Vous êtes ici : Accueil Actualités Veille La natalité en baisse en France, la hausse de l'espérance de vie plus irrégulière, d'après l'Ined

La natalité en baisse en France, la hausse de l'espérance de vie plus irrégulière, d'après l'Ined

Publié le 23/11/2017

D'après l'étude, « le nombre des naissances diminue (de 781 000 en 2014 en France métropolitaine à 760 000 en 2015 et 747 000 en 2016) ». L'indicateur conjoncturel de fécondité est passé de 1,97 enfant par femme en 2014 à 1,89 en 2016. Cette baisse était « attendue depuis plusieurs années par les analystes » dans la mesure où elle est survenue dans tous les pays développés ayant connu la crise économique et la hausse du chômage. Mais à terme, les difficultés économiques ne réduisent pas le nombre de naissances d'une génération, elles les retardent simplement. La baisse de l'indicateur conjoncturel de fécondité n'est pas la seule explication à la diminution du nombre de naissances, car il faut ajouter la diminution du nombre de femmes en âge d'avoir des enfants.

De son côté, l'espérance de vie augmente plus irrégulièrement et même, de façon presque imperceptible, plus lentement. L'aspect irrégulier de son allongement est dû à des crises comme la canicule de 2003 et son rattrapage en 2004 (sous-mortalité consécutive au pic de mortalité), ainsi qu'à des épidémies de grippe saisonnière à létalité très variable selon les années.

L'Ined livre également la pyramide des âges de la France au 1er janvier 2017 (ci-contre, évaluation provisoire).

Source : Gilles Pison, « France 2016 : la natalité est en baisse », Populations et sociétés, Ined, numéro 542, mars 2017, 4 pages [pdf].

Pour compléter


Brèves de Géoconfluences en lien avec les publications de l'Ined :

Glossaire de Géoconfluences : Démographie | Espérance de vie / de santé | Fécondité (indice conjoncturel, ou synthétique)

 

 

 
Actions sur le document