Vous êtes ici : Accueil Glossaire Gravitaire (modèle)

Gravitaire (modèle)

Publié le 11/03/2013

La modélisation gravitaire est un type de modélisation spatiale permet de déterminer l'intensité d'une relation entre unités géographiques en tenant compte de leur potentiel (poids démographique, PIB, par exemple) et de leur distance. Plus généralement, elle permet d'évaluer les interactions spatiales, les phénomènes d'attractivité, de diffusion. La répartition des interactions dans un ensemble de lieux dépend de leur configuration, c'est-à-dire de la force d'attraction de chacun et de la difficulté des communications entre eux.

Le modèle a été formulé d'abord par William J. Reilly (1931), par analogie avec la loi de la gravitation universelle de Newton : deux corps s'attirent en raison directe de leur masse et en raison inverse de la distance qui les sépare. De même, dans un espace de circulation relativement homogène, les échanges entre deux régions ou deux villes seront d'autant plus importants que le poids des villes ou des régions est grand, et d'autant plus faibles qu'elles seront éloignées. Selon ce modèle, l'intensité de l'attraction, et donc des interactions géographiques, décroit en fonction de la distance, très fréquemment sous la forme d'un gradient.

La portée respective de ces interactions correspond à la polarisation qu'exerce une agglomération sur son aire d'influence. Elle est limitée par l'extension maximale de l'influence d'une autre agglomération. Le modèle gravitaire de Reilly a d'abord été appliqué au commerce de détail. L'utilisation de modèles gravitaires s'est généralisée à partir des années 1950 par leur emploi dans le processus de planification du système de transport urbain (Amérique du Nord, Europe). Depuis, leurs applications se sont diversifiées. Ils sont très employés pour analyser les flux de migration et pour délimiter les aires de chalandise en marketing. Ils rendent bien compte, en général, de l'essentiel des mouvements qui se produisent dans un milieu où la mobilité et l'accessibilité sont relativement homogènes : ampleur des flux de déplacements domicile-travail dans un bassin d'emploi urbain, à partir de la répartition des zones de résidence et des zones d'emploi ; simulation des migrations interrégionales ou interurbaines de population à moyen terme dans un pays donné ; prévision des besoins en infrastructures de transport ; etc..

(ST) 2012.