Vous êtes ici : Accueil Glossaire Polder, poldérisation, dépoldérisation

Polder, poldérisation, dépoldérisation

Publié le 26/09/2018

Le polder est un « espace clos, conquis sur les eaux au moyen d’endiguements, puis asséché par le drainage à des fins traditionnellement agricoles. [...] un polder – puisqu’il peut se voir envahi par les eaux marines – n’a donc pas vu sa surface rehaussée par le remblaiement, à la différence des terres-pleins industriels japonais conquis sur la mer et improprement appelés « polders industriels » (Goeldner-Gianella et Verger, 2009). 

La poldérisation, l'assèchement de marais littoraux pour en faire des terres cultivables, est un phénomène ancien en Europe, dans lequel la Hollande, et plus généralement les Pays-Bas, ont fait figure de pionniers dès le Moyen-Âge. D'après Servane Gueben-Venière (2015), entre 1200 et 1665, les Pays-Bas ont gagné 190 000 hectares sur la mer. L'abondance des moulins à vent, typiques du paysage archétypal de ces régions, est liée à la nécessité de drainer l'eau par pompage pour la faire ensuite s'évacuer dans des canaux. L'expertise des Néerlandais leur a valu d'être appelés dans d'autres pays d'Europe comme en témoignent, en France, les nombreux toponymes y faisant référence sur les littoraux de la mer du Nord à l'Atlantique (par exemple : la « digue des Hollandais », construite sous Louis XIII dans le Marais-Vernier en Normandie.). Sur les littoraux français, la poldérisation s'est poursuivie jusqu'au XXème siècle.

La dépoldérisation est l'aménagement humain inverse, qui vise à réouvrir le polder aux intrusions marines, à des fins de « renaturation » ou de restauration écologique. Le phénomène n'est pas anecdotique selon Goeldner-Gianella et Verger (2009) : « [des] années 1980 aux années 2000, les dépoldérisations entreprises ont été multipliées par trois, concernant de surcroît des superficies de plus en plus vastes puisqu’on envisage de rendre des îles (poldérisées) entières à la mer. »

(JBB) septembre 2018

Références