancé en 2007 aux États-Unis, qui permet de visualiser un panorama à 360°. Le dossier régional États-Unis de Géoconfluences en offre deux exemples :
- les maisons délabrées de Jefferson Street entre Scott Street et Napoleon Street (Greater Third Ward) à Houston, source : Google Street View, juillet 2014 dans l'article de Florence Nussbaum, « Quartiers fantômes et propriétaires invisibles. Les propriétés abandonnées, symptômes de la crise des villes américaines.»,
- Le Glen Town Center, un centre commercial d'un nouveau type en banlieue de Chicago, source : Google Street View, octobre 2011 dans l'article de Cynthia Gorrha-Gobin, « Le triomphe de la ville ou de la métropole ? Mise en perspective de deux débats dans le champ des études urbaines aux États-Unis ».

En outre, à partir de 2011, à l'intérieur de certains lieux spécifiques ont été réalisées des visites virtuelles (virtual tours) à destination des internautes. Les États-Unis sont en pointe dans ce domaine : ils affichent ainsi les lieux d'où rayonne leur puissance tout en utilisant une technologie qui est un élément de cette puissance. Nous proposons ici une sélection de cinq visites virtuelles de certains lieux de la puissance américaine, d'ordre politique, culturel, scientifique ou technologique.
 

1.La Maison Blanche à Washington

Cette visite s'effectue avec le service Google Art Project depuis 2012. Il s'agit ici d'une visite de quelques salles du premier et deuxième étages accompagnée de la présentation de 140 objets. La Maison Blanche est ici un musée plus qu'un lieu de pouvoir.
La navigation est en français et la présentation des objets en anglais.

Pour accéder à la visite virtuelle (dans une nouvelle fenêtre), cliquez ici.

La Maison Blanche : la Blue Room, salon de réception

Source : Google Art Project

2. Le Metropolitan Museum of Art à New York

Le Met est le plus grand musée américain par le nombre de visites (plus de 5 millions par an) et le 3ème au monde après le Louvre et le British Museum. Ouvert en 1880 à Central Park, au coeur de Manhattan, il réunit des collections très variées, enrichies par de nombreux dons et legs de riches collectionneurs.
Google Art Project  propose une visite virtuelle des deux étages et sélectionne 80 oeuvres.

Pour accéder à la visite virtuelle (dans une nouvelle fenêtre), cliquez ici.

Le Met, page d'accueil de la visite virtuelle

Source : Google Art Project

Le MoMA ou Museum of Modern Art, ouvert au coeur de Manhattan en 1929, possède une exceptionnelle collection d'art moderne et contemporain. La visite virtuelle du deuxième et du cinquième étage est complétée par une sélection de 108 oeuvres.
Le MoMA et le Metropolitan Museum of Art font partie des 17 musées qui ont participé au lancement du Google Art Project en 2011.
Bien d'autres musées américains sont disponibles en visite virtuelle avec le même service.

Pour accéder à la visite virtuelle (dans une nouvelle fenêtre), cliquez ici.

Le MoMa, cinquième étage

Source : Google Art Project

3. L'université de Harvard

La visite de l'Université de Harvard est proposée par la plate-forme Youvisit, dont le siège est à New York, qui produit et commercialise des visites virtuelles dans le monde entier. L'université privée située à Cambridge dans le Massachusetts est l'établissement d'enseignement supérieur le plus ancien des États-Unis (fondée en 1636), et est considérée comme l'université la plus riche du monde.
L'application montre 20 sites dont des salles de cours, des bibliothèques, des centres sportifs, des logements étudiants, avec pour chacun d'eux, une vue panoramique à 360°, des vidéos et des photos. Le commentaire audio est proposé par des étudiants d'Harvard en anglais, espagnol et chinois.

Pour accéder à la visite virtuelle (dans une nouvelle fenêtre), cliquez ici.

Harvard, le Science Center

Source : Youvisit

Un grand nombre d'universités américaines se sont dotés de visites virtuelles en ligne, comme le MIT, Massachusetts Institute of Techonology (situé aussi à Cambridge, Massachusetts), Yale (Connecticut) ou Berkeley (Californie).
Sur le site de Youvisit, la liste des universités ouvertes aux visites virtuelles est très fournie. On comprend que l'outil de visite virtuelle est utilisé pour attirer les étudiants à l'échelle nationale, continentale et mondiale.
 

4. Le centre spatial Kennedy de la NASA en Floride

Cette visite du complexe de lancement spatial situé en Floride s'effectue avec le service Treks Street View de Google Maps. Depuis 1966, les touristes peuvent visiter le Kennedy Space Center Visitor Complex et suivre un itinéraire à l'intérieur du centre en car. La visite virtuelle réalisée par Google Maps avec la collaboration de la NASA est riche de 6 000 vues panoramiques des installations, comme l'aire de lancement de navettes spatiales, la base et le sommet de la tour de lancement et la salle de contrôle.
L'introduction de la visite virtuelle est présentée en français et les vues sont commentées en anglais.

La page d'accueil de la visite virtuelle

Source : Google Treks Street View

Les lieux de la visite virtuelle

Pour accéder à la visite virtuelle (dans une nouvelle fenêtre), cliquez ici.

Parmi les hauts-lieux proposés à la visite virtuelle par Treks Street View, un autre se situe aux États-Unis : le Grand Canyon.
 

5. Google, centre de données de Lenoir (Caroline du Nord)

Il s'agit ici de la vidéo d'une visite guidée d'un centre de données (data center) à Lenoir (Caroline du Nord). La firme de Mountain View (Californie) a choisi d'implanter en 2007 un grand centre de données dans cette petite ville du pied des Appalaches où l'énergie électrique est abondante et utilisée depuis longtemps dans l'industrie du meuble. La visite conduit de la salle réseau aux tours de refroidissement extérieures. La visite peut être complétée par une visite individuelle en mode Street View.
Google se dévoile ainsi avec ses propres technologies pour mieux les vendre.

Pour la vidéo de la visite guidée sur Youtube (sous-titres en français), cliquez ici.
Pour la visite du centre de données en mode Street View, ici
.

Le centre de données de Lenoir : Google vu par Google

Source : Google

Les visites virtuelles donnent donc un moyen aisé d'accéder à quelques hauts-lieux de la puissance américaine. Ils la donnent à voir au sens propre. En même temps, ils le font avec des outils technologiques et avec des firmes qui sont les vecteurs actuels de la domination des États-Unis dans le monde : toutes ces visites virtuelles donnent à voir autant les technologies des firmes que les lieux concernés.. Le vaste projet de digitalisation globale de l'univers en cours a son centre aux États-Unis.
 

Pour compléter :

Le n° spécial d'Hérodote, Cyberespace : enjeux géopolitiques, 2014/1, n° 152-153.
Google Street View : la carte des zones du monde où Street View est disponible.
Les centres de données de Google : la carte des 13 centres implantés dans le monde.
 

Marie-Christine DOCEUL,
responsable éditoriale ENS-DGESCO,

pour Géoconfluences, le 5 juillet 2015

Retour en haut de page

Actions sur le document