Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux La France : des territoires en mutation Articles scientifiques À la découverte des territoires néo-industriels français

(Dossier) La France : des territoires en mutation

À la découverte des territoires néo-industriels français

Publié le 04/12/2019
Auteur(s) : Marjolaine Gros-Balthazard, Docteure en géographie et aménagement. Première assistante - Université de Lausanne
La désindustrialisation, c'est-à-dire le recul de l'emploi industriel, n'a pas touché uniformément le territoire métropolitain français. En étudiant les bassins de vie qui n'étaient pas parmi les plus industriels en 1975 et le sont devenus en 2012, on délimite un ensemble de territoires où l'emploi industriel s'est relativement maintenu ou a progressé. Le cas du Bocage Bressuirais est un bon exemple de ces territoires industriels, souvent ruraux et situés principalement dans le Grand Ouest.

Bibliographie | citer cet article

Malgré le processus de désindustrialisation à l’œuvre, l’industrie structure aujourd’hui encore nombre de territoires, tant socio-économiquement que spatialement. La désindustrialisation, définie comme une baisse relative de la part de l’industrie aussi bien en termes de valeur ajoutée que d’emplois, correspond en effet davantage à une transformation de l’industrie qu’à sa disparition. Sa diffusion n’a pas été uniforme, ni temporellement, ni spatialement et, pour paraphraser les termes de Le Blanc (2012, p. 26), les formes, les lieux et les manifestations de l’industrie sont devenues plus variées et diffuses.

En vue d’appréhender ce que sont les territoires industriels français aujourd’hui, il semble nécessaire de dépasser les représentations communes les assimilant aux régions de tradition industrielle, bien souvent caractérisées par une forte fragilité socio-économique. Pour cela, nous proposons d’établir un panorama de l’ensemble de ces territoires, en examinant la part de l’emploi industriel dans l’emploi total (à partir des données du recensement de la population de l’INSEE) à l’échelle du bassin de vie. Sur la base d’une comparaison des résultats obtenus en 1975 et 2012, quatre types de bassins de vie, dont trois industriels, peuvent être distingués((À chaque date, en l’absence de seuil de démarcation, sont retenus comme étant les plus industriels les bassins de vie dont la part de l’emploi industriel se situe dans le quartile supérieur.)) (figure 1 et tableau 1) :

  • 224 bassins de vie tradi-industriels : ils étaient parmi les plus industriels en 1975 et le sont encore en 2012 ;
  • 186 bassins de vie ex-industriels : ils étaient parmi les plus industriels en 1975 mais ne le sont plus en 2012 ;
  • 186 bassins de vie néo-industriels : ils n’étaient pas parmi les plus industriels en 1975 mais le sont en 2012 ;
  • Les autres bassins de vie : ils étaient relativement moins industriels en 1975 et en 2012 (catégorie résiduelle).
Figure 1. Schématisation de la méthode de définition des 4 types de bassins de vie

Gros-Balthazard — méthodologie de la typologie

 
Tableau 1. Part moyenne de l'emploi industriel en fonction du type de bassins de vie
  Moyenne française Tradi-industriels Ex-industriels Néo-industriels Autres
1975 30,3 % 50,5 % 41,4 % 24,6 % 24,5 %
2012 12,9 % 29,4 % 15,1 % 26,7 % 10,2 %

Source : Gros-Balthazard m.,données INSEE (Recensement de la population 1975 et 2012).

Note : En 2012, pour les bassins néo-industriels, la part la plus importante d’emplois industriels est de 58,8 % dans le bassin de vie de Collinée (Côtes-d’Armor).

 

Cette typologie révèle le déploiement non uniforme du processus de désindustrialisation : certains bassins de vie se sont désindustrialisés quand d’autres ont vu la part de l’industrie s’accroître dans l’emploi. C’est globalement le cas des bassins de vie néo-industriels. La plupart d’entre eux ne sont pas à proprement parler de nouveaux territoires industriels mais des territoires au relatif maintien ou développement industriel. L’industrie n’y était donc pas absente en 1975 mais son poids y était moins important que dans d’autres territoires (et plus faible en moyenne qu’à l’échelle nationale).

Pour renouveler le regard généralement porté aux territoires de l’industrie, c’est à la découverte de ces bassins de vie que propose de mener cet article en prenant appui sur des éléments d’analyses quantitatifs ainsi qu’une étude de cas : le Bocage Bressuirais, situé dans le département des Deux-Sèvres (figure 2). Ces bassins de vie concentrent en 2012, 7,5 % des emplois industriels français (3,6 % en 1975), contre 3,8 % de l’emploi (4,5 % en 1975) et 4,4 % de la population (4,4 % en 1975). Sont explorées quelques-unes de leurs grandes caractéristiques avant que ne soit étayé le cas du Bocage Bressuirais pour exemplifier le propos. Sans nier l’importance qu’ont pu avoir certaines politiques industrielles nationales, ce cas d’étude nous permettra de souligner le rôle des dynamiques endogènes dans le relatif dynamisme industriel de ces bassins : tissu de petites entreprises, essaimage, tissu social permettant la reconversion des salariés lors des fermetures, rôle des petits entrepreneurs locaux…

Figure 2. Localisation du Bocage Bressuirais

Gros-Balthazard — Localisation du bocage bressuirais

Source : IGN 2014. Réalisation : Marjolaine Gros-Balthazard ; habillage : JB Bouron, 2019.

 

1. Principales caractéristiques spatiales et économiques

Les bassins néo-industriels sont nettement localisés dans le Grand Ouest. Ils sont largement ruraux et périurbains, et marqués par la prégnance de l'industrie agro-alimentaire.

1.1. Une localisation dans l’Ouest

La représentation cartographique de la typologie présentée précédemment témoigne du rééquilibrage régional qui s’opère entre 1975 et 2012. La frontière historique, suivant la diagonale Le Havre / Marseille, qui a organisé pendant longtemps la géographie industrielle française, n’existe plus.

Figure 3. Typologie des bassins de vie industriels de France métropolitaine

Gros-Balthazard — Localisation des bassins de vie industriels

Sources : données INSEE (Recensement de la population 1975 et 2012), IGN 2014. Réalisation : Marjolaine Gros-Balthazard, 2019.

 

Les bassins de vie tradi-industriels et ex-industriels se trouvent majoritairement dans l’Est et recouvrent les contours des régions de tradition industrielle. À l’inverse, les bassins de vie néo-industriels se trouvent plutôt dans l’Ouest et incluent des territoires industrialisés plus tardivement en lien avec les politiques de décentralisation industrielle d’après-guerre (Albertini, 2006 ; Dézert et Verlaque, 1978 ; Georges, 1961 ; Guglielmo, 1985), sous l’influence de logiques sectorielles (sur lesquelles nous revenons plus loin) ou d’un desserrement francilien. Autre phénomène marquant, la carte montre la quasi-absence de bassins de vie industriels au sud de la ligne Bayonne-Genève. 

 
Encadré 1. La déconcentration industrielle

Comme dans de nombreux pays industrialisés, d’importants déséquilibres spatiaux sont apparents en France après la Seconde Guerre mondiale : l’excessive concentration parisienne (dénoncée par Jean-François Gravier (1947)dans le fameux Paris et le désert français), les premières crises des régions de tradition industrielle ainsi que la sous-industrialisation de l’Ouest et du Midi. Pour pallier ces déséquilibres, le pouvoir central agit à travers une « Direction de l’aménagement du territoire », présente au sein du Ministère de la reconstruction et de l’urbanisme, avant que ne soit créée la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR) en 1963. Son action s’appuie sur des freins à l’industrialisation parisienne en parallèle d’une stimulation de celle de la France plus fragile (Woronoff, 1998). Des mesures à la fois incitatives et restrictives en direction des entreprises industrielles sont ainsi déployées à partir des années 1950 (Albertini, 2006 ; Baudelle & Fache, 2015 ; Dézert, 1985 ; Dézert & Verlaque, 1978). Côté restrictions, à partir de 1955 est instauré un agrément préalable à toute extension ou création industrielle supérieure à 500 m² en région parisienne, complétée par la suite par l’institution d’une redevance et d’une taxe de transports. Côté incitations, des primes pour l’implantation hors région parisienne font leur apparition. L’Ouest du pays est alors perçu comme une zone de développement industriel.

Cette déconcentration industrielle volontariste ne fonctionne véritablement qu’à partir des années 1960 lorsque la stratégie décentralisatrice devient aussi celle des entreprises (Guglielmo, 1985; Woronoff, 1998). Elle va alors fréquemment de pair avec une segmentation géographique du processus de production, qui organise encore aujourd’hui en partie la géographie productive nationale : production abstraite (sièges sociaux, conception-recherche…) en région parisienne, production concrète en province. La main d’œuvre disponible et les différentiels de salaires rendent les zones rurales attractives, les plus attractives étant les petites villes et espaces ruraux se situant dans un rayon de 150 à 200 km autour de Paris (Dézert & Verlaque, 1978). Les effets spatiaux générés sont loin d’être négligeables. Les 500 000 emplois industriels créés entre 1955 et 1975 le sont en province (Albertini, 2006). Les régions bénéficiaires se situent plutôt à proximité de la région parisienne, notamment le Centre et la Normandie, des régions au développement industriel récent. Entre 1961 et 1970, la Bretagne, la Basse-Normandie et les Pays de Loire concentrent plus de 65 % de ces créations (Woronoff, 1998). Le tableau 2témoigne de la désindustrialisation relative de Paris (et sa région) simultanément à l’industrialisation de l’Ouest du pays.

Tableau 2. Évolution de la part de l’emploi industriel entre 1954 et 1975 par grandes zones géographiques
  Paris et sa région Ouest-Sud-Ouest Nord-Nord-Est
1954 38,2 18,2 34,7
1975 29,5 24,6 33,9

Source : Woronoff, 1998 d’après Caron.

Cette décentralisation signe les prémices de l’industrialisation d’une partie des bassins de vie néo-industriels, industrialisation de fait bien plus tardive que celle des régions de tradition industrielle et associée à des secteurs industriels distincts.


 

1.2. Une prégnance du rural

Les bassins néo-industriels sont peu denses (49 hab/km²) par rapport aux bassins tradi-industriels (79 hab/km²) et encore davantage par rapport aux bassins ex-industriels (174 hab/km²). Les bassins néo-industriels sont effectivement principalement ruraux((La classification a été établie à partir du zonage en aires urbaines 2010. Trois types de bassins sont distingués : les bassins urbains (la majorité de la population du bassin habite une commune appartenant à un grand pôle, 10 000 emplois ou plus), périurbains (la majorité de la population du bassin habite une commune appartenant à la couronne d'un grand pôle ou une commune multi-polarisée des grandes aires urbaines), ruraux (les bassins restants).)) (64 %) et seuls 5 % d’entre eux sont urbains. À l’inverse, les bassins ex-industriels sont beaucoup plus urbanisés (22 % urbains et 42 % périurbains) mettant en évidence le lien historique entre urbanisation et industrialisation (Cantaroglou, 2000). La tertiarisation de l’économie ayant été plus soutenue dans les espaces urbanisés que dans les autres, elle peut, mécaniquement, expliquer le fait qu’ils ne se retrouvent que peu parmi les bassins les plus industriels en 2012 (tradi- et néo-).

Figure 4. Classification (urbain, périurbain, rural) des bassins de vie industriels

Gros-Balthazard — classification urbain rural périurbain des bassins de vie industriels

Source : données INSEE (Recensement de la population 1975 et 2012). Marjolaine Gros-Balthazard, 2019.

 

En termes absolus, il y a autant d’emplois industriels dans l’espace urbain que dans l’espace rural et périurbain. Toutes catégories confondues, les bassins de vie urbains regroupent plus de 700 000 emplois industriels, contre plus de 400 000 pour les bassins de vie ruraux et légèrement moins de 300 000 pour les périurbains. Du fait de la forte présence de bassins urbains voire métropolitains, les bassins ex-industriels concentrent toujours en 2012, malgré leur désindustrialisation relative, plus d’emplois industriels que les autres catégories. Cependant, la signification et la résultante des valeurs absolues et relatives diffèrent : l’emploi industriel est dilué dans les espaces urbains alors que son poids est très fort dans certains bassins de vie ruraux, qui apparaissent fortement dépendants économiquement de ces emplois. C’est ce qui explique la médiatisation de certaines fermetures d’usines (pensons à GM&S à La Souterraine dans la Creuse à l’automne 2017) malgré le faible volume d’emplois concernés à l’échelle nationale. En effet, le processus de désindustrialisation peut revêtir un caractère lointain et impalpable lorsqu’il est évoqué à l’échelle des économies nationales, mais ses retentissements à l’échelle locale, dans les bassins de vie non urbains empreints d’industrie, peuvent être brutaux et violents. Difficile en effet pour des travailleurs peu qualifiés, ou très spécialisés, de retrouver un emploi leur correspondant à proximité ou de saisir la mobilité résidentielle comme une opportunité (à juste titre d’ailleurs puisque comme le montre Sigaud (2015) dans une étude récente, « les chiffres incitent à la prudence quant aux effets de la mobilité géographique sur le chômage et l’emploi »).

L’étude de l’évolution de l’emploi dans les différents types de bassins néo-industriels est assez révélatrice (tableau 3) : si en 1975, les bassins de vie néo-industriels ruraux sont en moyenne moins spécialisés dans l’industrie que les bassins urbains et périurbains, ils affichent, au contraire, une spécialisation industrielle identique en 2012. Cette industrialisation relative plus importante résulte, en partie, d’un effet mécanique puisque l’essor de l’emploi industriel, certes plus fort que dans les bassins de vie urbains (mais moins que dans les bassins périurbains), s’accompagne d’une faible progression des autres emplois, notamment due au fort recul de l’emploi agricole. Ces chiffres sont à mettre en relation avec la forte progression de la population périurbaine sur la période. 

 
Tableau 3. Évolution de l'emploi industriel des bassins de vie néo-industriels selon le type d’espace
Type de bassins (nombre) Part des emplois industriels Évolution 1975-2012
1975 2012 Emplois industriels Emplois hors industrie
Ruraux (119) 23 % 27 % + 89 % + 2 %
Périurbains (62) 24 % 26 % + 103 % + 41 %
Urbains (5) 30 % 27 % + 36 % + 47 %

Sources : INSEE – RP 1975 & 2012, calculs de l’auteure.
Notes de lecture : L’emploi industriel représente en moyenne 23 % de l’emploi total dans les 119 bassins de vie néo-industriels ruraux en 1975, et 27 % en 2012. Cet emploi a augmenté de 89 % au cours de la période contre 2 % d’augmentation pour les autres secteurs.

 

Ce maintien relatif de l’industrie rurale est à souligner tant il va à rebours de la tendance à la concentration des moteurs productifs. Il a ses logiques propres qu’elles soient relatives au foncier, à la main d’œuvre ou encore à l’organisation industrielle locale (Aubert & Diallo, 2017 ; Gaigné & Goffette-Nagot, 2008).

Qu'ils soient ruraux ou non, la dynamique industrielle des bassins de vie néo-industriels, tient également, classiquement, à des logiques sectorielles.

1.3. Une spécialisation dans l’industrie agro-alimentaire

Les caractéristiques sectorielles des bassins de vie néo-industriels résonnent avec leur caractère très rural en 1975 comme en 2012.

En 1975, l’agriculture occupe en effet une place prépondérante des bassins de vie néo-industriels, en représentant plus de 30 % des emplois, tout comme l’industrie de la viande et du lait dont les emplois sont trois fois plus nombreux que dans le reste du pays (tableau 4). D’autres secteurs industriels (cuir et chaussure, bois/meuble) ainsi que le commerce de gros alimentaire sont surreprésentés. Cette spécialisation industrielle participe, au moins en partie, au (relatif) développement industriel de ces bassins. Le secteur agro-alimentaire est en effet l’un des rares secteurs industriels dont l’emploi a augmenté à l’échelle nationale depuis 1975.

 
Tableau 4. Spécialisation des bassins de vie néo-industriels en 1975
  Indice de spécialisation Spécialisation
Agriculture, sylviculture, pêche 3,4 34,1 %
Industrie de la viande et du lait  3,1 2,4 %
Industrie du cuir et de la chaussure 1,7 1,1 %
Bois, meuble, industries diverses 1,6 2,9 %
Commerce de gros alimentaire 1,6 2,0 %

Sources : INSEE – Rencensement de la population 1975, calculs de l’auteur.

Notes de lecture :

  • Colonne 1 : L’indice de spécialisation correspond au rapport entre la spécialisation économique territoriale et la spécialisation économique nationale. Sont retenus les secteurs pour lesquels l’indice est supérieur à 1,5.
  • Colonne 2 : en 1975, 34,1 % des emplois de ces bassins de vie sont des emplois agricoles, sylvicoles ou liés à la pêche.

 

 
Tableau 5. Spécialisation des bassins de vie néo-industriels en 2012
  Indice de spécialisation Spécialisation
Denrées alimentaires, boissons et produits à base de tabac 4 9,2 %
Agriculture, sylviculture et pêche 3,2 9,0 %
Produits en caoutchouc et en plastique 2,8 3,1 %
Industries extractives 2,5 0,2 %
Travail du bois, industries du papier et imprimerie 2,2 1,9 %
Fabrication de machines et équipements  2,2 1,6 %
Textile, habillement, cuir et chaussure 2 1,0 %
Métallurgie et fabrication de produits métalliques  2 3,1 %
Équipements électriques 1,9 0,9 %
Autres industries manufacturières  1,7 2,0 %

Source : INSEE – Ren​censement de la population 2012, calculs de l’auteur.

 

En 2012, les bassins néo-industriels présentent de fortes similitudes sectorielles avec les bassins tradi-industriels mais ils apparaissent clairement très spécialisés dans l’industrie agroalimentaire (9,2 % soit quatre fois plus que la moyenne française) tandis que les bassins tradi-industriels présentent globalement une structure industrielle beaucoup plus diversifiée (avec toutefois un poids important de la métallurgie). Ils restent en outre très agricoles (9 % des emplois, soit trois fois plus que la moyenne française).

 

2. Recomposition versus évolution : deux types de trajectoires

L’appartenance des bassins néo-industriels aux bassins les plus industriels en 2012 n’est pas qu’un résultat mécanique. L’emploi industriel progresse dans bon nombre de bassins de vie. En étudiant l’évolution de l’emploi total et de plusieurs de ses composantes entre 1975 et 2012, quatre formes de trajectoires de ces bassins peuvent être dissociées : l’expansion, la rétraction, la mutation et l’industrialisation.

L’expansion recouvre un accroissement des emplois industriels et de l’emploi total. 100 bassins de vie néo-industriels, plutôt dans l’Ouest, presque autant ruraux (50 %) que périurbains (46 %), suivent cette trajectoire. L’économie industrielle se substitue progressivement à la combinaison initiale qui alliait économie agricole et industrielle, et s’accompagne d’un développement des emplois présentiels (suivant en cela la tendance nationale). Les analyses structurelles-résiduelles menées attestent de l’importance des effets locaux positifs dans l’essor de l’emploi industriel ou dans l’atténuation de leur recul. L’influence de la croissance de l’industrie agroalimentaire est certaine dans la plupart de ces bassins, comme en témoigne leur importante spécialisation, mais il serait erroné de limiter l’industrie à ce secteur : de nombreux secteurs (automobile et autres matériels de transports, fabrication d'équipements électriques, fabrication de produits en caoutchouc et en plastique…) connaissent une hausse de l’emploi malgré leur tendance au recul à l’échelle nationale. Parmi ces bassins, citons Vitré (Ille-et-Vilaine), Sainte-Hermine (Vendée) ou encore Sablé-sur-Sarthe (Sarthe) L’industrie n’était pas absente en 1975 mais s’est renforcée au fil des années, du moins jusqu’à la crise économique de 2008, au lieu de décliner comme à l’échelle nationale, entrainant avec elle un développement économique global. C’est également la trajectoire suivie par le Bocage Bressuirais que nous proposons de présenter pour exemplifier ce portrait des bassins de vie néo-industriels dans la section suivante. Notons que nous retrouvons aussi quelques bassins de vie dans lesquels a été implantée une centrale nucléaire((À ce sujet lire dans Géoconfluences : Teva Meyer, « Le nucléaire et le territoire : regards sur l’intégration spatiale des centrales en France », Géoconfluences, novembre 2017.)) tels que Saint-Ciers-sur-Gironde (Blayais) ou Les Pieux (Flamanville).

Figure 5. Trajectoires des bassins de vie néo-industriels

Gros-Balthazard — trajectoire évolution bassins néo-industriels

Sources : données INSEE (Recensement de la population 1975 et 2012), IGN 2014. Réalisation : Marjolaine Gros-Balthazard, 2019.

 

D’autres bassins de vie néo-industriels ont perdu des emplois industriels entre 1975 et 2012 (mais relativement moins que les autres bassins de vie). La rétraction renvoie ainsi à un recul de l’emploi industriel sans que le rebond ne soit suffisant pour que l’emploi total retrouve son niveau antérieur au terme de la période d’étude. 43 bassins néo-industriels sont dans cette situation. Dans ces bassins largement ruraux (86 % d’entre eux), le recul de l’emploi industriel, bien que limité par rapport à l’échelle nationale, ne pallie pas totalement l’effondrement du modèle de développement agricole. L’emploi industriel recule en effet bien souvent moins intensément qu’à l’échelle nationale grâce à des influences résiduelles positives mais l’essor des services, qu’ils soient à destination des entreprises ou de la population (en déclin jusqu’en 1999), est relativement faible. Citons Jarnac (Charente), Vire (Calvados), ou Arlanc (Puy-de-Dôme). C’est également le cas des bassins en mutation (10 % des bassins de vie néo-industriels). Mais pour ceux-ci, l’emploi total a tout de même progressé grâce à l’essor des services, productifs ou le plus souvent, présentiels. Cognac (Charente) ou Etrépagny (Eure) en font partie.

Enfin, la trajectoire d’industrialisation (13 % des bassins néo-industriels) est également rare. Elle correspond à une hausse de l’emploi industriel malgré une situation de baisse de l’emploi total, souvent en raison d’une baisse de l’emploi agricole non comblée. C’est le cas de bassins comme Loué (Sarthe) ou Saint-Amour (Jura).

 

3. Une étude de cas : le Bocage Bressuirais

Le Bocage Bressuirais se situe dans l’Ouest de la France, dans le département des Deux-Sèvres, au cœur de la Vendée historique, à proximité de Cholet et des Herbiers, dans un triangle encore très industriel. Plutôt que l’échelle du bassin de vie de Nueil-les-Aubiers (bassin néo-industriel), nous avons fait le choix de retenir celle de la communauté d’agglomération actuelle (correspondant également au Pays) semblant davantage correspondre à la réalité industrielle et au vécu des acteurs.

Territoire rural (54,8 hab/km²), relativement enclavé (surtout avant la transformation récente de la nationale N 249 en une 2x2 voies), il compte 72 600 habitants en 2012 dont 19 000 à Bressuire, pôle de services du fait de l’éloignement aux grandes villes.

En 2014, l’industrie représente plus du quart des emplois (25,7 %) de l’emploi total, et plus de 40 % de l’emploi salarié privé. Même si le poids de l’industrie agroalimentaire est important (1 800 emplois, 10,8 %((Données ACOSS, 2014, relatives à l’emploi salarié privé.)), le tissu industriel est assez diversifié avec un poids notable du secteur de l’automobile (900 emplois, 5,2 %), du meuble (620 emplois, 3,6 %) et de la fabrication de produits métalliques (500 emplois, 3 %) mais aussi de nombreux emplois intérimaires (1 340 emplois, 8 %). Ces emplois s’insèrent dans un tissu industriel très dense, composé essentiellement de très petites, petites et moyennes entreprises (plus de 90 % des établissements comptent moins de 10 salariés) dans lesquelles le dirigeant est le plus souvent le détenteur des capitaux. La figure 6 montre la relative dispersion des emplois industriels au sein du Bocage, souvent localisés dans des zones industrielles (figure 7), ainsi que le poids de l’emploi industriel dans certaines villes (46,7 % à Nueil-les-Aubiers par exemple).

Figure 6. Répartition de l’emploi industriel au sein du Bocage Bressuirais (2012)

Gros-Balthazard — emploi et évolution bressuire

Sources : données INSEE (Recensement de la population 2012), IGN 2014. Réalisation : Marjolaine Gros-Balthazard, 2019.

Figure 7. Parc d'activités de Saint-Porchaire à Bressuire

CABB — zone industrielle de saint-porchaire

Source : Communauté d’agglomération du Bocage Bressuirais.

 

Dans ce territoire, le passage d’un modèle de développement agricole à un modèle de développement industriel au cours du XXe siècle relève d’une trajectoire que Bouba-Olga et al. (2010) qualifient de cognitive, c’est-à-dire liée aux compétences (connaissances, expériences et savoir-faire), à tendance quasi exclusivement endogène. Les activités qui se développent successivement ne sont pas sans lien les unes avec les autres, notamment du point de vue des ressources immatérielles et humaines mobilisées : l’agriculture se développant a donné naissance à une industrie orientée vers la mécanique agricole, celle-ci entrainant l’essor d’autres industries mécaniques notamment par un phénomène d’essaimage en provenance des principaux donneurs d’ordre (dont Heuliez, pilier historique de l’industrie automobile locale). L’industrie textile et de l’habillement constitue également un secteur historique emblématique dans ce territoire situé à proximité du Choletais.

Plus finement, la période 1975-2012 est marquée par une croissance du nombre d’emplois industriels (+8,2 %) passant de 7 200 emplois en 1975 à plus de 9 000 en 2007, avant de retomber à 7 800 en 2012. La part de l’emploi industriel dans l’emploi total diminue néanmoins passant de 29,3 % en 1975 à 26,9 % en 2012 (31,1 % en 2007) notamment en raison de l’accroissement graduel de la part de l’emploi présentiel qui atteint 50 % en 2012 (ce qui reste bien en-deçà de 15 points par rapport à la moyenne française). 

Figure 8. Évolution des composantes de l'emploi de la communauté d’agglomération du Bocage Bressuirais (1975-2012)

Gros-Balthazard — emploi et évolution bressuire

Sources : INSEE – RP 1975, 1982, 1990, 1999, 2007 & 2012, calculs de l’auteur.

 

Cette croissance du nombre d’emplois industriels ne correspond pas à une période de stabilité ou d’expansion « simple » du tissu industriel local, mais plutôt à sa restructuration. Face aux difficultés de la confection, en particulier dans les années 1990, l’automobile et l’agroalimentaire prennent le relai. Le mouvement de substitution sectorielle qui s’opère alors procède de mécanismes principalement endogènes puisque peu d’entreprises viennent s’implanter de l’extérieur. À une activité succède une autre entrainant une diversification du tissu ainsi qu’un reclassement des salariés, soutenu par les cellules de reclassement mises en place par les acteurs publics. Ces transferts de main d’œuvre sont facilités par la faible qualification de la main d’œuvre, qui correspond aux postes proposés et permet le passage relativement aisé d’un secteur à l’autre. D’autres salariés se maintiennent dans le secteur de la confection grâce à une montée en qualification, vers davantage de polyvalence, accompagnant la montée en gamme des entreprises et le positionnement sur des niches. En parallèle, l’industrie agroalimentaire connaît un essor rapide. Principale pourvoyeuse d’emploi aujourd’hui, elle se matérialise notamment par la présence de très gros abattoir à Nueil-Les-Aubiers et Moncoutant appartenant à de grands groupes (groupe coopératif Terrena), employant une main d’œuvre faiblement qualifiée, opérant dans des conditions de travail difficiles. Notons que malgré l’histoire agricole du territoire, les entreprises du secteur agroalimentaire ne sont pas toujours issues d’un renouvellement endogène du tissu économique.

La crise économique de 2008, comme pour beaucoup de territoires industriels, est venue fragiliser le développement économique local.

Figure 9. Dynamiques des activités industrielles spécifiques du Bocage Bressuirais (2007-2014)

NB : sont retenus les secteurs industriels (auquel nous avons adjoint les activités liées à l’emploi) dont l’indice de spécialisation, en 2014, est supérieur à 2.

Gros-Balthazard — emploi et évolution bressuire

Source : ACOSS (2007 et 2014), calculs de l’auteur.

Lecture : le territoire étudié est très spécialisé dans le meuble et l'habillement, mais avec des emplois en recul. Il est spécialisé, dans une moindre mesure, dans les industries alimentaires qui sont le secteur industriel qui pourvoit le plus grand nombre d'emplois, lesquels ont légèrement progressé entre 2007 et 2014.

 

Ainsi, entre 2007 et 2014, les secteurs industriels les plus spécifiques (habillement, meubles, automobile) enregistrent des pertes d’emplois (figure 9). Sur des marchés extrêmement compétitifs en termes de prix, les entreprises appartenant aux deux premiers secteurs se spécialisent dans des créneaux de niche pour résister à la concurrence. Concernant le troisième, après la crise de 2008, le territoire est confronté à la fermeture de son pilier économique historique, Heuliez (autocars et automobiles), qui en une décennie, au cours de plusieurs vagues de licenciements, passe de 3 000 salariés à 0. Entrainant dans sa chute plusieurs sous-traitants, elle laisse une grande friche visible sur la figure 10 et qui a été réinvestie depuis. À l’inverse, sur cette sous-période, les secteurs des industries alimentaires, de la fabrication de machines et équipements et des activités liées à l’emploi (interim) voient l’emploi progresser nonobstant le recul national.

 
Encadré 2. Après Heuliez, quelle reconversion pour sa friche ?

En 2013, une société d’économie mixte est créée avec capitaux provenant majoritairement de la Région, la Fabrique Régionale du Bocage, pour gérer le site et l’ensemble du matériel de production présent ainsi que pour assurer la relance des activités. Une filiale est créée, Cartol, proche des activités d’Heuliez, spécialisée dans l’assemblage de sous-ensembles ou d'ensembles en tôlerie destinés à différents secteurs (défense, aéronautique, automobile…). Le site accueille en parallèle différentes entreprises : Ouest Emboutissage (fabrication de pièces embouties pour différents secteurs), Noun'Electrique (petites voitures électriques), HAS (filiale d’Eurocopter, production de pièces détachées pour hélicoptères).


 
Figure 10. Anciens locaux d'Heuliez à Cerizay, vue aérienne et croquis interprétatif

Gros-Balthazard — friche heuliez à Cerizay
Gros-Balthazard — friche heuliez à Cerizay croquis

 

Dernière clé de compréhension essentielle des dynamiques du Bocage Bressuirais, la démographie se caractérise par un accroissement de la population (9 %), entre 1975 et 2012, essentiellement grâce à la dynamique naturelle (+6 200 habitants). Après trois décennies de déficit migratoire, la fin des années 1990 marque un tournant puisque le territoire devient attractif, cette évolution étant assez emblématique des tendances démographiques des bassins néo-industriels. Ces apports migratoires pourraient reconfigurer le développement économique. Jusqu’à présent, les effets locaux positifs enregistrés dans les emplois tertiaires démontrent que leur essor n’est que faiblement issu de dynamiques touristiques ou même résidentielles remarquables. Il est plutôt guidé par des logiques productives avec, en particulier, un puissant développement de l’intérim. Ces apports migratoires pourraient modifier cette tendance mais ils pourraient aussi contribuer à répondre aux besoins des entreprises industrielles locales qui peinent désormais à recruter une main d’œuvre qualifiée (trait commun à la plupart des territoires industriels ruraux) et ce, malgré les efforts des acteurs locaux pour l’amélioration de l’offre de services (salle de spectacle, théâtre, cinéma…). 

 

Conclusion

Au cours des dernières décennies, alors que le caractère structurel de la désindustrialisation se faisait de plus en plus manifeste, l’emploi industriel se développait dans certains territoires français. C’est le cas de la plupart des bassins de vie néo-industriels que ce texte invitait à découvrir. Leurs caractéristiques sont largement différentes de ceux situés dans des régions de tradition industrielle, que recouvrent les catégories de bassins de vie ex-industriels et tradi-industriels. En résumé, ces bassins de vie néo-industriels se situent plutôt dans l’Ouest du pays et sont majoritairement ruraux. Le poids de l’industrie agroalimentaire est assez prégnant : l’industrialisation de ces bassins a bénéficié de l’évolution de ce secteur, très intensif en main d’œuvre, mais cela ne saurait masquer la diversité du tissu sectoriel actuel. Si la déconcentration industrielle de l’après-guerre a pu signer les prémices de l’industrialisation pour certains, ils ont également pu connaître, à l’instar du bocage Bressuirais, des trajectoires basées sur des mécanismes plus endogènes. Ces trajectoires ont été soutenues par le développement de secteurs prenant appui sur les ressources locales, matérielles comme immatérielles (compétences, savoir-faire). Ces spécificités permettent de renouveler notre image des territoires ruraux et d’insister sur la diversité des enjeux économiques posés aux territoires de l’industrie.

Notons enfin que la première partie de notre analyse, basée sur un fin travail quantitatif, appelle à d’autres études monographiques, pour comprendre davantage les mécanismes sous-tendant les trajectoires mais aussi pour soulever les enjeux sociaux et environnementaux liés à l’essor industriel. Ainsi pour reprendre l’exemple du Bocage Bressuirais, la croissance et la recomposition de l’industrie se sont accompagnées d’une hausse l’emploi intérimaire et d’un recours à une main d’œuvre immigrée acceptant les conditions de travail difficiles des abattoirs, ce qui peut questionner le sens du développement de ce territoire.

 


Bibliographie

 

 

 

Marjolaine GROS-BALTHAZARD
Docteure en géographie, première assistante à l'université de Lausanne

 

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Marjolaine Gros-Balthazard, « À la découverte des territoires néo-industriels français », Géoconfluences, décembre 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/la-france-des-territoires-en-mutation/articles-scientifiques/territoires-neoindustriels

 

Actions sur le document