Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (types d'espace) Le vin entre sociétés, marchés et territoires Systèmes spatiaux viticoles. Trois études de cas.

Le vin entre sociétés, marchés et territoires

Systèmes spatiaux viticoles. Trois études de cas.

Publié le 11/01/2007
Auteur(s) : Jacques Maby, UMR ESPACE, Université d'Avignon

Le vignoble est le produit d'un système socioéconomique fort bien analysé à la fois par les économistes, les agronomes, les juristes ou encore les sociologues (Auriac F., Dion R., Garrier G., Roudié Ph., Hinnewinkel J.C.). L'apport spécifique du géographe n'est pas, comme on le pense trop souvent, de synthétiser ces diverses connaissances issues des sciences sociales et naturelles, ni seulement de les localiser, mais bien d'établir qu'il existe des conditions spatiales spécifiques permettant le fonctionnement de ces systèmes viticoles [2]. La connaissance géographique repose donc sur la mise au point de modèles de fonctionnement spatial qui ne soient pas de simples localisations des systèmes socioéconomiques, mais de véritables modèles systémiques spatiaux.

Le concept de système spatial [3] implique donc que l'on produise des modèles cartographiques qui explicitent le fonctionnement systémique du vignoble. En effet, affirmer que le système viticole est un système spatial oblige le géographe à produire non seulement une carte de localisation des composants spatiaux, mais aussi un schéma modélisé des interactions spatiales qui organisent ce système.  Si la géographie est bien une discipline indépendante, son apport réside justement dans sa capacité à dépasser la simple localisation des objets géographiques pour proposer des schémas qui montrent comment les phénomènes se spatialisent. Les fonctionnements systémiques [4], lorsqu'ils sont présentés sous forme d'organigramme ou de diagramme sagital, évacuent totalement l'espace : c'est bien à la géographie de réintroduire la condition spatiale de tout phénomène.

Cet exercice est délicat et inégalement avancé dans la géographie du vignoble. Nous nous y essayons ci-dessous à propos de trois espaces viticoles du sud de l'Europe : le vignoble des coteaux d'Avignon, le vin de Porto, le vignoble de Banyuls-sur-Mer.

 

Le système spatial viticole des coteaux d'Avignon

Dans la région d'Avignon le vignoble des Côtes du Rhône doit faire face à une double concurrence spatiale. La première est celle de la huerta comtadine. Peu menaçante sur le plan foncier puisqu'elle ne progresse guère et qu'elle ne convoite pas les terres sèches des coteaux, elle marque cependant une limite infrangible puisque son terroir humide ne peut convenir à la viticulture de qualité. La seconde est celle de l'aire urbaine d'Avignon et de ses diverticules [5] périurbains (vue aérienne) . Là se révèle une concurrence foncière forte, voire imparable car la valeur du terrain à bâtir, d'un facteur 10 par rapport à celui du vignoble, vient à bout de toutes les résistances humaines.

Cependant, une aire viticole AOC de 800 ha se maintient, isolée sur une terrasse villafranchienne à gros galets roulés, produisant des vins de qualité, pour l'essentiel autour d'une grosse structure coopérative qui commercialise sous le nom de "Coteaux d'Avignon".  La marque est porteuse, l'équilibre socio-économique solide et il va de l'intérêt de la région viticole tout entière que cette petite zone paysagère viticole puisse survivre. En effet il s'agit du seul chevauchement spatial concret entre le vignoble des Côtes du Rhône et la ville d'Avignon dont le territoire communal empiète sur la partie sud de ces coteaux.

Ce lien territorial est assez utile car il permet d'assurer la crédibilité du titre, à défaut du rôle, de "Capitale des Côtes du Rhône" dont la cité ainsi que les vignerons rhodaniens s'enorgueillissent. De plus ce contact géographique permet au vignoble de profiter des retombées de notoriété d'une ville qui a été désignée "capitale européenne de la culture" en 2000. La pérennité de cette terrasse viticole avignonnaise favorise la synergie des images du vin, du patrimoine historique urbain, des paysages, de la culture littéraire et théâtrale… qui sont des atouts de communication essentiels.
Le système viticole est donc pressé par le système urbain et par le système horticole comtadin ; il se trouve, par une configuration spatiale bienvenue pour le modélisateur, que ces contraintes s'exercent assez symétriquement par l'est et par l'ouest.

Le vignoble des coteaux d'Avignon ne peut résister à la pression périurbaine que grâce à la conjonction de plusieurs facteurs qui interviennent d'ailleurs en systémie :

  • le dynamisme économique du vignoble qui favorise les transmissions successorales, valorise le capital foncier, offre des perspectives rassurantes à long terme ;
  • la rente viticole qui satisfait les propriétaires, même si elle ne peut rivaliser avec celle que produirait une réalisation du capital foncier ;
  • les plans d'occupation des sols qui minimisent l'impact du mitage pavillonnaire et protègent les aires viticoles ;
  • la pression des associations socio-professionnelles et des institutions viticoles pour assurer la protection des terroirs ;
  • la pression des ruraux et même des néo-ruraux qui tiennent à conserver une dominante paysagère de qualité dans leur cadre de vie.
Schéma des composants spatiaux dans la région d'Avignon

Le schéma s'inscrit dans un cadre d'environ 30 km x 20 km. Tous les schémas présentés sur cette page sont réalisés par J. Maby.

L'étude des Plans locaux d'urbanisme (PLU) ou des Plans d'occupation des sols (POS) [6] des différentes communes de cette zone montre la grande variété des modalités réglementaires organisant le développement du bâti. On distingue trois types de projets communaux dans les neuf communes périurbaines :

1) PLU ou POS accueillant : la péri-urbanisation est souhaitée et facilitée par la création de vastes périmètres à urbaniser immédiatement ou sous peu, avec des densités parfois élevées, ce qui confine à la vocation urbaine.

2) PLU ou POS semi-accueillant : la péri-urbanisation est considérée comme une aubaine dont il  faut tirer profit en minimisant les impacts négatifs ; les aires urbanisables sont limitées à des périmètres assez réduits ou extensibles dans le futur, tandis que la vocation agricole d'une partie des terroirs est reconnue.

3) PLU ou POS protecteur : la péri-urbanisation ne peut être totalement refusée, ne serait-ce que par précaution politique, mais elle est assez strictement contenue et les terroirs viticoles en particulier sont, si possible, mis hors d'atteinte du mitage urbain.

Schéma des modalités d'accueil du bâti périurbain

Le schéma s'inscrit dans un cadre d'environ 30 km x 20 km.

D'une manière assez générale, les communes disposant d'une aire AOC ont des PLU / POS plus protecteurs, avec de nombreuses nuances, comme celle du durcissement plus ou moins récent des mesures de protection, de l'extension plus ou moins large de ces mesures à l'ensemble du périmètre communal ou encore des différentes tendances évolutives qui se dessinent dans la mise en réserve de types d'aires plus ou moins protégées. Les communes les plus accueillantes se situent en périphérie immédiate d'Avignon et le long des axes majeurs de communication. Les communes semi-accueillantes se trouvent dans la huerta, au-delà du vignoble, à l'abri, il faut le dire, des pressions périurbaines les plus marquées [7].

Retour en haut de page

Le système spatial le plus dynamique est incontestablement le système urbain avignonnais, le plus fragile, celui de la huerta. Le système viticole quant à lui offre des formes d'équilibre qui lui permettent de repousser la pression périurbaine, soit vers les bordures du terroir AOC, il est vrai de plus en plus serré de près par le bâti, soit en l'éloignant au-delà de la terrasse viticole, sur les zones plus accueillantes et plus vulnérables de la huerta. Le front d'urbanisation est ainsi bloqué contre le rebord de la terrasse viticole AOC tandis qu'il s'allonge le long des axes de communication et contourne le vignoble par le nord et par le sud. Un avant-front de péri-urbanisation se dessine à peine à l'est de la terrasse, mais préfigure la dynamique spatiale la plus probable dans le cas ou la protection du vignoble serait durable et renforcée. L'aire viticole devra néanmoins s'ouvrir au passage des flux pendulaires qui risquent de se développer fortement.

Le scénario le moins souhaitable pour la viticulture est celui de la réduction des mesures de protection. Le système viticole serait alors attaqué sur son composant central : les terroirs. Leur régression dérégulerait le fonctionnement du groupement des Coteaux d'Avignon dont la structure coopérative est orientée vers des débouchés commerciaux assez massifs. Une production confidentielle d'îlots viticoles en milieu urbain ne serait pas compatible avec ce type d'organisation socioprofessionnelle et commerciale.

Un nouvel équilibre pourrait éventuellement être trouvé dans de petites unités individuelles et résiduelles, jouant sur la notoriété d'Avignon, ne pouvant de toute façon retarder leur disparition que grâce à une politique de prix élevés. Mais tout le monde ne peut prétendre au destin glorieux des Châteaux Pape-Clément ou Haut-Brion, enclavés dans l'agglomération bordelaise.

Schéma des dynamiques spatiales

Le schéma s'inscrit dans un cadre d'environ 30 km x 20 km.

Ce scénario de survie reste improbable et suppose un changement radical de trajectoire et donc de finalité systémique : ce serait le projet d'une aristocratie viticole réduite et non plus celle d'une population vigneronne. Mais si celle-ci choisit de vendre son patrimoine viticole en terrain à bâtir, c'est bien qu'elle aura opté pour un changement de système, ce qui signifiera peut-être la fin du système viticole des coteaux d'Avignon.

Les schémas précédents, soutenus par l'interprétation systémique de l'espace viticole des coteaux d'Avignon, peuvent aider à proposer une modélisation spatio-systémique sous la forme d'un schéma carto-systémique [8] en figure ci-dessous. Le but est de combiner les positions des composants spatiaux et les relations systémiques qu'ils entretiennent, en utilisant pour cela des idéogrammes représentant les processus spatiaux.

Schéma carto-systémique du vignoble des Coteaux d'Avignon

Le schéma s'inscrit dans un cadre d'environ 30 km x 20 km.

Remarques sur la composition carto-systémique de la figure ci-dessus :

  • Le système spatial viticole des Coteaux d'Avignon est inclus géométriquement dans le système urbain d'Avignon, mais il reste distinct du point de vue de la spatialité systémique.
  • De même, il appartient d'un point de vue fonctionnel au système des AOC Côtes du Rhône, mais il est trop isolé et trop marqué par des conditions spatiales locales pour qu'on puisse l'y intégrer du point de vue spatio-systémique.
  • On peut donc choisir de considérer trois systèmes spatiaux distincts : le système spatial urbain d'Avignon, le système spatial viticole des coteaux d'Avignon, le système spatial viticole des Côtes du Rhône sans compter le système de la huerta qui suit sa trajectoire propre.
  • Le géographe pourra rappeler que ces systèmes sont imbriqués et considérer que le système des coteaux d'Avignon est sous-système à la fois du système urbain et du système Côtes du Rhône.
  • Ces supra-systèmes ne constituant pas le cœur de la problématique, ils ne sont pas présentés pour eux-mêmes, mais seulement en fonction de leurs relations avec les coteaux d'Avignon.
  • Le système spatial des coteaux d'Avignon est représenté seulement par les trois composants principaux "Décisionnel – Notoriété – Services" (D N S) qui ont été interprétés comme acteurs dans les processus de régulation viticoles.
  • Les flux intersystémiques sont trop nombreux pour être représentés, on ne modélise que celui qui traverse le système des coteaux de part en part tout en lui restant essentiellement étranger et l'affectant donc d'une manière très spécifique.
  • Le processus spatial frontal qui attaque le terroir est interne au système des coteaux, même s'il est le produit d'une entrée depuis le système urbain. Il se distingue en cela du processus spatial de front d'urbanisation avançant sur la huerta et qui ne concerne pas le système spatial viticole.
  • Les entrées / sorties ne sont pas détaillées. On reconnaît des échanges importants avec le système général viticole des Côtes du Rhône, de même qu'avec le composant polaire Avignon-centre. Les entrées / sorties avec la couronne périurbaine ou avec l'environnement sont indiquées pour montrer la complexité des équilibres géographiques.

 

Retour en haut de page

Le système spatial du vin de Porto

Le vignoble de Porto (vue aérienne) présente la particularité de tenir son nom du lieu de commercialisation et non pas du lieu de production, lequel est éloigné de près de 100 km de la ville de Porto. Cette dissociation laisse supposer une organisation spatiale systémique originale qui excite l'effort de modélisation. Cela conduit aussi à opter pour l'expression nominale "système spatial du vin de Porto" puisque le système est articulé autour d'un produit, le vin (qui est sa finalité), qu'il n'est pas confiné au seul vignoble et qu'il ne fonctionne que sous l'effet de fortes interactions spatiales agissant à distance sur des composants non connexes. Le vin est donc la finalité du système et fonde une spatialisation spécifique.

L'aire d'appellation Porto, délimitée dès 1756, est axée sur le Rio Douro et ses affluents, en amont de la ville de Peso de Régua (Régua) et jusqu'à la frontière espagnole. Sur ces terroirs schisteux d'arrière-pays sont produits les vins qui descendent ensuite vers les chais de Villanova de Gaia, ville située sur l'embouchure du Douro, en rive gauche, face à Porto. De là, le vin est exporté dans le monde entier par les grandes sociétés de négoce de Porto dans lesquelles on retrouve beaucoup de capitaux étrangers, particulièrement anglais et hollandais. Une partie des profits revient alors au vignoble, soit dans les quintas (domaines) des sociétés, soit chez les petits vignerons qui ont commercialisé par leur intermédiaire.

Le système spatial viticole proposé en figure ci-dessous est donc caractérisé par :

  • une forte dispersion dans l'espace régional du Nord Portugal, de la façade atlantique à la frontière espagnole, avec une interruption de près de 100 km ;
  • de puissantes interactions sociales, naturelles, techniques et économiques qui mobilisent les éminentes qualités des différents composants ;
  • des boucles de rétroaction [9], particulièrement financières, qui ont assuré la régulation [8] du vignoble dans une prospérité globale depuis plusieurs siècles ;
  • une totale ouverture sur l'extérieur réalisée par l'intégration du port et de l'interface maritime dans le système, ce qui permet d'exporter l'énorme majorité de la production ;
  • la polarité des centres de décision et d'opération qui se partagent, inégalement, mais complémentairement les rôles (Porto, Gaia, Régua) ;
  • l'axialité du Douro qui sert de voie de pénétration, d'axe de collecte et de transport du vin, ainsi que de gradient qualitatif pour les terroirs.

 

Schéma carto-systémique de l'espace viti-vinicole classique de Porto

Le schéma s'inscrit dans un cadre d'environ 200 km x 160 km.

Ce système est un exemple remarquable d'équilibre spatial dans la durée. Cependant depuis le dernier quart du XXe siècle, il tend à se recomposer sur le double plan fonctionnel et spatial, ce qui permet justement de tester la spatialité du système.

Tout a beaucoup changé dans l'environnement du système comme dans sa composition interne et de puissants phénomènes de ré-équilibration sont à l'œuvre dans l'espace. Les régulations anciennes se sont modifiées et des rétroactions positives déplacent le niveau d'équilibre du système spatial des vins de Porto. Cela s'observe d'abord dans l'espace, s'explique aussi en partie par l'espace qui interagit avec ces phénomènes innovants, se régule enfin par l'espace qui offre des opportunités de bifurcation systémique ou au contraire entrave certaines trajectoires. On constatera que le concept d'espace qui est ici utilisé présente une composition ternaire :

  • espace matière offrant les ressources du développement territorial
  • espace support où se projette le système socioéconomique
  • espace système participant interactivement aux trajectoires des territoires

 

Ces trois approches ne sont pas antinomiques, même si elles ont donné lieu à des querelles d'école. La géographie, comme d'autres sciences d'ailleurs, est avide de modernisation épistémologique et certaines innovations conceptuelles ont pu être présentées comme une disqualification définitive des pratiques heuristiques précédentes. L'espace-support, l'espace-système, pas plus que l'espace-contexte du post-modernisme, ne sont des "saut paradigmatiques", mais seulement des modalités complémentaires de la connaissance. À cet égard notons que la géographie du vignoble n'est pas forcément académique et qu'elle n'a pas à se tenir à l'écart des évolutions conceptuelles.

Retour en haut de page

Dans l'environnement systémique on peut distinguer les modifications suivantes :

a) La transition démocratique du Portugal depuis 1975 a créé un mouvement de revendication chez les petits producteurs qui veulent être associés aux décisions concernant le fonctionnement du vignoble. Jusqu'à présent, les délimitations de l'aire, les règles de production ou de commercialisation avaient été décidées par l'élite sociale des grandes maisons de négoce et des grands propriétaires. Dans les années 1980 une interprofession viti-vinicole est créée afin d'assurer une gestion plus collective de ce qui peut être considéré comme un patrimoine commun : l'appellation Porto. La présence de petits producteurs au sein de cette association modifie sensiblement l'équilibre de tout le système. Le poids de la ville de Porto et de l'agro-industrie de Gaia est réduit au profit de l'aire de production et des groupes sociaux inférieurs, mais numériquement majoritaires, qui intègrent peu à peu les composantes décisionnelles.

b) L'adhésion à l'Union Européenne en 1986 oblige le Portugal à se soumettre à des règles de production, de contrôle et de gestion des aires d'appellation qui vont à la fois dans le sens du partage socioprofessionnel des responsabilités et dans celui de la libéralisation des marchés. Le système des vins de Porto, quoique assez prospère, ne peut négliger les opportunités d'aides offertes par la Politique Agricole Commune, mais cela n'est possible que sous conditions. La transparence des marchés et de la circulation des vins en est une, tout comme l'éradication de barrières douanières intracommunautaires, ou encore la régulation de la production et des stocks par des programmes fonciers adéquats. Mais ce qui change le plus les habitudes des producteurs de Porto c'est que l'Union Européenne exige que cette discipline collective soit publiquement et collectivement décidée, assumée et contrôlée. Ainsi est renforcé le rééquilibrage socioprofessionnel en faveur de l'aire de production.

c) L'effet de la mondialisation et de l'ouverture économique du Portugal renforce, elle aussi, la transparence des marchés, l'ouverture de concurrences nouvelles et la fin de rentes de situation de certaines maisons de négoce. Des petits producteurs autrefois isolés ont ainsi la possibilité de rentrer en contact avec des opérateurs commerciaux nouveaux, sur des bases tarifaires plus spéculatives, ce qui veut dire à la fois plus avantageuses et plus risquées que celle du système assez paternaliste qui prévalait jusqu'alors. Certes le libéralisme économique favorise toujours la concentration, mais il stimule les domaines dynamiques de toutes tailles et permet à bon nombre d'exploitations moyennes d'accéder directement au marché et d'y puiser des profits et donc des capacités d'investissement dont l'effet est très visible dans le vignoble, sous la forme de plantations nouvelles ou de construction de chais.

La convergence de ces phénomènes modifie donc les modalités de fonctionnement du système. Le travail de l'interprofession en particulier a des conséquences remarquables. Une des décisions les plus radicales, quoique peu connue, annule un interdit vieux de plusieurs siècles et autorise la commercialisation du vin de Porto sur les lieux de production. Dès lors, des caves d'élevage et d'embouteillage apparaissent dans le vignoble, ainsi que des caveaux de vente. Cela favorise les propriétaires entreprenants qui s'appuient en même temps sur le tourisme d'arrière-pays naissant au Portugal, ce qui est un bel exemple de systémie géographique.

Autre effet systémique plus subtil, celui de l'évolution technique. Le monopole de la ville de Porto avait l'avantage d'obliger l'élevage des vins en zone océanique au climat doux et humide. Le vieillissement du vin dans le Haut Douro soumis au cycle d'un hiver assez marqué et d'un été caniculaire présente beaucoup moins de garanties qualitatives. Par bonheur, le monopole de Porto est cassé à une époque où les vignerons peuvent utiliser la technique de la climatisation des chais. Certes tous n'investissent pas dans ce moyen coûteux, et même lorsqu'ils le font, il se trouve des puristes pour préférer les vins élevés dans les chais de Gaia. Ainsi en est-il des processus systémiques : des innovations, sans rapport logique à l'origine, se mettent en synergie pour transformer les équilibres, tandis que des forces d'inertie tentent de contraindre ces équilibres à leur niveau d'origine. Parions toutefois que la majorité des consommateurs s'accommodera de cette évolution de la typicité des vins de Porto, si tant est qu'elle soit perceptible.

Ces différents changements socioéconomiques, techniques ou réglementaires ont un effet positif sur le vignoble comme en témoigne la forte expansion foncière qui fait croître le vignoble de 25 000 ha à 40 000 ha dans les vingt dernières années du siècle. Le front de colonisation viticole avance vers le Haut Douro et le long des vallées affluentes, où la vigne rencontre des conditions climatiques plus sèches et plus contrastées thermiquement, ce qui réduit les rendements mais en revanche accentue la concentration organoleptique [10] des vins qui ne souffrent donc pas d'un fléchissement qualitatif. Le vignoble s'étend aussi vers les terroirs de haut de versant, sur des terrains plus frais où les vins sont plus légers, plus fruités, ce qui correspond à une demande récente et porteuse du marché. Cette progression foncière ne paraît donc pas poser de problème de qualité, elle pourrait cependant conduire le système à un niveau de production dépassant les capacités d'absorption du marché. Or le vignoble dispose d'une réserve spatiale de 250 000 ha classés en aire d'appellation Porto, ce qui est un atout exceptionnel actuellement, mais qui conduira très probablement à une saturation commerciale et à des baisses de prix. Le système devra alors entrer dans une nouvelle boucle de rétroaction, négative cette fois-ci, qui lui permettra de stabiliser ses surfaces en production, ou de trouver un nouvel équilibre coût de production / prix de vente, compatible avec l'abondance du produit.

Cette expansion facile vers des terroirs nouveaux présente dès aujourd'hui l'inconvénient d'encourager l'abandon des parcelles les plus anciennes, difficilement accessibles, non mécanisables et d'entretien fort coûteux. Ce phénomène, assez marginal encore, soulève des problèmes qui vont bien au-delà des simples questions de productivité. En effet, ces espaces en recul représentent l'archétype paysager du vignoble de Porto, banquettes étroites, murettes de schistes, parcellaire imbriqué… les perdre représente un grave danger d'affaiblissement de l'image du vin de Porto. Bien sûr les nécessités de la rentabilité sont inéluctables, mais à l'heure où le vecteur touristique est un moyen de promotion et un débouché essentiel, il est risqué de laisser le paysage subir des dégradations ou du moins des négligences aussi sensibles.

Le système spatial du vin de Porto, porté par une boucle de rétroaction positive, vient donc de bifurquer sur une trajectoire qui atteindra un niveau d'équilibre nouveau lorsque des boucles de rétroactions négatives assureront la régulation du système ainsi remodelé. La phase actuelle de recomposition systémique peut donner lieu à une modélisation spatio-systémique spécifique en figure ci-dessous.

Schéma carto-systémique de l'espace viti-vinicole en recomposition de Porto

Le schéma s'inscrit dans un cadre d'environ 200 km x 160 km.

Retour en haut de page

Le système spatial du vignoble de Banyuls-sur-Mer

À l'extrême sud de la France, en bordure de mer entre Perpignan et la frontière espagnole, s'étend un vignoble de 1 700 ha comprenant deux AOC : Banyuls et Collioure (vue aérienne). La première, la plus réputée et la plus ancienne, est caractérisée par la production de vins doux naturels d'une grande richesse aromatique et alcoolique. Quatre communes (Collioure, Port-Vendres, Banyuls-sur-Mer et Cerbère) abritent ce vignoble aux paysages très typés : versants marins schisteux très abrupts, cultivés en étroites banquettes, ouvragés de murettes et de canaux empierrés pour l'évacuation des eaux pluviales, travaillés essentiellement à la main, éclairés d'une lumière méditerranéenne qui a attiré de grands artistes impressionnistes à Collioure et qui assure le succès touristique de cette "côte vermeille" ; bref , un paysage et un patrimoine exceptionnels.

Ce double caractère forme un composant essentiel du système viti-vinicole : il rend compte de la rudesse du milieu et de l'extrême concentration des qualités organoleptiques dont le vin bénéficie en retour ; il témoigne d'un savoir-faire vigneron, d'une ténacité humaine et d'une constance historique qui apportent à l'image – et donc au prix - une valeur ajoutée décisive ; il crée le contact entre un produit agricole discret, voire confidentiel, et les flux humains touristiques puissants qui pénètrent ou jouxtent ce vignoble.

Au regard du grave déclin de la consommation des vins doux naturels en France et dans le monde, la prospérité maintenue du vignoble de Banyuls doit probablement beaucoup à la synergie entre fréquentation touristique, image paysagère et notoriété patrimoniale. Cette interprétation ne dévalorise en rien les autres composantes classiques du système viti-vinicole : rigueur des processus de production, qualité des produits, volontarisme des investissements, dynamisme commercial… Il est cependant intéressant de cibler cette approche sur la coordination entre les différents systèmes (touristique, naturel, viticole local et régional) qui occupent cet espace et interviennent dans la régulation systémique du vignoble de Banyuls. Cela conduit à privilégier dans la modélisation ce qui relève des entrées / sorties entre systèmes pour laisser à l'arrière plan les interactions entre composants intra-systémiques.

Il apparaît d'ailleurs rapidement que les relations inter-systémiques ont autant de caractères conflictuels que de caractères convergents : si les complémentarités ont été habilement exploitées, certains affrontements n'ont pu être évités, ce qui provoque des changements sensibles et préfigure de fortes modifications d'équilibre. Le système touristique en particulier ne fournit pas que des entrées porteuses (effet de communication, clientèle) et certaines ont des effets négatifs importants (pression foncière, dégradation paysagère). En fait le système viticole AOC Banyuls échange des débouchés commerciaux contre du terrain à bâtir. Plus exactement, et plus pernicieusement, il acquiert de la clientèle avec de l'image paysagère, mais il dévoie ses paysages pour mieux l'accueillir.

Actuellement on assiste à une progression des espaces bâtis périurbains et touristiques qui repousse le vignoble hors de ses terroirs originaux, avec des conséquences qui peu à peu pourraient ne plus être maîtrisées :

  • perturbation des équilibres fonciers : affaiblissement des petites propriétés promptes à vendre, restructuration parcellaire impossible dans un vignoble mité ;
  • modification de l'assise agronomique du vignoble : perte des terroirs de référence, repositionnement vers des hauts versants aux vins plus légers ;
  • complexification des fonctionnements humains : nombreux agriculteurs à temps partiel, fermage et métayage fragilisés par les ventes foncières.

 

Système touristique balnéaire et système AOC Banyuls présentent un rapport ago-antagoniste (agoniste : ayant une action semblable, opposé d'antagoniste) qui place le vignoble sur une trajectoire évolutive incertaine. Entre ces deux partenaires, une boucle de rétroaction positive conduit vers un prochain équilibre qui sera fort différent de celui que connut le vignoble avant la naissance du tourisme de masse balnéaire. Le même type de relations entoure le système naturel qui apporte aux systèmes viticole et touristique son cadre paysager originel valorisant, mais qui en retour est soumis à des recompositions paysagères assez agressives. Un nouveau type de vignoble, mécanisé, aux banquettes non soutenues par des murs de pierres, aux écoulements bétonnés, au parcellaire plus indifférent à la pente, aux caractères organoleptiques allégés, est inventé dans les marges conflictuelles des systèmes spatiaux naturel et viticole.

Les champs de forces de ces trois systèmes touristique, naturel et viticole entrent en interférence dans des aires de transition où se manifestent le front de péri-urbanisation touristique près du littoral et le front de colonisation viticole en arrière-plan. Dans ces zones de discontinuité systémique conflictuelle se testent les résiliences des systèmes [11] : en cas de rupture qualitative marquée, on pourrait alors voir diverger le système AOC Banyuls vers un nouvel équilibre, ou même le voir disparaître (systémolyse viticole) tandis qu'apparaîtrait un système spatial touristique invasif (systémogenèse touristique).

La figure ci-dessous, prend le parti d'insister sur les changements et les relations, en réduisant au minimum la présentation des composants, mais à vrai dire, les différents systèmes auraient tout aussi bien pu être conçus comme les composants d'un seul système global, les entrées / sorties devenant alors des interactions entre composants internes.

Schéma carto-systémique de la région viticole de Banyuls-sur-Mer

Le schéma s'inscrit dans un cadre d'environ 30 km x 25  km.

Conclusion

L'approche systémique, associée à une pratique de modélisation graphique, présente de nombreux intérêts au plan heuristique comme au plan didactique et pédagogique. L'élaboration progressive de croquis de type "carto-systémique" impose un effort de mise en interrelation des phénomènes géographiques, ce qui est en fin de compte le propre de notre discipline. La pensée géographique chemine ainsi de la description à l'explication, du terrain à ses représentations graphiques et produit des formes de savoir qui ont une double valeur scientifique et pédagogique.

Bien modestement, mais avec un potentiel d'efficacité remarquable, la modélisation graphique systémique procure matière au pédagogue, à tous les niveaux de l'enseignement de la géographie, comme elle procure outillage au chercheur.

Notes

Retrouver des lieux évoqués dans cet article : vues aériennes (Google Earth)

[1] Jacques Maby, professeur de géographie, directeur de l'UFR Lettres et Sciences humaines de l'Université d'Avignon, membre du laboratoire UMR ESPACE, recherches actuelles portant sur l'approche systémique analogique en géographie et sur la territorialité viti-vinicole.

[2] Un système viticole désigne l'ensemble de composants sociaux ou physiques qui assurent en interaction le fonctionnement des territoires viticoles, par exemple : terroirs, techniques agronomiques, marché, organes socioprofessionnels.

[3] Un système spatial désigne l'ensemble de composants spatiaux qui par leurs interactions et leurs positions relatives constituent un espace fonctionnel, par exemple : habitat, réseaux, relief, ressources.

[4] Fonctionnement systémique : modes d'interaction, de régulation, d'organisation des composants qui rendent un système actif.

[5] Un diverticule est une extension spatiale en forme de poche à laquelle on accède par un passage plus reserré.

[6] La Loi relative à la Solidarité et au renouvellement urbain (loi SRU du 13 décembre 2000) a institué les Plans locaux d'urbanisme (PLU) en remplacement des anciens Plans d'occupation des sols (POS). Le PLU est un projet de développement dont l'objet est plus large que celui du POS. Il doit être un cadre de cohérence des différentes actions d'aménagement du territoire : développement urbain, préservation des espaces naturels et des paysages, mixité urbaine et sociale, maîtrise et gestion des déplacements, des nuisances sonores, maîtrise environnementale (qualité de l'air, de l'eau, etc.).

La transformation des POS en PLU n'est pas encore réalisée dans toutes les communes de la région d'Avignon.

[7] Neuf communes sont très affectées par la périurbanisation : Caumont-sur-Durance, Châteauneuf-de-Gadagne, Entraigues-sur-Sorgues, Jonquerettes, Le Pontet, Morières-lès-Avignon, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Sorgues, Vedène. Plus à l'est, une commune est moins affectée : Le Thor.

[8] Une modélisation spatio-systémique est une procédure cognitive qui permet de construire une représentation du réel géographique en privilégiant la relation entre l'espace et le fonctionnement systémique. Les modéles ainsi créés peuvent être appelés schémas carto-systémiques.

[9] La réaction d'un système à une modification de trajectoire forme une boucle de rétroaction. Celle-ci est positive si elle amplifie le phénomène, négative si elle le réduit et si elle ramène le système vers sa trajectoire. La trajectoire est dite "d'équilibre" tant que le système conserve son identité et sa capacité d'action. La régulation renvoie aux modalités de fonctionnement par lesquelles un système assure sa durabilité et son efficacité.

[10] Les composés organoleptiques, de nature organique, sont issus du fruit et modifiés par la vinification. Ils sont à l'origine de la composition physico-chimique du vin et sont à la base de son expression gustative.

[11] En métallurgie, la résilience désigne une qualité des matériaux qui tient à la fois de l'élasticité et de la fragilité. Elle se manifeste par leur capacité à retrouver leur état initial à la suite d'un choc ou d'une pression continue. Dans le cadre de l'analyse systémique, la résilience désigne la capacité d'un système à assimiler, voire à tirer profit, d'une perturbation extérieure. Dans ce cas, il s'agit de capacités d'adaptation, plus que de retour à un état initial, telles qu'elles permettront au système de fonctionner après une bifurcation de sa trajectoire.

Références bliographiques

  • Maby J. - "L'Espace œnoculturel, les nouveaux territoires humains du vin", revue Universum n°19 vol 2, Université de Talca, Chili, p. 94-109 - 2004
  • Maby J. - "Le Vignoble : qu'y a-t-il de géographique dans cet objet ?", in Objets et indicateurs géographiques, dir Maby J., UMR espace Université d'Avignon, p. 282-307- 2003
  • Maby J. - "Modalités de constitution d'un savoir scientifique sur les paysages viticoles", actes du colloque international Paysages de vignes et de vins, Abbaye royale de Fontevraud, p.273-278 - juillet 2003
  • Maby J. - "Paysages et imaginaire : l'exploitation de nouvelles valeurs ajoutées dans les terroirs viticoles", Annales de géographie n° 624, p. 198-211 - 2001

 

Jacques Maby, UMR ESPACE, Université d'Avignon,

pour Géoconfluences le 11 janvier 2007

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   11-01-2007

 


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial
Actions sur le document