Vous êtes ici : Accueil Glossaire Santé et environnement, santé et développement

Santé et environnement, santé et développement

Publié le 29/01/2013

La Charte européenne de l'environnement et de la santé, publiée en 1989 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) énonce le principe selon lequel "bonne santé et bien-être exigent un environnement propre et harmonieux dans lequel tous les facteurs physiques, psychologiques sociaux et esthétiques reçoivent leur place. Un tel environnement devrait être traité comme une ressource en vue de l'amélioration des conditions de vie et de bien-être."
Dans les pays développés comme la France, alors que la qualité de l'air, de l'eau, l'organisation de l'espace urbain, se sont considérablement améliorées depuis le début du XXe siècle, on observe une inquiétude croissante du public à l'égard des risques environnementaux. Un certain catastrophisme, parfois médiatique, amplifie certains risques, réels mais aux portées collectives limitées.
Il n'en reste pas moins, par exemple, que la situation sanitaire de certaines populations des pays du Sud est alarmante. Dans les pays du Nord, des pathologies aux "causes environnementales" tendent à augmenter. Selon l'OMS, en France, près de 30 000 décès prématurés par an sont attribuables aux effets à long terme de la pollution atmosphérique (aérosols, particules atmosphériques, ozone atmosphérique). Et l'OMS constate "l'augmentation sensible de l'incidence de certains types de cancers, indépendamment du vieillissement de la population et des conséquences du tabagisme (l'incidence globale des cancers a crû de 35% en vingt ans depuis 1980 en France, à âge égal)". Le rôle des facteurs environnementaux dans cette augmentation sont encore l'objet de débats d'experts mais ils ne seraient pas négligeables. Ainsi la France est le troisième consommateur de pesticides dans le monde.
Mais qu'est ce qu'une "cause environnementale" ? La stricte définition médicale de cette notion englobe toutes les causes de maladie qui ne sont pas d'origine génétique ! Plus précisément, pourraient être considérées comme "environnementales" les causes de maladies liées : à l'alimentation non nutritionnelle (agents infectieux, résidus de pesticides, additifs alimentaires, etc.) ; au tabagisme passif ; pour partie à la malnutrition consécutive à la dégradation des sols, aux inondations, à la désertification, aux évolutions climatiques péjoratives ; pour partie aux conséquences des guerres et situations de violence ; à certains modes de vie et pratiques culturelles.

Santé et développement peuvent former un cercle vertueux dans lequel l'amélioration de l'un entraîne celle de l'autre mais, inversement, il peut être vicieux, hypothéquant ainsi les chances, pour certaines sociétés, d'accéder au progrès durablement.

Pour aller plus loin, dans ce même dossier, en corpus documentaire,
> en collaboration avec Fabrizio Maccaglia, Gouvernance territoriale et gestion des déchets : l'exemple de la Campanie (Italie)
> Entre déchets et recyclages, des flux à risque social et environnemental

- Les différents rapports sur la santé dans le monde de l'OMS : www.who.int/whr/fr et les "thèmes de santé : www.who.int/health_topics/fr et le Centre international de recherche sur le cancer (International Agency for Research on Cancer - IARC) basé à Lyon (études épidémiologiques mettant en évidence certains facteurs environnementaux dans la survenue de cancers, voir le rapport 2002 - 2003) : www.iarc.fr

Mise à jour : novembre 2008