Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (types d'espace) Le vin entre sociétés, marchés et territoires Rive Droite ou Rive Gauche ? Les politiques patrimoniales viticoles bordelaises à la lumière d’une lecture géo-culturelle

Le vin entre sociétés, marchés et territoires

Rive Droite ou Rive Gauche ? Les politiques patrimoniales viticoles bordelaises à la lumière d’une lecture géo-culturelle

Publié le 11/01/2007
Auteur(s) : Michel Réjalot, maître de Conférences, Centre d'Étude et de Recherche sur la vigne et le VIN (CERVIN), Institut de Géographie Louis Papy, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3

Parmi les 788 biens inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco à la mi 2004, ceux dotés d'une forte composante viticole ou inscrits au titre même de leur paysage viticole ne manquent pas, depuis le Val de Loire jusqu'à l'île de Pico aux Açores en passant par les terrasses italiennes de Cinque-Terre, la vallée du Haut-Douro, la vallée du Haut-Rhin moyen et la juridiction de Saint-Émilion. Située en Gironde, à une quarantaine de km au nord-est de Bordeaux et immédiatement à l'est de l'agglomération de Libourne, cette dernière correspond au territoire établi par le duc d'Aquitaine et roi d'Angleterre Jean sans Terre au XIIe siècle, regroupant de nos jours les huit communes de Saint-Émilion, Saint-Christophe des Bardes, Saint-Etienne de Lisse, Saint-Hippolyte, Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Pey-d'Armens, Saint-Sulpice-de-Faleyrens et Vignonet [2]. Sa surface est d'un peu moins de 7 847 ha. En 1999, l'annonce de son classement au patrimoine mondial de l'Unesco a provoqué un grand effet dans la région. Beaucoup de Bordelais et de Français en général se sont sentis flattés par cette distinction et fiers de leur patrimoine viticole. Sept ans plus tard, il n'est pas inintéressant de reprendre rapidement le dossier pour poser quelques questions élémentaires : Qu'a-t-on classé ? Comment ? Pourquoi ? Comparativement à d'autres ensembles viticoles du Bordelais, que peut-on dire de ce classement à propos de ce qu'il distingue et de ce qu'il cherche à protéger ?

 

Aux sources de la classification de l'ancienne juridiction de Saint-Émilion

L'objet de la classification

Le classement d'un site au patrimoine mondial de l'Unesco repose en quelque sorte sur le principe de l'appel à candidature. Ce sont les États qui, chaque année, présentent un certain nombre de dossiers auprès de l'instance culturelle des Nations Unies. Dans les années 1990, l'État français a inévitablement pensé à proposer des territoires viticoles, territoires dont les paysages et les produits constituent des emblèmes dans le monde, et contribuent au rayonnement de notre pays. À son tour, l'administration a lancé un appel dans les régions viticoles, espérant voir remonter des dossiers. Dans le Bordelais, les seuls à répondre furent les Saint-Émilionais. Le dossier de candidature (collectif, 1998) pour l'inscription de l'ancienne juridiction de Saint-Émilion était présenté au titre de "site" et à l'intérieur de cette catégorie au titre "de paysage culturel selon les critères 24) a) iii ; iv et v" des Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial (Unesco, 2002) [3].

Ces critères 24 ) a) iii ; iv et v précisent que le bien étudié devrait :

  • "soit apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition ou une civilisation vivante ou disparue ; ou,
  • soit offrir un ensemble éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des période(s) significative(s) de l'histoire humaine ; ou,
  • soit constituer un exemple éminent d'établissement humain ou d'occupation du territoire traditionnels représentatifs d'une culture (ou de cultures), surtout quand il devient vulnérable sous l'effet de mutations irréversibles".

 

Pour apprécier la pertinence de la demande d'inscription déposée par un État, l'Unesco délègue à un organisme spécialisé le soin de donner un avis après étude du dossier de candidature. Deux organisations indépendantes assurent cette tâche selon la nature du bien proposé : le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) pour les biens culturels et l'Union mondiale pour la nature (UICN) pour les biens naturels. L'évaluation donnée par l'ICOMOS  pour Saint-Émilion affirmait en l'occurrence : "La juridiction de Saint Émilion est entièrement conforme à la deuxième catégorie de paysages évolutifs, (...) un paysage vivant qui conserve un rôle social actif dans la société contemporaine, étroitement associé au mode de vie traditionnel dans lequel le processus évolutif se poursuit, et qui en même temps montre des preuves manifestes de son évolution au cours des temps" (ICOMOS, 1999, p. 3). La conclusion en déduit logiquement "que ce bien soit inscrit sur la liste du patrimoine mondial sur la base des critères iii et iv :

  • critère iii La juridiction de Saint-Émilion est un exemple remarquable d'un paysage viticole historique qui a survécu intact et est en activité de nos jours.
  • critère iv La juridiction historique de Saint-Émilion illustre de manière exceptionnelle la culture intensive de la vigne à vin dans une région délimitée avec précision." (Ibid., p. 4)

 

À l'issue de ce bref rappel sur les critères posés par l'Unesco en terme de patrimonialisation de sites, monuments, ensembles ou formations, on peut maintenant se demander pourquoi le dossier saint-émilionnais a été présenté lui et pas un autre (Graves, Sauternais, Médoc,…). Ce dossier ne serait-il pas lié, entre autres, à un contexte local, une crise exigeant à un moment donné sa résolution ?

Les raisons de la demande de classification

L'un des problèmes géographiques essentiels qui se pose à la viticulture girondine dans la seconde moitié du XXe siècle est celui de l'urbanisation de ses territoires les plus traditionnels. Les constats effectués à plusieurs reprises sont devenus assez alarmants à partir des années 1990. Ainsi, une étude de l'agence d'urbanisme A'urba, montrait qu'entre 1973 et 1993, sous l'effet du mitage des périphéries bordelaises, les zones urbanisées de l'agglomération étaient passées de 17 000 à 34 000 ha alors que le gain total de population de cette agglomération n'était que de 20% sur la même période ; entre 1975 et 2000, les surfaces urbanisées à l'intérieur du Schéma directeur d'aménagement urbain (SDAU) de Bordeaux se sont accrues de 65% alors que le gain de population ne dépassait pas 20% (Collectif, 2001, p. 26).

Avec moins d'ampleur qu'autour de la métropole aquitaine, mais avec les mêmes effets ponctuels néfastes, ce conflit territorial se produisait dans d'autres secteurs du vignoble, par exemple sur les franges de l'agglomération libournaise. Bloquée par les marais et palus de la Dordogne et de l'Isle à l'ouest, au nord-ouest et au sud, l'agglomération de Libourne ne peut se développer qu'en s'étalant vers l'Est et le Nord-Est, en empiétant sur les prestigieuses AOC de Saint Émilion et Pomerol. Inexorablement, l'étalement de la ville, la construction d'une rocade générant à son tour le développement des constructions bordières, mitaient et finalement submergeaient les vignes de cette périphérie de l'appellation Saint-Émilion. On estime qu'entre 1975 et 2000, 35 à 40% des superficies de l'AOC Saint-Émilion situées à l'intérieur de la rocade de Libourne sont passées de l'état agricole à l'état bâti et se trouvent définitivement perdues pour la viticulture ; 22% seulement du total seraient encore plantables (Broussan-Corporandy, 2000, p. 91).

Saint-Émilion, un vignoble en périphérie de Bordeaux

Des paysages moins marqués par l'omniprésence des demeures bourgeoises à  l'origine de la diffusion du terme"château".

Accès en mode "survol" sous condition d'une installation préalable du logiciel Google Earth.   Voir en corpus documentaire.

Coordonnées : 44°55'10.15"N, 0°11'22.51"W

À ces constats matériels de déprise viticole, il faut bien sûr ajouter les difficultés dans la gestion institutionnelle du conflit vigne / ville, résultant de la diversité des points de vue selon les acteurs considérés (mairies, DDA, DDE, viticulteurs, syndicats viticoles, organismes d'encadrement de la filière vin, bureaux d'études etc.) et des enjeux politiques, et même politiciens, locaux : gauche municipale libournaise contre droite saint-émilionnaise,  appuis hiérarchiques nationaux – réels ou supposés – des uns contre puissantes solidarités viticoles des autres. Dans ce contexte de luttes parfois passionnelles et personnelles, l'idée d'une inscription de l'ancienne juridiction de Saint-Émilion au patrimoine de l'Unesco, qui n'exclut certes pas les motifs purement patrimoniaux, se trouvait très fortement confortée comme moyen de faire barrage à la pression urbaine.

Mais la question de l'urbanisation de l'aire d'AOC ne résume pas tout le problème. Il faut y joindre le phénomène de transformation au sein de la structure sociale du vignoble et ses répercussions plus ou moins évidentes sur les structures agraires et les paysages. On le sait, les grands vignobles de cru sont l'objet d'une attention marquée et d'un intérêt non dissimulé de la part de nombreux investisseurs. C'est un thème rebattu que celui de l'arrivée des "zinzins" dans le Bordelais, même si, à ce jour, aucune étude solide ne semble avoir abordé le sujet. Il n'empêche que, médiatisation aidant, l'idée que le vignoble de Saint-Émilion était la victime des financiers et des nouveaux riches venus se payer un grand cru en Bordelais s'est incontestablement ancrée dans les imaginaires locaux. Moyens pécuniaires souvent fantastiques à l'appui, certains de ces acheteurs ont ensuite restructuré leur parcellaire et développé une stratégie d'extension de leur domaine par acquisition de parcelles voisines. Bien qu'il soit là encore très difficile d'en montrer l'ampleur, ce phénomène a nourri l'idée que le paysage local évoluait de façon négative et que les transformations opérées par les nouveaux venus risquaient de détruire l'harmonie séculaire de la campagne saint-émilionaise. Là encore, certains politiques ont vu dans un classement du territoire viticole par l'Unesco un moyen efficace pour faire obstacle à des transformations mal considérées.

Retour en haut de page

Une question de méthode

S'il ne s'agit pas pour nous de décortiquer par le menu le processus politique et technique qui a permis aux élus de la région de la faire bénéficier du prestigieux label (origine précise de la demande, constitution du dossier, controverses éventuelles, points de vue et commentaires sur la proposition, péripéties juridiques, etc.), il s'agit en revanche de s'interroger sur la manière d'aborder la question du patrimoine avant de réaliser un dossier de candidature.

Désignation a priori ou sélection a posteriori ?

On le comprend aisément, le territoire a été a priori considéré comme devant être "patrimonialisé". Le processus de classification a fonctionné moins sur la question du sens d'un paysage que sur un inventaire de particularités hétérogènes et pas forcément viti-vinicoles : par désignation d'une accumulation sur un même territoire de phénomènes concrets jugés rares, on se donnait ainsi les moyens de remplir les conditions imposées par le dossier de candidature Unesco, de faire reconnaître une œuvre de civilisation et de justifier de sa protection contre un certain nombre d'agressions ou de perturbations jugées nuisibles [4]. On s'est en quelque sorte interrogé a posteriori sur ce qui faisait l'originalité des lieux et des paysages de manière à pouvoir donner un point d'appui au désir de sanctuarisation, qui, lui, était déjà un objectif arrêté.

Pourquoi alors ne pas raisonner dans l'autre sens ? Sans présupposer l'intérêt paysager d'un territoire girondin X, ou pressentir la nécessité de mesures de protection sur un secteur Y, posons préalablement la question de ce qui pourrait constituer l'originalité, la singularité, l'identité des espaces viti-vinicoles girondins. Ce n'est qu'une fois une réponse apportée à cette question que l'on pourra dans un second temps rechercher au sein des différents ensembles qui composent le vignoble de Bordeaux le ou les paysages qui méritent une classification. La démarche de patrimonialisation serait alors appuyée sur des bases plus objectives et non plus un inventaire à la Prévert mis au service des "affects", des "ressentis", des conflits d'intérêts territoriaux ou des représentations parfois bien subjectives des réalités.

Essayons une analogie musicale. Si Mick Jagger et Keith Richards demandent à un bureau d'étude ce qui fait de leur groupe un fameux exemple du genre rock, et ce, dans le but d'être distingué au patrimoine mondial du "paysage musical", il n'y aura évidemment aucune difficulté pour les experts chargés de constituer un dossier à répondre qu'ils chantent en anglais, qu'ils jouent de la guitare électrique et de la batterie et qu'ils sont très célèbres. Cela ne suffira sans doute pas à appuyer l'idée qu'ils sont bien des "grands" du rock, mais, avec un peu de métier et de sensibilité au sujet, on pourra argumenter sur la naissance du groupe et de sa musique dans le terreau culturel anglo-saxon, berceau de ce genre, et ses références récurrentes au répertoire noir américain, ou sur l'influence qu'il a exercée sur de nombreuses autres formations. On pourra plus encore insister sur leur style très personnel fait d'une ferme et puissante rythmique de guitare et de percussions densifiées par des cuivres, le tout au service d'un son "sale et excitant" ; sur l'adéquation des compositions aux "attentes" de la jeunesse d'une époque, la force de la révolte dans les textes, la gestuelle toute personnelle et provocatrice du chanteur, les scandales accumulés. Finalement, à demander à un interlocuteur, qu'il soit expert ou non, ce que l'on veut s'entendre dire, on s'expose au mieux à la relativité des conclusions de par la plus ou moins grande subjectivité du discours, au pire au reproche de non pertinence et/ou au soupçon de partialité de par les conditions de sélection auto désignée de l'objet à analyser.

En termes de réflexion patrimoniale, la question ne pourrait-elle pas être posée antérieurement au choix d'un objet, et forcément dans une perspective plus abstraite ? Par exemple : historiquement,  quel est le groupe le plus représentatif du rock britannique ? N'est-ce pas déjà un effort louable pour distinguer ce qui, plus fortement marqué que la moyenne par une identité, et ce, à l'intérieur d'un cadre de référence, mériterait d'être désigné à l'attention générale ? Sans doute la réponse apportée dépend là encore de la façon d'envisager le patrimoine et donc de poser la question. À cause par exemple de l'étendue du domaine musical sélectionné (tous styles ou comme ici par genre) ou de la nationalité des formations (dans le rock mondial ou à l'intérieur du rock anglais ou américain, etc.). La réponse est donc en partie conditionnée par avance et le résultat diffèrerait si l'on modifiait types et échelles du patrimoine musical. De même, la réponse sera, comme dans le cas précédent, plus ou moins marquée de subjectivité. Mais elle aura l'énorme avantage de chercher une réponse par rapport à un critère auquel tous les candidats à l'élection auront été ramenés, à savoir le genre rock du groupe et de sa musique et leur identité britannique.

Nous n'avons heureusement pas l'ambition de répondre à cette fascinante question, hors de propos et qui dépasse nos pauvres compétences en matière de musique et, plus malheureusement encore pour les Stones, ne pourrait que nous inciter à trahir un inévitable penchant pour les Beatles.

Risquons nous alors, avec toutes les faiblesses que cela suppose, à donner des éléments de réponse à la décisive question suivante : quel est le vignoble le plus authentiquement bordelais au sein des différents ensembles viticoles girondins ? Ce qui nécessite de répondre dans l'ordre aux questions que voici :

  • Quels seraient les caractères identitaires d'un vignoble compris comme étant plus spécifiquement "bordelais" ?
  • Parmi les divers ensembles viticoles girondins, quel est celui qui se rapproche le plus du type ainsi défini ?

 

Entre idéel et matériel

Ce n'est pas en effet la seule présence de vignes dans un espace donné, ni le panorama dégagé par son implantation sur une topographie mouvementée, (Vallée du Douro, terrasses de Cinque Terre), pas davantage que la présence de constructions d'architecture savante ou vernaculaire en matériaux locaux, d'aménagements plus ou moins rares et originaux dans le lieu considéré (murets protecteurs de Pico, caves-carrières de Saint-Émilion ou du Val de Loire), ou encore le soin apporté aux paysages par les travaux quotidiens des vignerons, ni même les modes de conduite technique des vignes et les procédés de vinification, ou encore les structures foncières et parcellaires qui peuvent définir de façon absolue par leur seule existence une valeur patrimoniale. À ce compte là, tout espace habité est le résultat d'une alchimie complexe entre nature et société. Tout vignoble présente tant un support physique "unique" qu'un ensemble d'aménagements anthropiques singuliers. Si c'est une telle énumération factuelle que l'on proclame "culture", elle reste bien insuffisante, parce que "cette culture est surtout analysée sous ses aspects matériels , comme ensemble des artefacts mobilisés par les hommes dans leur rapport à l'espace. Les idées qui la sous-tendent et le langage qui l'expriment ne sont guère évoqués." (Claval, 1995, p. 13). Les signes matériels dans l'ordonnancement d'un territoire ne peuvent être considérés comme intéressants que parce qu'ils traduisent l'essence des choses. Il nous faut donc chercher l'essence du bordeaux – entreprise, on le comprend, très ambitieuse, qui ne saurait être épuisée dans les quelques lignes qui suivent – si l'on veut décider quel est le territoire qui exprime le mieux cette essence.

Donner à l'idéel une place dans la réflexion, contre le seul primat du matériel, voilà notre objectif. Ce qu'il faut éviter à tout prix, ce sont ces travaux de disséqueurs de cadavres, qui procèdent en extrayant un à un les organes du mort puis les éparpillent sur la table de la morgue. Et le médecin légiste, convoqué pour la circonstance, de conclure pitoyablement que le cadavre est unique en son genre, parce qu'aucun autre ne réunit de façon strictement identique l'ensemble des caractéristiques inventoriées chez lui (poids, taille, morphologie, proportions, couleur des cheveux et des yeux…) ou, dans le meilleur des cas, que celui-là est particulièrement remarquable parce que réunissant un maximum d'attributs considérés comme rares et parce que très peu atteint par toutes sortes de maladies, tares, imperfections et handicaps : il mérite bien en conséquence d'être inventorié et catalogué pour être exposé à l'admiration universelle.

Si, au lieu de s'adresser au médecin, on avait prié le curé de la paroisse, pour que celui-ci nous dise, après enquête auprès de tous ceux qui les ont connus, quelle était la personne la plus proche de Dieu parmi les cadavres présents, autrement dit la plus profondément humaine pour les autres, on aurait pu aboutir à un résultat bien différent : ce sont le cœur et les actes qui auraient déterminé l'élection, soit des réalités idéelles et non des apparences physiques. On aurait pu en conséquence canoniser un aveugle ou un scrofuleux, un unijambiste ou un bossu comme modèle d'humanité. Mais il est vrai que dans ces derniers cas, l'aspect physique ne traduisant plus d'une quelconque façon les motifs de la distinction spirituelle, on retombe sur le problème du lien entre l'esprit et la matière, entre l'idéel et le matériel.

Appliqué à un paysage, notre raisonnement voudrait donc éviter deux travers, celui du matérialisme comme celui de l'idéalisme. C'est en fin de compte dans une démarche empruntant à Augustin Berque des aspects de sa notion de "médiance" (Berque, 1990), que nous cherchons ce qui, dans l'ensemble viticole girondin serait susceptible de désigner les rapports qu'entretient ou a entretenu, à un moment donné de son histoire, une société avec son environnement naturel non seulement du point de vue technique et économique mais aussi du point de vue esthétique et surtout axiologique.

Retour en haut de page

Les paysages viticoles patrimoniaux en Bordelais ; essai d'approche théorique

Le phénomène "château" : élément identitaire central ?

Une dimension fondamentale du vignoble bordelais apparaît liée à la notion de "château viticole". C'est en effet ce qui résume l'une des représentations les plus saillantes lorsque est évoqué le vin de Bordeaux : "Quand on parle du bordeaux historiquement, ce qui vient à l'esprit c'est l'idée de noblesse, de lignage, de nobles origines, c'est le mot château." (Claude Fischler, CNRS / EHESS, 7ème journée technique du CIVB, 2003). Il y a donc une bonne raison de voir dans ce concept de viticulture un centre d'intérêt majeur pour toute réflexion identitaire sur le vignoble. Selon nous en tout cas, le phénomène, dans sa genèse et son affirmation régulière depuis le XVIe siècle, traduit d'une façon remarquable les liens entre structures idéologiques et aménagements matériels d'un territoire et de paysages bordelais. Nous ne ferons ici que reprendre très sommairement les axes principaux d'une argumentation sur le parallèle entre idéologie des élites bourgeoises françaises modernes voire contemporaines et la genèse de formes primitives puis l'affirmation du concept viticole de château, que nous avons eu l'occasion de développer plus longuement il y a peu (Réjalot, 2004). En effet, la lente mise au point du "château" pourrait être envisagée comme le résultat du croisement de phénomènes distincts, celui de la maison bourgeoise champêtre et celui du vignoble particulier, eux-mêmes envisagés à travers une grille de lecture idéologique.

La campagne bordelaise, comme bien d'autres en France et en Europe, a été marquée par la construction, principalement à partir du XVIe siècle, de demeures plus ou moins vastes, s'inspirant du modèle antiquisant de la villa romaine, à la fois domaine de subsistance et de rapport, mais aussi lieu de villégiature des élites urbaines. Ce processus a contribué à fortement transformer les paysages suburbains de Bordeaux, dans un rayon de quelques km à l'origine, puis sur plusieurs dizaines de km au-delà de la ville, au fur et à mesure que de nouveaux espaces ont été conquis, dans le Sauternais, les coteaux de rive droite de la Garonne en aval de Langon, dans les palus longeant la Garonne et la Gironde, sur les terrasses fluviatiles du Médoc et des Graves, les collines de l'Entre-deux-Mers occidental et jusqu'aux coteaux du Bourgeais Blayais. Initié par le renouveau humaniste et son idéologie agrarienne aristocratique très prégnante dans les milieux bourgeois de la robe, il en a résulté un aménagement paysager caractéristique, composé d'une mosaïque de demeures cossues entourées de parcs et de jardins, d'échoppes vigneronnes et de pièces de vignes sur les hauteurs, séparées par les prairies des bas fonds humides. On ne peut donc comprendre l'importance des ces résidences campagnardes sans les relier à l'idéologie dominante en France chez les élites sociales des XVIe et XVIIe siècles. De même, le fait que Bordeaux soit à l'époque une ville parlementaire est décisif pour stimuler ces aménagements ruraux : en tant que figure historique, le parlementaire n'incarne-t-il pas l'idéal type porteur de cette idéologie moderne, faite de rationalisme, de formalisme, de préjugés anti-économiques sur-valorisant la rente foncière ?

On peut rencontrer ailleurs en France ou dans le monde des vignobles implantés dans des sites naturels spectaculaires, ou admirer des régions comptant nombre de grandes villas aristocratiques et bourgeoises, mais jamais on ne découvre comme à Bordeaux ce véritable "complexe culturel" (Bonnemaison, 2000, p. 70) que constitue le château viticole, objet géographique et concept viticole, qui cristallise cette double dimension, matérielle et idéelle de la culture. Le château viticole montre bien que la réalité des phénomènes géographiques n'appartient pas aux seuls objets ou aux seuls sujets, mais à quel point elle est, comme dirait Augustin Berque, "trajective" ; plus simplement, qu'on ne peut pas comprendre une activité viti-vinicole sans la relier à l'homme qui y projette ses valeurs, ses émotions, ses représentations du monde et lui confère par là une ou des significations, mais qu'en même temps, les significations et les représentations des réalités du vignoble ne cessent de se préciser à partir de ces mêmes réalités matérielles. Le "château", c'est ce que Bordeaux a apporté de plus original et de plus authentiquement bordelais et français à la civilisation universelle de la vigne et du vin.

Retour en haut de page

Quel territoire girondin traduit-il le mieux le phénomène du château viticole ?

Partant du résultat selon lequel le phénomène du château serait bel et bien le meilleur ou l'un des meilleurs emblèmes d'une civilisation bordelaise de viticulture, il convient maintenant de chercher le territoire qui, aujourd'hui en Gironde, montre le mieux le phénomène du château. D'après ce que nous avons dit précédemment, on peut déjà procéder par élimination et écarter justement les territoires viticoles du Libournais, dont on sait à quel point ils restèrent longtemps à l'écart du géo-système viticole bordelais. Vignoble plutôt paysan à ses origines, qui n'a pas connu un fort mouvement de restructuration foncière et paysagère à l'époque moderne, le vignoble de Saint-Émilion nous apparaît maintenant comme une autre réalité, un espace ayant longtemps gardé ses propres logiques de développement et des circuits commerciaux sensiblement différents de ceux des Graves, du Médoc ou du Sauternais. Intégré tardivement au "système girondin", il fait figure, de notre point de vue, de périphérie viticole moins significative d'une identité bordelaise.

Château Margaux : le château, centre d'un grand domaine foncier viticole

L'emblème d'une civilisation bordelaise de la viticulture, un modèle pour les autres vignobles à travers le monde ?

Accès en mode "survol" sous condition d'une installation préalable du logiciel Google Earth.  Voir en corpus documentaire.

Coordonnées : 45° 2'40.66"N, 0°40'6.02"W

En revanche, on reconnaîtra facilement dans l'ancienne "campagne de Bordeaux", soit, pour simplifier, l'espace compris dans un rayon d'une dizaine à une quinzaine de km au-delà des boulevards, le territoire le plus spécifiquement porteur des marques de la civilisation viticole bordelaise. Hélas, c'est aussi cet espace le plus traditionnel et le plus expressif qui a subi depuis une cinquantaine d'années les ravages paysagers d'une urbanisation peu ou bien mal contrôlée. Assaillant les vestiges des rêves bucoliques de nos ancêtres, l'urbanisme contemporain dévore inlassablement cinq siècles de civilisation viticole dans une indifférence qui fut longtemps totale de la part des responsables politiques locaux et dans l'ignorance de la masse. Faut-il alors désespérer de voir un jour distingué et protégé un paysage viticole plus spécifiquement bordelais ? Certes non, et pour cela, redécouvrons vite le dernier carré du vignoble aux châteaux qui ne soit pas encore trop défiguré par la lèpre urbaine. Ouvrons les yeux et réalisons qu'il subsiste en Gironde un espace compris entre Saint Seurin de Cadourne au Nord et Ludon au sud qui rassemble sur 25 km de long et 5 à 8 de large des dizaines de domaines viticoles aménagés entre 1550 et 1914 et pour lequel aucune instance de protection et de valorisation globale n'existe. Dès lors, l'ensemble haut-médocain possède des atouts considérables pour répondre aux critères requis par l'Unesco, de façon équivalente ou même meilleure que l'ancienne juridiction de Saint-Émilion dans la mesure où :

  • Premièrement, il montre un spectacle agraire unique en son genre en tant qu'illustration des conceptions les plus authentiquement bordelaises de la viticulture, réunissant vignobles de grande qualité et de grande renommée, grands domaines, nombreuses constructions aux architectures recherchées et diversifiées, parcs et jardin, soit un développement optimal du modèle château viticole, permettant plus que jamais de parler "de fait de civilisation" (Pijassou, 1980, p. 1099), et de satisfaire a priori pleinement au § 24 (iv) des ODGMOC [3] de l'Unesco. Produit d'un échange idéel / matériel, cette œuvre illustre à merveille la "relation spirituelle avec la nature" dont parle le § 38 de ces mêmes orientations. Cette expression bordelaise de la vigne et du vin magnifiée sur le territoire du Haut-Médoc n'a-t-elle pas déterminé des paysages qui "devraient être choisis sur la base de leur valeur universelle exceptionnelle et de leur représentativité en terme de région géo-culturelle clairement définie et de leur pouvoir d'illustrer les éléments culturels essentiels et distincts de telles régions." ? (Unesco, 2002, p. 10)

 

Cliché : Michel Réjalot, 2006

Le village de Saint-Émilion et les vignes du château Canon. Un paysage et un territoire peuvent-ils être considérés comme "patrimoniaux" parce qu'ils répondent au cahier des charges requis par l'Unesco ?

En rubrique savoir faire : L'inscription de territoires viti-vinicoles au patrimoine mondial de l'Unesco

 

  • Deuxièmement, ce spectacle agraire est installé sur un support physique pas moins singulier que celui du patchwork de calcaires, molasses, graves, sables et palus de Saint-Émilion. Le complexe fluviatile des graves et le type d'érosion subie par ces terrasses sont sans le moindre doute exceptionnels : "Si l'on considère l'ensemble des intervenants géologiques et climatiques dans la genèse des terrains de graves du bordelais, force est bien d'admettre qu'il est très improbable que des terrains aussi singuliers aient pu prendre naissance ailleurs dans le monde sous des latitudes permettant la culture de la vigne. De ce fait, la rive gauche de la Garonne et de la Gironde détient indéniablement, entre Langon et la Pointe de Grave, l'un des plus spectaculaire ensemble viticole sur substrat graveleux de la planète" (Becheler in CERVIN/OIV, 1991, p. 148). En ce sens, un tel élément est susceptible de répondre très idéalement au critère de "site" défini comme des "(…) œuvres conjuguées de l'homme et de la nature" (Unesco, 2002, p. 6) et mieux encore de correspondre au fait qu'un paysage culturel illustre "l'évolution de la société et des établissements humains au cours des âges, sous l'influence de contraintes et / ou d'atouts présentés par leur environnement naturel et les forces sociales, économiques et culturelles successives, internes et externes." (Ibid., p. 10)

 

Cliché : Michel Réjalot, 2006

Le château Lafon-Rochet à St-Estèphe, Médoc. Ce paysage mêlant un vignoble, un parc et une demeure en forme de chartreuse bordelaise, ne montre-t-il pas une image idéal-typique du domaine viticole médocain ?

 

Il y a donc en Médoc un enjeu patrimonial considérable, dont on peut et doit s'étonner qu'il n'ait pas encore émergé, même chez les viticulteurs médocains. Mité lui aussi par la péri-urbanisation qui sévit entre la jalle de Blanquefort et Ludon, dans son extrême partie sud, le Médoc viticole doit prendre conscience des dangers, heureusement moins criants à court terme, mais néanmoins réels. La multiplication des gravières qui réduisent les surfaces disponibles en agro-terroirs uniques et le projet de grand contournement autoroutier par l'ouest de l'agglomération, surtout si des échangeurs sont aménagés dans le secteur, rendent plus évident le besoin de protection.

Retour en haut de page

Conclusion

L'inscription par l'Unesco de l'ancienne juridiction de Saint-Émilion au patrimoine mondial, parfaitement logique et cohérente par rapport à la procédure étatique et aux objectifs affichés par ses instigateurs, n'apparaît pas forcément comme un choix d'une grande pertinence dès lors que l'on pose la question du patrimoine en terme d'identité viticole bordelaise. Les paysages médocains présentent de ce point de vue des atouts supérieurs [5]. Sans signifier pour autant la non pertinence de la classification saint émilionnaise, notre constat souligne plutôt la relativité et peut-être la fragilité des procédures de qualification des territoires et paysages viticoles comme patrimoine universel. La qualification dépend à la fois de la conception que l'on se fait du patrimoine, de la façon de poser le problème, d'un contexte institutionnel. En ce qui concerne cette juridiction de Saint-Émilion, on est tout autant en présence d'une construction politique répondant à un contexte de crise locale qu'à un effort de raisonnement théorique s'appuyant sur des critères de culture idéelle, qui auraient été plus à même de sélectionner un territoire porteur de sens, exprimant par là un authentique "fait de civilisation". Traduisant en quelque sorte une victoire du politique sur le culturel, le cas de Saint-Émilion n'interdit pas d'imaginer un dossier de candidature médocain renversant les logiques de la démarche.

 

Notes

[1] Maître de Conférences, Centre d'Étude et de Recherche sur la vigne et le VIN (CERVIN), Institut de Géographie Louis Papy, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Ce texte est une version sensiblement allégée et modifiée de notre article paru dans le n° 21 de la revue Sud-Ouest Européen sous le titre : "Paysages viticoles et politiques patrimoniales ; Y a-t-il un malentendu bordelais ?" et auquel nous renvoyons pour des précisions supplémentaires sur le fond ainsi que quelques précautions de méthode. Le site du CERVIN : www.msha.fr/CERVIN

[2] Avant 1790, la juridiction comprenait aussi la paroisse de Saint-Martin-de-Mazerat, rattachée sous la Révolution à Saint-Émilion.

[3] Pour évoquer le document de l'Unesco "Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial" (2002) nous utiliserons le sigle ODGMOC.

[4] Encore faut-il que l'attribution du prestigieux label aboutisse à la mise en place d'un outil de gestion et de protection global, ce qui devrait être fait avec la réflexion actuelle sur la création d'une ZPPAUP dans la juridiction.

[5] Curieuses alors sont les positions de certains de nos collègues, considérant impossible une qualification des paysages médocains en raison du manque de continuité viticole de ce territoire (localisation des vignes sur les croupes de graves entrecoupées de zones basses et humides livrées aux prairies ou abandonnées à la végétation spontanée des marais), ou considérant encore que les villages médocains sont bien trop négligés, voire abandonnés pour pouvoir prétendre au prestigieux label. On nous reproche également de faire du "phénomène château" l'unique critère de reconnaissance et de valorisation des paysages, et de ne pas prendre en considération les autres composantes, en particulier justement les zones de marais et palus qui forment un élément essentiel de l'espace médocain. De même, on s'appuie à l'occasion sur les violents contrastes qui caractérisent le Médoc viticole, par la présence d'un certain salariat agricole prolétarisé, pour dénoncer  l'absence de cohésion sociale dans cette région du vignoble bordelais. Outre le fait que sur ce dernier point, on ne voit guère où se situe la différence avec le vignoble de Saint-Émilion – sinon par le constat aggravant que les salariés maghrébins qui travaillent les vignes de la juridiction habitent en général hors de ce territoire – disons tout de suite qu'à notre sens, de tels arguments montrent que l'on reste en réalité totalement prisonnier des approches descriptives et matérielles, - sociales dans le meilleur des cas – mais que l'on est incapable d'introduire une véritable dimension idéelle, en particulier par un effort d'herméneutique paysagère. Notons d'ailleurs qu'introduire marais et palus dans la caractérisation des paysages médocains n'enlève rien à leur intérêt, notamment en raison de l'effort des hommes, depuis le XVIe siècle, pour les domestiquer et les mettre en valeur à l'aide de remarquables systèmes de drainage.  A ce titre, prendre en considération marais et palus n'est guère plus étrange que tenir compte, dans l'ancienne juridiction de Saint-Émilion, de la présence de carrières ou d'une église monolithe.

À ne raisonner que sur une approche positive des territoires et paysages, on patauge alors dans la démarche "Disney-land", celle qui préfère qualifier des choses parce qu'elles sont propres et mignonnettes, démarche de surcroît assaisonnée d'une bonne dose de politiquement et de socialement correct. À la vérité, on voit mal pourquoi des contrastes paysagers et sociaux ne seraient pas, en matière de significations socio-culturelles rurales autrement plus "authentiques" que des vignobles certes "bien peignés" et "propres sur eux", mais transformés en "Lourdes du vin" par le folklore et les marchands du temple.

Retour en haut de page

Références bliographiques

  • Berque A. - "Médiance. De milieux en paysages" - Géographiques, Reclus - 1990
  • Bonnemaison J. - "La géographie culturelle" - Établi par Maud Lasseur et Christel Thibaud, Paris, Éditions du CTHS, p. 70 - 2000
  • Broussan-Corporandy M. - "Viticulture péri-urbaine girondine et planification territoriale" - Mémoire de DESS en urbanisme opérationnel, Institut de Géographie et Aménagement, Université Bordeaux 3 - 2000
  • CERVIN/OIV - "La protection des terroirs viticoles" - Les entretiens de Bordeaux, symposium des 9 et 10 septembre 1991, Office International de la Vigne et du Vin - 1991
  • Claval P. - "La géographie culturelle" - Nathan Université - 1995
  • Collectif - "Vignoble & Villages de l'Ancienne Juridiction de Saint-Émilion" - Dossier de présentation en vue de l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco - 1998
  • Collectif - "Rapport de présentation approuvé par le comité syndical du SYSDAU" - SDAU de l'agglomération de Bordeaux - 2001
  • ICOMOS - Avis n° 932 - Saint-Émilion, France, septembre - 1999
  • Pijassou R. - "Un grand vignoble de qualité, le Médoc" - Paris, Taillandier - 1980
  • Réjalot, M. - "Le modèle viti-vinicole bordelais dans sa filière (1980-2003), un idéal français dans la tourmente", thèse de Géographie, Université Bordeaux 3 - 2003
  • Réjalot M. - "Formes d'expression viticoles et idéologie : quelques remarques à propos du "château" bordelais." Communication prononcée lors du IVème symposium de l'Association de l'Histoire et de la Civilisation de la vigne et du vin à Haro (La Rioja, Espagne) - 13-16 juin 2004
  • Unesco - "Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel" - 1972
  • Unesco - "Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial" - Centre du Patrimoine mondial - juillet 2002

 

Michel Réjalot, maître de Conférences,

Centre d'Étude et de Recherche sur la vigne et le VIN (CERVIN),

Institut de Géographie Louis Papy, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3,

pour Géoconfluences le 11 janvier 2007

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   11-01-2007


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial
Actions sur le document