Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (types d'espace) Les nouvelles dynamiques du tourisme dans le monde popup Tourisme et loisir(s), pour une brève définition

Les nouvelles dynamiques du tourisme dans le monde

Tourisme et loisir(s), pour une brève définition

Publié le 04/02/2011

Comme tout geste ou rituel sociaux, tourisme et loisirs sont des pratiques qui s'inscrivent non seulement dans une société donnée, mais aussi dans un contexte spatial et temporel bien spécifique. Ce relativisme est néanmoins de plus en plus parasité par, d'un côté la mondialisation des modèles, des pratiques sociales et des comportements, d'un autre côté la confusion croissante entre tourisme et loisirs suite à la complexification récente des pratiques individuelles et collectives, mais aussi des stratégies marketing des acteurs et des aménageurs.

Le tourisme relève d'une pratique autant que d'un rapport particulier à l'espace et au temps, qui se fonde sur le déplacement et l'habiter temporaire des individus hors de la sphère de leur quotidien (voir R. Knafou, entrée "tourisme" du Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, dirigé par J. Lévy et M. Lussault, 2003). Le tourisme se fonde ainsi sur trois éléments : 1) un déplacement hors de l'espace du quotidien ; 2) une inscription hors du temps du quotidien, ou pour le dire autrement dans le hors-quotidien, rupture qui suscite l'émergence d'espace-temps spécifiques ; 3) un rapport au temps différent, caractérisé par le passage du temps-aliéné (temps captif, obligatoire, du travail ou de la vie) et du temps-distance (temps souvent rébarbatif du transport) au temps-substance (où savourer l'écoulement du temps devient un but et un plaisir en soi).

Ainsi, le tourisme se trouve en rupture avec le travail, mais aussi avec la vie du quotidien, où le temps est structuré par une suite d'obligations, plaisantes ou non. Le tourisme ne fait pas partie traditionnellement de la vie de la cité, il s'est développé à ses marges, dans une situation de périphérie, de plus en plus intégrée et affirmée, en France comme au Japon, selon des modalités différentes.

Le loisir est une catégorie plus floue et plus subtile. Cette subtilité tient à ce que le terme change de sens en fonction de son nombre. Au singulier, le loisir réfère au temps affranchi des exigences du temps contraint, en particulier du temps travaillé. Au pluriel, les loisirs se réfèrent à l'ensemble des activités récréatives s'exerçant autant dans l'espace local et le temps du quotidien, que dans l'espace-temps du tourisme. Ainsi, non seulement les loisirs constituent une catégorie spécifique du loisir (par distinction du sommeil, du repas, des discussions...) mais aussi les loisirs ne se posent pas en rupture ni avec le quotidien, ni avec le travail, ni avec le tourisme. Les loisirs participent des trois et peuvent se déployer dans ces trois sphères, sans en être constitutifs.

Retour en haut de page

Raphaël Languillon-Aussel, université de Lyon (Lumière Lyon 2),

UMR 5600 "Environnement, ville, société",

pour Géoconfluences le 4 février 2011

Actions sur le document