Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Désert

Désert

Publié le 12/07/2017

Le désert peut être un milieu caractérisé par l'aridité ou une région très faiblement peuplée.

Dans la définition physique du désert, le rapport entre les précipitations et l'évapo-transpiration est primordial, définissant l'aridité au sens de la formule d'Emmanuel de Martonne. Les déserts « parfaits » ou « absolus », où les précipitations seraient nulles, sont rares. L'aridité est un gradient, et la transition entre le désert et d'autres biomes est progressive. Outre l'aridité, les milieux désertiques sont caractérisés par une importante amplitude thermique, journalière mais aussi annuelle dans certains cas, et aussi par une très grande irrégularité interanuelle des précipitations.

Les contraintes exercées sur la faune et la flore sont fortes, ce qui se traduit par une faible biodiversité. Le Sahara et ses 9 millions de km² ne comptent que 1 200 espèces végétales (Saur, 2012). Les plantes et les animaux sont adaptés au manque d'eau, par exemple pour ces derniers en privilégiant une activité nocture : coyotes, chacals, rongeurs...(ibid.). Le climat désertique fonctionne en système : la sécheresse empêche la végétation de pousser, ce qui accentue l'effet du vent, qui lui même accroît la sécheresse (Demangeot, 1992). La désertification est donc une boucle rétroactive. 

Estienne et Godard (1970, 1998) distinguent plusieurs types de désert :

- Déserts classiques, chaud, intertropical : Sahara, Soudan, péninsule arabique, Kalahari...
- Déserts côtiers tropicaux et subtropicaux, liés à des courants littoraux froids empêchant l'ascendance de l'air : Californie méridionale, côtes du Pérou et du Chili septentrional, côte sud-marocaine et mauritanienne de l'Afrique, côte de l'Angola et de l'ancien Sud-Ouest africain.
- Déserts d'abri, parfois situés hors de la zone tropicale, ils reçoivent peu de précipitation à cause de la conformation du relief.
- Déserts continentaux à hivers froids, situés à l'intérieur des continents, ils connaissent des amplitudes thermiques saisonnières et journalières très marquées : Altaï, Taklamakan, Gobi...

Jean Demangeot (1992), propose un autre classement, présenté sous forme de tableau :

 
Déserts et semi-déserts
  Hiver très froid Hiver un peu froid Hiver chaud
Désert absolu Désert de Gobi (Chine) Namib* (Afrique du Sud-Ouest) Ténéré (Sahara)
Désert Patagonie (Argentine) Sud Marocain Mésopotamie (Irak)
Semi-désert Grand Lac Salé (USA) Kalahari (Botswana) Tombouctou (Mali)

*désert littoral brumeux
Source : d'après Demangeot, 1992, p. 116

 

 

 

Sources :

  • Jean Demangeot, Les milieux « naturels » du globe, Masson, 1992 (4e éd.).
  • Pierre Estienne, Alain Godard, Climatologie, Armand Colin, 1970, 1998.
  • François Saur, Géographie physique, PUF, 2012.

 

(JBB) juillet 2017