Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques Les nouvelles dynamiques du tourisme dans le monde Articles scientifiques Mise en tourisme et cartepostalisation : le cas des Anses-d’Arlet (Martinique)

Dossier : Les nouvelles dynamiques du tourisme dans le monde

Mise en tourisme et cartepostalisation : le cas des Anses-d’Arlet (Martinique)

Publié le 08/01/2020
Auteur(s) : Serge Bourgeat, agrégé et docteur en géographie - académie de Grenoble
Catherine Bras, professeure agrégée de géographie - académie de Grenoble
L'image du ponton et du clocher de la commune des Anses-d'Arlet est fréquemment mise en avant dans les discours promotionnels sur la Martinique, qui vantent la permanence d'un lieu hors du monde. En réalité, à rebours de cette image d'immobilisme, une série de photographies prises de 2008 à 2019 permet de montrer la mise en tourisme rapide du lieu. La cartepostalisation du lieu est révélatrice de cette mise en tourisme.

Bibliographie | citer cet article

Document 1. Les Anses-d’Arlet (Martinique) depuis le ponton

Bourgeat et Bras — Les Anses d'Arlet, Martinique, vue du clocher

Cliché : Serge Bourgeat, 2019, cliquez ici voir l'image en très grand.

 

Un ponton sur la mer des Caraïbes situé très exactement dans l’axe d’une superbe église édifiée aux XVIIIe et XIXe siècles et classée monument historique, des cases colorées typiques des Antilles, des cocotiers, le soleil et quelques carbets pour se protéger en cas de pluie, une plage presque déserte et évidemment accueillante : ce paysage de carte postale des Anses-d’Arlet en Martinique est célèbre et aurait même « fait le tour du monde » du moins si l’on en croit le guide touristique Lonely Planet 2019 et de nombreux blogs touristiques.

Appréciation sans doute particulièrement excessive. Pourtant cette photographie a illustré à de nombreuses reprises « les coups de cœur » ou les « incontournables » de plusieurs autres guides touristiques et fut publiée en double-page dans le numéro spécial Antilles du magazine Géo en 2009. Une telle diffusion est évidemment facilitée depuis une vingtaine d’années par Internet et par le succès des blogs et sites commerciaux divers. D’ailleurs un simple coup d’œil sur les principaux moteurs de recherche, y compris sur des sites allemands, anglais ou canadiens, confirme la célébrité de cette vue.

Étudier les discours des guides touristiques et des sites internet qui accompagnent cette photographie((D’un point de vue méthodologique, 230 sites Internet ont été consultés. De manière à vérifier l’hypothèse de base (la popularité de cette photographie), le premier mot-clé utilisé a été simplement le mot « Martinique ». Ensuite, de façon à comprendre le discours des sites touristiques et blogs divers, le second mot-clé a été « Anses-d’Arlet ». Cette recherche a permis de dépouiller de très nombreux sites d’agences de tourisme, mais aussi les arguments touristiques donnés par les propriétaires de meublés, l’avis des utilisateurs, et divers blogs de touristes témoignant de (ou exposant ? mettant en scène ?) leur voyage.)) permet d’avoir quelques clés d’explication de cette diffusion. Ces discours nous parlent « des Antilles comme on les aime »((Les citations proviennent dans l’ordre du Guide du Routard 2012, du Guide du Routard 2015, du Magazine Corsair de mars 2015, du site http://ansesarletmartinique.free.fr/, du Guide Hachette 2015, du guide Lonely Planet 2019 et du site Evaneos.fr. L’expression « coin de paradis hors du temps » correspond quant à elle à un archétype : une recherche sur Google fait apparaître 17 500 fois cette expression exacte à propos de divers lieux, principalement sur des sites d’agences de voyage en ligne.)), d’une « atmosphère authentique » dans ce « paisible village », voire du « plus pittoresque village d’outre-mer ». Et finalement d’un certain immobilisme : aller aux Anses-d’Arlet, c’est aller se dépayser dans un « coin de paradis hors du temps », dans une immobilité rassurante, dans un cocon à (re-)découvrir loin de l’agitation des grandes structures touristiques… et donc dans un village « épargné par le tourisme de masse ». Bref, cette photographie serait caractéristique d’un « bourg typique de l'art de vivre martiniquais », d’un « rythme de vie et d’une chaleur bien antillaise », d’« une réelle et authentique vie de village très animée particulièrement le dimanche matin, jour de marché. Amusez-vous à commercer avec les vendeurs de poissons (…) qui viennent vous proposer leurs produits sortis tout droit de la mer des Caraïbes ».

En première approche, il est vrai que les structures touristiques classiques sont peu importantes : ce bourg ne compte aucun hôtel et qu’un seul petit magasin de souvenirs, au demeurant assez récent. Les commerces sont d’ailleurs très peu nombreux : une boulangerie, un café-épicerie, ni buraliste, ni supermarché. À certaines heures, les pêcheurs proposent effectivement leur pêche du jour, conformément au discours cité plus haut. Le soir, seuls quelques restaurants sont ouverts et fréquentés majoritairement par des locaux. Ainsi cette photographie et le discours qui l’accompagne incarnent à la fois une culture populaire, des traditions, un lieu proche de la nature… le tout sous des tropiques bienveillants. Elle a « le bon goût de l’ailleurs » et correspond ainsi à une « utopie touristique » selon les termes de F. Bourlon et F. Michel (2017), c’est-à-dire un lieu dans lequel on se met « en congé du monde ».  

Le but de ce texte est de montrer par une comparaison diachronique de photographies du bourg des Anses-d’Arlet, que la diffusion mondiale de cette image témoigne au contraire, loin de tout immobilisme et de toute image idéelle, d’une touristification accélérée du lieu, elle-même révélatrice des mutations récentes des pratiques touristiques en Martinique. Il s’agirait donc, de la part des guides touristiques, mais aussi de notre inconscient touristique collectif qui s’exprime par les blogs sur Internet, de « la construction d’un espace imaginaire » (Tritz, 2003), révélateur, non de la réalité du paysage des Anses-d’Arlet, mais bien de nos représentations culturelles et des évolutions – concrètes – du tourisme aux Antilles.

 

1. Les mutations du système touristique martiniquais profitent aux Anses-d‘Arlet

Le tourisme en Martinique a été marqué par d’importantes mutations. La mise en tourisme de l’île fut amorcée par l’aménagement de la Pointe-du-Bout aux Trois-Îlets en 1965 et poursuivie par celui de la péninsule de la Caravelle et du Sud-Caraïbe (Sainte-Anne, Sainte-Luce…). Il s’agissait dans le contexte de la baisse des coûts du transport aérien de structures souvent de taille conséquente : la construction du Club Med de Sainte-Anne en 1969 en fut, avec ses 292 chambres, un des cas emblématiques.

Mais le tournant des années 2000 est celui d’un certain déclin des grandes structures hôtelières (Gay 2009, Dehoorne 2007a, 2007b, Perri 2004). La concurrence internationale a joué un rôle fort. À l’échelle de la Caraïbe, il s’agit notamment de la République dominicaine. Ainsi, la fréquentation touristique de la Martinique en 2017 (1 041 139 entrées, Raimbaud, Cratère et Trefoloni 2018) est un record depuis l’année 1998. Cette même année 1998, la République dominicaine en comptabilisait déjà environ 1,8 million, et plus de 8 millions en 2018. Mais les pesanteurs locales ont également joué un rôle dans ce déclin, ce dont témoigna en 2002 le retrait fracassant du groupe Accor des Antilles. Acteur historique de la mise en tourisme de la Martinique, Accor dénonça dans son communiqué les « grèves à répétition » et « l'attitude du personnel (…) inamicale, voire agressive ». De même la mise en redressement judiciaire en 2004 du « Paladien Nouvelles-Frontières », du Marouba au Carbet, la fermeture du Kalenda aux Trois-Îlets en 2008 ont traumatisé l’économie martiniquaise, d’autant que le tourisme était déjà le premier secteur économique devant l’agriculture.

Actuellement, le nombre de touristes est à nouveau en augmentation. Le marché se caractérise par une internationalisation progressive mais assez lente. En 2017, les touristes étrangers ne représentaient encore que 15 % des nuitées. Ils étaient surreprésentés à Sainte-Anne, notamment dans les séjours « all inclusive », mais sous-représentés aux Anses-d’Arlet. Ce tourisme est surtout marqué par une diversification des pratiques : augmentation des croisiéristes, développement des locations de meublés touristiques qui représentent désormais 30 % des nuitées (Raimbaud, Cratère, Trefolini 2018), et essor de l’écotourisme (Dehoorne, Furt, Tafani, 2011). Les Anses-d’Arlet se situent au cœur de ces pratiques et de cet espace touristique (document 3).

Document 2. Les Anses-d’Arlet, un habitat dispersé

Localisation Anses d'Arlet Géoportail

Source : IGN, Géoportail. Habillage : Géoconfluences, 2019.

Document 3. Nombre de lits et taux de fonction touristique dans les communes de Martinique

Insee Martinique tourisme aux antilles nombre de lits Martinique

Source : Baptiste Raimbaud, Floraline Cratère, Dominique Trefoloni,  « Le tourisme aux Antilles : à la reconquête d’une plus large clientèle » Insee Analyses, n° 33, novembre 2018.

 

Au 31 décembre 2018, les Anses-d’Arlet étaient la cinquième commune la plus touristique de Martinique avec 2 906 lits touristiques… très loin cependant des 8 312 lits des Trois-Îlets et des 7 986 lits de Sainte-Anne((Sainte-Luce avec 6 089 lits et Le Robert avec 3 244 lits précédaient également les Anses-d’Arlet.)). Si on examine en revanche le taux de fonction touristique, exprimé par le ratio lits touristiques pour 100 habitants, les chiffres sont plus éloquents : avec un total de 77,8, les Anses-d’Arlet sont une des communes où la pression touristique est la plus forte, juste derrière les Trois-Îlets (108) et surtout Sainte-Anne (187). Ce fort taux est lié à deux phénomènes. Il s’explique d’abord par une population communale assez faible ; les chiffres des recensements révèlent même une stagnation voire un certain déclin démographique : 3 749 habitants en 2006, 3 633 en 2016((Populations légales 2016. Commune des Anses-d'Arlet (97202). Insee 27 décembre 2018.)). Il s’agit ensuite et surtout de la création récente de très nombreux lits à vocation touristique puisque leur nombre a presque décuplé depuis une trentaine d’années : ce ratio lits touristiques / habitants était en effet très faible en 1990 (8,25), avant de connaître un essor accéléré dès le milieu des années 1990.

Cette évolution ne touche pas que le bourg, mais l’ensemble de la commune des Anses-d’Arlet. Sa situation dans le Sud-Ouest de l’île, « sous le vent », dans une des régions les moins pluvieuses, renforce son attractivité touristique. Les Anses-d’Arlet sont assez étendues et possèdent 18 km de côte sur la mer des Caraïbes. Le bourg, photographié en documents 1 et 4, ne regroupe donc qu’une partie de la population communale. On peut en effet sommairement subdiviser les Anses-d’Arlet en plusieurs zones littorales (document 2) qui sont autant de quartiers d’habitation mais aussi, de nos jours, de zones de développement touristique : le bourg, la Petite Anse, Anse Dufour - Anse noire et la Grande Anse. L’intérieur, constitué de mornes (collines), n’est pas pour autant désert et abrite une partie de la population permanente.

 

2. La rapide touristification d’un lieu emblématique

Une analyse diachronique de photographies du bourg des Anses-d’Arlet est révélatrice des évolutions qu’a connues la commune depuis une dizaine d’années.

Document 4. Les Anses-d’Arlet vues depuis les contreforts du morne Champagne
avant apres

Le corpus de l’étude paysagère a été réalisé entre 2008 et 2019, en photographiant le bourg, année après année, du même point de vue précis, situé légèrement en surplomb (31 mètres d’altitude sur les flancs du morne Champagne), à la même période de l’année (la période du Carême), à la même focale et environ à la même heure. Clichés : Serge Bourgeat, 2008 et 2019. Cliquez ici pour voir les deux photographies sur une image en haute résolution.

Document 5. Croquis d’interprétation
Bourgeat et Bras — croquis interprétatif  

Loin de l’immobilisme imaginé (rêvé ?) porté par l’emblématique photographie du document 1, le constat est celui d’une évolution paysagère et d’une touristification très rapide des lieux. Les mutations de la commune sont en effet considérables :

  • Le clocher de l’église Saint-Henri (1), tant photographié, est en réalité très récent. Il a été réalisé à partir de juillet 2008 en reproduisant à l’identique un clocher qui fut ruiné au début des années 1930. Des années 1930 à 2007, un autre clocher sans grand caractère l’avait remplacé (document 6) avant d’être à son tour endommagé par le passage du cyclone Dean puis par le séisme de 2007. La vue du ponton avec l’église à l’arrière-plan était alors nettement moins spectaculaire… et nettement moins photographiée.
Document 6. Les Anses-d’Arlet en 2005

Bourgeat et Bras — croquis interprétatif

Le clocher de l’église avant le séisme de 2007 et le passage de Dean. La promenade de front de mer et ses carbets, certes antérieure, est malgré tout très récente, ce qui ne correspond pas non plus à l’idée d’une immobilité du paysage. Elle a été réalisée à la charnière des années 1990 suite à la ruine des cases de front de mer (allée des Arlésiens). C’est aussi à cette date qu’ont été plantés les cocotiers. Cliché : Serge Bourgeat, 2005.

 
Document 7. Les Anses-d’Arlet en 2010

Bourgeat et Bras — Anses d'Arlet 2010

La vue depuis le ponton ressemble à l’actuelle (document 1). En 6, la case visible sur la photographie de 2008 (document 4) a été démolie et des restaurants ont ouvert dans « le coin des pères ». En 5, le versant se densifie peu à peu. Cliché : Serge Bourgeat, 2010.

 
Document 8. Les Anses-d’Arlet en 2012

Bourgeat et Bras — Anses d'Arlet 2012

En 2, la nouvelle école. En 5, les lotissements continuent à monter sur le versant, à plus de 100 mètres d’altitude. Cliché : Serge Bourgeat, 2010.

 
  • Sans lien avec le tourisme, l’école Jacques Lucéa (2) a été construite entre avril 2011 et mars 2013 pour remplacer l’ancienne école, trop vétuste. Légèrement sur la gauche, l’EHPAD a été rénové et témoigne, comme tant d’autres, des évolutions démographiques de la commune.
  • Une des mutations les plus visibles est la construction de très nombreuses habitations dans le cadre de lotissements sur les versants sud du village. La comparaison entre les terrassements de 2008 (3) et la situation en 2012 (document 8) montre bien qu’ils ont rapidement colonisé toute la pente. Situées principalement sur le morne Bellevue, au-dessus de la Batterie (4), ces nouvelles constructions (5) ont certes une vocation résidentielle pour certaines d’entre elles, mais elles servent surtout à absorber une part non négligeable des lits touristiques, au même titre que les constructions autour de Grande Anse. Il s’agit d’opérations immobilières mais aussi de terrains familiaux mis en tourisme à partir du milieu des années 1980-1990 par un effet d’aubaine lié aux changements de statut de terrains devenus constructibles dans le POS puis dans le PLU.

Ces constructions ont été encouragées au niveau national (Plantin, 2012) par les différentes lois de défiscalisation dès les années 1980 mais aussi au niveau régional par l’amélioration du réseau routier en direction du Diamant et des Trois-îlets : les Anses-d’Arlet sont désormais plus proches en distance-temps de la métropole foyalaise qui concentre la majorité des emplois de l’île. Ces constructions provoquèrent au début des années 2000 diverses oppositions à l’urbanisation accélérée de la commune, concrétisées par exemple dans la création d’une « association de défense du site des Anses-d’Arlet » qui porta l’affaire sur le terrain judiciaire. Toutefois l’évolution semble inéluctable. Une partie des habitations est désormais la propriété de familles métropolitaines, parfois originaires du lieu, et de propriétaires étrangers, notamment canadiens, ayant investi ici.

Le cadre légal de ces opérations est celui du PADD((Plan d’Aménagement et de Développement Durable, introduit par la loi SRU de 2000. Ce document obligatoire formalise les partis pris d’aménagement des communes.)), discuté en 2007. Il s’agit d’accroître les capacités d’accueil, de développer le tourisme, notamment ici par le « développement du tourisme vert », tout en limitant l’étalement urbain. La philosophie d’ensemble est formulée dans son Objectif 2 : « faire des Anses-d’Arlet la vitrine du tourisme (…) respectueux de l’environnement, des paysages et de l’authenticité de la commune ».

Document 9. Les Anses-d’Arlet en 2016

Bourgeat et Bras — anses d'arlet 2016

En 5, les constructions grimpent sur le morne Bellevue et dépassent désormais la rue du Calvaire. Par ailleurs, des habitations nouvelles comblent les interstices ; on observe donc une densification du bâti. Le discours des blogs touristiques émanant des propriétaires des meublés touristiques situés les plus en hauteur reste « la proximité de la plage ». Les avis d’utilisateurs se font plus contrastés sur l’accessibilité réelle : faut-il une voiture ou pas pour aller à la plage, vu le dénivelé conséquent (120 mètres d’altitude pour le sommet du lotissement en chantier sur le document 4) ?

 
Document 10. Les flancs du morne Bellevue en 2019

Bourgeat et Bras — flancs du morne bellevue

Photo correspondant au 5 du schéma d’interprétation. On note l’homogénéité de l’architecture qui correspond bien au style local : une terrasse-carbet presque systématique qui sert de salle de séjour et permet d’être dehors en cas de pluie ; deux niveaux pour la plupart des constructions, ce qui permet fréquemment aux propriétaires résidents de louer un appartement en rez-de-chaussée et d’habiter au-dessus.

 

La touristification se traduit également par plusieurs pratiques et équipements touristiques nouveaux :

  • La création d’un « sentier sous-marin »((Il s’agit d’un système de quatre bouées mises en place conjointement par le Parc Naturel Marin de la Martinique et la commune. Sur chacune d'entre elles, l’on trouve des descriptions des principales espèces, et diverses informations sur le site. Ce dispositif est complété en bordure de plage par des panneaux d'information, flashables avec des QR Codes.)) dont on repère les bouées pédagogiques (7) sur le document 4. L’attractivité de la plage du bourg s’explique en partie par la présence de rochers à proximité immédiate qui abritent de nombreux poissons multicolores (155 espèces marines y ont été recensées). Ce sentier inauguré en 2018 contribue, selon la mairie, à l’« attractivité écotouristique » de la commune. Un autre sentier du même type existe sur la commune, un peu plus au Nord, à Grande-Anse.
  • Les restaurants longeant la plage se sont multipliés dans « le coin des Pères » (6), d’abord à proximité immédiate du centre puis vers le nord le long de la rue du Morne Champagne. Ouverts à midi, fermés le soir, ils ont comme principale clientèle les baigneurs mais aussi les plaisanciers.
  • Les bateaux amarrés ont en effet évolué : aux barques de pêcheurs se mêlent désormais des bateaux de plaisance plus nombreux qui témoignent d’une vocation touristique plus affirmée (8). Ceux-ci, particulièrement nombreux en période de Carême, sont également présents une bonne partie du reste de l’année. Outre les embarcations diverses, la baie est marquée par la présence régulière de catamarans en provenance, le plus souvent, de la Pointe-du-Bout. Ceux-ci promènent à la journée des touristes en quête de découverte de la côte caraïbe et font une halte aux Anses-d’Arlet, souvent aux alentours de midi le temps d’une découverte du sentier sous-marin et parfois d’un repas aux restaurants de plage.
  • En conséquence, la plage est de plus en plus fréquentée (9), notamment lors de la saison touristique qui correspond grosso modo à la période allant des vacances de Noël aux vacances de Pâques.

3. Les Anses-d’Arlet et la cartepostalisation du monde

Au contraire de ce que laissait supposer l’emblématique photographie du document 1 et le discours afférent (une impression d’éternité, de traditions immuables), les Anses-d’Arlet connaissent une évolution paysagère sensible. Celle-ci, examinée au prisme de photographies diachroniques, témoigne de la rapidité de ces mutations et d’une mise en tourisme soutenue. Mais au-delà des différences paysagères constatées, cette évolution témoigne aussi d’une patrimonialisation concrète, matérielle (la restauration du clocher à « l’identique » de celui du XIXe siècle) mais aussi immatérielle : la diffusion de l’image par les agences de tourisme fait entrer ce paysage dans notre culture commune. Le phénomène est très nettement localisé : il correspond au front de mer (allée des Arlésiens), le second plan (par exemple la rue du Général de Gaulle) correspondant moins à cette image idéelle.

L’accent mis sur l’aspect patrimonial est volontaire. Il est le fruit d’acteurs touristiques nombreux : les agences immobilières, les propriétaires louant leur meublé, les agences de voyage vendant l’authenticité d’un lieu…. Mais il est aussi involontaire : de nombreux blogs relayant cette image sont l’œuvre de touristes qui se contentent de répercuter le discours ambiant en tentant de s’inscrire dans le lieu… et qui renforcent de fait la notoriété des Anses-d’Arlet.

La télévision joue également un rôle. En effet, le bourg, ses carbets, son front de mer furent l’objet de plusieurs reportages diffusés en fin de journal télévisé. Ainsi le 2 août 2019, LCI terminait son journal par la projection du film au titre symptomatique : Les Anses-d'Arlet, un coin de paradis au bord de la mer des Caraïbes. De même en 2014, France 3 diffusa deux reportages successifs : Les Anses-d’Arlet : trésor de la Martinique((Reportage réalisé par D. Cordier, F. Marcellin, M. Cailly et N. Mariel en 2019, et par S. Rocher dans la série Reportages en région (2014).)). Tous montrèrent l’église, le ponton, une partie de pêche, mais aussi les traditions locales. Depuis la commune a également été scénarisée dans plusieurs séries. Dans Meurtres en Martinique((Philippe Niang. France 3. 2016, de 40’37’’ à 44’14’’. Ce téléfilm fait partie de la série « Meurtres à… » qui depuis 2013 visite l’ensemble du territoire français sous le prétexte d’une enquête policière (« Meurtres à Tahiti », « Meurtres à Rocamadour », « Meurtres à Collioure »…) )), l’image véhiculée par ce téléfilm rappelle une fois de plus le document 1 et son discours afférent. On y voit toujours les pêcheurs vendre leurs poissons((Image diégétique… et révélatrice : les vendeurs de poisson sont, dans le film, devant l’église, presque sur le ponton. En réalité ils vendent leur production beaucoup plus au sud dans un nouveau carbet créé en 2017 par la mairie. Un carbet que les pêcheurs ont un temps ignoré, préférant leur ancien lieu de vente.)), la promenade de front de mer, mais aussi des pâtisseries locales (« un petit amour caché »). L’église est en gros plan, tout comme la plage, les restaurants du « coin des pères » … et surtout le ponton sur lequel le héros dit, de façon symptomatique, à l’héroïne « tu t’es crue au paradis », avant de lui faire une confidence intime qui fera avancer le scénario((On aurait pu tenir un discours comparable par exemple pour la commune de Deshaies en Guadeloupe, un autre « paradis tropical, loin du tourisme de masse », selon les expressions consacrées. Cette commune sert de support à la très médiatique série télévisée Meurtres au paradis (2011- ?) au titre révélateur s’il en est : car comment imaginer un meurtre au paradis ?)). De la même façon, dans Tropiques criminels, série diffusée en 2019 sur France 2 en début de soirée, l’épisode 1 qui lance la série se nomme Les Anses d’Arlet. Le résumé présente « une mer turquoise, une plage paradisiaque», tandis que la bande annonce réalise un travelling sur le village et l’église, montre des scènes tournées sur la promenade, sur la plage et devant l’église (à deux reprises), sur le ponton (à deux reprises aussi)… le tout en 1 minute 7 secondes((Voir la bande-annonce sur Allociné et le dossier de presse sur le site de France Télévision.)). La diffusion de l’image du document 1 témoigne donc à la fois de pratiques culturelles mondialisées en partie facilitées par Internet et de l’importance croissante du tourisme dans ce lieu.

Ce document 1 est également symptomatique de la mutation du tourisme dans les DROM. Les Anses-d’Arlet sont en effet révélatrices de l’évolution des territoires du tourisme aux Antilles : longtemps cantonné dans quelques lieux fonctionnant parfois même en bulles touristiques, en isolats relatifs (le complexe Pointe-du-Bout - Anse Mitan, Sainte-Luce, mais aussi la presqu’île de la Caravelle, la baie du Marin et Sainte-Anne), le tourisme se diffuse et modifie profondément le paysage du Sud de l’île.

Les Anses-d’Arlet sont désormais un « lieu commun » (MIT, 2002), c’est-à-dire une propriété culturelle commune à notre société, elle-même révélatrice du phénomène de cartepostalisation (Baud, Bourgeat et Bras, 2013 ; Bourgeat, Fagnoni et Hertzog, 2011). Ce néologisme inventé par Jacques Derrida (1980) désigne le devenir de tout écrit, indépendant des intentions de son auteur : il est lisible par tous et non par ses seuls destinataires initiaux, en intégralité ou de manière fragmentée. Il acquiert donc une signification différente de la volonté de son auteur, d’autant plus qu’il peut ou non se greffer dans un contexte culturel très différent de celui de l’écrivant. Appliqué à la géographie du tourisme, ce concept caractérise le discours sur les lieux et leur représentation, qui renforce les archétypes, qui « dénature » – au sens premier du terme – le lieu et le rend comparable à d’autres lieux identiques. Le même type d’analyse aurait pu être réalisée pour de nombreux autres sites comparables car le discours standardisé et généralisé qui s’applique à ces lieux communs est producteur d’espace : « Hyères-les-Palmiers », la plage « tropicalisée » de Palombaggia en Corse, l’« helvétisation » des paysages de montagne par l’architecture de bois des stations de « quatrième génération » dans les Alpes en sont des exemples concrets. Tout discours produit du territoire ; un territoire rêvé, fantasmé, mais un territoire qui s’adapte aux inconscients collectifs. C’est le cas ici par exemple de la si typique promenade de front de mer des Anses-d’Arlet… Une promenade créée récemment suite à la ruine des cases de front de mer, mais qui correspond si bien à ce que nous imaginons des Antilles.

Car le contexte culturel joue un rôle : c’est le « moment de lieu ». Ce concept est, selon Rémy Knafou, son inventeur, un espace de temps plus ou moins précis « durant lequel un endroit donné incarne une situation générale dépassant l’enjeu du lieu lui-même ; donc le moment où le lieu constitue une référence, voire un modèle » (MIT, 2005). « La Plagne-1964 », « Saint Tropez-années 1960 » correspondent à des moments de lieu : dans le dernier cas, l’image de Brigitte Bardot ou celle de Cruchot-Louis de Funès sont des identifiants que les touristes reconnaissent, cherchent à retrouver. Ils fixent donc le tourisme. Le succès des « Anses-d’Arlet 2019 » s’explique aussi par un contexte culturel en pleine mutation et par un certain déclin du « all inclusive » (Grenier 2012, Lageiste 2008). En effet, les mythologies touristiques évoluent : aux Robinson Crusoé naufragés… sur une plage du Club Med succèdent les « gentilles familles » et les retraités à la recherche d’authenticité.

Conclusion

La mise en tourisme récente mais soutenue des Anses-d’Arlet est révélatrice de mutations en cours des formes de tourisme en Martinique, mais aussi en Guadeloupe, autre DROM pour lequel on aurait pu arriver à des conclusions assez similaires.

Dans le reste de la Caraïbe, le tourisme s’est développé sous diverses formes allant du « all inclusive », République dominicaine en tête, au tourisme de luxe comme à Saint-Barthélemy (« Saint-Barth ») et aux voyages de découverte comme à Cuba, destination montante s’il en est. Face à la concurrence de ces îles, la Martinique comme la Guadeloupe ont initialement misé sur les « hôtels-clubs » comme aux Trois-Îlets en Martinique ou à Sainte-Anne en Guadeloupe.

Actuellement, le développement des meublés à vocation touristique, la volonté de patrimonialisation constatée aux Anses-d’Arlet, comme à Deshaies en Guadeloupe, témoignent d’une certaine réorientation qui permet, loin de tout immobilisme, de garantir l’image d’un lieu « à l’atmosphère authentique », « préservé », du moins dans notre inconscient collectif. C’est même cette ambiguïté entre imaginaire en termes de motivation touristique, et d’accessibilité en termes de capacité d’accueil, qui est fondatrice du tourisme aux Antilles.

 


Bibliographie

 

 

 

Serge BOURGEAT
Docteur en géographie, professeur agrégé de géographie, académie de Grenoble

Catherine BRAS
Professeure agrégée de géographie, académie de Grenoble

 

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Serge Bourgeat et Catherine Bras, « Mise en tourisme et cartepostalisation : le cas des Anses-d’Arlet (Martinique) », Géoconfluences, janvier 2020.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/les-nouvelles-dynamiques-du-tourisme-dans-le-monde/articles-scientifiques/cartepostalisation-anses-d-arlet-martinique

 

Actions sur le document