Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Vieillissement

Vieillissement

Publié le 15/02/2013

Le vieillissement démographique est un processus qui découle mécaniquement de la transition démographique, c’est-à-dire de la convergence de la mortalité et de la natalité vers des taux faibles. Quand la baisse de la mortalité concerne les âges jeunes, elle provoque un rajeunissement de la population car de plus en plus d’enfants survivent. Ce n’est que lorsqu’elle se concentre dans les âges avancés que la baisse de mortalité entraîne un vieillissement de la population, que l’on appelle vieillissement démographique par le haut de la pyramide des âges, c’est-à-dire une augmentation des personnes âgées par l’augmentation de l’espérance de vie aux âges avancés. La baisse de la natalité, quant à elle, engendre une diminution du nombre d’enfants dans une population et par là une augmentation de la proportion de personnes âgées, que l’on appelle le vieillissement démographique par le bas de la pyramide des âges (Doignon, 2016, p. 67–74).

La population mondiale âgée de 60 ans et plus a doublé depuis 1980 et devrait atteindre deux milliards d’ici 2050 ; et la part des plus de 65 ans est en passe de dépasser celle des moins de 5 ans dans la population mondiale. Les pays où leur part est la plus élevée se situent presque tous en Europe, mais il est prévu qu'en Asie leur part double entre 2000 et 2025. Par exemple, les plus de 60 ans représentent actuellement 9 % de la population en Asie du Sud-Est mais ils devraient en représenter 21 % en 2050.

Le vieillissement démographique a longtemps été occulté par les préoccupations internationales sur la croissance démographique. Le vieillissement démographique du monde apparaît comme une « révélation à la fin du XXe siècle » (Loriaux, 2002, p. 547), alors même que l’expression est inventée par Alfred Sauvy en 1928. Il faut attendre la 2e assemblée mondiale de l’ONU en 2002 consacrée au vieillissement démographique pour la communauté internationale soit alertée sur l’ampleur du défi que constitue ce phénomène et sur ses nombreuses conséquences possibles (United Nations, 2002). En effet, le vieillissement démographique est sans précédent, dans la mesure où les sociétés humaines n’ont jamais connu un phénomène équivalent ; universel car il touche (ou touchera) toutes les populations du monde ; durable puisqu’il continuera au XXIe siècle ; irréversible et de grande portée.

D’un point de vue économique, le vieillissement de la population modifie les équilibres générationnels, notamment la proportion des actifs et des personnes âgées. Cette situation remet en question les solidarités publiques intergénérationelles, notamment les systèmes de retraites par répartition. La situation est encore plus difficile dans les pays où il n’existe pas de système de retraite (ou que la couverture n’est pas universelle) ou le montant des retraites est très faible. Elle pose aussi la question du financement des systèmes de santé.

De plus, la question de la dépendance se pose avec beaucoup plus d’acuité dans une population vieillie. Certaines personnes âgées n’ont plus les capacités de se prendre en charge seules, que ce soit financièrement ou physiquement. Dans ce contexte, les solidarités intergénérationnelles (publiques ou privées) deviennent centrales. Or les réseaux familiaux deviennent de plus en plus petits avec la baisse de la fécondité, réduisant de facto le nombre d’aidants potentiels d’une personne âgée. Nous assistons à l’émergence d’une « génération pivot », c’est-à-dire des personnes (souvent des femmes) devant prendre en charge à la fois un ou plusieurs parent(s) âgé(s) en plus de leur(s) enfant(s). Bien évidemment, la situation est plus difficile dans les pays où l’État-providence est absent ou pas très étendu. Les solidarités familiales sont souvent mobilisées, plus ou moins selon les États, pour prendre en charge la vieillesse. Cependant, les chercheurs s’interrogent sur une éventuelle dégradation des solidarités familiales, à la fois dans les pays développés et les pays du Sud, ce qui complique d’autant plus la gestion sociale de la vieillesse et de la dépendance.

D'après Yoann Doignon, décembre 2020.


Pour compléter

 

 
Vieillissement : le cas de la Chine

Paradoxalement au regard de son histoire, le grand défi démographique de la Chine ne sera pas, à moyen terme, celui de sa trop grande vitalité démographique mais plutôt celui de la dégradation du ratio actifs/inactifs lorsque les très nombreuses classes d'âge des années natalistes 1950 à 1970 seront à la retraite. À partir des années 1980, une politique démographique volontariste et brutale a été adoptée : celle de « l'enfant unique ». Le taux de natalité est alors passé de 4 à 5 % pendant la phase nataliste à 1,5 % depuis les années 1980. La transition démographique va se dérouler sur une génération alors qu'elle s'est étalée sur un siècle en Europe et en Amérique du Nord.

La population active de la Chine décroit depuis 2015, ce qui pourrait réduire sa croissance économique à long terme. Depuis 2002, le nombre des 15 – 29 ans diminue. En 2019, la part des plus de 65 ans atteignait près de 12 % de la population, contre 6 % en 2008, et elle devrait atteindre 31 % d’ici 2050.  Or, les retraites sont jugées très insuffisantes et très inégalement attribuées : le taux de couverture est estimé inférieur à 50 % pour les employés des espaces urbains et les espaces ruraux restent en dehors du système de retraite national (Ocde, 2007). L'aide familiale restera donc longtemps indispensable alors que le nombre d'enfants a fortement diminué. Le gouvernement chinois sera donc contraint d'étendre davantage les garanties de retraite, pour les populations rurales et migrantes notamment.

(ST), juin 2010. Dernière modification en novembre 2020.

Pour compléter


 

 

Actions sur le document

Affiner les résultats par :