Vous êtes ici : Accueil Actualités Éclairage Pour contribuer à la réflexion après les attentats du 13 novembre 2015

Pour contribuer à la réflexion après les attentats du 13 novembre 2015

Publié le 14/11/2015
Auteur(s) : Marie-Christine DOCEUL, responsable éditoriale,
Laurent CARROUE, inspecteur général de l'Education nationale
Après les attentats terroristes de Paris du 13 novembre 2015, nous proposons une sélection de ressources scientifiques à même d'aider à la réflexion des professeurs de géographie sur les enjeux majeurs soulevés par ces attentats.

Suite à la vague d'attentats du 13 novembre dans le Xe et XIe arrondissement de Paris et à Saint-Denis, comme après ceux des 7 et 8 janvier 2015 contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo et contre un magasin casher à Paris, nous proposons une sélection de ressources universitaires publiées par des spécialistes de géographie et de géopolitique pour contribuer à l'analyse. Nous avons privilégié les ressources en ligne, en accès libre ou via le portail cairn.info. Les ressources les plus récentes sont mises en avant. Si les auteurs sont majoritairement des géographes et des géopoliticiens, ils peuvent être aussi des politistes, anthropologues, sociologues, historiens.
Nous commençons par une sélection de documents clefs. Les liens sont valides au 14 novembre 2015.
Conçu comme ouvert et évolutif, ce dossier vise à être enrichi, les jours suivants, de nouvelles propositions, que vous pouvez poster via la page de contact du site. Géoconfluences se garde cependant bien sûr toute liberté de les intégrer ou non.

Sur le 13 novembre,
  • Jacques Lévy,  professeur de géographie et d’aménagement de l’espace à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, "Paris (Monde) : géographies du 13 novembre 2015.", EspacesTemps.net, Travaux, 17 décembre 2015. L'article propose une lecture géographique multiscalaire de l’« hypercentre intime » de Paris à la « guerre civile mondiale à basse intensité », en passant par la France, le Proche-Orient et l’Europe.
  • Gilles Kepel, "De quoi le 13.11.2015 est-il le nom ?", Diploweb, 10 décembre 2015. Professeur des universités en science politique à Sciences Po, Gilles Kepel s'interroge sur le concept de "guerre" et d'"ennemi", comme sur les relations entre les politiques et cette problématique. Vidéo de 8'.
  • "Penser le 13 novembre", Le Monde, 26 novembre 2015. Cinq entretiens filmés de 6' chacun avec Camille Grand, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique, François Saint-Bonnet, professeur d’histoire du droit à Paris-II-Panthéon-Assas, Sophie Bessis, historienne et chercheuse associée à l’IRIS, Farhad Khosrokhavar, sociologue franco-iranien, directeur d’études à l’EHESS et Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France.
     

1. Le terrorisme

  • Patrick Poncet, « Le terrorisme », Le Temps de la géographie, France Culture, 10 août 2015. Emission de 7' à réécouter. « Faire la guerre au terrorisme » est une proclamation que nous entendons régulièrement. Mais une analyse géographique de la guerre puis du terrorisme montre que ces deux termes ne sont pas compatibles, la guerre ne peut être la réponse au terrorisme. Ils n'occupent pas les mêmes espaces et ont une organisation radicalement différente.
  • Philippe Moreau Defarges, « Terreur, terrorisme, guerre », Le Débat 1/ 2005 (n° 133), p. 113-125. Le politologue s’interrogeait en 2005 sur la formule de George Bush Jr de « guerre contre le terrorisme ». Il avertit que la fusion ou la confusion des notions n’est jamais sans risque. Le terrorisme, lutte meurtrière en métamorphose constante, peut-il se clore par un événement aussi net qu’une victoire (ou qu’une défaite) ? Le terrorisme est-il un ennemi ? Un ennemi est une personne précise, avec une intention menaçante et des moyens de la réaliser. Le terrorisme, phénomène en décomposition-recomposition permanente, entre-t-il dans cette définition ?
  • « De la terreur au terrorisme »La pensée de midi 2/ 2010 (n° 31), p. 185-199. Le sociologue Farhad Khosrokhavar analyse les métamorphoses du djihadisme en Occident et dans le monde musulman, le magistrat Antoine Garapon montre comment les démocraties occidentales se sont adaptées à cette menace, non sans en relativiser la réalité.
  • Philippe Rekacewicz, "Terrorisme, insurrection ou résistance : cartographier et nommer « l’internationale djihadiste »", Visionscarto.net, 8 juin 2015, et "L’autoroute de l’internationale djihadiste. Les dessous d'une carte"Orient XXI, 8 juin 2015. >
    Comment cartographier le djihadisme international ?  Comment nommer ce que les uns appellent « terrorisme » et les autres « insurrection » ou « résistance », ou encore un « État islamique » auquel on conteste largement la qualité d’État, mais qui commence à s’ancrer dans un territoire réel ? Le géographe et cartographe Philippe Rekacewicz publie les versions successives de la représentation cartographique des logiques spatiales du complexe réseau des mouvements islamistes fondamentalistes. Au fil des cartes, on voit évoluer la géographie des organisations djihadistes mais aussi les modes de représentation visuels, les symboles, les légendes et la terminologie.
  • Séniguer Haoues, « Une terreur sacrée ? La violence à l’heure des crises du Moyen-Orient. »Confluences Méditerranée 3/2015 (N° 94) , p. 63-80. L'auteur essaie de montrer comment les crises du Moyen-Orient, les violences qui s’y déploient et leurs prolongements en France, sont à la croisée du politique et du religieux. 
  • Touteleurope.euComment l'Union européenne lutte contre le terrorisme, 20 mars 2015. Infographie sur les attentats en Europe depuis 2001 et sur les moyens d'action de l'UE contre le terrorisme.
     

Débat :


En complément, sur le site expert SES ENS/DGESCO, lire le dossier Le regard des économistes sur le terrorisme, 23 novembre 2015.

2. Le djihadisme

Des termes à définir
  • Gilles Kepel, « Jihad », Pouvoirs 1/2003 (n° 104), p. 135-142

Cet article de 7 pages, écrit en 2003, présente le concept de jihad, central dans la doctrine islamique, qui caractérise une situation d’exception. L’auteur montre que, depuis la fin du jihad afghan en 1989, on assiste à une prolifération du jihad tous azimuts – qui pose des problèmes fondamentaux sur les plans doctrinal et politique.

  • Antoine Sfeir, « Salafisme », blog. Il s’agit de l’article « salafisme » rédigé par l’auteur dans son Dictionnaire du Moyen-Orient, Bayard Éditions, 2011, 964 p.
Généralités
  • Gabriel Martinez-Gros, Lecture historique du djihadisme, L'Histoire, n°409, mars 2015. En accès libre.
  • Questions internationales n°75, "Les nouveaux espaces du jihadisme. Menaces et réactions", septembre-octobre 2015. Le sommaire. Un extrait : Daech, machine de guerre économique et financière.
  • Bernard Rougier (dir.), Qu'est-ce que le salafisme ?, PUF, collection Proche-Orient, 2008, 288 p. La présentation sur le site de l’éditeur 
  • David Bénichou, Farhad Khosrokhavar, Philippe Migaux, Le jihadisme. Le comprendre pour mieux le combattre, Plon, 2015, 496 p. Un état des lieux du jihadisme sous le triple point de vue judiciaire, sociologique et géopolitique.
  • Centre international pour l’étude de la radicalisation (ICSR), King’s College, Londres. Créé en 2008, le centre dirigé par le politologue Peter Neumann s’est fait une spécialité d’analyser la montée de l’islamisme sous toutes ses formes et, en particulier, les mécanismes de l’engagement de ressortissants des pays occidentaux dans le djihadisme.

Il publie des rapports en anglais dont Victims, Perpetrators, Assets: The Narratives of Islamic State Defectors, 12 octobre 2015.

En Occident, en Europe, en France
  • Samir Amghar, Le Salafisme d’aujourd’hui : mouvements sectaires en Occident, Paris, Michalon, 2011, 283 p. Une enquête sociologique d’un jeune chercheur de l’EHESS, qui se donne pour objectif de reconstituer l’univers sociologique et idéologique des groupes salafistes en France mais aussi en Belgique, en Suisse, en Angleterre, aux Etats-Unis et au Canada.

Un compte-rendu de cet ouvrage :
- dans Lectures.revues.org, Eric Keslassy, « Samir Amghar, Le salafisme d'aujourd'hui. Mouvements sectaires en Occident », 2 avril 2012.
- dans Le Monde Livres, Stéphanie Le Bars, « "Le Salafisme d'aujourd'hui. Mouvements sectaires en Occident", de Samir Amghar : salafisation de l'islam ? », 17 octobre 2011

  • Samir Amghar, L'islam militant en Europe, Paris, Illico, 2013, 176 p. L’objectif de l’ouvrage est de reconstituer l’univers sociologique et idéologique de ces mouvements de réislamisation, en étudiant leurs techniques de mobilisation et leur travail de socialisation auprès des musulmans vivant en Europe.
  • Farhad Khosrokhavar, Radicalisation, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2014, 191 p. L’auteur, sociologue à l’EHESS, rend compte des spécificités de la radicalisation islamiste ou jihadiste contemporaine en mobilisant d’une part des textes historiques de militants et théoriciens et d’autre part une enquête sociologique auprès de jihadistes français emprisonnés. Le sommaire.

Deux comptes-rendus de cet ouvrage :
- dans Métropolitiques, Mohamed-Ali Adraoui, « Les logiques de la "radicalisation"», 19 juin 2015.
- dans Lectures.revues.org, Benjamin Ducol, « Farhad Khosrokhavar, Radicalisation », 1er avril 2015.
Et dans une émission de France Culture, Affaires étrangères 14-15, "Les réseaux djihadistes en Europe", 10 janvier 2015. Invités : Jean-François Daguzan, le Norvégien Thomas Hegghammer, Farhad Khosrokhavar et le Britannique Mark Leonard.

  • Farhad Khosrokhavar, « Qui sont les jihadistes français ? », Sciences Humaines, mis à jour le 16 novembre 2015. Qui se radicalise, pourquoi et par quels processus ? En France apparaissent deux groupes aux ressorts distincts, l’un issu des banlieues 
et passé par la délinquance, l’autre venant des classes moyennes,
 le regard tourné vers la Syrie.
  • Pierre Beckouche, "Terroristes français : une géographie sociale accablante", Libération, 28 décembre 2015. Tribune d'un professeur de géographie à l'université Paris I Panthéon Sorbonne. 
  • Marc Hecker, "Le jihad en Syrie et en Irak : un défi pour la France", Ifri, 9 janvier 2015
  • Mohammed Adraoui, Le salafisme mondialisé, du Golfe aux banlieues, Paris, PUF, 2013, 234 p. Un ouvrage sur les groupes salafis français tiré de la thèse en sciences politiques de l'auteur, Par-delà le discours. Le salafisme en France : socialisation ou rupture d’un groupe social ? Analyse de l’émergence d’un nouveau visage de l’islam de France, 2011. La présentation sur le site de l’éditeur

Un compte-rendu de cet ouvrage dans Politique étrangère, « Du Golfe aux banlieues. Le salafisme mondialisé », 16 octobre 2014.

  • France Culture, L'invité des matins, Radicalisation : que peut la politique de la ville ?, 30 mars 2016. 16'. Invités : Antoine Jardin, sociologue, co-auteur, avec Gilles Kepel, de Terreur dans l’Hexagone. Genèse du djihad français (Gallimard, 2015), Mohamedi Adraoui, spécialiste du salafisme et François Pupponi, député-maire de Sarcelles et président de l’ANRU.
     

3. L'État islamique

4. Le Moyen-Orient, géopolitique d’espaces sous conflits et tensions

  • Le Monde.fr, Syrie : ennemis de mes ennemis..., 19 octobre 2015. Le conflit syrien vu par la Russie, par les Etats-Unis, par la Turquie. Une infographie.
  • France Culture, Syrie-Irak, la carte des offensives contre l'Etat islamique, 14 novembre 2015.
  • Dominique Avon, Le Proche et le Moyen-Orient de 1918 à nos jours, site de l'APHG, version écrite en libre accès de la conférence prononcée à l'occasion de la journée de l'APHG sur les nouveaux programmes de Terminale, 25 mai 2013, complétée par 4 cartes en .pdf
  • L'Histoire,  « De Sumer à Daech, histoire du Proche-Orient », n°69, octobre 2015. Le sommaire.
    en accès libre, Olivier Roy, Géopolitique du chaos. Entretien de Géraldine Soudri et Huguette Meunier avec Olivier Roy, accompagné d'une carte de la situation géopolitique au Proche-Orient réalisée le 17 novembre 2015.
  • Moyen-Orient, Bilan stratégique 2015, n° 27, juillet 2015. Le sommaire. 
  • Fabrice Balanche, Géopolitique du Moyen-Orient, Documentation photographique n°8102, 2014. Le sommaire.
    et Fabrice Balanche sur Planète Terre, l'émission de Sylvain Kahn sur France Culture, "Les révolutions ont elles de l'avenir au Moyen-Orient ?", 28 janvier 2015.
  • François Burgat, Bruno Paoli (dir.), Pas de printemps pour la Syrie, Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2013, 356 p.,. La table des matières.
    Un compte-rendu par Thierry Boissière dans la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 26 septembre 2014 http://remmm.revues.org/8797
  • Anne-Clémentine Larroque, Géopolitique des islamismes, Collection Que sais-je ?, Paris, Presses Universitaires de France, 2014, 128 p. Compte-rendu sur Diploweb.
     

5. Nation, démocratie et sécurité

  • N° spécial Le Débat, « L’Islam, l’Europe, la démocratie », n° 150, 2008/3, mai-juin 2008. Un numéro très riche avec un article de Bernard Lewis sur l’Europe et l’Islam, un débat entre Elie Barnavi, Rémi Brague, Marcel Gauchet et Antoine Sfeir autour du livre du premier « Les religions meurtrières »

6. Des outils (cartes, définitions, sources)

Voir la sélection faite dans la rubrique Eclairage de Géoconfluences, 11 février 2015.  

 

 

Marie-Christine DOCEULresponsable éditoriale,
Laurent CARROUÉ, IGEN

pour Géoconfluences, le 14 novembre 2015

Actions sur le document